Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 15:08
La gare de Montaure était en fait située à La Haye-Malherbe...

La gare de Montaure était en fait située à La Haye-Malherbe...

Le bâtiment qui accueillit la gare de La Haye-Malherbe-Montaure est situé sur la commune de La Haye-Malherbe. Cette gare était une station de la voie Rouen-Orléans (construite de 1872 à 1883) et, plus précisément, du tronçon Caudebec-lès-Elbeuf / Louviers qui fut ouvert le 15 aout 1875. Lors de l’inauguration, les billets portaient le nom de « gare de Montaure » ce qui émut les Malherbois.

Cette voie servit à transporter notamment les céréales de la Beauce d’Orléans à Rouen, le premier port céréalier de France. Elle servit aussi beaucoup aux nombreux journaliers des campagnes qui travaillaient dans les usines textiles d’Elbeuf et de Louviers.

Autre activité, non négligeable, la gare qui nous intéresse servit à transporter une partie de la production de poteries et tuiles. Françoise Guilluy reprend (page 122) une délibération du Conseil municipal de La Haye-Malherbe : datée de 1865, elle demande des arrêts plus fréquents à gare car l’industrie locale produit 6 000 tonnes de tuiles, pavés et poteries par an. Elles sont exportées dans les 30 km. 

Cette voie fut fermée aux voyageurs le 1er mars 1940 (hormis le tronçon Chartres-Orléans). En 1945, la gare vit passer un impressionnant fret destiné au ravitaillement des armées alliées. Chaque jour sont passés plus de 15 trains constitués de plus de 35 wagons tirés par une locomotive à l’avant et poussés par une seconde locomotive à l’arrière. Puis, après quelques mois, cette voie fut fermée avec l’accord des municipalités locales (Jean Leloup, page 121). Cette fermeture marqua la montée en puissance des transports routiers qui ont rendu désuet le rail local après seulement 70 années de service.

Le parvis de la gare, aujourd'hui privatisé par une entreprise privée (cliché contemporain Armand Launay, juillet 2013).
Le parvis de la gare, aujourd'hui privatisé par une entreprise privée (cliché contemporain Armand Launay, juillet 2013).

Le parvis de la gare, aujourd'hui privatisé par une entreprise privée (cliché contemporain Armand Launay, juillet 2013).

L’ancienne ligne de chemin de fer est encore nettement visible derrière le Bois-Midi et dans Montaure avec une halte transformée en maison d’habitation à la sortie de l’agglomération vers Tostes. Elle court ensuite à travers champs avant d'entrer dans la forêt de Bord par le ravin du Rouquis. La halte située au bout de la rue du Petit-Noyer, sur la route Elbeuf-Louviers, a été rasée vers 1990.

La halte de Montaure est située à la sortie de l'agglomération vers Tostes (cliché contemporain Armand Launay, juillet 2013).
La halte de Montaure est située à la sortie de l'agglomération vers Tostes (cliché contemporain Armand Launay, juillet 2013).

La halte de Montaure est située à la sortie de l'agglomération vers Tostes (cliché contemporain Armand Launay, juillet 2013).

Sources

Guilluy Françoise, Tuiliers et potiers de l’Eure : La Haye-Malherbe et Montaure, Association pour la sauvegarde du patrimoine malherbois, 1995, 192 pages ;

Leloup Jean, La Sanglante bataille de la Seine. Témoignage. Jean Leloup, réfractaire au STO, La Chapelle-Montligeon, éditions Humuβaire, 2003, 153 pages.

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...