Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2015 4 20 /08 /août /2015 09:14
L'hospice tel qu'il se présentait dans les années 1960 : deux édifices parallèles (XVIIe siècle) tournés vers le nord. A remarquer, le cartouche qui couronne le portail en fer forgé et qui indique : Hôpital - hospice. A remarquer aussi, devant le pavillon en brique au fond à gauche, quelques personnes âgées discutant, notamment sur les bancs sous les arbres (cliché Ciné Lefer pour le bulletin municipal : Revue cantonale n° 1, 1965).

L'hospice tel qu'il se présentait dans les années 1960 : deux édifices parallèles (XVIIe siècle) tournés vers le nord. A remarquer, le cartouche qui couronne le portail en fer forgé et qui indique : Hôpital - hospice. A remarquer aussi, devant le pavillon en brique au fond à gauche, quelques personnes âgées discutant, notamment sur les bancs sous les arbres (cliché Ciné Lefer pour le bulletin municipal : Revue cantonale n° 1, 1965).

Faites le point sur le patrimoine architectural ancien de l’hôpital.

 

 

Un lointain ancêtre : l’hôtel-Dieu et la Salle d’armes

Un hôtel-Dieu est un établissement tenu par des religieux afin d’accueillir les pauvres et les malades. Hôtel et hôpital, deux mots qui désignent en français les espaces où l’on accueille des hôtes. Ces établissements sont les très lointains ancêtres de nos hôpitaux.

Nous nous basons ici sur l’étude de Paul Goujon, citée dans les sources, fondée sur les Archives de l’Eure pour jalonner l’histoire de l’hôtel-Dieu de Pont-de-l’Arche et, surtout, l’action des frères pénitents.

Le document le plus ancien, 1281, cite une maison où les pauvres recevaient l’hospitalité. Celui-ci est signé par le doyen de Lisieux, Guillaume du Pont-de-l’Arche, qui donna aux moines de l’abbaye de Bonport divers édifices près des remparts et du cimetière, donc de l’église Saint-Vigor, actuelle Notre-Dame-des-arts. Il conditionna ce don par l’obligation de continuer à accueillir les pauvres. On peut supposer que cet hôtel-Dieu était situé au-dessus de la Salle d’armes car cet espace apparait plus tard comme la cave de l’hôtel-Dieu. Il serait alors en face du cimetière et près des remparts.

La première mention de l’hôtel-Dieu se trouve dans une charte du roi Philippe le Bel datée de mars 1310. Les moines de Bonport n’ont pas dû en garder longtemps la responsabilité car les archives médiévales montrent que l’hôtel-Dieu était dirigé par un gouverneur et administrateur qui recevait une dotation de la vicomté. Il en reversait, le plus souvent, une part à un gérant qui était réellement présent sur les lieux. Paul Goujon montre que les administrateurs étaient le plus souvent des prêtres qui résidaient peu sur place et se faisaient remplacer par des assistants. Le même auteur identifie vers 1590 deux noms de directeurs de l’hôpital : Pierre Langlois, curé, et Louis Langlois, clerc, membres d’une famille d’officiers royaux siégeant au bailliage. L’hôtel-Dieu était alors un bénéfice ecclésiastique dépendant de l’évêque, c’est-à-dire un bien censé donner des moyens de subsistance... et d’action à un dignitaire catholique.

Au début du XVIIe siècle, l’hôtel-Dieu revint au curé de Cléon, Thomas Cyrot, membre d’une famille comptant des officiers royaux au bailliage. En 1611, c’est Richard Cyrot, plus tard curé de Criquebeuf, qui devint administrateur et ce pendant 36 années. Paul Goujon, ayant lu les comptes annuels rendus à la vicomté, mesure le sérieux de la gestion et l’implication financière de Richard Cyrot qui mobilisa ses deniers personnels. Les revenus de l’hôtel-Dieu étaient misérables : 30 livres de la vicomté plus les recettes de quelques terres et jardins, de quelques redevances perçues sur des particuliers et sur les droits de halle du marché… Quant au service, il était bien maigre : quelques lits, des couvertures, du bois de chauffage, un peu de nourriture, d’eau et de vin.

Quelques décorations au rez-de-chaussée et surtout la Salle d'armes (ancienne cave) rappellent l'existence de ce qui fut l'hôtel-Dieu de Pont-de-l'Arche, remplacé - pour sa partie haute - par un bâtiment du début du XIXe siècle (clichés Armand Launay, 2006 et 2013).
Quelques décorations au rez-de-chaussée et surtout la Salle d'armes (ancienne cave) rappellent l'existence de ce qui fut l'hôtel-Dieu de Pont-de-l'Arche, remplacé - pour sa partie haute - par un bâtiment du début du XIXe siècle (clichés Armand Launay, 2006 et 2013).

Quelques décorations au rez-de-chaussée et surtout la Salle d'armes (ancienne cave) rappellent l'existence de ce qui fut l'hôtel-Dieu de Pont-de-l'Arche, remplacé - pour sa partie haute - par un bâtiment du début du XIXe siècle (clichés Armand Launay, 2006 et 2013).

Les pénitents acquièrent l’hôtel-Dieu (1649) et l’étouffent.

La municipalité le récupère

Vers 1647, Richard Cyrot se laissa persuader d’aider des frères pénitents du tiers ordre de Saint-François de la province de Saint-Yves (prenez une respiration) à établir un couvent à Pont-de-l’Arche pour gérer l’hôtel-Dieu notamment grâce à une présence humaine et spirituelle plus ample. Il appuya leur demande auprès des autorités. Le rôle d’un certain “père Chérubin” est cité. Celui-ci, gardien du couvent des pénitents de Vernon, était déjà connu dans la ville pour ses sermons convainquants et il était, qui plus est, né à Pont-de-l’Arche au sein de la famille de Richard Cyrot...

Rappelons aussi que le catholicisme connaissait alors un renouveau notamment par la prédication, que ce soit avec des moines séculiers ou des laïcs comme les pénitents du tiers ordre franciscain exerçant une vie consacrée à l’image des moines (premier ordre) et des moniales (deuxième ordre). Ceci est évidemment une des réactions promues par la Réforme pour contrecarrer le protestantisme.

Paul Goujon souligna l’arbitraire de la bienveillance des autorités religieuses et royales qui, en juillet 1649 et après de longues intrigues, accordèrent aux pénitents le droit de s’installer dans les locaux de l’hôtel-Dieu qui ne sera désormais plus un bénéfice ecclésiastique. Ce renouveau du prêche catholique explique aussi l’installation à Pont-de-l’Arche, vers 1640, du couvent Saint-Antoine.

Les pénitents eurent à faire face à l’hostilité de la population qui voyait arriver, certes des hommes de religion, mais aussi des propriétaires ayant besoin de se nourrir et donc de maitriser des biens très matériels. Des biens que ces hommes spirituels n’oubliaient pas si l’on en croit l’ironie mordante de Paul Goujon qui leur taille peut-être pas un costume mais une robe de bure à leur dimension. Ils venaient s’ajouter au curé, son vicaire, six chapelains et divers prêtres habitués à venir à Pont-de-l’Arche.

Paul Goujon relata que les pénitents se désintéressèrent fortement de l’accueil des nécessiteux à l’hôtel-Dieu près de l’église : 5 lits, pas de soins, presque pas de nourriture. Le gardien de ces lieux avait failli être licencié faute de tâche à remplir. Les pénitents concurrençaient en revanche le curé par leurs messes et les dons afférents. Leur impéritie avérée, les pénitents furent démis de la gestion de l’hôtel-Dieu en 1674 par la Chambre royale mais gardèrent, après lutte, plusieurs bâtiments et ressources. L’hôpital fut géré par des représentants de l’Ordre du Mont-Carmel, avec encore moins de ressources, jusqu’à ce que le roi décidât en 1693 d’attribuer la gestion des hôpitaux aux communes.

L’hôtel-Dieu semble n’avoir pas eu grande activité ; dénué de moyen, oublié par les officiers royaux gérant la municipalité... officiers eux-mêmes parfois liés aux pénitents qui continuaient à percevoir indûment des revenus de l’hospice. Les bâtiments de hospice menaçaient de s’écrouler, faute d’entretien, ce qui explique sûrement pourquoi cet édifice ne nous est pas parvenu au-delà du niveau de la Salle d’armes, sa cave. À partir de 1768, l’hôpital n’était plus animé à tel point que, selon Étienne-Alexandre Sorel, pages 9 à 11, c’est une association de “douze dames charitables” parmi les grandes familles de la ville qui en reprirent la gestion.

 
Il semble que ce soit le choix des pénitents, qui ont délaissé l'ancien hôtel-Dieu, qui a mené à la ruine la partie de haute de cet édifice, rebâti au début du XIXe siècle par Julien Blin et qui a servi de première école communale (salles Croizat et de Beauregard) (cliché Armand Launay, 2008).

Il semble que ce soit le choix des pénitents, qui ont délaissé l'ancien hôtel-Dieu, qui a mené à la ruine la partie de haute de cet édifice, rebâti au début du XIXe siècle par Julien Blin et qui a servi de première école communale (salles Croizat et de Beauregard) (cliché Armand Launay, 2008).

Les pénitents créent leur couvent (1652-1754), futur hôpital...

Les pénitents se sentaient à l’étroit dans leurs locaux jouxtant l’église. Ils les délaissèrent et en cherchèrent de plus vastes. Après avoir lorgné sur la propriété royale autour de ce qu’on appelle de nos jours la tour de Crosne, les pénitents acquirent en 1652, par Richard Cyrot, une propriété avec plusieurs maisons, cour et jardin qui appartenaient à Nicolas Vallée, seigneur du Parc, conseiller du roi et président en l’élection de Pont-de-l’Arche… à deux pas de son lieu de travail : le bailliage. La même année, ils acquirent une autre maison jouxtant cette propriété et trois demeures avec jardins et terrains l’an d’après. Ils constituèrent ainsi une grande partie de l’assise foncière du couvent des pénitents à l’endroit où nous connaissons l’hôpital aujourd’hui.

En 1664, les pénitents achetèrent de Jehan Le Boulanger, conseiller et ancien avocat du roi, une maison avec cour et jardin et ce pour y construire une église. Il est probable que ce terrain ait permis de construire l’actuelle chapelle les années qui ont suivi. Le gros œuvre devrait donc vraisemblablement dater des années 1670.

En 1699, les pénitents acquirent d’Henry Lyard, procureur aux juridictions de la vicomté, un terrain et un jardin près de la porte des Champs (place Aristide-Briand). La même année, le roi leur donna un bout de rempart et une tour à l’encoignure de leur enclos (la tour de l’hospice). Ceci provoqua l’ire de l’Assemblée des habitants car les pénitents allaient supprimer la ruelle reliant la porte des Champs au bailliage. Son entrée aujourd’hui se trouve entre le Balto et le traiteur, presque en face de la rue Sainte-Marie. Son autre entrée était du côté du four à pain de la cour du bailliage.  

En 1754, les pénitents devinrent propriétaires du bien immobilier de Bertrande Millet, veuve de Jean Huault, secrétaire du roi, directeur des aides, qui comprenait une maison et un terrain qui servirent à la construction d’une porte cochère (qui existe toujours).

 
Sur le plan cadastral de 1834, signé Le Fébure (Archives de l’Eure), on retrouve aisément le tracé de la propriété des pénitents : la parcelle carrée au centre de cet extrait et les parcelles et maisons au nord, donnant sur la rue de la Municipalité (actuelle rue Julien-Blin). En comparant avec les photographies actuelles, on se rend compte que deux petits bâtiments ont été démolis depuis (ceux marqués d’un “9”) et que la porte cochère se trouvait au niveau de la parcelle n° 163 du plan cadastral. L’entrée des piétons devait être en face la venelle du Petit-salut sous le plus petit bâtiment. On remarque au sud de la propriété des pénitents le tracé de l’ancienne ruelle permettant de longer les remparts par l’intérieur entre la rue de Paris (rue Roosevelt) et le bailliage. Quoi qu’il en soit, les pénitents possédaient l’une des plus grandes propriétés intramuros de la ville. Ce n’est pas étonnant qu’ils se soient détournés d’autres dépenses comme l’assistance des pauvres et l’entretien de leurs anciens locaux près de l’église.

Sur le plan cadastral de 1834, signé Le Fébure (Archives de l’Eure), on retrouve aisément le tracé de la propriété des pénitents : la parcelle carrée au centre de cet extrait et les parcelles et maisons au nord, donnant sur la rue de la Municipalité (actuelle rue Julien-Blin). En comparant avec les photographies actuelles, on se rend compte que deux petits bâtiments ont été démolis depuis (ceux marqués d’un “9”) et que la porte cochère se trouvait au niveau de la parcelle n° 163 du plan cadastral. L’entrée des piétons devait être en face la venelle du Petit-salut sous le plus petit bâtiment. On remarque au sud de la propriété des pénitents le tracé de l’ancienne ruelle permettant de longer les remparts par l’intérieur entre la rue de Paris (rue Roosevelt) et le bailliage. Quoi qu’il en soit, les pénitents possédaient l’une des plus grandes propriétés intramuros de la ville. Ce n’est pas étonnant qu’ils se soient détournés d’autres dépenses comme l’assistance des pauvres et l’entretien de leurs anciens locaux près de l’église.

La Révolution libère les locaux...

À la Révolution, l’Assemblée constituante nationalisa les biens de l’Église (1789) puis supprima les ordres religieux (1790). Le couvent des pénitents, vidé de ses moines qui partirent à Saint-Pol (62) selon Émile Chevalier, revint alors à l’État. Quelques Conseils municipaux se tinrent dans la chapelle durant deux années durant avant que les élus municipaux ne siègent au bailliage. Puis, pour financer ses dépenses, en l’absence de levées d’impôts, l’État mit en vente ses “biens nationaux”. Le couvent des pénitents fut ainsi privatisé, après enchères, le 15 juin 1793 à François Jean. La vente concerna la maison conventuelle, l’église, un bâtiment, la cour et le jardin. Étienne-Alexandre Sorel nous apprend, page 83, que le couvent des pénitents fut pillé en 1793. On comprend pourquoi aucun mobilier ancien n’a été conservé. Ce François Jean semble faire partie des nombreux spéculateurs qui se sont enrichis grâce à la privatisation des biens nationaux car il est resté propriétaire peu de temps. En effet, une délibération du Conseil municipal en date du 3 juin 1834 nous apprend qu’en 1811 c’est un dénommé Michel Prudhomme qui avait vendu à Julien Blin une “maison” devenue depuis l’hôpital.

 
L'ancienne église des pénitents (bâtie vers 1670) a accueilli les conseils municipaux deux ans durant la période révolutionnaire. Elle est devenue la chapelle Saint-Luc de l'hôpital local qui a ouvert ses portes vers 1830 (cliché Armand Launay, 2006).

L'ancienne église des pénitents (bâtie vers 1670) a accueilli les conseils municipaux deux ans durant la période révolutionnaire. Elle est devenue la chapelle Saint-Luc de l'hôpital local qui a ouvert ses portes vers 1830 (cliché Armand Launay, 2006).

… et Julien Blin permet la renaissance d’un hôpital de statut public (1830)

Julien Blin (1738-1826) était ingénieur des ponts et chaussées, un poste important dans le lieu de passage qu’était Pont-de-l’Arche. Cet homme s’est fait connaitre pour sa bonne gestion de la commune quant il fut nommé maire sous la Restauration. Il gagna aussi l’estime de la population par sa générosité notamment par de larges dons immobiliers en faveur de la commune. Ses dons permirent la création de la première école communale (au-dessus de la Salle d’armes) et l’hospice qui nous intéresse.

Une délibération du Conseil municipal en date du 25 aout 1827 précise que Monsieur Blin, n’ayant pas de descendant, donne à la commune l’ancien couvent des pénitents afin de servir d’hôpital aux « indigents malades et inférieurs » de la ville et de bonne moralité. Mû par une vision catholique de l’entraide et par un souci de la vie en collectivité, Julien Blin permit à la municipalité de jeter les bases de ce qui est devenu un service public de soin et d’assistance pour personnes âgées. En remerciement, en 1865 la municipalité donna le nom de Julien Blin à une rue de la ville : celle de l’hôpital… ce qui permet de rattacher un peu le nom de cet homme à l’institution qu’il a contribué à créer. Néanmoins, avec la nouvelle ouverture du côté de la rue Général-de-Gaulle, le nom de Julien Blin apparaitra bien peu au côté de l’hôpital.

Une délibération, déjà citée, du Conseil municipal du 3 juin 1834 nous apprend qu’une commission administrative de cet hôpital avait été instituée par un arrêté du préfet en date du 9 juillet 1830. L’hôpital a donc fonctionné comme un service administratif doté de faibles moyens et animé au quotidien par des religieuses dont le travail ne doit pas être masqué par l’impéritie des pénitents d’antan. L’ancienne église Saint-Luc reprit du service en tant que chapelle de l’hospice. Il semble que l’hospice perdait de la vitesse quand la municipalité s’intéressa de nouveau à lui à la toute fin du XIXe siècle.

 

 

Vers un service public de qualité

L’idée est récente que l’État, représentant les citoyens et leurs intérêts, doive rendre un service de qualité en matière de santé et de prise en charge de la dépendance. Elle apparait en gestation dans certains programmes de la Révolution et émerge avec l’arrivée au pouvoir des républicains et plus encore des socialistes auxquels il faut rattacher les communistes.

Le maire, républicain de gauche, Eugène Ferrand marqua un renouveau dans la gestion de l’hospice. Il fit rétablir la commission administrative gérant l’hôpital local ce qui témoigne de sa volonté de mettre de l’ordre, au nom de la mairie et donc des habitants, dans la gestion de ce service.

Tout en diminuant les dépenses de l’hôpital, il en augmenta la capacité d’accueil (de 12 à 18 lits) en ajoutant un nouveau bâtiment en brique, bien éclairé, aujourd’hui englobé dans les locaux actuels où se trouvent les salles de loisirs et de restauration. Le journal L’Elbeuvien du 30 décembre 1900 retrace l’inauguration de ce nouveau bâtiment : « sous la présidence de M. Eugène Ferrand, assisté de membres de la commission administrative de l’hospice. L’auteur des plans est M. Marie, ancien agent-voyer, qui en a conçu les aménagements d’après les derniers perfectionnements préconisés par la science moderne. L’hôpital est tenu par les sœurs de la Providence d’Évreux ».

 
Du pavillon en brique construit en 1900 par l'architecte et agent-voyer de la commune, Hubert Marie, il reste au moins deux murs qui ont été conservés dans l'agrandissement de 1995 (clichés Armand Launay, 2015).
Du pavillon en brique construit en 1900 par l'architecte et agent-voyer de la commune, Hubert Marie, il reste au moins deux murs qui ont été conservés dans l'agrandissement de 1995 (clichés Armand Launay, 2015).

Du pavillon en brique construit en 1900 par l'architecte et agent-voyer de la commune, Hubert Marie, il reste au moins deux murs qui ont été conservés dans l'agrandissement de 1995 (clichés Armand Launay, 2015).

 

L’hospice inspira Octave Mirbeau

La gestion paramunicipale de l’hospice était toujours soumise à la logique toute chrétienne de l’accueil et du soin des malades et des vieillards. Elle était mue par un sentiment de charité mais aussi un jugement moral des comportements individuels. Ceci a commencé à déplaire à une partie de la population qui s’est détachée de la morale religieuse. C’est le cas du célèbre écrivain anarchiste français Octave Mirbeau (1848-1917) qui, de plus, reprochait à l’administration sa passivité voire son indifférence à l’égard des souffrances de nombreux citoyens. Il habita aux Damps, rue Marie-Morel-Billet, à quelques mètres de Pont-de-l’Arche et trouva dans la région une importante source d’inspiration littéraire. L’hôpital local fut ainsi la cible de ses attaques à cause du caractère arbitraire de son règlement restreignant l’accès à certaines personnes… Dans la nouvelle intitulée Les Abandonnés et datée du 28 juillet 1890, c’est le cas de Justine Lecœur, journalière isolée tombée enceinte hors mariage, ce qui était très mal vu. Son l’amant lui a été retiré par le service militaire imposé par l’État. Honoré Rebours, le maire de Saint-André-du-Courtil, nom imaginaire mais faisant écho à Pont-de-l’Arche, est révolté car Justine Lecœur, sur le point d’accoucher, est refusée dans tous les hospices de la région, dont le sien :     

Mais moi non plus, je ne puis vous recevoir à l'hospice... Il ne m'appartient pas et je n'ai aucune autorité... On y reçoit que des vieillards... Les règlements sont formels... Et encore faut-il que ces vieillards privilégiés réunissent des conditions d'âge, de moralité, de domicile, qui entravent généralement leur admission. C'est ainsi que les bienfaiteurs… Et le maire appuya sur ce mot avec une ironie cruelle qui échappa complètement à l'esprit simple de Justine...

- Que les bienfaiteurs entendent toujours la charité... Ils demandent à la douleur ses papiers, ils exigent de la pauvreté des certificats de bonnes vie et mœurs... Il faut que les larmes leur plaisent et qu'elles aient eu de la vertu...

Il force ensuite les règlements en faisant admettre Justine à l’hôpital de Louviers afin que celle-ci soit prise en charge, le temps de l’accouchement, avant de retourner dans sa misère…

Le problème n’était peut être pas tant les conditions d’admission de l’hôpital local que l’inexistence d’un système de santé national vers lequel renvoyer les citoyens dans la détresse. C’est ce qui explique pourquoi la santé et l’aide sociale se sont peu à peu laïcisées afin que les conditions d’accès aux soins soient moins jugeantes, restrictives ; en somme, moins subjectives et surtout que l’accès à la santé soit un droit discutable par tous par le biais de la politique.  

 
 
Octave Mirbeau, un écrivain engagé qui s'est inspiré de la région de Pont-de-l'Arche pour se révolter contre la misère d'une grande partie de la population (source : Wikipédia).

Octave Mirbeau, un écrivain engagé qui s'est inspiré de la région de Pont-de-l'Arche pour se révolter contre la misère d'une grande partie de la population (source : Wikipédia).

 

1976 : début de la grande restructuration de l’hôpital

Avec la loi du 21 décembre 1941, les hospices devinrent des hôpitaux dotés d'une direction. Cette loi pose les fondations du système hospitalier actuel. En 1976, l’hospice était néanmoins une institution vieillie, sans jeu de mots, ce qui motiva le lancement d’imposants travaux à étaler dans le temps. Il s’agissait d’agrandir les locaux, d’améliorer les services et d’humaniser le lieu. C’est en 1976, sous le mandat de Roland Levillain, que démarra la première tranche de travaux qui se solda par la livraison de l’important bâtiment de 41 lits. Celui-ci se trouve au centre, le long du muret parallèle à la rue Général-de-Gaulle et qui signale l’ancien rempart (voir la photographie).

 
Vue générale sur les travaux de 1976 depuis le nord. On voit, à l'avant plan, le pavillon de 1900, et l'on identifie bien quelle partie de l'hôpital a été ajoutée en ce temps (archives municipales de Pont-de-l'Arche).

Vue générale sur les travaux de 1976 depuis le nord. On voit, à l'avant plan, le pavillon de 1900, et l'on identifie bien quelle partie de l'hôpital a été ajoutée en ce temps (archives municipales de Pont-de-l'Arche).

1996 : nouveaux bâtiments et litiges sur les anciens

Puis, la deuxième phase d’agrandissement fut lancée sous le mandat de Paulette Lecureux grâce à l’investissement du Conseil général de l’Eure promis à partir de 1990. En 1992, le projet de l’architecte lovérien Bruno Foulkes fut retenu qui prévoyait 45 lits supplémentaires ainsi que l’amélioration des parties communes, des bureaux et de l’accueil. Ce projet enveloppa, notamment, deux murs (au moins) du pavillon en brique de 1900 et prolongea l’hôpital du côté de la rue Julien-Blin en éliminant les anciens bâtiments. Aider les anciens en oubliant l’ancien, en somme… La même année, cette partie du projet provoqua l’incompréhension et l’opposition d’habitants, dont le conseiller municipal le plus proche des questions patrimoniales, Jean-Pierre Patin. Celui-ci alerta les Amis des monuments et sites de l’Eure. Ceux-ci furent entendus et rejoints par l’Architecte des bâtiments de France qui refusa la destruction de la chapelle et des bâtiments anciens. Malgré cela, le préfet signa le permis de démolir le 8 avril 1993. Ce permis fit l’objet d’un recours auprès Tribunal administratif de Rouen. Après négociation avec le Ministère de la culture, un nouveau permis fut accordé le 9 novembre 1993 qui préservait la chapelle Saint-Luc et quatre travées de l’édifice en face. Seuls furent sacrifiés, parmi le projet initial, un jardin, une dizaine de places de parking et un accès plus aisé aux véhicules notamment de livraison. Les travaux démarrèrent en janvier 1994 et les bâtiments furent livrés en 1995.

 
La chapelle Saint-Luc et quatre travées de l'édifice nord ouest ont survécu à plus de 300 ans d'érosion et au projet d'agrandissement de l'hôpital en 1995 grâce à la mobilisation de passionnés du patrimoine ancien (clichés Armand Launay, 2014 et 2015).
La chapelle Saint-Luc et quatre travées de l'édifice nord ouest ont survécu à plus de 300 ans d'érosion et au projet d'agrandissement de l'hôpital en 1995 grâce à la mobilisation de passionnés du patrimoine ancien (clichés Armand Launay, 2014 et 2015).

La chapelle Saint-Luc et quatre travées de l'édifice nord ouest ont survécu à plus de 300 ans d'érosion et au projet d'agrandissement de l'hôpital en 1995 grâce à la mobilisation de passionnés du patrimoine ancien (clichés Armand Launay, 2014 et 2015).

2015 : troisième extension… jusqu’à la rue Général-de-Gaulle

En 2011, l’hôpital fut labellisé Établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et ce grâce à sa conformité avec les exigences nationales. Ainsi, les maisons de retraite médicalisées changèrent-elles peu à peu d'appellation.

Suite au départ d’un magasin (Coop), l'EHPAD a acheté plusieurs parcelles donnant sur la rue Général-de-Gaulle. Récupérant ainsi l’espace qui lui faisait cruellement défaut pour adapter ses services au vieillissement de la population française, il put lancer son troisième projet d’extension et ce avec L'Agence régionale de santé, le Conseil départemental et le maire Richard Jacquet, président de l'EHPAD. En 2013, l’espace acquis fut libéré de ses anciens locaux (le magasin et deux maisons). Ce projet prévoit notamment le passage en chambres individuelles pour 78 résidents, la création de lits d’hébergement temporaire, la création d’un Pôle d’activité et de soins adaptés (PASA) et la création d’une unité sécurisée pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Pour ce faire, les bâtiments seront rénovés et un nouveau bâtiment est entièrement créé le long de la rue Général-de-Gaulle. Celui-ci permettra l’accès des véhicules par une galerie ainsi que l’agrandissement du parc au profit des résidents. Ce bâtiment à l’architecture contemporaine est couvert de brique de parement afin de le marier - un peu - à l’ensemble urbain, très XIXe siècle, qui caractérise cet espace de faubourgs. Cette métamorphose de l’urbanisme intervient au moment où la place Aristide-Briand a été entièrement refaite et où la municipalité entend réaménager l’ensemble de l’axe Est-ouest (de Bonport au rondpoint des écoles).

La troisième extension de l'hôpital en 2014 et 2015 (clichés Armand Launay) et selon la perspective d'architecte (cabinet MVT).
La troisième extension de l'hôpital en 2014 et 2015 (clichés Armand Launay) et selon la perspective d'architecte (cabinet MVT).
La troisième extension de l'hôpital en 2014 et 2015 (clichés Armand Launay) et selon la perspective d'architecte (cabinet MVT).

La troisième extension de l'hôpital en 2014 et 2015 (clichés Armand Launay) et selon la perspective d'architecte (cabinet MVT).

Vue sur le jardin d'après la perspective d'architecte du cabinet MVT. La porte d'entrée, sous galerie, se trouve à droite et donne sur la rue Général-de-Gaulle. Cet aménagement va mettre en valeur la tour de l'hospice, et son mauvais état, à peu près à l'endroit d'où cette vue est tirée.

Vue sur le jardin d'après la perspective d'architecte du cabinet MVT. La porte d'entrée, sous galerie, se trouve à droite et donne sur la rue Général-de-Gaulle. Cet aménagement va mettre en valeur la tour de l'hospice, et son mauvais état, à peu près à l'endroit d'où cette vue est tirée.

 

Faites le point sur le patrimoine architectural ancien de l’hôpital.  

 

 

Conclusion

Il y a d’importantes ruptures dans le service d’assistance et de soin depuis le XIIIe siècle à nos jours. On ne peut pas dire que l’hôpital local soit issu de l’hôtel-Dieu. Il provient néanmoins des vestiges patrimoniaux (le couvent des pénitents) et du souvenir spirituel de cet établissement religieux. On dit souvent qu’il n’y a pas de justice parmi les hommes. Cependant, on a vu, ci-dessus, que ceux qui ont puisé dans les ressources de l’hôtel-Dieu pour construire un couvent, entre autres, ont été chassés par la Révolution. Leurs biens ont été restitués par Julien Blin à un organisme public capable de gérer correctement cette institution exigeante, selon les besoins et les attentes des citoyens.   

L’hôpital s’adapte en effet au vieillissement de la population, à la croissance de ses exigences - pour ceux qui peuvent en payer le prix - mais aussi à la révolution des transports. La circulation et le stationnement des voitures et des camions est devenu difficile dans le centre-ville médiéval. L’hôpital a d’abord souhaité faire disparaitre les anciens édifices qui ont pourtant été cruciaux dans la naissance de cette institution et dans sa pérennité, notamment avec une spécialisation dans la prise en charge des personnes âgées. Sans la grandeur des locaux, une petite unité de soin aurait tôt fait de fermer dans le cadre d’une concentration des moyens médicaux dans de plus grandes villes.  

Heureusement, des habitants se sont mobilisés pour sauvegarder - au moins partiellement - les anciens édifices dont la chapelle. Ils ont sauvé l’un des plus beaux paysages urbains de Pont-de-l’Arche à l’endroit de la douce courbe de la rue Julien-Blin et ses demeures anciennes de part et d’autre. Qu’ils en soient remerciés. Ils ont, par là, forcé l’hôpital à chercher une meilleure adaptation aux besoins nouveaux et ce en mariant agrandissement et restructuration par une ouverture vers les faubourgs et la rue Général-de-Gaulle. Cette ouverture reporte néanmoins à l’arrière plan, physiquement et emblématiquement, les anciens locaux.

Il serait heureux aujourd’hui, en sus et malgré les grosses et récentes dépenses de l’EHPAD, que le patrimoine ancien soit pleinement réhabilité. La tour de l’hospice (XIIIe siècle) sera désormais visible dans les espaces verts. La chapelle Saint-Luc a besoin d’une dernière phase de réhabilitation pour être redonnée au culte car le bienêtre physique est complémentaire au bienêtre spirituel des résidents, de leurs accompagnants, de leurs familles. Il serait beau, aussi, que la chapelle soit redonnée au culte pour souligner les origines de cet hôpital associé au nom de Julien Blin et à ses attaches catholiques.

 

 

À lire aussi, plus triste : La léproserie de Pont-de-l’Arche

 

 

Sources

- Chevallier Émile, Guide du touriste et de l’archéologue au Pont-de-l’Arche, vers 1933, Fimin-Didot ;

- Goujon Paul, “L’hôtel-Dieu et les pénitents du Pont-de-l’Arche”, La Normandie, n° 3 de mars 1897, pages 65 à 76, et n° 4 (?) d’avril 1897, pages 105 à 115 ;

- Pont de l’Arche, bulletin municipal, n° 20, janvier 1994, 32 pages. “Rénovation de l’hôpital, par B. Maillard, directeur”, page 13 ;

- Monuments et sites de l’Eure n° 66, 1993, Patrimoine en péril : l’hôpital de Pont-de-l’Arche. RV 77 n° 66 ;

- Patin Jean-Pierre, “L’hôpital de Pont-de-l’Arche”, Monuments et sites de l’Eure n° 67, 1993, p. 17-18.

- Registres des délibérations du Conseil municipal.

 

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vinsareva 20/08/2015 11:08

Merci pour cette leçon d'histoire. :)
Ravie de te relire.

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...