Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mai 2018 3 09 /05 /mai /2018 19:14

=> Le dernier magazine de la mairie de Pont-de-l'Arche contient la première partie de l'article ci-dessous. Il invite ses lecteurs à accéder à la suite de cet article sur ce présent blog.

 

Eustache-Hyacinthe Langlois (Pont-de-l’Arche le 3 aout 1777–Rouen le 29 septembre 1837) fut un artiste et écrivain au service de la conservation du patrimoine médiéval normand.

Le prénom Hyacinthe est précieux autant que littéraire : le nom Langlois est bien normand qui rappelle les Anglois de la guerre de Cent-ans. Le nom d’Hyacinthe Langlois, donné à la place centrale de Pont-de-l’Arche, exprime à merveille le patrimoine médiéval normand et début XIXe de notre ville.

C’est son père, André Gérard, alors officier du roi au bailliage de Pont-de-l’Arche, en charge des forêts, qui choisit le prénom d’Hyacinthe. Beau choix s’il en est, car Hyacinthe est décrit dans les mythes grecs comme un bel homme aimé d’Apollon, dieu des arts et des lettres, père des Muses. André Gérard souhaitait que son fils lui succédât à la charge d’officier du roi, mais le cœur d’Hyacinthe battait pour les arts, lui qui réalisait ‒ enfant déjà ‒ des croquis sur Pont-de-l’Arche, ses habitants, le pittoresque de ses demeures et de son environnement. Quand la Révolution éclata, il avait bientôt 12 printemps. Il put vivre bon an mal an sa passion pour l’art, devenant à Paris l’élève et le modèle posant pour le grand Jacques-Louis David, peintre du Serment du jeu de paume et du Sacre de Napoléon.

 

Esquisse d'Hyacinthe Langlois sur le Pont-de-l'Arche de son enfance. Représenté ici depuis l'ile de La Potterie, actuellement Saint-Pierre (Bibliothèque municipale de Rouen).

Esquisse d'Hyacinthe Langlois sur le Pont-de-l'Arche de son enfance. Représenté ici depuis l'ile de La Potterie, actuellement Saint-Pierre (Bibliothèque municipale de Rouen).

Eustache, son ​premier prénom, lui convient aussi. Inspiré de la commune de Saint-Eustache-la-forêt, près de Bolbec, il désigne en grec, ce “qui porte de beaux épis”. L’art d’Hyacinthe germa, même si pauvre il demeura, avec femme et enfants à Rouen. Il mit le précis de ses gravures sur bois, de sa plume et de son crayon au service de travaux documentaires, soient plus de 1000 dessins et croquis. Il valorisa l’architecture religieuse et civile, la sculpture, le vitrail, le mobilier… et ce principalement de la Normandie médiévale que dépréciaient ses contemporains au profit des arts gréco-romains. Il se fit antiquaire et archéologue, c’est-à-dire historien dans la langue des anciens. Il devint également professeur à l’école des Beaux-arts de Rouen et initia, avec ses amis des sociétés, le musée des antiquités. Eustache le saint médiéval. Hyacinthe le grec rationnel.

Hyacinthe, le personnage des mythes grecs, mourut accidentellement et de son sang naquit la fleur ‒ jacinthe ou iris, c’est selon ‒ symbole du cycle de la nature sans cesse renaissante. Hyacinthe Langlois laissa itou son travail et sa sensibilité à la postérité. Il sensibilisa de nombreux architectes tels qu’Arcisse de Caumont, des auteurs tels que Gustave Flaubert, des artistes tels que Célestin Nanteuil. Écrivain, il légua des nouvelles où il évoque sa fidélité au catholicisme, aux temps anciens, souvent médiévaux et magiques, où il s’échappe du présent le décevant, où il retrouve le soleil de sa jeunesse. Il y campa un paysage nostalgique, annonciateur de l’imagerie gothique, romantique.

Dessin de Polyclès Langlois, fils d'Hyacinthe, pour la réalisation du médaillon devant orner la tombe et la plaque commémorative d'Hyacinthe Langlois sur sa maison natale à Pont-de-l'Arche.

Dessin de Polyclès Langlois, fils d'Hyacinthe, pour la réalisation du médaillon devant orner la tombe et la plaque commémorative d'Hyacinthe Langlois sur sa maison natale à Pont-de-l'Arche.

Aimé, il fut honoré à sa mort par le témoignage de très nombreux amis. Une tombe adossée à un réel menhir l’atteste toujours au cimetière monumental de Rouen. Elle porte un médaillon dessiné par Polyclès, son fils, et sculpté par Pierre-Jean David en 1838. Il porte cette inscription : « À E.-H. Langlois né à Pont-de-l’Arche le 3 août 1777, peintre, graveur, archéologue, la Normandie reconnaissante. » Une copie de ce médaillon fut apposé sur sa maison natale à Pont-de-l’Arche. Levez le regard au-dessus de la vitrine de la boulangerie du bas, “Au fournil de l’arche”, rue Alphonse-Samain.

Photographie du médaillon et de la plaque posés en hommage à Hyacinthe Langlois sur sa maison natale de la rue Alphonse-Samain (cliché Armand Launay, 2011)..

Photographie du médaillon et de la plaque posés en hommage à Hyacinthe Langlois sur sa maison natale de la rue Alphonse-Samain (cliché Armand Launay, 2011)..

En 1865, le Conseil municipal de Pont-de-l’Arche, présidé par Jean-Baptiste Delaporte, décida de baptiser la place du marché (où se trouvait la halle, démolie en 1857) du nom d’Hyacinthe Langlois et ses épis. En 1867, pour le 30e anniversaire de sa mort, un buste en bronze ‒ signé Auguste-Vincent Iguel ‒ fut posé sur un piédestal au centre de la place ; ceci grâce à un comité public. Le buste fut réquisitionné par les autorités allemandes en 1941 pour équiper les armées. En 1953, les édiles firent démolir le ​piédestal, demeuré vide ; en couler un nouveau étant jugé trop cher pour cette période où le passé ‒ peut-être ‒ était plus considéré comme une charge que comme un héritage.

La place Hyacinthe Langlois quand elle portait encore en son point central le buste rendant hommage à l'enfant du pays.

La place Hyacinthe Langlois quand elle portait encore en son point central le buste rendant hommage à l'enfant du pays.

Charmées par la littérature d’Hyacinthe, Simone Sauteur et Anita Patin, enseignantes, donnèrent l’idée de baptiser le collège du nom d’Hyacinthe Langlois. Le baptême eut lieu le 10 octobre 1987, officié par le maire Roger Leroux et la principale du collège Chantal Leroy.

Le souvenir d’Hyacinthe, qui aimait signer “Langlois du Pont de l’Arche“, fit germer l’idée chez son ami Léon Levaillant de Duranville d’étudier l’histoire de notre ville. Il façonna la première marche de l’escalier des études traitant l’histoire de Pont-de-l’Arche.

Une partie des œuvres d’Hyacinthe Langlois sont accessibles, passim, sur le Net.

 

Lisez aussi :

Les monuments rendant hommage à Hyacinthe Langlois à Pont-de-l'Arche, Rouen et Lyons-la-forêt. 

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Vinsareva 11/05/2018 08:38

Merci pour toutes les infos.

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Contactez-moi afin d'étudier ensemble, plus avant, l'histoire et donc de progresser vers la connaissance. Bonne lecture ! armand.launay@gmail.com
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au cœur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

- Mieux connaitre Pont-de-l'Arche à travers 150 noms de rues et de lieux ! (Autoédité, 2019, 64 pages). 

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte.

Accédez aux articles par Google maps