Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2020 6 19 /09 /septembre /2020 16:05
Vue sur le mur pignon et le mur sud du logis prioral (cliché d'Armand Launay, mai 2013).

Vue sur le mur pignon et le mur sud du logis prioral (cliché d'Armand Launay, mai 2013).

Le prieuré de Montaure désigne un ancien établissement religieux dont il reste aujourd'hui un bel espace central ainsi qu'un logis prioral, privés, et l'église Notre-Dame, propriété de la commune. Il ne faut pas le confondre avec la belle demeure bourgeoise, le prieuré, qui doit son nom à la proximité avec le logis prioral et avec le fait qu'elle a été bâti dans l'enclos dudit prieuré (voir les photographie du bas de cet article). 

Le prieuré a été fondé par les bénédictins de Saint-Ouen de Rouen à partir de 1063 et ferma après 1663. L’église Notre-Dame était partagée avec le curé, un temps, et a été placée sous la tutelle du prieuré. C'est ce qui explique leur proximité et, aussi, la présence d'une porte, aujourd'hui murée, dans le chœur par lequel les moines venaient mener l'office. Trois à quatre moines formaient ici une annexe de la grande abbaye Saint-Ouen de Rouen où se trouve aujourd'hui l'hôtel de Ville. Les religieux faisaient ici valoir des terres et percevaient des revenus dans la région (Léry, Le Vaudreuil…) dont ils rendaient une part à leur abbaye de tutelle.

L’église Notre-Dame et le logis prioral ont été reconnus par le Conservatoire régional qui les a inscrits sur la liste des Monuments historiques le 30 septembre 1997 : l'ancien prieuré en totalité : l'église et son mur de soutènement, l'enclos monastique, les sols avec les vestiges qu'il contient, le logis prioral et son portail.

Photographie aérienne disponible sur le site Géoportail (capture d'écran du 21 septembre 2020) avec un calque supplémentaire délimitant et numérotant les parcelles cadastrales. Les parcelles inscrites sur la liste complémentaire des Monuments historiques sont les suivantes : 1996 A 584, 958, 1019 à 1021, 1023, 1024, 1028 à 1031, 1168 à 1170, 1238. C'est-à-dire qu'elles forment un rectangle comprenant l'église, le prieuré et l'espace boisé.

Photographie aérienne disponible sur le site Géoportail (capture d'écran du 21 septembre 2020) avec un calque supplémentaire délimitant et numérotant les parcelles cadastrales. Les parcelles inscrites sur la liste complémentaire des Monuments historiques sont les suivantes : 1996 A 584, 958, 1019 à 1021, 1023, 1024, 1028 à 1031, 1168 à 1170, 1238. C'est-à-dire qu'elles forment un rectangle comprenant l'église, le prieuré et l'espace boisé.

Description du logis prioral

Le bâtiment du prieuré, près de l'église, est couvert d’un toit à croupes garni de tuiles plates. Quelques beaux chainages de pierre de taille calcaire font songer à une construction du XVIIe siècle avec, en remplissage, quelques tuileaux mais surtout de petits moellons de silex et de calcaire. Ceux-ci ont sûrement été réemployés à partir des restes de l'ancien bâtiment prioral. Certains commentateurs ont affirmé que le toit du prieuré fut réalisé en forme de cercueil pour rappeler aux moines la condition humaine. Il est vrai que le faite du toit penche beaucoup d'est à l'ouest et que les murs gouttereaux se rapprochent étrangement. Mais de là à y voir une injonction morale, il y a un problème de dates : dans soRegistre des visites aux établissements religieux, l’archevêque de Rouen Eudes Rigaud (vers 1210-1275) nota à plusieurs reprises que les trois à quatre religieux de Montaure acceptaient de boire dans le village, accueillaient des femmes dans le prieuré et se servaient de matelas, pourtant interdits dans leur ordre. Qui plus est, le prieuré ferma ses portes au moment où, vraisemblablement, fut construit le logis. 

Nous ignorons qui le posséda ensuite ? Servit-il de presbytère ? Quoi qu'il en soit, ses ouvertures sont étroites qui rappellent le Moyen Âge plus que les belles baies des demeures aristocratiques de la Renaissance. 

Il dut se trouver dans le giron d’un établissement religieux ou d’un noble exilé car il fut nationalisé à la Révolution puis revendu comme bien national le 22 aout 1792 à Louis Delarue, fabricant de draps à Elbeuf. Des pavés de fabrication locale orneraient son intérieur d’après Françoise Guilluy.

Aujourd'hui, comme le note la fiche des Monuments historiques, le logis prioral est le seul vestige des bâtiments qui constituaient partiellement la clôture de cet espace.  

Dans les autres parcelles, du côté de la rue Maxime-Marchand, on aperçoit encore de beaux murs de pierre. Des vestiges sont cités dans la notice des Monuments historiques. Nous n'y avons pas eu accès. 

Vue sur le mur pignon est. On mesure le rétrécissement de l'œuvre qui a fait dire à certains commentateurs que le prieuré avait une forme de cercueil pour rappeler aux hommes leur mortalité (cliché d'Armand Launay, mai 2013).

Vue sur le mur pignon est. On mesure le rétrécissement de l'œuvre qui a fait dire à certains commentateurs que le prieuré avait une forme de cercueil pour rappeler aux hommes leur mortalité (cliché d'Armand Launay, mai 2013).

Détails du mur sud du Prieuré (clichés d'Armand Launay, juillet 2013).

Détails du mur sud du Prieuré (clichés d'Armand Launay, juillet 2013).

Le portail du prieuré est un vestige du XVIIe siècle, vraisemblablement. Il est aussi protégé par l'inscription aux Monuments historiques (cliché d'Armand Launay, mai 2013).

Le portail du prieuré est un vestige du XVIIe siècle, vraisemblablement. Il est aussi protégé par l'inscription aux Monuments historiques (cliché d'Armand Launay, mai 2013).

Le prieuré est aussi le nom donné à la belle demeure bourgeoise où résidèrent Maurice Emmanuel et Jean-Baptiste Charcot. Cette demeure doit son nom au fait qu'elle a été construite dans l'enclos prioral et à côté du logis souvent appelé prieuré (carte postale de 1910 et cliché d'Armand Launay, mai 2013)..
Le prieuré est aussi le nom donné à la belle demeure bourgeoise où résidèrent Maurice Emmanuel et Jean-Baptiste Charcot. Cette demeure doit son nom au fait qu'elle a été construite dans l'enclos prioral et à côté du logis souvent appelé prieuré (carte postale de 1910 et cliché d'Armand Launay, mai 2013)..

Le prieuré est aussi le nom donné à la belle demeure bourgeoise où résidèrent Maurice Emmanuel et Jean-Baptiste Charcot. Cette demeure doit son nom au fait qu'elle a été construite dans l'enclos prioral et à côté du logis souvent appelé prieuré (carte postale de 1910 et cliché d'Armand Launay, mai 2013)..

Bibliographie à retrouver au pied de l'article portant sur Notre-Dame de Montaure.  

À consulter aussi : Maurice Emmanuel et Jean-Baptiste Charcot à Montaure.

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Contactez-moi afin d'étudier ensemble, plus avant, l'histoire et donc de progresser vers la connaissance. Bonne lecture ! armand.launay@gmail.com
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au cœur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

- Mieux connaitre Pont-de-l'Arche à travers 150 noms de rues et de lieux ! (Autoédité, 2019, 64 pages). 

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte.

Accédez aux articles par Google maps