Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2021 5 01 /10 /octobre /2021 14:49
Toile de Charles-François Daubigny intitulée "Sur la rive de Seine à Portejoie" et datée de 1871 (collection de l'Art Institute de Chicago).

Toile de Charles-François Daubigny intitulée "Sur la rive de Seine à Portejoie" et datée de 1871 (collection de l'Art Institute de Chicago).

 

Portejoie et Tournedos ont fusionné le premier janvier 2018, date à laquelle est née la commune de Porte-de-Seine, 207 habitants en 2018 itou. Comme maints noms artificiellement forgés en vue de dénommer les communes nouvelles, ce toponyme peut sembler bien creux lui qui résulte d’un compromis entre Porte[-Joie] et [Tournedos-sur-]Seine. Or, le compromis semble s’être fait sur l’attachement à la forme des noms anciens plutôt qu’au sens qu’ils expriment. Pourtant, une lecture de la carte de Cassini, datant de la fin du XVIIIe siècle, peut donner sens à Porte-de-Seine. On peut voir, sur le détail que nous reproduisons, le bourg du Vaudreuil, composé de Notre-Dame et Saint-Cyr. Ainsi, Portejoie et Tournedos sont comme les portes de Seine du Vaudreuil avec quelques garennes les séparant de la ville. Depuis 1981 et la fondation officielle de Val-de-Reuil, les terres de Porte-de-Seine jouxtent celles de la ville nouvelle quand elles ne lui ont pas été annexées. Notre commune est comme un chapelet de fermes-hameaux construits le long de l’eau, sur une légère élévation les rendant insubmersibles. Ces fermes ont été assez largement remplacées par des résidences luxueuses depuis la fin du XIXe siècle, ce qui confère à nos villages un côté “beau quartier de Val-de-Reuil”. On peut aussi lire le nom de Porte-de-Seine comme l’entrée de la Seine dans cette boucle très spéciale où entre aussi l’Eure dans l’une des plus vastes plaines alluviales de la région. On peut enfin voir dans Porte-de-Seine la clé d’entrée dans la compréhension du peuplement de la boucle du Vaudreuil, ceci grâce aux nombreuses fouilles archéologiques de ces dernières décennies. 

Sur cet extrait de la carte de Cassini (de la fin du XVIIIe siècle) Tournedos et Portejoie apparaissent comme des portes d'entrée vers Le Vaudreuil et sa plaine.

Sur cet extrait de la carte de Cassini (de la fin du XVIIIe siècle) Tournedos et Portejoie apparaissent comme des portes d'entrée vers Le Vaudreuil et sa plaine.

 

Une rare concentration d’allées couvertes

Avec l’exploitation de vastes sablières alimentant le secteur de la construction, Porte-de-Seine a bénéficié, grâce à la législation et aux services de l’État, de maintes fouilles archéologiques. Les rapports de ces investigations sont une opportunité pour qui veut mieux connaitre la contrée. La lecture de ces documents, nombreux et techniques, peut cependant paraitre bien rude. Nous nous proposons ici d’en faire une vulgarisation. 

La meilleure entrée dans l’analyse de ces rapports est, à notre sens, l’article de Cyrille Billard, Philippe Chambon, Florence Carré et Florence Guillon, article intitulé “L'ensemble des sépultures collectives de Val-de-Reuil et Portejoie (Eure)”. Il fut publié dans le numéro 9 spécial de la Revue archéologique de Picardie [sic] en 1995 et aux pages 147 à 154. Les auteurs rapportent la découverte de cinq sépultures collectives dans la commune de Portejoie parmi lesquelles trois ont été dûment fouillées. Ils rappellent que la “plaine alluviale de la confluence Seine-Eure” est la zone haut-normande la plus riche en sépultures collectives avec un total de neuf sites situés aussi à Saint-Étienne-du-Vauvray, aux Vignettes de Léry et à Pinterville. Portejoie est donc le site le plus riche en sépultures collectives. Ce sont plus précisément des allées couvertes orientées, donc tournées vers l’est, recueillant plusieurs dizaines de dépouilles. Ces allées apparurent, selon la chronologie proposée par l’INRAP, vers 4500 avant notre ère. Leur usage se généralisa vers - 3500 et ce avant le retour des sépultures individuelles vers - 2300, ceci peu après l’expansion de la culture campaniforme. 

Afin de mieux figurer ce qu'est une allée couverte, voici une photographie de l'allée de Dampmesnil par Camille56 publiée dans Wikipédia.

Afin de mieux figurer ce qu'est une allée couverte, voici une photographie de l'allée de Dampmesnil par Camille56 publiée dans Wikipédia.

Les sites des allées couvertes de Portejoie répertoriés par l’équipe de Cyrille Billard

1. Le premier site est à Val-de-Reuil c’est-à-dire à Portejoie avant 1981. Il s’agit du lieu-dit  Beau-soleil où se trouvent la “Fosse XIV” et la “sépulture I” qui désignent des sépultures collectives fouillées par Guy Verron de 1966 à 1971. “Il s'agit de 2 allées sépulcrales de respectivement 10 m sur 2 et 15 m sur 3”. Des trous de poteaux laissent comprendre qu’un bâtiment en bois couvrait une allée qui n’était donc pas constituée de grosses pierres (les “mégalithes”). Des cimetières mérovingiens ont été identifiés sur les sites de ces deux allées. 

2. Sur le site des Varennes, à Val-de-Reuil, a été fouillée une allée sépulcrale non mégalithique en 1992. Une vingtaine de squelettes ont été identifiés ainsi qu’un toit à une pente qui couvrit sûrement l’allée. 

3. Sur le site rolivalois, adjectif de Val-de-Reuil, de Beau-soleil 3 a été soupçonnée une sépulture collective “lors de décapages mécaniques en 1990”. Une première campagne de fouilles fut entreprise en 1992 qui donna de petits blocs de pierre ainsi qu’une vingtaine de tombes mérovingiennes. 

4. Sur le site de la Butte-Saint-Cyr, désormais aussi à Val-de-Reuil, un monument a été mis au jour parmi l'emplacement médiéval de l’église Sainte-Cécile-de Portejoie. Cette construction mégalithique se trouvait à un mètre au nord de l’édifice chrétien. Long de 11 m sur 3 de large, les dépouilles néolithiques ont été bousculées par “des inhumations médiévales, dont certaines mérovingiennes”. Les archéologues soupçonnent qu’une “partie des blocs utilisés dans l'abside de l'église proviennent de l'allée couverte. Sans aucun doute, le sommet de certains d'entre eux étaient visibles au Moyen Age. Au total, une dizaine de mégalithes sont préservés.” 

 

Ce que l’on apprend 

Les archéologues ont mesuré que ces découvertes se situent “en bordure d'une vaste zone de paléochenaux ayant relié l'Eure à la Seine à hauteur de Portejoie, sur le rebord d'une basse terrasse sablo-graveleuse à une altitude d'environ 12 mètres.” Il est vrai que la lecture d’une carte topographique actuelle montre que l’Eure au Vaudreuil, formant l’ile L’Homme par ses deux bras, semble contrariée dans son écoulement et marque une forte courbe vers le nord. L’écoulement naturel se lit, par des altitudes plus basses, vers l’est, notamment par un champ dénommé Les Vallées. Le confluent de l’Eure et de la Seine se situait donc en ce lieu marécageux. Cyrille Billard a publié, dans un bel effort de vulgarisation scientifique, une carte de la plaine de Poses, sa géologie et les découvertes archéologiques. Elle fut publiée en 2006 dans le rapport de fouilles dénommé “Sur la mare”, à Poses. 

La répartition relativement homogène des allées couvertes démontre que cet éperon émergé, en face du confluent de l’Eure et de la Seine, était habité. Il était peut-être même plus habité que le reste de l’ile alluviale à laquelle il se rattachait. Des traces d’occupation humaine de l’âge du fer (à partir de - 800), de La Tène (c’est-à-dire les 500 dernières années avant notre ère) et de la Gaule-romaine ont été attestées. Mais c’est l’époque mérovingienne qui fournit le plus de vestiges d’occupation.    

Carte de la plaine du Vaudreuil produite par Cyrille Billard et publiée en 2006 dans un rapport de fouilles entreprises à Poses et intitulé "Sur la mare". Ce précieux document nous renseigne sur les paléochenaux et donc sur la localisation des habitats. Cette carte nous sert plusieurs fois de support à notre texte.

Carte de la plaine du Vaudreuil produite par Cyrille Billard et publiée en 2006 dans un rapport de fouilles entreprises à Poses et intitulé "Sur la mare". Ce précieux document nous renseigne sur les paléochenaux et donc sur la localisation des habitats. Cette carte nous sert plusieurs fois de support à notre texte.

Un important site mérovingien et médiéval

C’est ici un bel article de Florence Carré qui nous instruit. Très universitairement intitulé “Le site de Portejoie (Tournedos, Val-de-Reuil, Eure), VIIe-XIVe siècles : organisation de l'espace funéraire”, il fut publié en 1996, aux pages 153 à 162 d’un supplément à la Revue archéologique du centre de la France. Comme on le voit sur la carte de Cyrille Billard, citée ci-dessus, le village médiéval de Portejoie n’était pas à l’endroit où nous le connaissons de nos jours. Il était situé plus au nord sur une légère terrasse alluviale au nord d’un ancien chenal sûrement encore marécageux au début du Moyen Âge. Ce bras de l’Eure, vraisemblablement, séparait le Portejoie actuel du hameau de Beau-soleil près duquel ont été localisées les allées couvertes. Or, il semble qu’au VIIe siècle un habitat groupé émergea au nord de la Butte Saint-Cyr, ancêtre assurément du village de Portejoie. Cela témoigne peut-être d’une transition entre un habitat épars, fait de fermes-hameaux, à l’émergence de points centraux devenus par la suite des sièges paroissiaux. 

Bien loin d’abandonner ou de raser les lieux sacrés du Néolithique, les chrétiens mérovingiens utilisèrent trois nécropoles port-joyeuses : la Fosse XIV, Beau-soleil 3 et la Butte Saint-Cyr. Les deux premières furent délaissées au VIIIe siècle au profit du site de Saint-Cyr. Les archéologues, profitant du fait que le cimetière n’est plus utilisé, ont mis au jour 1665 inhumations autour du site néolithique. Les dernières remontent au premier tiers du XIVe siècle. Mais cela pose problème : pourquoi avoir privilégié un site unique pour les inhumations ? Est-on passé de petites nécropoles familiales liées à des fermes-hameaux à un cimetière collectif témoignant de l’émergence d’un village ? Les archéologues ont noté l’absence de sarcophages dans les petites nécropoles alors qu’ils en ont dénombré 50 à Saint-Cyr. Cela exprimerait une différence de statut entre les occupants des différents espaces. Le cimetière de Saint-Cyr témoignerait alors de l’émergence d’un fief majeur ? 

Carte géologique de la Butte-Saint-Cyr sur une capture d'écran réalisée à partir du site Géoportail. Nous utilisons la carte géologique car elle présente encore le sol tel qu'il fut avant l'ouverture de vastes sablières ayant défiguré le paysage local. Les isoplèthes d'altitude, les courbes de niveau, permettent de retracer le rivage d'une ile de Seine où a émergé la paroisse de Portejoie.

Carte géologique de la Butte-Saint-Cyr sur une capture d'écran réalisée à partir du site Géoportail. Nous utilisons la carte géologique car elle présente encore le sol tel qu'il fut avant l'ouverture de vastes sablières ayant défiguré le paysage local. Les isoplèthes d'altitude, les courbes de niveau, permettent de retracer le rivage d'une ile de Seine où a émergé la paroisse de Portejoie.

L’émergence d’un fief ecclésiastique ?

L’autrice, Florence Carré, a creusé la réflexion avec Marie-Pierre Ruas et Jean-Hervé Yvinec, dans un autre article publié en 2007 et intitulé “Le site rural de Portejoie (Tournedos / Val-de-Reuil, Eure, France) : des espaces particuliers au sein de l’habitat du haut Moyen Âge ?” À partir des restes animaux, les auteurs fondent l’hypothèse que le fief du cimetière était privilégié, notamment car on y trouve des restes de jeunes caprins. De plus, au VIIIe siècle émergea l’église Sainte-Cécile qui semble faire du cimetière ancestral un enclos paroissial. Florence Carré site un acte (annexe I) de 1006 qui fait état du fisc royal du Vaudreuil et qui mentionne cinq églises paroissiales dont Sainte-Cécile de Portejoie (Portus Gaudii). Ce nom est équivoque et peut signifier le port joyeux, dans le sens d’heureux, opportun (comme dans le proche Bon-Port) ou le port d’un seigneur appelé Joyeux comme dans les proches paroisses de Gouy et Jouy. Nous aurions affaire à un fief ecclésiastique qui expliquerait le contraste avec la modicité des habitations trouvées alentour, c’est-à-dire de nombreux fonds de cabanes. Autre singularité de ce fief : entre le VIIIe et le Xe siècles, “période où le village semble se déplacer hors de l’espace fouillé, l’installation de structures de combustion probablement liées au traitement des céréales distingue encore le secteur de l’église. Cette activité n’est représentée qu’à plus de 250 m de là, et véritablement développée à une distance de 400 m.” Peut-être avons-nous affaire au développement de la culture dans l’ancien bras de l’Eure. L’autrice principale note, de même, que “l’extension du cimetière à partir du XIe siècle se fait d’une part à l’ouest sur une frange de l’habitat qui n’est plus occupé…”

Dernier argument, les archéologues ont noté qu’une seule tombe fut disposée dans un axe nord-sud : il s’agit d’un sarcophage richement décoré. Est-ce pour lui que l’église Saint-Cécile fut bâtie en ce lieu ? Ou est-ce en raison de la proximité de l’allée couverte ? 

 

Déplacement de la rive et rôle de Port-Pinché

Florence Carré a noté un abandon relatif de la Butte Saint-Cyr à la fin du Xe siècle. Cela témoigne assurément de l'assèchement du marécage de l’ancien bras de l’Eure entre Le Vaudreuil et son port : celui de Portejoie. Le confluent entre l’Eure et la Seine s’est donc reporté un peu en aval, aux Damps, site que nous avons auparavant étudié. C’est surtout le trait de rive, déporté à l’est, qui a dû attirer les Port-Joyeux dans les hameaux de La Gribouille, Pampou, Port-Pinché et Portejoie. Un site étudié par Auguste Le Prévost dans le tome II de ses Mémoires et notes nous semble instructif à ce propos : Port-Pinché. Il a conservé la caractéristique d’être un port, comme Portejoie, et a fait l’objet de constructions régaliennes en 1198 grâce à Richard Cœur de Lion, duc de Normandie et roi d’Angleterre. En effet, dans le cadre de la défense de la Normandie contre les velléités du roi de France, Philippe II dit Auguste, Richard fit des réparations au bac (bacum) et au manoir du roi (domum regis) de Portum Gaudii (Portejoie). Plus encore, il fit bâtir une barbacane (bretescha) et un pont tournant sur le pont de Portejoie. Il semble que les fortifications aient été bâties dans une ile face à Port-Pinché et que le pont ait été bâti tout en bois. Au-delà de l’urgence défensive du moment, dont témoigne toujours le proche Château-Gaillard, cela révèle l’importance stratégique de ces lieux pour le souverain : le franchissement de la Seine par la voie reliant Louviers et Le Vaudreuil au Vexin en passant par Connelles et sa vallée montant à Daubeuf. Nous notons, au passage, qu’il existe un Mont-Joyeux dans cette commune qui, sans que nous ne sachions s’il y a un lien, rappelle le nom de Portejoie. Idem, la Butte-Saint-Cyr évoque l’une des deux paroisses du Vaudreuil : Saint-Cyr, à côté de Notre-Dame, comme pour en marquer l’autorité. Enfin, Auguste Le Prévost nous apprend aussi que la charte de 1006 (annexe I) consista en une dotation de Richard, duc de Normandie, en faveur de l’abbaye de Fécamp. Il attribua des droits sur la paroisse de Portejoie, preuve supplémentaire de son autorité directe sur ces lieux proches du Vaudreuil. 

 

De la Butte-Saint-Cyr à Portejoie

La Butte-Saint-Cyr fut peu à peu dépeuplée et son église Sainte-Cécile disparut dans le premier tiers du XIVe siècle. Seul le hameau de Beau-soleil a constitué et témoigné d’une habitation humaine pérenne en ce lieu désormais dans les terres. L’église Sainte-Cécile nous renseigne d’ailleurs sûrement sur l’étonnante église Saint-Quentin de Poses. Cette dernière est excentrée du village actuel et se trouve sur une bosse, petite terrasse alluviale de Seine. Il y a donc des chances que Poses fût un village ou un ensemble de hameaux proches de Saint-Quentin. La population a dû se déplacer en fonction de l’assèchement de la plaine et ce afin de rester à proximité des activités fluviales tout en cultivant des terres. Il faut croire aussi que le lit de la Seine s’est encaissé, rendant moins submersibles les nouveaux hameaux qui s’égrenaient sur le rebord de la rive gauche, si ce n'est pas sur des iles. Peut-être ont-elles même été un peu surélevées par la main de l’homme ?  

Il est d’ailleurs permis de penser que le nouveau Portejoie ait été peu à peu créé en raison du déplacement du franchissement de la Seine. Autrefois à Port-Pinché, il semble que la voie vers Herqueville ait été préférée à celle de Connelles, peut-être à cause de l’évolution du lit de la Seine. C’est elle qu’on retrouve sur la carte de Cassini à la fin du XVIIIe siècle où est symbolisé par des tirets le trajet du bac. 

Comparaison photographiques entre un document publié sur le site de la mairie de Portejoie avant les récentes restaurations et une carte postale illustrée des années 1910 conservée aux Archives de l'Eure sous la cote 8 Fi 471-2 et accessible en ligne.
Comparaison photographiques entre un document publié sur le site de la mairie de Portejoie avant les récentes restaurations et une carte postale illustrée des années 1910 conservée aux Archives de l'Eure sous la cote 8 Fi 471-2 et accessible en ligne.

Comparaison photographiques entre un document publié sur le site de la mairie de Portejoie avant les récentes restaurations et une carte postale illustrée des années 1910 conservée aux Archives de l'Eure sous la cote 8 Fi 471-2 et accessible en ligne.

L’émergence de Sainte-Colombe et le nouveau Portejoie

Quoi qu’il en soit, l’église Sainte-Colombe de Portejoie apparait dans les archives à la fin du XVe siècle d’après la fiche Mérimée du Ministère de la culture. Léon Coutil, à la page 115 de son article archéologique du Bulletin de la Société d'études diverses de Louviers de 1893, cita même la date de 1482 pour attester l'existence de Sainte-Colombe. Cela appelle à s’interroger sur le laps de temps entre la désaffection de Sainte-Cécile, au premier tiers du XIVe siècle, et l’émergence de Sainte-Colombe près de 150 ans plus tard. Il est probable qu’une église rurale précédât l’actuelle Sainte-Colombe avant qu’il fût décidé de reprendre le matériau de Sainte-Cécile dans une construction plus ambitieuse au XVe siècle. Sainte-Colombe dût devenir le siège de la paroisse, toujours placée sous le patronage de l’abbaye de Fécamp, dans le même temps où Sainte-Cécile fut abandonnée. Dans le cadre d’importantes restaurations qui viennent d’avoir lieu, le maire de Porte-de-Seine, Jean-Philippe Brun, a noté que “Il y aurait eu un beffroi originel, autour duquel l'église actuelle aurait été édifiée au XVIe siècle. Ce beffroi aurait pu être situé à l'extrémité d'une église plus ancienne et détruite. On relève dans la charpente des techniques d'assemblage médiévales, notamment ce qu'on appelle mi-bois.” 

L'église Sainte-Colombe de Portejoie, en 1901, huile sur toile de Gustave Loiseau (1865-1935).

L'église Sainte-Colombe de Portejoie, en 1901, huile sur toile de Gustave Loiseau (1865-1935).

Photographies de la nef et du chœur, ainsi que du chevet de Sainte-Colombe (où l'on voit la statue de la sainte) par Jean-Philippe Brun, que nous remercions. Photographies de la nef et du chœur, ainsi que du chevet de Sainte-Colombe (où l'on voit la statue de la sainte) par Jean-Philippe Brun, que nous remercions.

Photographies de la nef et du chœur, ainsi que du chevet de Sainte-Colombe (où l'on voit la statue de la sainte) par Jean-Philippe Brun, que nous remercions.

On retrouve une description architecturale de Sainte-Colombe dans l’intéressant texte de Michel Kitzis publié dans le blog communal. Brièvement nous rappelons que l’église est bâtie selon un plan en croix latine. Elle possède un vaisseau et un chœur remaniés dans la seconde moitié du XVIe siècle où l’édifice a été revêtu des atours d’une dame gothique avec des fenêtres à remplages. Restaurée au XIXe siècle, l’église a le charme des temples ruraux de la région et se trouve mise en valeur grâce à la berge qui lui sert de piédestal au-dessus du coulant miroir de Seine. Les artistes ne s’y sont pas trompés qui ont reproduit Sainte-Colombe sur diverses toiles et le Ministère de la culture n’est pas en reste qui a classé l’église et son enclos paroissial parmi les sites remarquables le 28 mai 1926. De plus, les fonts baptismaux ont été classés Monuments historiques au titre d’objet le 10 juin 1907.

Détail des fonts baptismaux par une photographie de Jean-Philippe Brun et par un document disponible dans la base POP du Ministère de la culture. Détail des fonts baptismaux par une photographie de Jean-Philippe Brun et par un document disponible dans la base POP du Ministère de la culture.

Détail des fonts baptismaux par une photographie de Jean-Philippe Brun et par un document disponible dans la base POP du Ministère de la culture.

Notons enfin le gout pour le patrimoine du maire Jean-Philippe Brun et son équipe qui a permis la restauration de Sainte-Colombe et la proche mairie du XVIIe siècle ; restauration qui a valu à la commune de Porte-de-Seine le prix des “Rubans du Patrimoine” pour la région normande en 2021. 

Enfin une dernière église de la commune, disparue, nous éclaire encore sur le peuplement de cette partie de la boucle du Vaudreuil : Saint-Saturnin de Tournedos. 

Sélection de cartes postales des années 1910 illustrant la proximité de Portejoie avec l'élément aquatique qui, en retour, explique la localisation de la commune.
Sélection de cartes postales des années 1910 illustrant la proximité de Portejoie avec l'élément aquatique qui, en retour, explique la localisation de la commune. Sélection de cartes postales des années 1910 illustrant la proximité de Portejoie avec l'élément aquatique qui, en retour, explique la localisation de la commune.
Sélection de cartes postales des années 1910 illustrant la proximité de Portejoie avec l'élément aquatique qui, en retour, explique la localisation de la commune. Sélection de cartes postales des années 1910 illustrant la proximité de Portejoie avec l'élément aquatique qui, en retour, explique la localisation de la commune. Sélection de cartes postales des années 1910 illustrant la proximité de Portejoie avec l'élément aquatique qui, en retour, explique la localisation de la commune.

Sélection de cartes postales des années 1910 illustrant la proximité de Portejoie avec l'élément aquatique qui, en retour, explique la localisation de la commune.

​​​​​​​Saint-Saturnin de Tournedos : l’église sœur de Sainte-Cécile

Saint-Saturnin n’est plus, de nos jours, qu’une chapelle dans un bois à quelques pas d’un cimetière, lui-même isolé des habitations. On la voit nettement sur une carte postale des années 1910 où sa brique et son moellon témoignent d’une construction datant, vraisemblablement, des années 1850. Elle semble déjà relativement peu utilisée, la légende la décrivant “dans les bois” et la verdure alentour étant peu battue par le passage des hommes. 

Carte postale illustrée des années 1910 montrant la chapelle de Tournedos.

Carte postale illustrée des années 1910 montrant la chapelle de Tournedos.

Saint-Saturnin n’était déjà plus qu’un témoin palliant un peu la disparition et de la paroisse et de son église. Elle nous rappelle, en ce sens et plus modestement, la chapelle Saint-Pierre des Damps. Mais elle fut auparavant, et semble-t-il en ce même lieu, le siège de la paroisse comme en témoigne la carte de Cassini de la fin du XVIIIe siècle. La fiche Mérimée du ministère de la culture nous apprend que l’église fut vendue comme bien national à la Révolution et détruite peu après. Elle dût servir de carrière de pierre. Dans le tome II du Dictionnaire historique de toutes les communes de l’Eure, paru en 1879, Louis-Étienne Charpillon et Anatole Caresme nous apprennent, dans l’article portant sur Tournedos-sur-Seine, que : “Cette paroisse est désignée sous le nom de Novavilla dans une charte de 1126, confirmant une précédente de 1006, par laquelle Richard II avait donné l’église de Saint-Saturnin à l’abbaye de Fécamp.” La Novavilla, la ville neuve, semble désigner le village développé le long de la Seine. C’est l’étude de Portejoie qui nous éclaire à ce sujet car elle nous a fait prendre conscience que la plaine alluviale s’était alors suffisamment asséchée en ensablée, vers l’an mil, pour que la rive soit déportée plus à l’est, là où nous la connaissons depuis. L’église Saint-Saturnin, comme l’ancienne église Sainte-Cécile de Portejoie, témoigne de l’emplacement de l’ancien village, siège de la paroisse. La carte géologique réalisée par Cyrille Billard en 2006, ceci pour instruire son étude archéologique intitulée Sur la mare, démontre que Saint-Saturnin se situait sur le rebord d’une légère terrasse sablo-graveleuse de la plaine du Vaudreuil, à l’endroit où, formant un ilot, l’altitude dépasse les 10 m. Le site de l’église se situe même, certes au-delà et au fond d’un petit chenal, dans la continuité des cinq allées couvertes découvertes (je n’ai pas pu m’empêcher) près de la Butte-Saint-Cyr. Elle recouvrait peut-être elle aussi un site néolithique.    

La statue Saint-Saturnin de l'église Poses est un vestige de l'église de Tournedos. Illustration de la base POP du Ministère de la culture.

La statue Saint-Saturnin de l'église Poses est un vestige de l'église de Tournedos. Illustration de la base POP du Ministère de la culture.

La fiche Mérimée de l’église Saint-Saturnin nous apprend l’existence d’ultimes vestiges de Saint-Saturnin : la statue de ce saint située dans l’église Saint-Quentin de Poses. La conservation régionale suspecte aussi que la statue de Saint-Éloi et le groupe sculpté de Saint-Nicolas proviennent de l’église de Tournedos. Ces trois œuvres furent classées Monuments historiques au titre d’objets le 22 février 1979. Enfin, une croix hosannière portant le millésime de 1742 trouve sa place centrale dans le cimetière. Elle constitue un vestige, si ce n’est de l’église, de l’enclos paroissial. 

Série de cartes postales illustrées de Tournedos-sur-Seine. Datées des années 1910, elles se retrouvent passim sur le Net et sur le site des Archives de l'Eure. On y lit le basculement entre le temps des fermes, quand la France était largement paysanne, et les cafés devenant des hôtels, des terrasses pour les gens de la ville venus ici pêcher et respirer. Les plus riches d'entre eux devinrent des propriétaires de résidences secondaires qui modifièrent largement le bâti communal.
Série de cartes postales illustrées de Tournedos-sur-Seine. Datées des années 1910, elles se retrouvent passim sur le Net et sur le site des Archives de l'Eure. On y lit le basculement entre le temps des fermes, quand la France était largement paysanne, et les cafés devenant des hôtels, des terrasses pour les gens de la ville venus ici pêcher et respirer. Les plus riches d'entre eux devinrent des propriétaires de résidences secondaires qui modifièrent largement le bâti communal. Série de cartes postales illustrées de Tournedos-sur-Seine. Datées des années 1910, elles se retrouvent passim sur le Net et sur le site des Archives de l'Eure. On y lit le basculement entre le temps des fermes, quand la France était largement paysanne, et les cafés devenant des hôtels, des terrasses pour les gens de la ville venus ici pêcher et respirer. Les plus riches d'entre eux devinrent des propriétaires de résidences secondaires qui modifièrent largement le bâti communal.
Série de cartes postales illustrées de Tournedos-sur-Seine. Datées des années 1910, elles se retrouvent passim sur le Net et sur le site des Archives de l'Eure. On y lit le basculement entre le temps des fermes, quand la France était largement paysanne, et les cafés devenant des hôtels, des terrasses pour les gens de la ville venus ici pêcher et respirer. Les plus riches d'entre eux devinrent des propriétaires de résidences secondaires qui modifièrent largement le bâti communal. Série de cartes postales illustrées de Tournedos-sur-Seine. Datées des années 1910, elles se retrouvent passim sur le Net et sur le site des Archives de l'Eure. On y lit le basculement entre le temps des fermes, quand la France était largement paysanne, et les cafés devenant des hôtels, des terrasses pour les gens de la ville venus ici pêcher et respirer. Les plus riches d'entre eux devinrent des propriétaires de résidences secondaires qui modifièrent largement le bâti communal. Série de cartes postales illustrées de Tournedos-sur-Seine. Datées des années 1910, elles se retrouvent passim sur le Net et sur le site des Archives de l'Eure. On y lit le basculement entre le temps des fermes, quand la France était largement paysanne, et les cafés devenant des hôtels, des terrasses pour les gens de la ville venus ici pêcher et respirer. Les plus riches d'entre eux devinrent des propriétaires de résidences secondaires qui modifièrent largement le bâti communal.
Série de cartes postales illustrées de Tournedos-sur-Seine. Datées des années 1910, elles se retrouvent passim sur le Net et sur le site des Archives de l'Eure. On y lit le basculement entre le temps des fermes, quand la France était largement paysanne, et les cafés devenant des hôtels, des terrasses pour les gens de la ville venus ici pêcher et respirer. Les plus riches d'entre eux devinrent des propriétaires de résidences secondaires qui modifièrent largement le bâti communal. Série de cartes postales illustrées de Tournedos-sur-Seine. Datées des années 1910, elles se retrouvent passim sur le Net et sur le site des Archives de l'Eure. On y lit le basculement entre le temps des fermes, quand la France était largement paysanne, et les cafés devenant des hôtels, des terrasses pour les gens de la ville venus ici pêcher et respirer. Les plus riches d'entre eux devinrent des propriétaires de résidences secondaires qui modifièrent largement le bâti communal. Série de cartes postales illustrées de Tournedos-sur-Seine. Datées des années 1910, elles se retrouvent passim sur le Net et sur le site des Archives de l'Eure. On y lit le basculement entre le temps des fermes, quand la France était largement paysanne, et les cafés devenant des hôtels, des terrasses pour les gens de la ville venus ici pêcher et respirer. Les plus riches d'entre eux devinrent des propriétaires de résidences secondaires qui modifièrent largement le bâti communal.

Série de cartes postales illustrées de Tournedos-sur-Seine. Datées des années 1910, elles se retrouvent passim sur le Net et sur le site des Archives de l'Eure. On y lit le basculement entre le temps des fermes, quand la France était largement paysanne, et les cafés devenant des hôtels, des terrasses pour les gens de la ville venus ici pêcher et respirer. Les plus riches d'entre eux devinrent des propriétaires de résidences secondaires qui modifièrent largement le bâti communal.

Huile sur panneau de bois d'Hippolyte Camille Delpy (1842-1910). Cette œuvre est datée de 1899 et intitulée "Soleil couchant, Pampoux-sur-Seine", Pampou étant un des hameaux de Porte-de-Seine.

Huile sur panneau de bois d'Hippolyte Camille Delpy (1842-1910). Cette œuvre est datée de 1899 et intitulée "Soleil couchant, Pampoux-sur-Seine", Pampou étant un des hameaux de Porte-de-Seine.

Parmi les gens de la ville prenant du bon temps à Tournedos on compte le célèbre Félix Vallotton qui peignit, en 1922, "La Seine bordée de saules, Tournedos".

Parmi les gens de la ville prenant du bon temps à Tournedos on compte le célèbre Félix Vallotton qui peignit, en 1922, "La Seine bordée de saules, Tournedos".

Conclusion

Porte-de-Seine est une porte d’entrée dans la compréhension du peuplement de la boucle du Vaudreuil ainsi que des déplacements de populations en fonction de l’ensablement de la vallée et du déplacement du cours de l’Eure et de la Seine. Grâce à de riches comptes-rendus archéologiques, nous pouvons retracer le peuplement dès le Néolithique et nous apercevoir d’une continuité de peuplement à la Butte-Saint-Cyr sur ce qui semble être le confluent de l’Eure et de la Seine et donc tourné vers les activités fluviales. Peut-être même que la Butte-Saint-Cyr fût une sorte d’avant-port du Vaudreuil. La christianisation marqua un grand retour dans la pratique de l’inhumation et les sites néolithiques furent réinvestis. L’analyse des cimetières a montré l’émergence d’un fief central autour de l’enclos paroissial Sainte-Cécile où émergea peu à peu une église. L’assèchement de la vallée conduisit les habitants à déménager près des nouvelles berges là où nous les connaissons de nos jours et c’est ainsi qu’au début du millénaire apparurent les sites de Portejoie, Tournedos et leurs hameaux. Quelques siècles plus tard, les anciennes églises de Portejoie et Tournedos furent abandonnées alors que celle de Poses fut entretenue, bien qu’à l’écart du nouveau village. Porte-de-Seine porte le sens de lecture de cette curieuse et belle plaine du Vaudreuil. 




 

Annexe I : dons de Richard II sur les églises de la boucle du Vaudreuil à l’abbaye de Fécamp

Acte faisant partie de la Collection du musée du Palais Bénédictine, à Fécamp, sous la cote Inv. 3 R005 (Engel 1 bis). Il est reproduit sur le site de l’université de Caen, Scripta, grâce au travail de Pierre Bauduin : “... in vallæ Rologiville, æcclesiam Sanctæ Mariæ, æcclesiam Sancti Stephani, æcclesiam Sanctæ Ceciliæ, æcclesiam Sancti Saturnini, æcclesiam Sancti Quintini cum capellis subjectis eis et quicquid terræ arabilis et prati ad eas pertinet…” On retrouve Sainte-Marie donc Notre-Dame du Vaudreuil, Saint-Stéphane donc Saint-Étienne du Vauvray, Sainte-Cécile de Portejoie, Saint-Saturnin de Tournedos et Saint-Quentin de Poses. 

L’extrait ci-dessus est accompagné de la traduction et contextualisation suivante : “30 mai 1006 : Richard II, pour compléter l’œuvre entreprise par son père Richard Ier, ayant confié à l’abbé Guillaume [de Volpiano] le monastère de Fécamp, concède audit monastère : dans le comté de Caux, à Fécamp, le tiers des colons et de la terre, la part de forêt comprise entre la voie publique et la mer et la moitié de l’impôt ; à Grainville tout ce qu’il possède ; à Arques le tiers de la pêcherie et deux salines ; l’église d’Ecretteville ; à Harfleur un manse ; à Rouen un manse avec une chapelle ; l’église de Pissy ; l’église de Barentin et cinq églises au Vaudreuil ; Aizier et Hennequeville. Il concède la liberté d’ordination et d’élection selon la coutume de Cluny, et pleine indépendance de toute autorité, sauf intervention éventuelle de réformateurs.”

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Pont de l'Arche et sa région histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Contactez-moi afin d'étudier ensemble, plus avant, l'histoire et donc de progresser vers la connaissance. Bonne lecture ! armand.launay@gmail.com
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au cœur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

- Mieux connaitre Pont-de-l'Arche à travers 150 noms de rues et de lieux ! (Autoédité, 2019, 64 pages). 

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte.

Accédez aux articles par Google maps