Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 11:06
La façade sud de l'église Notre-Dame-des-arts par un magnifique jour de juillet 2010 (cliché Armand Launay).

La façade sud de l'église Notre-Dame-des-arts par un magnifique jour de juillet 2010 (cliché Armand Launay).

Localisation de l'église de Pont-de-l'Arche

=> Visite fléchée du bâtiment sur Calaméo (document de la Ville de Pont-de-l'Arche) avec possibilité de télécharger une version PDF. 

Visite : libre, tous les jours

Propriétaire : Ville de Pont-de-l'Arche

Affectataire : paroisse catholique Saint-Pierre-des-deux-rives

Vocables : Saint-Vigor depuis le Moyen Âge, Notre-Dame-des-arts depuis 1896. 

Monument historique : bâtiment classé de 1846 à 1878 et depuis le 28 décembre 1910. De nombreux objets sont également classés ou inscrits sur la liste complémentaire des Monuments historiques. 

Adresse : place du maréchal-Leclerc, 27340 Pont-de-l'Arche.

Historique

Comme les églises Notre-Dame de Louviers, Saint-Maclou de Rouen, celles d’Harfleur et de Caudebec-en-Caux, Notre-Dame-des-arts témoigne de la prospérité du commerce sur la Seine après la guerre de Cent-ans. Les fidèles ont permis l’édification d’églises dans le plus beau style du XVIe siècle : le gothique flamboyant. Le gros-œuvre fut bâti entre 1499 et 1566 à la place d’une église rurale. Des travaux complémentaires ont eu lieu jusque vers 1650, d’où certaines décorations de style Renaissance. En 1896, elle devint Notre-Dame-des-arts suite à la volonté du curé Pierre Octave Philippe de célébrer la beauté sous les traits de la Vierge Marie. Après plusieurs campagnes de restauration, l’église fut classée Monument historique le 28 décembre 1910.

Jusqu'à plus ample informé, nous avons ici la plus ancienne représentation - réaliste - de l'église de Pont-de-l'Arche. Elle date de 1850 environ et provient de La Normandie illustrée : monuments, sites et costumes... / dessinés d'après nature par Félix Benoist et lithographiés par les premiers artistes de Paris, les costumes dessinés et lithographiés par François-Hippolyte Lalaisse,... ; texte par M. Raymond Bordeaux et Amélie Bosquet, sous la direction de M. André Pottier,... pour la Haute-Normandie…, Nantes : Charpentier père, fils et Cie, 1852, 2 volumes.

Jusqu'à plus ample informé, nous avons ici la plus ancienne représentation - réaliste - de l'église de Pont-de-l'Arche. Elle date de 1850 environ et provient de La Normandie illustrée : monuments, sites et costumes... / dessinés d'après nature par Félix Benoist et lithographiés par les premiers artistes de Paris, les costumes dessinés et lithographiés par François-Hippolyte Lalaisse,... ; texte par M. Raymond Bordeaux et Amélie Bosquet, sous la direction de M. André Pottier,... pour la Haute-Normandie…, Nantes : Charpentier père, fils et Cie, 1852, 2 volumes.

Architecture

Notre-Dame-des-arts a été bâtie en pierre ocre et tendre, peut-être de Saint-Leu, sur des soubassements calcaires (pierre locale de la vallée de la Seine). Elle est composée d’un vaisseau de 6 travées élargi de deux bas-côtés qui, avec ses 38 mètres de long, unissent la nef au chœur. L’église est dépourvue de transept, l'espace qui donne aux églises leur forme de croix, et de déambulatoire, le chemin qui permet de circuler autour du chœur. On sent que la place a fait défaut au-dessus de la sente de Beauregard et qu'on a privilégié la nef, c'est-à-dire l'accueil d'un public nombreux. Grâce à de grandes arcades et des fenêtres hautes achevées de 1864 à 1865 par M. Simon, architecte de Rouen, notre église possède un grand volume très éclairé. Avec ses 22 mètres de hauteur, c’est un des plus hauts vaisseaux de Normandie, ce qui fait que certains visiteurs hésitent à désigner sous le nom de "cathédrale" Notre Dame de Pont-de-l'Arche. 

Plan de l'église de Pont-de-l'Arche (archives de l'Eure, 1FI 859).

Plan de l'église de Pont-de-l'Arche (archives de l'Eure, 1FI 859).

Façade sud

Voici une des plus grandes façades flamboyantes de Normandie (37 mètres de long). Flamboyant ? Le terme est d’Hyacinthe Langlois, artiste né à Pont-de-l’Arche (1777-1837). Il caractérise ce style gothique aux riches sculptures et désignait à l’origine les ondulations en pierre soutenant les vitraux (remplages) et qui font penser à des flammes…

Cette façade fut restaurée et complétée par l’architecte Lucien Lefort à partir de 1897 (gâbles et arcs boutants). A noter, au milieu de cette façade, la « porte du Paradis », murée, par laquelle étaient sortis les cercueils. A droite de l’entrée, deux statues représentent un architecte tenant un plan, clin-d'oeil à Lucien Lefort (?), et un moine au léger sourire. Ce sont des fantaisies des restaurateurs du XIXe siècle.

Les formes des remplages des vitraux rappellent la danse des flammes. C'est pour cela que Hyacinthe Langlois a nommé cette phase "gothique flamboyant" pour désigner la finesse des sculptures s'élevant vers le ciel (cliché Armand Launay, 2010).

Les formes des remplages des vitraux rappellent la danse des flammes. C'est pour cela que Hyacinthe Langlois a nommé cette phase "gothique flamboyant" pour désigner la finesse des sculptures s'élevant vers le ciel (cliché Armand Launay, 2010).

Deux statuettes de la façade sud sont des clin-d'oeil laissés par des restaurateurs de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe siècle. Elles représentent, d'un côté, un architecte habillé à la mode médiévale et tenant un plan sous la forme d'un parchemin et, de l'autre coté, un moine rêvassant, pour ne pas dire s'ennuyant (clichés Armand Launay, 2014 et 2011).
Deux statuettes de la façade sud sont des clin-d'oeil laissés par des restaurateurs de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe siècle. Elles représentent, d'un côté, un architecte habillé à la mode médiévale et tenant un plan sous la forme d'un parchemin et, de l'autre coté, un moine rêvassant, pour ne pas dire s'ennuyant (clichés Armand Launay, 2014 et 2011).

Deux statuettes de la façade sud sont des clin-d'oeil laissés par des restaurateurs de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe siècle. Elles représentent, d'un côté, un architecte habillé à la mode médiévale et tenant un plan sous la forme d'un parchemin et, de l'autre coté, un moine rêvassant, pour ne pas dire s'ennuyant (clichés Armand Launay, 2014 et 2011).

Intérieur... mobilier, statues, vitraux...

Voici une série de photographies commentées couvrant certains éléments de notre église... 

Les fonts baptismaux hexagonaux ont été sculptés dans de la pierre calcaire en 1523 (classés MH en 1907). Il semble que la huitième face symbolise la renaissance puisqu'il vient juste après le chiffre 7 (cliché Armand Launay, 2011).

Les fonts baptismaux hexagonaux ont été sculptés dans de la pierre calcaire en 1523 (classés MH en 1907). Il semble que la huitième face symbolise la renaissance puisqu'il vient juste après le chiffre 7 (cliché Armand Launay, 2011).

La Crucifixion (au-dessus du maitre-autel) est un vitrail contemporain de l’atelier Barillet (cliché Armand Launay, 2010)

La Crucifixion (au-dessus du maitre-autel) est un vitrail contemporain de l’atelier Barillet (cliché Armand Launay, 2010)

La verrière appelée le "baptême du Christ" comprend les plus anciens vitraux conservés en l'église Notre-Dame (vers 1510). Cette verrière a été restaurée en 1883 par l'atelier Duhamel-Marette et classée MH en 1862 (cliché Armand Launay, 2010).

La verrière appelée le "baptême du Christ" comprend les plus anciens vitraux conservés en l'église Notre-Dame (vers 1510). Cette verrière a été restaurée en 1883 par l'atelier Duhamel-Marette et classée MH en 1862 (cliché Armand Launay, 2010).

Saint Michel terrassant le dragon, sculpture sur bois, XVIIe siècle. Statue inscrite aux MH en 1977 (cliché Armand Launay, 2013).

Saint Michel terrassant le dragon, sculpture sur bois, XVIIe siècle. Statue inscrite aux MH en 1977 (cliché Armand Launay, 2013).

Vierge à l’enfant, pierre peinte, XIIIe siècle. Classée MH en 1907, c'est la plus ancienne statue de l'église Notre-Dame, une très belle oeuvre gothique.

Vierge à l’enfant, pierre peinte, XIIIe siècle. Classée MH en 1907, c'est la plus ancienne statue de l'église Notre-Dame, une très belle oeuvre gothique.

L’orgue a été construit entre 1608 et 1614 par Jean Oury, facteur d’orgue en formation chez Crépin Carlier, facteur d’orgues de Laon installé à Rouen de 1600 à 1631. Il présente un buffet de style Louis XIII (1610-1661) certainement créé lors de la translation de l'orgue du jubé à son actuelle tribune. L’orgue fut restauré par les frères Stoltz en 1893. Il compte 1 100 tuyaux. Le buffet fut classé en 1933 et la partie instrumentale en 1976 (cliché Armand Launay, 2012).

L’orgue a été construit entre 1608 et 1614 par Jean Oury, facteur d’orgue en formation chez Crépin Carlier, facteur d’orgues de Laon installé à Rouen de 1600 à 1631. Il présente un buffet de style Louis XIII (1610-1661) certainement créé lors de la translation de l'orgue du jubé à son actuelle tribune. L’orgue fut restauré par les frères Stoltz en 1893. Il compte 1 100 tuyaux. Le buffet fut classé en 1933 et la partie instrumentale en 1976 (cliché Armand Launay, 2012).

Les 46 stalles (XVIIe siècle) sont issues de Notre-Dame de Bonport. Les 12 lions symbolisent la royauté du Christ, la foi et évoquent peut-être Richard Cœur de Lion, fondateur de Bonport en 1190. Les stalles furent classées MH en 1907 (cliché Armand Launay, 2013).

Les 46 stalles (XVIIe siècle) sont issues de Notre-Dame de Bonport. Les 12 lions symbolisent la royauté du Christ, la foi et évoquent peut-être Richard Cœur de Lion, fondateur de Bonport en 1190. Les stalles furent classées MH en 1907 (cliché Armand Launay, 2013).

Le maitre-autel baroque a été réalisé vers 1642 par le sculpteur rouennais Etienne Mazeline. La toile, signée I. Letourneur et datée 1642, représente la résurrection du Christ. Cet ensemble a été classé MH en 1907. A noter, la statue de saint Vigor dans la niche de gauche (cliché Armand Launay, 2013).

Le maitre-autel baroque a été réalisé vers 1642 par le sculpteur rouennais Etienne Mazeline. La toile, signée I. Letourneur et datée 1642, représente la résurrection du Christ. Cet ensemble a été classé MH en 1907. A noter, la statue de saint Vigor dans la niche de gauche (cliché Armand Launay, 2013).

Le vitrail du halage, réalisé en 1605 par le peintre verrier rouennais Martin Vérel, représente les gens du tiers-état montant des bateaux sous le pont. Sur un ancien pont de la ville, le « maitre de pont » les commande afin d’éviter que le bateau heurte une pile. Les propriétaires de bateaux, en bas du vitrail, payaient les haleurs et une taxe qui a servi à construire l’église. En bas se trouve une représentation du fort de Limaie (rive droite de la Seine, aujourd’hui disparu). Pont-de-l’Arche est symbolisé au bout du pont par 2 tours. Vitrail classé MH en 1862 (cliché Armand Launay, 2011).

Le vitrail du halage, réalisé en 1605 par le peintre verrier rouennais Martin Vérel, représente les gens du tiers-état montant des bateaux sous le pont. Sur un ancien pont de la ville, le « maitre de pont » les commande afin d’éviter que le bateau heurte une pile. Les propriétaires de bateaux, en bas du vitrail, payaient les haleurs et une taxe qui a servi à construire l’église. En bas se trouve une représentation du fort de Limaie (rive droite de la Seine, aujourd’hui disparu). Pont-de-l’Arche est symbolisé au bout du pont par 2 tours. Vitrail classé MH en 1862 (cliché Armand Launay, 2011).

Pour le plaisir des yeux (clichés Armand Launay).
Pour le plaisir des yeux (clichés Armand Launay).
Pour le plaisir des yeux (clichés Armand Launay).
Pour le plaisir des yeux (clichés Armand Launay).
Pour le plaisir des yeux (clichés Armand Launay).
Pour le plaisir des yeux (clichés Armand Launay).
Pour le plaisir des yeux (clichés Armand Launay).
Pour le plaisir des yeux (clichés Armand Launay).
Pour le plaisir des yeux (clichés Armand Launay).
Pour le plaisir des yeux (clichés Armand Launay).
Pour le plaisir des yeux (clichés Armand Launay).
Pour le plaisir des yeux (clichés Armand Launay).

Pour le plaisir des yeux (clichés Armand Launay).

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Michel Montbazet 03/04/2014 17:19

Votre blog est très intéressant et m'a permis de découvrir beaucoup de choses sur Pont-de-l'Arche.

A. Launay 04/04/2014 09:57

Merci de votre commentaire Monsieur Montbazet !

Joëlle 26/03/2010 08:49


Bonjour,
Préparant les journées du patrimoine de septembre prochain et habitant Bonnelles, village où vécut Anne de Montermart, Duchesse d'Uzès, je souhaite savoir si c'est bien elle l'auteure de la statue
remisée et s'il est possible de la voir et de la photographier
Bien cordialement


Bouquet Sylviane 30/08/2014 16:25

Effectivement la statue de Notre Dame des Arts, actuellement dans la sacristie de l'église de Pont de l'Arche a bien été sculptée par la duchesse d'Uzès (Marie Adrienne, Anne Clémentine de Crussol née de Rochechourt-Mortemar, elle était par sa mère l'arrière petite-fille de Barbe Nicole Clicquot-Ponsardin "La Veuve Cliquot) propriétaire de la maison Champagne. Il est effectivement possible de la voir, même de la photographier. Je travaille moi-même sur les journées du patrimoine à Pont de l'Arche pour les 400 ans de l'orgue.
Cordialement

Flo 04/11/2009 13:50


Merci de votre passage et de vos compliments
A bientôt
Flo


  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...