Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 19:11

Aristide-Briand--31-.JPG

 

Les carnages ?

A. Doinel rapporte [1] que les habitants de Pont-de-l’Arche étaient surnommés les « Carnages » à la fin du XIXe siècle. Prononcez Carnâges avec un dernier « a » gras. Derrière ce mot, tout comme celui de Pontdelarchiais, l’on sent la connotation populaire revendiquée par les milieux les plus modestes. Ce sobriquet serait issu de l’expression le « quart nage » [2]. En effet, quand Pont-de-l’Arche avait un pont fortifié, son franchissement était soumis à un impôt. Dans une note (page 59) de Diaire ou journal du voyage du chancelier Séguier en Normandie [3] Amable Floquet rapporte que « Au mois de mai 1616, ceux qui gardaient le château du Pont-de-l’Arche se permettaient des exactions sur les marchandises dont étaient chargés les navires qui passaient par là. Plus tard, l’abbé de « Bois-Robert, ayant découvert au cardinal que Saint-Georges, gouverneur du Pont-de-l’Arche, prenoit tant sur chaque bateau qui remontoit, et qu’on appeloit ces bateaux des cardinaux, Saint-Georges fut chassé. » Amable Floquet rapporte aussi que les Etats de Normandie, réunis à Rouen le 26 novembre 1643, remontrèrent au roi que « La garnison du Pont-de-l’Arche est un impost sur le vin » et qu’il faudrait faire « défenses aux soldats de rien prendre ausdicts basteaux » et en faire « respondre le capitaine du chasteau » qui était toujours Jean de Lonlay, seigneur de Saint-Georges. Le même Amable Floquet clôt ainsi la note : « Le 11 mars 1649 (pendant les troubles de la Fronde), le Parlement supprima, comme illégal, le droit de cinq sous par courbe de chevaux hallants bateaux entre Elbeuf et le Pont-de-l’Arche. » Selon la tradition orale, le sobriquet des Archépontains – les Carnages – viendrait de cet épisode où Pont-de-l’Arche était un pays où les quarts (de vin) nagent ; les marchands devant lâcher une partie de leur marchandise dans l’eau, à destination des soldats.  

Mais pourquoi désigner toute la population par une sorte d’insulte qui touche les gardes ? Peut-être y a-t-il un rapport avec les dizaines, voire centaines de personnes qui halaient les bateaux sous le pont et qui ont peut-être exigé parfois de quoi étancher leur soif ? Cette ancienne insulte est depuis longtemps devenue un clin d’œil amical au passé des Archépontains.

 

Pontdelarchiais ?  

Spontanément les habitants de la ville se sont appelés les « Pondelarchiais » ce qui, à défaut de bien sonner à l’oreille, est tout à fait logique. Certains d’entre eux ont même donné ce nom de « Pontdelarchiais » au dialecte normand mâtiné d’argot qui était parlé ici jusqu’à la Seconde guerre mondiale. Ce nom n’a jamais été officiellement donné aux habitants de la ville. Jusqu'à plus ample informé, personne n'a osé coucher cette forme par écrit. 

 

Archipontains puis Archépontains

Quand en 1900 Eugène Ferrand adressa un bilan de son mandat aux Achépontains [4], il l'intitula Six ans de mairie : aux habitants de la Ville de Pont-de-l’Arche et n'écrivit jamais Archépontains. Au début du XXe siècle apparait dans le langage oral l'expression Archépontine, écrite dans le journal L'Elbeuvien du 12 septembre 1917. On peut lire le féminin de la forme orale "Archépontin". Cependant cette gentilé ne fut pas fixée officiellement. 

On trouve « Archi-pontain » dans le journal L'Industriel de Louviers en 1934 [5] et encore « Archipontain » dans le premier bulletin municipal en 1965 [6]. C'est cette forme qui prédomine alors comme en témoigne le nom de la société créée en 1970 pour gérer la maison de retraite Les Pins : L'Association archipontaine des équipes féminines". C'est sous ce nom qu'elle demeure en 2013. 

Cependant, l'oralité lui a préféré la forme Archépontaine qui est enregistrée dans le marbre de l'administration depuis les années 1980 et de l'Internet depuis peu. 

A l'heure de l'Europe, il ne lui manque plus qu'une forme anglo-saxonne par laquelle certains  - dont je suis - pourraient dire crânement : I'm a native archepontan ! 

 

Notes

[1] Doinel A., Notice historique sur Alizay, 1880, Paris : Le livre d’histoire-Lorisse, 2004, 72 pages.

[2] Patin Jean-Pierre "Au pays des Carnages", Pont-de-l’Arche [bulletin municipal] n° 28, février 1996, Pont-de-l’Arche : mairie de Pont-de-l’Arche, 28 pages, voir la page 24.

[3] Floquet Amable, Diaire ou journal du voyage du chancelier Séguier en Normandie après la sédition des nu-pieds (1639-1640) et documents relatifs à ce voyage et à la sédition, Rouen, E. Frère, 1842, 448 pages.

[4] Ferrand Eugène, Six ans de mairie : aux habitants de la Ville de Pont-de-l’Arche, [1900], 15 pages. Bibliothèque administrative de la Ville de Paris : Br. 14781.

[5] L'Industriel de Louviers, "L'inauguration du groupe scolaire à Pont-de-l'Arche fut une belle manifestation de concorde"1er décembre 1934

[6] Pont-de-l’Arche : revue cantonale, mairie de Pont-de-l'Arche, 1965, 28 pages.

 

 


A lire aussi...

    L'historique de la ville

 

   Le blason de la cité

 

   L'insolite de Pont-de-l'Arche 

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...