Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 22:51

Nommée rue de « l’Abreuvoir » jusqu’au début du XXe siècle, Albert Lepage a écrit en 1898 que ce nom était une déformation du nom du couvent « Saint-Antoine » qui exista de 1635 à 1738 (1).

L'auteur a écrit que les sœurs ne pouvaient porter de toile d’où le nom d’abbaye sans toile.

Cependant, une charte de 1284 reproduite par Léopold Delisle (2) nomme cette ruelle la Basse sentele, c’est-à-dire la « petite sente du bas ». C’est un peu comme la Petite-chaussée, ruelle sœur, mais avec une précision sur l’altitude. Ces deux ruelles répondaient au besoin d’accéder aux berges de la Seine (eau, rinçage, pêche…) par le biais de portes car le bas de la rue principale de la ville (Alphonse Samain, de nos jours) était uniquement occupé par… le pont ! Ces poternes sont visibles, de part et d’autre du pont, dans les gravures anciennes représentant la ville.

Mais, quel est le lien entre Basse sentele et Abbaye-sans-toile ? La langue normande parlée il y a un siècle encore. Les Archépontains parlaient de rue d'la basse sontèle. Or, un Francophone – qui savait que le son français [oi] donne [ei] en Normand – a écrit ce nom en prenant le son [tèle] pour l’équivalent français de toile…  

 

P1170293.JPG

La rue Abbaye-sans-toile depuis le foyer de jeunes travailleurs (2010). 

 

 

(1) Lepage Albert, « Essai historique sur le prieuré de Saint-Antoine du Pont-de-l’Arche vulgairement désigné sous le nom d’Abbaye sans toile », in Bulletins de la Société d’études diverses de l’arrondissement de Louviers, t. V, année 1898, 439 pages, voir les pages 25-28 (ch. 1er), t. IX, année 1905, 76 p., voir les pages 48-67 (ch. 2-6e).

(2) Delisle Léopold (publié par), "Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, Saint-Louis et Philippe le Hardi", Mémoire de la société des Antiquaires de Normandie, 2e série, 6e volume, XVIe volume de la collection, Paris, 1852, 390 pages. Page 269 : charte n° 1038 (novembre 1284) : « … in parrochia Pontis Archie, ex dono decani Lexoviensis, una domus sita juxta cimiterium Pontis Archie ; item, ex venditione sororum Nicholai de Sahurs, super quamdam pecia terre sita in vicecomitatu Pontis Archie, in loco qui dicitur la Basse Sentele, quindecim solidi annui redditus ; item, ex dono magistri Roberti Lathomi de Pontis Archie una carreria ad lapides capiendum, sita juxta peciam terre venditam per sorores predicit Nicholai de Sahurs ; item, in vicecomitatu Pontis Archie, in feodo Almaurici Recuchon, una acra terre ; item, ex venditione Guilhelmi Flote, apud Lereium, novem solidi redditus ; item, ex dono Thomas de Valle, apud Pontis Archie, quator solidi redditus… ex dono Lucie de Lymeio juxta Pontis Archie, duo solidi redditus… »

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vinsareva 22/02/2013 21:49


J'aime beaucoup cette rue très typique.

Armand 22/02/2013 21:50



Je te rejoins Candida ! ++



  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...