Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 17:51

Anonyme, " Panorama de notre communauté – 2. Criquebeuf, au fil du temps et de l’Eure ", p. 5, in Les échos de Seine-Bord, n° 3, octobre 2003, 8 p.  

 

 Criquebeuf (17)

 

Si l’origine de la commune remonte à la conquête romaine, le village ayant été traversé par une voie romaine reliant Rouen à Evreux, Criquebeuf tiendrait son nom du Scandinave kirke (église) et boe (village).  

 

A l’origine, des populations celtes installées plus au sud, vers le triège du Catelier, la Seine couvrant à cette époque une partie des champs s’étendant entre le bourg actuel et la route départementale.  

 

Un Norvégien duc et prince.  

Au XIe siècle, le territoire de Criquebeuf appartenait pour partie au seigneur Stigaud, compagnon d’armes de Rollon (duc et prince de Normandie), les terres étant toutefois sous le contrôle des ducs de Normandie. A la fondation de l’abbaye de Bonport, Richard-Cœur-de-Lion les donna aux religieux de ce monastère. 

 

Le fief de Criquebeuf connut divers seigneurs : les Feuguerolles au XIIIe siècle, la famille d’Harcourt au XVe siècle puis celle de Lorraine-Elbeuf de la fin du XVe siècle à la Révolution. L’église primitive du village aurait été bâtie sur les ruines d’un temple païen. Détruite par les pirates normands, elle fut reconstruite sous Rollon.  

 

La troisième construction, de style gothique, débuta à la fin du XIIe siècle. La nef, les bas côtés et le chœur furent construits en 1874, tour et clocher offrants seuls désormais un intérêt  historique.  

 

Il existait deux catégories de paysans : les propriétaires, dits laboureurs, et les paysans sans terre, les plus pauvres ; ceux-là furent les premiers à partir travailler dans l’industrie naissante des villes voisines.  

 

Récolte importante, l’osier sert à la confection d’emballage ; l’agriculture vivrière produit fèves et pois au printemps et navets et carottes à l’automne. Nombreux sont les paysans qui vont aux aurores, en voitures attelées, vendre leurs légumes dans les rues de Rouen, puis place du Vieux Marché, lieu du supplice de Jeanne d’Arc.  

 

L’expansion du textile

Cette période connaît une expansion de l’industrie, en particulier la création de manufactures textiles. Une culture de plantes tinctoriales, dont la gaude de couleur jaune, sert à colorer laine et coton pour les draps d’Elbeuf et les cotonnières de Rouen. Après 1870, des usines chimiques sont créées et la fabrication d’engrais permet une amélioration des rendements, provocant un nouvel exode rural.  

 

Criquebeuf, comme d’autres villages, a connu les malheurs de la seconde guerre mondiale et, chaque année, la messe des Otages évoque le souvenir du 24 août 1944 où le village avait échappé de peu au sort d’Oradour-sur-Glane : 63 otages enfermés dans l’église furet menacés d’être fusillés.  

 

Le développement de l’irrigation avec forages et captages en rivière aida à l’extension des productions légumières ; une trentaine d’exploitations se partagent le territoire avec les carrières.  

 

Au carrefour de la Seine et de l’axe Evreux-Rouen, desservie par un échangeur gratuit avec l’autoroute A 13, la commune est reliée à la Seine-Maritime, ce qui a favorisé l’implantation d’industrie modernes et de PME dynamique.  

 

Depuis 1998, un groupe scolaire tout neuf accueille 100 enfants de la commune qui est en outre équipée d’un terrain de sport, un tennis, un centre de loisir, une salle des fêtes, une bibliothèque. 

 

Enfin, les amateurs de nature et de calme se partageront les promenades en forêt de Bord ou les parties de pêche sur les rives de l’Eure. 

 

Tombées du ciel ?

On trouve quantité de pierres sculptées ou gravées sur certaines maisons de la commune, en particulier sur le hameau de Quatre-Age (jadis Catheraige). Elles ne sont le produit d’aucun miracle mais proviennent de l’abbaye de Bonport qui servit, durant de nombreuses années, de véritable "carrière". 

 

Vie associative

Une dizaine d’associations animent la vie communale : Aéromodélisme, Football, Club de Tir, Gymnastique, Karaté, Société de chasse, Amis de l’Orgue, Confrérie de Charité, Club de l’Amitié, Comité des Fêtes, Bibliothèque pour tous, Association Ti’Toine.  

 

Vie économique

En plus des commerces et artisans, c’est une bonne vingtaine d’entreprises que compte la commune. Leurs principales activités concernent le bois, le transport, le routage, les véhicules, la construction, la métallurgie… sans oublier bien sûr les maraîchers et les carrières.  

 

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost 0
Published by Armand Launay - dans Criquebeuf
commenter cet article

commentaires

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...