Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 22:12

A lire aussi : 

Les sobriquets à Pont-de-l'Arche et sa région : étude sur les surnoms que se donnaient les anciens habitants

 

 

« Mais prête aussi l’oreille à l’argot des commères

Bourdonnant à tes pieds aux étaux du dimanche,

A leur langue salée, à l’invective amère

Lancée en bon patois, les deux poings sur les hanches,

Et tu reconnaîtras par ce verbe gaulois,

Le sang fier de la race aux illustres exploits

Dans les veines d’enfants des « machons » d’autrefois. »

 

 

Edmond Spalikowski, Pont-de-l’Arche d’hier et d’aujourd’hui, 1930.

 

           Edmond Spalikowski adressait ces mots poétiques à Hyacinthe Langlois, dont le buste trônait au milieu de la place qui porte aujourd’hui son nom, à Pont-de-l’Arche. Et quel témoignage nous laisse ici Edmond Spalikowski ? Nos ancêtres de Pont-de-l’Arche ne s’exprimaient pas en français, mais en patois… C’est que montra aussi Octave Mirbeau, qui vécut de 1889 à 1893 aux Damps, dans certaines de ces nouvelles et principalement celle qu’il intitula « Le rebouteux » où Jacques-Éloi Latorne, le rebouteux en question, ne parle pas un français très académique. Mais, en quoi consistait ce moyen de communication qui était parfois appelé « Pontdelarchiais » et dont nous conservons le nom ?

 

Le Pontdelarchiais fut le langage des ouvriers de Pont-de-l’Arche mais aussi des commerçants et des notables. Ceux-ci l’utilisaient moins spontanément en société, voire pas du tout mais le comprenaient. Ce parler était le langage vernaculaire, c’est-à-dire de tous les jours, d’une majorité d’Archépontains avant la Première Guerre mondiale. Seule une minorité décroissante de la population continua à le pratiquer jusqu’à la Libération. Puis il cessa d’être utilisé en public.

À la différence d’une langue, un parler n’a ni grammaire ni écriture. Le dialecte non plus mais il est pratiqué dans une plus vaste région que le parler. C’est pourquoi nous appelons parler le langage autrefois usité à Pont-de-l’Arche.

Mais, comment avons nous trouvé trace de ce parler ? Aucun texte ne se rapporte directement au parler de Pont-de-l’Arche. Seule l’étude de Lucien Barbe, Dictionnaire du patois normand en usage à Louviers et dans les environs, publiée dans les bulletins de la Société d’études diverses de Louviers, au début du siècle dernier, et rééditée plus récemment par les éditions Page de garde, nous informe de ce que fut le parler normand de la région de Louviers. Ensuite, quelques mots écrits par Octave Mirbeau et Edmond Spalikowski, comme nous l’avons vu, nous renseignent un peu sur ce sujet.

 

Principalement, ce sont les témoignages oraux qui nous ont permis de dresser un petit lexique de termes et d’accents archépontains. Nous avons ensuite comparé les témoignages oraux aux éléments de l’étude de Lucien Barbe afin de définir s'il y a concordance entre les lexiques. 

Alors, en quoi consistait le Pontdelarchiais ? Quelle place occupa-t-il dans le temps et, surtout, dans la sociabilité de la ville ?

 

Maurice-Delamare--13-.JPGDes habitants posant pour la photographie dans la rue Maurice-Delamare, vers 1910. Au fond, on aperçoit les ouvriers de chez Marco. Les ouvriers de la chausure, comme toutes les classes populaires, étaient des locuteurs du Pontdelarchiais.   

 

           En quoi consistait le Pondelarchiais ? 

En 2005, date de réalisation de cette étude, plusieurs dizaines de personnes se rappellaient avoir entendu le Pondelarchiais. Certaines l’avaient parlé ou en avaient hérité quelques mots. Cependant, le vocabulaire ne leur revenait pas spontanément en mémoire car il y a longtemps qu’il ne servait plus à communiquer, même en famille, hormis quelques mots utilisés comme un clin d’œil complice et amical adressé aux amis de longue date.

En effet, le Pontdelarchiais était le ferment d’une identité populaire locale. Il n’y a pas eu de ségrégation à proprement parler entre horsains et Pontdelarchiens, terme populaire par lequel se désignaient certains locuteurs du Pontdelarchiais, mais simplement des relations plus complices et la reconnaissance d’être un « vrai » Pontdelarchien... Ceci rejoint un aspect de la sociabilité propre aux villages, aux petites villes et aux quartiers : la restriction de l’appartenance à une communauté selon la naissance et selon un contact quasi quotidien. Les vieux Archépontains définissaient comme étant de Pont-de-l’Arche les personnes nées d’Archépontains (seul un parent des Damps ou de Criquebeuf n’était pas vu comme étranger à la ville). Les personnes venues d’ailleurs inspiraient souvent une réticence au contact qui pouvait perdurer à vie.

Nous distinguons donc ici deux types d’habitants :

- les Pontdelarchiens, membres des familles implantées de longue date dans la ville ;

- les Archépontains, nouveaux habitants issus de l’extérieur. Ce terme s’est échappé d’un livre comme le montre sa construction toute artificielle. Cette dimension n’est pas anodine : autant Pontdelarchien est un terme oral, officieux et sans orthographe, autant Archépontain montre la volonté de désigner de manière officielle, neutre, les habitants de la localité.

            Quant au terme de Pontdelarchiais (prononcez pond’larchié), il exprime volontairement une vulgarité, appréciée et revendiquée, comme le laisse entendre la dernière syllabe. Les anciens locuteurs du Pontdelarchiais, ou les témoins avertis, en sourient et partagent cette connivence quand ils évoquent ce qu’ils appellent un argot, voire un accent. C’est un langage châtié que l’on peut comparer au « purin » des ports (au Havre, notamment), du même registre, exprimant lui aussi la vulgarité d’un langage un peu râpeux qui ne plaisait pas à tous. Nous avons aussi ressenti cette vulgarité affichée dans le dégout de certaines personnes lors d'entretiens. Le rejet est net et exprime une non-appartenance à cet usage. 

Les habitants des Damps, de la vallée de l’Andelle et les Rouennais reconnaissaient ce qu’ils appelaient l’ « accent de Pont-de-l’Arche » et qu’ils distinguaient aisément du Cauchois ou de l’argot. 

 

 

Quels étaient le vocabulaire, l’accent et les origines du Pondelarchiais ?

          Lorsque l’on regarde les mots qui forment le lexique du Pontdelarchais (annexe I), la première chose qui frappe est l’accent et le vocabulaire normands. Il suffit de les comparer avec les mots précieusement sauvegardés par Lucien Barbe (annexe II) pour se rendre compte de nombreuses similitudes.

           Dans les deux cas, les cauchons désignent les chaussons ; le sérugien désigne le chirurgien et l'on retrouve la présence - étonnante - de mots d’origine allemande : choumaquer et choumacre désignant respectivement la réparation des chaussures et le cordonnier. Le lien entre le Pontdelarchiais et le dialecte normand local est net et n’étonnera personne. Le Pontdelarchiais apparait comme une survivance urbaine d’un parler local. 

Mais les mots argotiques sont nombreux, comparativement au nombre de termes répertoriés. Ils semblent traduire deux choses. Premièrement, étant encore employés de nos jours, ils sont revenus plus spontanément à l’esprit des personnes interrogées. Deuxièmement, car les gens n’ont pas pu se tromper, ces termes argotiques faisaient partie du Pontdelarchiais. Il semblerait que le Pontdelarchiais ait été un mélange entre le dialecte local et l’argot des ouvriers dont les éléments ont survécu à l’extinction du dialecte.

Relativisons quand nous parlons d’extinction du dialecte car, encore de nos jours, nombreuses sont nos expressions qui relèvent plus du dialecte que du français académique.  

Néanmoins, si un vocabulaire et un accent local demeurent, la communauté des locuteurs du Pontdelarchiais a bel et bien disparu. Abordons ici quels ont été les moteurs de cette disparition.

 

            Expliquer la disparition du Pondelarchiais 

L’instauration de l’Éducation nationale, à partir de 1880, a accentué la disparition des dialectes en permettant aux nouvelles générations d’employer un nouvel outil d’expression : une langue. Cette langue, le français, devait être un outil d’insertion pour celui qui – comme de plus en plus de personnes – était amené à déménager. Cette politique d’éducation fut louable mais pécha par son libéralisme : elle laissa l’initiative aux parents de transmettre leurs savoirs, y compris linguistiques. Comme le préconisait Condorcet pour l’héritage religieux dans son Premier mémoire sur l’instruction publique, en 1792 : l’État se doit de fournir une éducation commune aux enfants de la Nation tout en laissant aux parents de choix d’instruire leurs filles et fils dans la foi ou l’idéologie qu’ils trouvent judicieuse. Les dialectes, plus que les religions, furent souvent négligés par les parents.

En effet, les dialectes ont été dévalorisés car ils n’étaient pas l’apanage des élites. Expressions des gens du peuple, ils passèrent pour un handicap frappant les exclus de l’ascension sociale. Or, la communication, et donc la maitrise de la langue des élites, compte parmi les outils de promotion individuelle. Nombreux furent les parents qui jugèrent inutile d'apprendre le dialecte, jugement renforcé par des instituteurs considérant que celui-ci était un frein aux études.

Qui plus est, le normand parlé dans l’Eure disparut assez rapidement car il était en contact direct avec Paris et il présentait de nombreux points communs. Le normand influença – et fut influencé – par le français depuis le Moyen Age ; d’où le fait que l’apprentissage du français se passa sans autre difficulté que la perte d’une habitude et l’utilisation d’un vocabulaire différent.

L’émergence de la culture écrite a largement contribué à la perte des dialectes qui vivent dans l’oralité. C’est que démontre, encore de nos jours, la difficulté de les utiliser à l’écrit. Mais, modérons maintenant le propos. Les dialectes n’ont pas tous disparu. Certains d’entre eux ont réussi à se maintenir suffisamment longtemps, généralement loin de Paris et dans un tissu social populaire, pour être remis à l’honneur en tant que patrimoine justement repérable du fait de sa rareté. De dialectes, ils sont le plus souvent devenus des langues possédant leur grammaire, leurs formes écrites et leurs écoles.

Mais nous avons abordé un facteur géographique qui mérite plus d’attention : le développement des transports apporte de nouvelles personnes et, de là, de nouveaux modes d’expression. À l’inverse, les moyens de locomotion permettent à des autochtones de s’expatrier. Les communautés locales se retrouvent donc renouvelées par des communautés pratiquant une autre langue, voire plus. Or, dans ce domaine, Pont-de-l’Arche est un véritable carrefour. 

 

 

           Conclusion  

Pont-de-l’Arche conserva longtemps son parler comparativement au reste de la région : celui-ci ne s’éteignit qu’aux alentours de la Seconde Guerre mondiale. Cette longévité doit trouver son origine dans le très important tissu ouvrier de la ville, l'industrie de la chaussure employant jusqu'à 2 000 personnes dans les années 1930, dont une grande partie d'Archépontains. Le parler local était le ferment d’une culture ouvrière tout comme le fut et l'est encore le ch’ti, par exemple. Cependant, la crise qui a frappé l’industrie de la chaussure fit passer le nombre d’usines implantées à Pont-de-l’Arche et aux Damps de plus de seize à une seule en quelques décennies. Ceci eut pour effet de désolidariser les ouvriers qui durent travailler hors de la ville (Renault à Cléon, la SICA à Alizay). De ce fait, le lien social s’est distendu : les Archépontains ne travaillèrent désormais plus dans la même usine que le voisin, le frère, et durent utiliser le français avec les nouveaux collègues de travail. Puis, des Archépontains ont émigré. Inversement, de nouveaux habitants se sont installés ou ont travaillé  dans la ville. C'était la fin d'un terroir. 

 

Annexe I

 

Petit lexique de mots et de prononciations du Pondelarchiais

 

Nous avons consigné ici les termes communiqués par une trentaine d’Archépontains dans le cadre d’entretiens réalisés principalement entre 2003 et 2005.

 

A’ : Elle. Par exemple : comment a’ va ?

Aller à la cochure : Aller à la chaussure, au travail.

Arpions : Doigts de pied.

Barouette : Brouette.

Ben : Bien.

Baisant(e) : Sympathique, par exemple a’ l’est pas baisante c’te bonne femme.

Besson, béchon : Boisson.

Bézot / bézotte : Le bézot c’est le p’tit dernier de la famille et, par extension, un p’tit gamin qui a une bonne bouille.

Bisteuquette : Bistouquette.

Bolbai : Bolbec.

Boujou : Bonjour, salut, au revoir.

Caloupette : Galipette.

Careute : Carotte.

Carnages (les) : Sobriquet des Pondelarchiens. Un carnage d’éfant : Un enfant qui bouge beaucoup tout en étant très bruyant.

Carnasse (la) : un cartable.

Catouille : Selon les cas ; chatouilleux ; vite irrité ; trop minutieux ; maniéré. T’es catouille ?

Cauchon : Chausson.

Ch’ais t’y moi : Qu’est-ce que j’en sais moi.

Chinq : Cinq.

Choumaquer : Réparer les chaussures.

Chucre : Sucre.

Cochure : Chaussure.

Core : encore.

Cra (des) : Des crabes.

Criqu’beu : Criquebeuf.

Cressant : Croissant.

Din : Dans.

Croquer : Tirer les branches sèches. Crocher. I’ croquaient.

C’mitière : cimetière.

C’te : Cette, cet.

Éfant : Enfant.

Erquer : Travailler. Va t-en erquer.

: Feu.

Faire une bourée : Remplir une brouette.

Faniâ : êt’ faniâ c’est écorcher, parler patois. C’est l’équivalent de fainéant.

Fô : Fou.

Gardin : Jardin.

Gôdasses : Chaussures.

Grand monde (le) : Notables, industriels, élus...

I’ : Remplace le tu / vous par exemple comment i’ va?

Guitare : Jambe.

Iau : Eau.

Joua : Cheval ou encore dada.

Qu’ri’, querquer : Quérir, chercher.

L’ : Le.

Lusquation : Luxation.

Mâquer : Manger.

Misaère : Misère.

Moiniau : Moineau.

Moutaure : Montaure.

Pâs : Pas.

Patate : Pomme de terre.

Pèye : Paye, paie.

Pénette : Petite pine.

Pêque : Pêche.

Pêquer : Pêcher.

Pêqueux : Pêcheur.

Pesson : Poisson.

Pi : Puits.

Pondelarchiais : Nom du langage.

Pondelarchien(ne) : Archépontain(e).

Poriau : Poireau.

Quâ : Chat.

Qué : Quel.

Quin : Chien.

Quèv’ : Chèvre.

Quins (des) : Des dettes de bistrot.

Quiqu’ : Qu'est-ce que.

Rien : Beaucoup. Il est rien grand tan fiston : il est très grand.

Sacouilla : C’est du sacouilla, tout ça ! C’est un bazar ; rien qui vaille. 

Séquer : Sécher.

Sérugien : Chirurgien.

Soubriquet : Sobriquet.

Souffler la lumiè’ : Éteindre la lumière. Survivance des temps tout comme l’expression : Qu’est-ce qu’on joue ce soir à la télévision.

Siau : Seau.

Suc : Sucre.

Su : Sur.

Ti : Petit.

Vaque :  Vache, ou encore meumeu.

V’lour : Velours.

 

 

Annexe II

 

Petit lexique du patois normand autrefois usité dans la région de Louviers

 

Mots sélectionnés à partir du Dictionnaire du patois normand en usage à Louviers et dans les environs de Lucien Barbe. 

 

Bad’lagueule : Bavard et,  parfois, gourmand.

Bar : Bac.

Barre du jour (la) : Les premières lueurs.

Bavette (une) : Une femme bavarde.

Blesser (se) : Expression des mariniers. " Le porteur n° 5 s’est blessé hier à l’écluse de Poses " (il s’est fait des avaries).

Blin : Bélier.

Bocheron, boqueron : Bûcheron.

Boise (une) : Une poutre.

Bontiveté : Une bonté un peu naïve.

Bos, bosc : Bois.

Bouilleux : Un bouilleur de cru.

Boujou, boujou ! : C’est le salut que s’envoient les mariniers quand ils se croisent sur la Seine.

Bout : Bâton, morceau. Un bout d’réglisse, un bout de sucre d’orge.

Brach’ : Abréviation de bracherie (brasserie).

Brevacheux : Pilier de comptoir, un homme qui parle pour ne rien dire.

Cache (la) : La chasse. " Qui va à la cache perd sa plache ".

Cailloutin : Petit vin de pays. Couillotin (Vernon).

Cariolée : Contenue d’une charrette.

Carnage : Mot injurieux. Se dit en parlant des habitants de Pont-de-l’Arche.

Cauches (les) : Les chausses, bas, chaussons.

Cauchons (les) : Les chaussons.

Causement : Jugement.

Cémitière, chmitière : Cimetière.

Cercutier : Charcutier.

Cérugien : Chirurgien.

Chaircutier : Charcutier.

Chaland : Grand bateau.

Choumacre : Cordonnier. De l’Allemand schumacher.

Clinquaille : Quincailler.

Cœur : Mon cœur vous salue. Formule polie pour trinquer.

Comprenouère (la) : La compréhension.

Conduiseux (un) : Un conducteur.

Consolation (une) : C’est le petit verre d’eau de vie que l’on met dans le café.

Consolé (l’) : C’est le café dans lequel on a versé un petit verre d’eau de vie.

Créiatures (les) : Les femmes (terme non péjoratif).

Da : Je reviens da Rouen.

Diguer : Piquer, enfoncer.

Doulent : Souffrant.

Espirituel : Spirituel.

Estudieux : Studieux.

Fagoté (être) : Être mal mis, mal habillé.

Faignanter : Ne rien faire (de l’Italien far niente).

Farcer : Faire des farces.

Farme : Ferme.

Gens (mes) : Mes proches.

Gosier bien chaussé (avoir le) : Être insensible au tord boyaux.

Goussepin (un) : Un gamin.

Gueulard (un) : Un gourmand.

Haricoter : Marchander pour de petites sommes.

Haricotier : Chicaneur, marchandeur.

Havet : Crampon, crochet (clou à crochet).

Houle : Trou, caverne dans l’eau ou dans les berges.

Houste : Aller ouste et houste (être toujours pressé, en mouvement).

Iau : L’eau. Pour les riverains de la Seine c’est le fleuve (l’eau signifiait la rivière au Moyen Age).

Lésant : Malfaisant.

Lippe (faire la) : Faire la moue.

Lippe (la) : Lèvre inférieure grosse et pendante.

Loquence (la) : Voix, organe de la parole.

M’nouille (la) : La monnaie.

Menterie (une) : Un mensonge.

Micaments (des) : Des médicaments.

Mouler : Faire la moue.

Mouleux : Quelqu’un qui fait souvent la moue.

Moutaure : Montaure.

Mouvettes (les) : Désigne les enfants remuants.

Opignions (les) : La politique.

Passager (le) : Passeur. C’est l’homme qui faisait passer les rivières en bateau. On disait auparavant le passageur.

Péchon : Poisson.

Philomie (la) : La physionomie.

Phreumacien (le) : Le pharmacien.

Pianne pianne (aller) : Aller doucement (de l’italien piano).

Pontiaudemer ou Potodmer : Pontaudemer.

Popiétaire : Propriétaire.

Popiété : Propriété.

Por : Pauvre.

Potiner : Faire du potin.

Poupée : Femme de mauvaise vie.

Pouquette : Une petite poche, un petit sac.

Pouvé : Pouvoir.

Purer : Essorer un linge.

Quart moins (le) : Moins le quart.

Quiaulée (une) : Une bande.

Rabelais : Cochon, débauché.

Rarriver : Revenir.

Rognoner : Ronchonner.

Rue as Mamours : La côte des Amoureux, à Louviers.

Sauce à l’oeil : Désigne ce qui n’a que de l’apparence.

Socier : Entretenir des rapports de société. " Sociez-vous avec untel ? "

Soleil (un) : Ivrogne et paresseux (soulei).

Surcouper : Interrompre la parole.

Tertous : Tous.

Ure (l’) : L’Eure, la Dure aussi (Athura au Moyen Âge…).

Urope (l’) : L’Europe.

Vaie : Voie.

Vainture : Voiture.

Veillatif : Vigilant.

Vent d’amont : Vent d’Est car il vient de l’amont de la Seine.

Vexinier (un) : Un habitant du Vexin.

Viage (un) : Un voyage.

 

[1] On a dit Archipontain de manière officielle jusque dans le début des années soixante-dix. L'usage oral lui a ensuite préféré Archépontain, ce qui a été officialisé même par l'administration. 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vinsareva 01/12/2012 21:03


Je ne suis pas une pondarlchéenne mais il y a plein de mots que je comprend et que je connais (et utilise pour certains).


Par contre, je trouve qu'il existe toujours cette notion "d'être" ou pas de Pont de l'Arche. Je l'ai ressenti à mon arrivée ici, il y a plus de 10 ans déjà.

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...