Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 12:02

L’histoire des Damps est tributaire de la forêt à plus d’un titre.

 

28-janvier-2007--Les-Damps---2-.jpg

 

Si notre village jouxte encore la forêt, c’est parce que celle-ci fut une propriété des rois dès l’époque carolingienne. Il était donc hors de question que les sujets du roi détruisent la propriété du suzerain. L’utilisation du bois était donc très réglementée et nos ancêtres n’ont pas pu défricher la forêt pour étendre l’agriculture.

 

L’élevage en revanche a été possible. On emmenéait les porcs pour la glandée en forêt et l’on laissait les vaches y paître dans les zones herbeuses.

 

Cette pratique ne s’est pas arrêtée à la Révolution, la forêt étant devenue propriété de l’Etat. Aujourd’hui les promeneurs sont libres de se promener en forêt car celle-ci est une propriété publique pour le plus grand bonheur de tous.  

 

Les arbres ont été essentiels à la construction des maisons à pans de bois, si caractéristiques de notre Normandie, qui donnent au cœur historique de notre village un cachet proprement régional.

 

Des maisons à pans de bois ont été retrouvées lors des chantiers de fouille archéologique de Poses-Tournedos. Elles datent du néolithique et servaient de maison commune aux groupes humains. Les Damps connaissait, déjà à cette époque, au moins un foyer de peuplement, aux Vauges. Les hommes installés ici utilisaient, à n’en pas douter ce type de construction avec les éléments que la nature mettait à sa disposition. Ainsi les pans de bois de la commune sont l’indicatif et la survivance d’une technique ancestrale.

 

Moment fort de l’histoire locale, l’utilisation du bois a permis la construction du premier pont de Pont-de-l’Arche, de 862 à 869. Construit sur le territoire des Damps afin d’empêcher les Vikings de remonter la Seine jusqu’à Paris, ce premier pont bâti en bois a donné naissance à la ville de Pont-de-l’Arche. 

 

Le bois a aussi été exporté depuis Les Damps. En effet notre village, idéalement situé au pied d’un vallon qui decend de la forêt, permettait de relier à la fois la Seine, l’Eure et les ressources forestières. C’est pourquoi Les Damps fournissait en bois « le Clos aux Galées », chantiers navals de Rouen, durant l’Ancien Régime.

 

Parlant de navigation navale il faut rappeler que des habitants de notre village construisaient eux-mêmes leurs embarcations et ce jusqu’au tout début du XXe siècle. La connaissance et l’exploitation des bois étaient donc primordiales.

 

Enfin le port des Damps chargeait encore du bois de pin dans les années trente afin de fournir, par le biais des canaux de l’Oise, les exploitations minières du Nord. Le bois de pin, craquant fort, permettait aux mineurs de connaître les mouvements des sols qu’ils exploitaient et donc de les avertir des dangers éventuels.

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost 0
Published by Armand Launay - dans Les Damps Forêt de Bord
commenter cet article

commentaires

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...