Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 13:11

Au printemps, la municipalité a fait restaurer deux tableaux de l’église. Datant du XVIIe siècle, ces œuvres d’art étaient oubliées dans la sacristie. Elles ont été redéposées dans l’église afin que les croyants et les nombreux visiteurs puissent les apprécier. Ce n’est pas le tout de posséder un beau patrimoine… il faut le valoriser et le partager !

 

En 2008, une toile du XVIIe siècle tombait du mur de la sacristie où elle était oubliée depuis des dizaines d’années. Michel Lepont, organiste de la Ville et bénévole de la paroisse, alerta la municipalité.

Celle-ci rendez-vous avec le Conservateur régional des Monuments historiques et en profita pour faire restaurer aussi un tableau sur bois en mauvais état, lui aussi classé aux Monuments historiques.

C’est ainsi que L’Adoration des Mages et La Vierge à l’Enfant reçurent la visite de plusieurs restaurateurs professionnels. La municipalité décida de travailler avec Eric Beaumont qui vint chercher les œuvres après de longues procédures administratives.

Le restaurateur a d’abord retiré d’épaisses couches de vernis et de peintures apposés lors d’une restauration ancienne et qui masquaient les couleurs d’origine. Après ce premier travail, il a repeint les œuvres d’après les traces encore visibles et il a dû recomposer certaines parties manquantes et ce grâce à ses connaissances de l’art Renaissant. Ce travail d’expert, qui a duré plusieurs centaines d’heures, a redonné aux deux œuvres archépontaines (malheureusement non signées) tout leur éclat.

Afin d’éviter les erreurs du passé, la Ville a décidé de ne pas remettre ces tableaux dans la sacristie (fermée au public) mais de les accrocher dans l’église (bas-côté nord, autour du groupe statuaire sainte Anne) afin de les partager avec le plus grand nombre.

 

Description des œuvres

 

Deux-tableaux.JPG

-      « La Vierge à l’Enfant » (à gauche), huile sur toile et son cadre, XVIIe siècle, non signé, 51,5 x 70,5 cm, classé aux Monuments historiques le 24 aout 1976. Marie porte sur ses genoux l’enfant Jésus et lui donne une fleur tandis que Joseph, père de Jésus, regarde la scène et apparait au second plan à gauche. 

-       « L’Adoration des Mages », tableau peint sur planches assemblées par parquetage, XVIIe siècle, non signé, 92,7 x 65 cm, classé aux Monuments historiques le 24 aout 1976. Cette œuvre représente les rois Mages devant l’enfant Jésus porté par sa mère, Marie, accompagnée de Joseph, son mari. Une trouée dans le ciel jette une lumière accompagnée d’angelot sur cette scène située dans un décor architectural de la Renaissance.

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...