Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 20:20

Dans le cadre de la 7e édition du Mois de l’architecture contemporaine en Normandie, le Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnementde l’Eure (CAUE 27) et la Maison de l'architecture de Haute-Normandie ont proposé hier, 15 mars, une journée d'échanges sur le thème du patrimoine et de l'architecture. Une première dans l’histoire de Pont-de-l’Arche.

 

Le débat du matin a été très instructif pour les 75 personnes présentes. Michel Rousset, président du CAUE 27, a distribué la parole qui est revenue à Pascal Victor, président de la maison de l’architecture de Haute-Normandie et Marie-Christine Calmon, adjointe en charge de l’urbanisme et du patrimoine de la ville de Pont-de-l’Arche, partenaire de la manifestation. Michel Rousset a aussi souligné la collaboration du CAUE avec les Amis des monuments et sites de l’Eure (AMSE), association présidée par Pierre Roussel, présent dans la salle, et qui permet de « concilier la vieille pierre et l’urbanisme actuel ».

 

 

Philippe Baffert : pour un urbanisme de projet


Le premier intervenant a été Philippe Baffert, consultant et ancien chef de bureau du droit de l’urbanisme au ministère de l'Écologie, du développement durable, des transports et du logement. Celui-ci a commenté les lois relatives à l’urbanisme en France depuis 1945. Il a mis l’accent sur les motivations ayant mené à la création de la loi relative à la Solidarité et au renouvèlement urbains (SRU) : impulser un urbanisme de projet limitant au mieux l’étalement urbain. L’intervenant, à l’origine de l’écriture de la loi datant de 2000, a démontré que l’arsenal législatif français repose sur une notion figée de l’urbanisme. Au lieu de classer des zones, il convient de réfléchir à l’équilibre des milieux destinés à accueillir de nouvelles constructions. Ainsi l’exemple fut donné d’une zone de passage entre deux bois. Au lieu de classer les deux bois en oubliant cette zone, il conviendrait de garantir le maintien de la circulation des espaces animales entre les bois. Il s’agit de respecter les équilibres, non d’édicter des limitations architecturales par principe. Dans la même logique, il a montré du doigt l’aberration de documents d’urbanisme imposant la construction de pavillon au milieu des parcelles constructibles alors que les propriétaires gagneraient à bâtir leur maison dans un coin de leur terrain. Philippe Baffert a aussi visé le manque de réflexion dans l’élaboration de documents d’urbanisme tels que les PADD et les PLU. Ces documents doivent exprimer les objectifs des élus. Comment ceux-ci voient le développement de leur commune ? Comment comptent-ils l’attendre, concrètement ? C’est ainsi qu’ils pourront justifier quelles limites ils entendent appliquer aux projets d’urbanisme et ce au nom de l’intérêt général. Une attitude aux antipodes de nombreux PLU se contentant d’un rappel des textes en vigueur.


France Poulain : une méthode pour savoir que protéger ?


France Poulain, architecte des bâtiments de France de l’Eure a présenté ses missions : gérer 500 monuments historiques et 250 sites protégés par l’Etat, soit 5 à 6 % du département. La première protection a été enregistrée en 1862. Aujourd’hui, le panorama des protections est très inégal : 180 églises concernées sur 600. Jusqu’alors, le classement du patrimoine s’est fait au coup par coup. Il conviendrait de réaliser aujourd’hui une étude plus poussée et de définir une méthode de classement ? Privilégie-t-on l’âge d’un bâtiment, l’histoire qui y est attachée, un paysage, une architecture ? Par exemple, si l’on compte 5 églises du XIe siècle, il y a-t-il une encore dans son « jus » d’époque ? Classe-t-on alors les 5 églises ? Ces choix ont un impact fort car ils président à l’attribution de subventions de l’Etat et du Conseil général. Qui plus est, il peut être tentant de faire classer de nombreux monuments ou objets historiques mais encore faut-il être en mesure de bien entretenir les biens déjà inscrits.

 

Marie-Claude Cortial, Danila Niel, Pierre Durand, Xavier Derbanne : l’inventaire patrimonial de Chaise-Dieu-du-Theil en exemple


Deux élues, un délégué de l’AMSE et un architecte-conseil du CAUE ont présenté le bel exemple d’inventaire du patrimoine de Chaise-Dieu-du-Theil, commune du sud de l’Eure. Afin de protéger ce qui fait la valeur de leur commune, ces acteurs du patrimoine ont défini une méthode avant de recenser près de 180 lieux ou monuments.

L’intérêt architectural : adéquation entre la forme et la fonction du bâtiment ; logique esthétique des façades ; détails ornementaux.      

L’intérêt urbain : bâtiments de premier rôle (mairie, église…), bâtiments de second rôle (maison ancienne), rôle figuratif.

L’intérêt historique : ancienneté, témoignage évènementiel (four à pain).

L’enjeu paysager

L’enjeu écologique

L’enjeu hydrographique

La protection contre le vent : haies

La protection des sols : arbres, haies

Cette démarche de protection a tout d’abord suscité des craintes dans la population avant que celle-ci ne comprenne l’intérêt de ce projet validé en Conseil municipal. Cette démarche sera renforcée en incluant le recensement dans le PLU intercommunal en cours d’élaboration.


Yvette Petit-Decroix et Delphine Butelet : la Fondation du patrimoine au secours de monuments non protégés


Créée en 1996, la Fondation du patrimoine aider principalement les particuliers, mais aussi les collectivités territoriales, à restaurer des biens non protégés par l’Etat. Grâce à des défiscalisations, des subventions, de souscriptions publiques et du mécénat, la Fondation aide les propriétaires de biens qui ont obtenu un label validé par l’architecte des bâtiments de France.

Plus d’informations sur : www.fondation-patrimoine.org/fr/haute-normandie-11

 

L’après-midi : visite du centre ville médiéval de Pont-de-l’Arche et audition d’orgue


Les Amis des monuments et sites de l’Eure ont animé l’après-midi par une visite du centre ville médiéval de Pont-de-l’Arche commentée par Armand Launay. Sous le soleil, les participants ont découvert les bijoux architecturaux de la ville avant de prendre place dans les stalles de Notre-Dame-des-Arts et de savourer l’audition d’orgue offerte par Michel Lepont, conservateur de l’orgue pour la Ville de Pont-de-l’Arche.

 

Urbanisme-15-mars-2012--2-.JPG

 

Cette première participation de Pont-de-l’Arche au mois de l’architecture contemporaine aura été réussie. La Ville remercie l’ensemble des organisateurs et des intervenants qui ont œuvré à ce moment aussi instructif que plaisant.

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com/

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...