Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 16:31

Anciennement appelée « place du Faubourg des Champs », c'est en 1937 que cette place archépontaine, bousculée par l'automobile, prit le nom d'Aristide Briand.

 

Avec nos remerciements à Jacqueline Nalet pour le plan de 1773

 

Pourquoi y a-t-il autant d'espace en ce lieu ? 

Ci-dessous, sur le haut d'un détail du plan au 1/150e daté de 1773, on voit l'arc de cercle des remparts sud de Pont-de-l'Arche. Une avancée de ces remparts protège l'entrée de la ville où se trouve un "petit pont" donnant sur deux premières maisons et l'ancien calvaire. Ce document est conservé aux Archives nationales sous le nom de "Plan des fossés et glassis de Pontdelarche...". Il constitue une annexe de l'arrêt du Conseil du 16 juillet 1773 portant sur une contestation d'abattage d'arbres par le "sieur Durufley". Cette avancée des remparts explique la largeur de la place des Champs depuis le pied des remparts au sud de la rue Sainte-Marie jusqu'aux maisons des faubourg représentées sur le plan. 

Les délibérations du Conseil municipal d'Ancien Régime attestent que l'autorisation de combler le "pont dormant de la place des champs" fut accordée en 1747. Ces mêmes archives montrent que la place des champs fut aplanie en 1779 suite à l'autorisation de l'intendant Louis Thiroux de Crosne. C'est en ce temps que les boulevards de la ville furent créés et le fort de Limaie démoli avec maintes parties des remparts

Le plan cadastral de 1834 montre encore le pont à bascule au milieu de ce qui deviendra la place Aristide-Briand.   

La place dût prendre son nom du faubourg des champs, c'est-à-dire le petit quartier de maisons à pans de bois situées au début de la rue Maurice-Delamare, autour de l'actuelle place Aristide-Briand, au début de la rue Charles-Cacheleux et au début de la rue Général-de-Gaulle. La référence aux champs n'aurait pas suffit à caractériser l'endroit car la porte Saint-Jean (vers Bonport) donnait elle aussi sur des champs... mais pas sur un faubourg. 

Sur cette faible reproduction d'un plan au 1/150e datant de 1773, on voit l'arc de cercle des remparts sud de la ville. Une avancée de ces remparts protège l'entrée de Pont-de-l'Arche où se trouve un "petit pont" donnant sur deux premières maisons et l'ancien calvaire (Archives nationales, "Plan des fossés et glassis de Pontdelarche...", annexe de l'arrêt du Conseil du 16 juillet 1773).

Sur cette faible reproduction d'un plan au 1/150e datant de 1773, on voit l'arc de cercle des remparts sud de la ville. Une avancée de ces remparts protège l'entrée de Pont-de-l'Arche où se trouve un "petit pont" donnant sur deux premières maisons et l'ancien calvaire (Archives nationales, "Plan des fossés et glassis de Pontdelarche...", annexe de l'arrêt du Conseil du 16 juillet 1773).

Le plan cadastral de 1834 montre encore le pont d'entrée des remparts de la ville. Le reste des fortifications a été rasé et laisse un espace important : la future place Aristide-Briand (Archives départementales de l'Eure).

Le plan cadastral de 1834 montre encore le pont d'entrée des remparts de la ville. Le reste des fortifications a été rasé et laisse un espace important : la future place Aristide-Briand (Archives départementales de l'Eure).

Un espace public

La place qui nous intéresse était bien vaste. Elle accueillit des foires ponctuelles et quelques sessions de la fête Sainte-Anne. Elle accueillit aussi des exercices militaires puisqu'elle fut appelée, un temps, place du champ de Mars. 

Telle qu'elle nous apparait sur les photographies du début du XXe siècle, elle est bien vide. On y voit quelques voitures à cheval, de premières automobiles... et donc un garage en haut de la rue Président-Roosevelt, des hôtels-restaurants (Le Grand Saint-Eloi et l'Hôtel du midi), des boutiques... 

La place Aristide-Briand au début du XXe siècle, un espace bien vide propice aux voyageurs et aux foires locales. La place Aristide-Briand au début du XXe siècle, un espace bien vide propice aux voyageurs et aux foires locales.
La place Aristide-Briand au début du XXe siècle, un espace bien vide propice aux voyageurs et aux foires locales. La place Aristide-Briand au début du XXe siècle, un espace bien vide propice aux voyageurs et aux foires locales. La place Aristide-Briand au début du XXe siècle, un espace bien vide propice aux voyageurs et aux foires locales.

La place Aristide-Briand au début du XXe siècle, un espace bien vide propice aux voyageurs et aux foires locales.

1937 : la place se nomme Aristide-Briand

C'est à Emile Chary, élu radical-socialiste membre de l’opposition à Raoul Sergent, que nous devons l'idée d'attribuer le nom d’Aristide Briand à l’une des principales places de ville. Lors du Conseil municipal du 4 mars 1937, Émile Chary, directeur de la salle de cinéma et de théâtre, voulait honorer un homme estimé chez les républicains radicaux.

Les élus de Pont-de-l’Arche ont fait montre de sympathie envers celui qui passait pour être le sauveur de paix. Déjà, lors d’une délibération du Conseil municipal du 19 janvier 1933 les élus se virent remercier par leurs homologues d’Houlbec-Cocherel pour les 200 francs accordés pour le monument en la mémoire d’Aristide Briand. Ce monument, toujours visible, rappelle l’attachement de l’homme politique à ce carré de Normandie où il aimait à se retirer.

Pour mémoire, Aristide Briand, homme politique, est resté dans la mémoire collective pour son œuvre en faveur de la paix. Il reçut le prix Nobel de la paix de 1926, partagé avec G. Stresemann. Grâce à son activité au sein de la Société des Nations, le célèbre pacte Briand-Kellog proclamant la renonciation générale à la guerre fut signé en aout 1928 par 60 nations.

 

Vers 1960, l'automobile chamboule la place

La circulation automobile a commencé à affecter le fonctionnement de la société après la Seconde guerre mondiale ou, fil des ans, chaque foyer se dota d'un véhicule. La société en fut affectée et sa voirie aussi. La place Aristide-Briand fut goudronnée au sortir de la guerre. Il faut attendre Roland Levillain pour qu'un rondpoint soit créé en 1959 au centre de la place Aristide-Briand. Il fut bientôt entouré d'aménagements secondaires un peu discordants oubliant les piétons et créant de drôles de priorités à droite au coeur du rondpoint. 

Notre place avant sa réhabilitation (clichés Armand Launay, 2011 et 2012).
Notre place avant sa réhabilitation (clichés Armand Launay, 2011 et 2012).
Notre place avant sa réhabilitation (clichés Armand Launay, 2011 et 2012).

Notre place avant sa réhabilitation (clichés Armand Launay, 2011 et 2012).

La place Aristide-Briand après sa réhabilitation (clichés Armand Launay, mars 2014).
La place Aristide-Briand après sa réhabilitation (clichés Armand Launay, mars 2014).La place Aristide-Briand après sa réhabilitation (clichés Armand Launay, mars 2014).

La place Aristide-Briand après sa réhabilitation (clichés Armand Launay, mars 2014).

2013-2014 : place aux piétons !

Afin de redonner aux piétons toute leur place, afin de limiter l'omniprésence des véhicules, le maire Richard Jacquet, par le biais de la Communauté d'agglomération Seine Eure, fait réhabiliter la place Aristide-Briand en supprimant notamment son rondpoint. Cette place centrale semble appelée à prolonger le centre-ville du point de vue urbain mais aussi du point de vue des services publics puisque la Ville de Pont-de-l'Arche, qui est devenue propriétaire des locaux du garage Renault, envisage d'y implanter son centre culturel-médiathèque.

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vinsareva 24/02/2013 19:00


Cette place sera encore mieux une fois les travaux prévus faits car là, c'est pas un peu galère côté circulation.

Armand 24/02/2013 19:08



Entièrement d'accord avec toi ! 



  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...