Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 11:46

Dans notre série « passé-présent », déjà largement entamée dans notre précédent ouvrage (1), nous nous intéressons aujourd’hui au Monument aux morts de Pont-de-l’Arche.

 

 

1922 : création d'un Monument signé Robert Delandre

Inauguré en 1922 suite au travail mené par un Comité présidé par Maurice Delamare, ancien maire, ce monument est situé sur la route d’Elbeuf, dans un espace appelé depuis place du Souvenir. Nicolas Coutant, dans un article publié dans Etudes normandes (2), nous apprend que le Monument aux morts de Pont-de-l'Arche est l'oeuvre de Robert Delandre, sculpteur elbeuvien aussi auteur des monuments aux Morts d'Oissel, Freneuse, Elbeuf (église Saint-Jean), Saint-Etienne-du-Rouvray, Saint-Aubin-lès-Elbeuf, Barentin, Eu, La Saussaye... Nicolas Coutant, citant une archive municipale (2M32), nous apprend aussi que Robert Delandre dut l'attribution du marché à Marcel Ouin, ami de la famille Delandre, qui était vice-président du Comité pour l'érection d'un monument (voir page 10). Marcel Ouin était le beau-père de Maurice Delamare. 

 

P1110207.JPG

      La signature de Robert Delandre, un peu effacée, sous le pied du Poilu.

On distingue une fêlure sur le casque allemand auquel il manque un bloc de pierre. 

 

Les stigmates

Si ce monument manifeste le respect dû aux combattants morts pour la France, quelques soldats allemands ne l’ont pas entendu ainsi durant la Seconde guerre mondiale. En effet, prenant pour appui le manuscrit de Roland Chantepie (3) – et pour preuve les photographies ci-dessous – on constate les mutilations du monument :

 - le bout du fusil a été cassé ;

- le casque allemand a été cassé ;

 - l’inscription « On ne passe pas », d’abord utilisée sur un monument de la forêt de Verdun où un lion terrassé symbolise l’armée allemande, a été burinée. Alors que la première photographie montre des lettres sculptées en profondeur, la deuxième photographie laisse apparaitre des lettres taillées en relief au cœur d’un cartouche creusé dans la pierre. 

Puisque la France résistante a vaincu le nazisme avec les Alliés, le monument fut partiellement restauré après guerre et retrouva sa citation. Le fusil resta écourté et peut symboliser la blessure de 1940. On peut conclure que le Monument aux morts de la ville joue pleinement son rôle de témoin de l’histoire.

 

 

Monument aux morts 1930

Monument aux morts 2011

 

Notes

(1) Pont-de-l’Arche 1911 I 2011 : l’évolution urbaine en 62 photographies, mairie de Pont-de-l’Arche, 2011, 32 pages.

(2) Coutant Nicolas, "Robert Delandre (1878-1961) : sculpter la mémoire", pages 5-20, Etudes normandes, 61e année, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

(3) Chantepie Roland, Pont-de-l’Arche à travers les âges, manuscrit b, 2e partie, De la Révolution à nos jours (1944).

 

A lire aussi

Les stigmates de bombardements de 1944 dans la rue des Soupirs

La rubrique Guerres de ce blog

La rue Henry-Prieur

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...