Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 14:25
Richard Jacquet (deuxième en partant de la gauche) entouré d'élus et du Directeur général des services, Christophe Hardy lors d'une visite de quartier, rue Charles-Michels (cliché Armand Launay, juillet 2013).

Richard Jacquet (deuxième en partant de la gauche) entouré d'élus et du Directeur général des services, Christophe Hardy lors d'une visite de quartier, rue Charles-Michels (cliché Armand Launay, juillet 2013).

Richard Jacquet est né en 1974 à Rouen. Très jeune, il entre au comité des fêtes de Pont-de-l’Arche et crée, avec plusieurs jeunes Archépontains, « La Caverne des jeunes » une association de loisirs. Il contribue à la création du secteur jeunesse au Centre de loisirs associatif, devenu municipal en 2003. Richard Jacquet est investi dans le théâtre, notamment en participant à plusieurs compagnies amatrices locales. Professionnellement, il devient animateur à l'Accueil de loisirs de Pont-de-l’Arche puis coordinateur des actions pour la jeunesse de la Ville de Sotteville-lès-Rouen. Depuis 2011, il est chargé de mission pour la Ville de Grand-Quevilly.

 

Un militant socialiste

On ne connait qu’un seul engagement politique à Richard Jacquet : le parti socialiste. En 1995, il est élu conseiller municipal sur la liste de Paulette Lecureux (PS). Il devient conseiller municipal délégué à la communication et adhère au Parti socialiste à la même époque. En 2001, il devient secrétaire de la section cantonale du PS.

La même année, suite à l’élection de Dominique Jachimiak aux élections municipales, il crée l’association « Questions d’avenir » afin d’organiser une opposition non élue. Il préside cette association jusqu’en 2013. Désormais principale figure socialiste à l'échelle cantonale, il se présente aux cantonales en 2004 (22 % des suffrages au premier tour) et en 2011 (18,3 %). Il est aussi candidat sur la liste PS-PRG aux élections régionales de 2010 mais sans être élu. Idem aux élections départementales de 2015.  

 

Maire de Pont-de-l’Arche

Richard Jacquet constitue une liste aux élections municipales de mars 2008 parvenant à rassembler toutes les forces de gauche, une première depuis 1983. Cette union fait de Richard Jacquet le plus jeune maire de l’histoire de Pont-de-l’Arche – 33 ans – en obtenant plus de 47 % des suffrages au second tour.

Son mandat est caractérisé par le développement des services publics dans un contexte financier national incertain : création du Tremplin : maison des initiatives et des ressources (2009) et de l’Espace jeunes (2011), structuration d’une police municipale (2010), rénovation lourde de l'Accueil de loisirs (2011-2013), sauvegarde des archives municipales (2012) et création d'un espace de conservation adapté au sous-sol du Tremplin (2010), attribution de locaux adaptés à la Banque alimentaire (au Tremplin) qui ouvre désormais toute l'année (2009). Ce mandat voit la création d'une résidence HLM (Simone-de-Beauvoir, 2009) et le lancement de deux autres (Lucie-et-Raymond-Aubrac, 2013, et Jean-Paul-Sartre, 2013). Ce mandat est marqué par trois années successives d'effacement de réseaux (2010-2013), l'acquisition d'un columbarium (2013), la création d'une 7e classe (2008), l'agrandissement de la cour de l'école maternelle et la création d'un préau (2013) et la sauvegarde du four à pain du bailliage grâce à des chantiers de jeunes.

En tant que président de l'EHPAD, il travaille au financement et au lancement de la troisième grande restructuration de cet établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes. 

Durant ce mandat, un foyer associatif de jeunes travailleurs, aidé par la prédécente municipalité, est inauguré à la place de la résidence d'urgence (2009). Le contournement sud de la ville est ouvert (2010). La résidence Les Marquises est livrée (2012). Le Village des artisans "la lisière, l'esprit d'entreprise Seine Eure", porté par la CASE, voit le jour au chemin de la Procession (2014). La restructuration de l’axe Est-ouest débute par l'importante rénovation conduite par la CASE de la place Aristide-Briand qui perd son étrange rondpoint (2014). La réflexion sur le futur centre culturel débute avec l'acquisition des locaux sur la place Aristide-Briand (2011). Plusieurs acquisitions de terrains (2012 et 2013) au boulevard de la Marne permettent d'envisager la mise en valeur des douves. Du côté des animations, l'équipe de Richard Jacquet a créé les Nocturnes du vendredi (2008), les Olympiades 276 (2012), le Festival Livres en ville (2012)…

Le premier mandat de Richard Jacquet est aussi synonyme de création d'associations, notamment l'Amicale du personnel et ATLEA fédérant les parents désireux de s'exprimer sur les loisirs des enfants et notamment à l'Accueil de loisirs où la gestion associative a été supprimée en 2003 par le maire Dominique Jachimiak.  

Enfin, Richard Jacquet compte parmi les élus mobilisés au côté de l'intersyndicale du personnel de Mreal qui a lutté pour la reprise de la papèterie d'Alizay et donc la sauvegarde de l'emploi malgré la mauvaise volonté de Mreal. Cette lutte a abouti sur la reprise de la papèterie d'Alizay par le thaïlandais Double A et donc le maintien d'une partie des employés.

La fonction de maire de la troisième commune la plus peuplée de la CASE valut à Richard Jacquet, en 2008, une vice-présidence au sein de l’intercommunalité : celle dévolue au logement et qui était celle de son prédécesseur. Il fut reconduit dans ce poste en 2014 malgré l'élection de Bernard Leroy (droite) à la présidence de la CASE auparavant présidée par Franck Martin (PRG). A partir de 2013, il propose l'étude de la fusion des communes de Pont-de-l'Arche et des Damps, sans rencontrer ni l'hostilité ni la coopération de son homologue des Damps René Dufour.  

A la fin de son mandat, il semble laisser l'image d'un maire investi et à l'écoute de ses concitoyens. Cela se traduit par l'effacement progressif de son opposition, "Pont-de-l'Arche pour tous". Aux municipales de 2014, lui et son équipe écrasent la liste "Pont-de-l'Arche ensemble" avec 71,92 % des suffrages exprimés

En mars 2016, en vue des élections législatives, Richard Jacquet est désigné candidat du Parti socialiste par les militants des sections socialistes de la cinquième circonscription de l'Eure.  

 

Son bilan est retracé dans Pont-de-l'Arche magazine notamment accessible en ligne. 

 

 

Sources

Pont-de-l'Arche magazine

Registre des délibérations du Conseil municipal 

 

 

A lire aussi...

Les maires de Pont-de-l'Arche

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean 22/07/2015 12:24

Bravo Monsieur Jacquet !

Vous avez épargné à Pont de l'Arche un retour de l'hypocrite et incompétent Dominique JACHIMIAK !

Vinsareva 24/02/2013 18:42


Le Théatre?? Je ne savais pas mais ça expique beaucoup de choses.


Affaire à suivre sur les prochaines élections.

Armand 24/02/2013 18:46



Une aisance dans la prise de parole, cela peut servir en effet ! ++



Gildas 23/02/2013 19:59


Bonsoir Armand, aucun rapport avec le sujet, mais le drame des 3 infenticides en seine et marne à Dampmart, le nom de la commune me rappel la notre, Les Damps!

Armand 23/02/2013 20:55



Salut Gildas, comment vas ? Pour Dampmart, l'origine est "Domnus Medardus", c'est-à-dire le domaine de Médard. "Les Damps" lui ressemble sous sa forme actuelle mais provient de Husido, nom de
personne germanique. Moi aussi, j'aime Les Damps, commune où j'ai vécu un an après mes 20 premières années archépontaines. Rue des Pervenches, un de mes prochains articles. Amitiés Gildas.  



  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...