Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2018 5 20 /07 /juillet /2018 13:09
Richard Jacquet (deuxième en partant de la gauche) entouré d'élus et du précédent Directeur général des services, Christophe Hardy, lors d'une visite de quartier, rue Charles-Michels (cliché Armand Launay, juillet 2013).

Richard Jacquet (deuxième en partant de la gauche) entouré d'élus et du précédent Directeur général des services, Christophe Hardy, lors d'une visite de quartier, rue Charles-Michels (cliché Armand Launay, juillet 2013).

Richard Jacquet est né en 1974 à Rouen. Dès 1989, il démontra son intérêt pour la vie collective en intégrant le comité des fêtes de Pont-de-l’Arche et en créant, avec plusieurs Archépontains, une association de loisirs dénommée « La Caverne des jeunes ». Puis, il contribua à la création du secteur jeunesse au Centre de loisirs associatif, devenu municipal en 2003. Richard Jacquet s'investit dans le théâtre, notamment en participant à plusieurs compagnies amatrices locales. Professionnellement, il devint animateur à l'Accueil de loisirs de Pont-de-l’Arche puis coordinateur des actions pour la jeunesse de la Ville de Sotteville-lès-Rouen. Depuis 2011, il est "chargé de mission" pour la Ville de Grand-Quevilly (dont le maire est Marc Massion, bras droit de Laurent Fabius PS).

 

Un militant et candidat socialiste

On ne connait qu’un seul engagement partisan officiel à Richard Jacquet : le parti socialiste. En 1995, il fut élu conseiller municipal sur la liste de Paulette Lecureux (PS). Il fut nommé conseiller municipal délégué à la communication et adhéra au Parti socialiste à la même époque. En 2001, il devint secrétaire de la section cantonale du PS.

La même année, suite à l’élection de Dominique Jachimiak aux élections municipales, il créa l’association « Questions d’avenir » afin d’organiser une opposition non élue. Il présidait cette association jusqu’en 2013. Devenu principale figure socialiste à l'échelle cantonale, il se présenta aux cantonales en 2004 (22 % des suffrages au premier tour) et en 2011 (18,3 %). Il fut aussi candidat sur la liste PS-PRG aux élections régionales de 2010 mais sans être élu. Idem aux élections départementales de 2015. Idem aux législatives de 2017. 

 

2008-2014 : maire de Pont-de-l’Arche et Vice-président de l'agglomération Seine-Eure. 

Richard Jacquet constitua une liste aux élections municipales de mars 2008 parvenant à rassembler toutes les forces de gauche locales, une première depuis 1983 dans la ville. Cette union a fait de Richard Jacquet le plus jeune maire de l’histoire de Pont-de-l’Arche – 33 ans – en obtenant plus de 47 % des suffrages au second tour. Sa gestion commença avec l'ancienne Directrice générale des services (DGS) : Monika Franz-Jachimiak. Puis, Benjamin Modi fut recruté à ce poste (2009) et laissa place à Christophe Hardy (février 2010). Ce mandat est caractérisé par le développement des services publics malgré une baisse légère mais régulière  des dotations d'État aux collectivités territoriales :

- en lien avec la première adjointe Angélique Chassy, création du Tremplin : maison des initiatives et des ressources (2009) et de l’Espace jeunes (2011) ;

- structuration d’une police municipale (2010) ;

- rénovation lourde de l'Accueil de loisirs (2011-2013) ;

- sauvegarde des archives municipales (2012) et création d'un espace de conservation adapté au sous-sol du Tremplin (2010) ;

- attribution de locaux adaptés à la Banque alimentaire (au Tremplin) qui ouvre désormais toute l'année (2009).

- création d'une résidence HLM (Simone-de-Beauvoir, 2009) et lancement de deux autres (Lucie-et-Raymond-Aubrac, 2013, et Jean-Paul-Sartre, 2013) ;

- trois années successives d'effacement de réseaux (2010-2013) ;

- acquisition d'un columbarium (2013) ;

- création d'une 7e classe (2008) ;

- agrandissement de la cour de l'école maternelle et création d'un préau (2013) ;

- sauvegarde du four à pain du bailliage grâce à des chantiers de jeunes et l'association Chantier histoire et archéologie médiévales (CHAM) ; 

- une réflexion sur la création d'un centre culturel débute qui est suivie par l'acquisition de locaux sur la place Aristide-Briand (2011) ;

- des terrains sont acquis (2012 et 2013) au boulevard de la Marne afin de mettre en valeur des douves ;

- du côté des animations, l'équipe de Richard Jacquet créa les Nocturnes du vendredi (2008), les Olympiades 276 (2012), le Festival "Livres en ville" (2012).

En tant que président de l'EHPAD, Richard Jacquet travailla au financement et au lancement de la troisième grande restructuration de cet établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes. 

Durant ce mandat, un foyer associatif de jeunes travailleurs "Le Prieuré", aidé par la précédente municipalité, fut inauguré à la place de la résidence d'urgence (2009). Le contournement sud de la ville fut ouvert (2010). La résidence privée "Les Marquises" fut livrée (2012). Le Village des artisans "la lisière, l'esprit d'entreprise Seine Eure", porté par la CASE, vit le jour au chemin de la Procession (2014). La restructuration de l’axe Est-ouest débuta par l'importante rénovation conduite par la CASE de la place Aristide-Briand qui perdit son étrange giratoire (2014)…

Le premier mandat de Richard Jacquet participa de la création d'associations, notamment l'Amicale du personnel de la commune et ATLEA fédérant les parents désireux de s'exprimer sur les loisirs des enfants et, notamment, à l'Accueil de loisirs où la gestion associative fut supprimée en 2003 par le maire Dominique Jachimiak.  

Enfin, Richard Jacquet compta parmi les élus mobilisés au côté de l'intersyndicale du personnel de Mreal qui lutta pour la reprise de la papèterie d'Alizay et donc la sauvegarde de l'emploi malgré la mauvaise volonté de Mreal. Cette lutte aboutit sur la reprise de la papèterie d'Alizay par le thaïlandais Double A et donc le maintien d'une partie des employés.

En 2008, Richard Jacquet fut nommé vice-président de la Communauté d'agglomération Seine Eure (CASE) présidée par Franck Martin (PRG). Il fut nommé vice-président au logement, comme l'était son prédécesseur à la mairie. À partir de 2013, il proposa l'étude de la fusion des communes de Pont-de-l'Arche et des Damps, sans rencontrer ni l'hostilité ni la coopération de son homologue des Damps René Dufour.  
À l'issu de son premier mandat, Richard Jacquet était connu pour son investissement auprès de ses concitoyens. C'est ce que confirma le résultat des élections municipales de 2014 où les Archépontains l'élirent, lui et son équipe, avec 72 % des suffrages exprimés face à la liste "Pont-de-l'Arche ensemble".

 

2014-2018 : maire de Pont-de-l’Arche et Vice-président de la CASE.

Ce mandat a débuté dans la lignée du premier, c'est-à-dire par une contrainte budgétaire croissante. Élus et agents ont travaillé à baisser les dépenses de fonctionnement alors que les dotations d'État ont continué à baisser et que la réforme portant sur les rythmes scolaires a accru les dépenses communales. Cependant, le budget est devenu déficitaire malgré une hausse des impôts locaux (2017). Cette situation difficile a été confiée par l'ancien Directeur général des services, Christophe Hardy, à Paul-Louis Ameztoy qui assume la fonction de directeur de mairie depuis octobre 2017.

Concernant la vie intercommunale, toujours, Richard Jacquet est maintenu dans sa Vice-présidence malgré l'élection du maire du Vaudreuil, classé "divers droite", Bernard Leroy (2014). Il est officiellement en charge des "parcours résidentiels" depuis 2014.

Richard Jacquet, avec Angélique Chassy, première adjointe en charge des finances, et d'autres élus, s'investissent toujours auprès des demandeurs d'emplois archépontains. Après la création d'un forum annuel de l'emploi (premier mandat), les élus ont créé "Les ponts de l'emploi", un dispositif d'accompagnement, de conseil et de formation de personnes choisies pour leur motivation. Ce dispositif connait des résultats encourageants. 

En 2016, la résidence pour personnes âgées "Les Pins", gérée par une association, a été prise en gestion par le Centre communal d'action sociale (CCAS) afin de mieux prendre soin du cadre de vie des résidents que ce les animations ou l'entretien des appartements et des locaux communs.

Du côté des réalisations, en 2017 l'extension de la mairie a été réalisée qui comprend une nouvelle salle des mariages et des conseils, un accueil du public adapté aux personnes à mobilité réduite et un espace de pause pour le personnel. Les anciens locaux ont été redistribués afin de donner aux agents de meilleurs espaces de travail. 

Du côté du patrimoine ancien, des restaurations des vestiges de remparts ont été entreprises et le dossier de rénovation de l'église Notre-Dame-des-arts est constitué (le cahier des charges, la mise en sécurité de la façade sud et le financement d'une première tranche de travaux en lien avec la Fondation du patrimoine).

Le projet de centre culturel a avancé par la réalisation d'une étude de faisabilité. Cependant, le financement de ce lieu culturel vient buter sur les difficultés budgétaires de la commune sans que le projet ne soit abandonné. 

Le tourisme est aussi pensé comme l'atteste le projet d'un appontement, sur l'ile Saint-Pierre, destiné aux croisiéristes de Seine (projet de la CASE et de Rouen-Métropole).

La CASE a rénové la rue Roger-Bonnet (2018) en y créant une bande cyclable.

Les travaux de rénovation de la rue Général-de-Gaulle ont débuté par le remplacement des canalisations (2017), l'enfouissement de réseaux (2018) et la réhabilitation des trottoirs et de la voie (2019) avec arrivée de la fibre optique accroissant le débit de l'Internet.  

Par ailleurs, l'agrandissement de l'EHPAD a pris fin (2017). Il est baptisé Julien-Blin, du nom du maire donateur des premiers locaux de l'hôpital local. La réhabilitation partielle des anciens locaux et du patrimoine ancien s'est poursuivie (2018).

Quant au cadre de vie, les élus travaillent à l'accession à la propriété par les ménages aux revenus modérés et en lien avec des entreprises privées. C'est ce que montre l'inauguration de 4 maisons en juin 2017 dans la rue Docteur-Sorel ; de même que la démolition du Mille club en 2019 afin d'y bâtir des logements (projet en cours). Ceci engendre une communication étrange dans le magazine municipal où il est difficile de faire la part entre communication publique et communication commerciale au bénéfice de l'entreprise privée. Idem pour le projet immobilier, privé, du "parc des remparts" non loin du cimetière (2017). 

Le bureau de la perception ayant été fermé par décision de l'État, les élus archépontains en ont vendu les locaux (2019). Les élus ont proposé aussi de transférer à la CASE la gestion du service destiné à la petite enfance (crèche Bidibul). Ils ont argué que ce service a une vocation intercommunale comme l'a démontré l'ancienne Communauté de communes Seine-Bord qui avait pris la compétence sur cette offre de service public.

 

Les législatives de 2017 ou la trahison des pairs ?

En février 2017, en vue des élections législatives, Richard Jacquet a été désigné candidat du Parti socialiste par les militants des sections socialistes de la quatrième circonscription de l'Eure. Or, en cette année,  les partis en place ont éclaté. Le PS et l'UMP ont été grandement vidés de leurs élus et militants par la formation d'un parti nommé La République en marche (LREM) visant le soutien de la candidature d'Emmanuel Macron, ancien ministre des finances de François Hollande (PS). Le candidat socialiste national, Benoit Hamon, a été trahi par ses pairs : beaucoup l'ont accusé d'être frondeur et sa candidature s'est perdue dans la seconde partie du tableau des résultats avec 6 % des voix au premier tour. Idem, au niveau local, la candidature de Richard Jacquet a été largement éclipsée, sauf à Pont-de-l'Arche, par celle d'un ancien élu socialiste, Bruno Questel, maire de Bourgtheroulde, devenu partisan d'Emmanuel Macron et élu député. Pis, Richard Jacquet a semblé lâché par son premier cercle d'élus et de techniciens qui ont préféré soutenir le candidat LREM, y compris en tenant un meeting dans la ville, et ce au détriment de leur fidélité à leur ancienne étiquette, leur maire et ami actuels. Ainsi, sur le site du parti LREM (au 12 novembre 2017), les cadres du comité archépontain (appelé "comité McCalmon") étaient toujours Christophe Hardy (directeur général des services jusqu'en octobre 2017), Marie-Christine Calmon, actuelle adjointe à l'urbanisme et son mari Jacques Calmon, ces deux derniers étant précédemment militants du PS et animateurs de la section cantonale. Deux interprétations sont possibles : soit les proches du maire l'ont trahi et il leur a pardonné, l'épée sur les reins ; soit le maire a demandé en vain l'investiture de LREM comme il se dit du côté du député actuel. Malgré la fidélité du maire à l'étiquette PS, il semble que son positionnement subisse des stratégies mettant à mal sa cohérence et la cohésion du groupe qui l'entoure.  

 

2017 : début ou apparition du déficit budgétaire ?

En 2018, la Chambre régionale des comptes (CRC) a contrôlé certaines lignes du budget de la Ville et ce à la demande du Préfet. En cause, des dépenses n'ont pas été honorées : principalement celle du Centre de secours et d'incendie (service départemental). La CRC est cependant passée à côté du déficit réel de plus de 500 000 € qui permettait d'expliquer pourquoi les dépenses ci-dessus n'avaient pas été engagées. En effet, la perception (qui gère le budget pour la Ville) refusait de mettre en paiement certaines factures depuis au moins la fin de 2017 car les recettes de la Ville faisaient défaut. Ce déficit a commencé à apparaitre au grand public lors du conseil municipal extraordinaire du 19 juillet où une décision modificative budgétaire a été votée à la demande de la CRC (pour honorer les dépenses ci-dessus). Un groupe d'élus, dont l'adjointe aux finances Angélique Chassy, s'est désolidarisé du maire car celui-ci souhaitait cacher le déficit à la population et régler rapidement les sommes dues, notamment par un emprunt et une renégociation d'emprunts en cours. Ainsi, durant l'été, Richard Jacquet a mobilisé un fonds de concours (subvention) de la CASE afin de payer la subvention au Centre de secours. Le maire alourdit la dette communale en négociant un étalage du remboursement annuel d'un emprunt et en contractant un nouveau crédit afin de rééquilibrer le budget. En apparence, le déficit a été effacé comme il l'a écrit lui-même dans une extra-ordinaire lettre ouverte aux Archépontains (septembre 2018). Dans la réalité, l'avenir s'assombrit et rend illusoire le Centre culturel, projet pourtant officiellement maintenu par le maire.

Le groupe d'élus dissidents a provoqué la fuite de ces informations dans la presse et les réseaux sociaux (notamment ici) considérant qu'il était de leur devoir d'élus d'être transparents sur la gestion communale. C'est sous cette contrainte que le maire a rédigé sa lettre extraordinaire et a décidé de les exclure de son groupe ; ceci après avoir exigé d'eux qu'ils signent une charte de "bon fonctionnement" disposant que les élus devaient se taire en cas de désaccord après débat interne et devaient voter d'une même voix avec le groupe majoritaire. Cette charte disciplinaire posait aussi que les élus ne devaient en aucun cas être des lanceurs d'alertes auprès de la population à partir des informations qu'ils recevaient en tant qu'élus.

Mais la lumière n'a pas été entièrement faite par le maire sur la situation budgétaire. Les élus dissidents l'ont questionné sur certaines factures du cabinet de l'ancien DGS (dont une facture de téléphone de près de 2000 €) et sur une tablette qui aurait disparu avant d'être restituée, après demande, en mairie. De même, une facture de téléphone n'était pas apurée en septembre 2018 malgré l'annonce faite à la population d'un retour à la normale. Mais encore, des factures ont été cachées (c'est-à-dire non enregistrées) pendant des mois, voire des années (l'année 2015 est évoquée) qui ont permis de masqué le déficit budgétaire pendant peut-être quelques années. Alors, avec de telles pratiques, quelle est la garantie qu'il n'en existe plus qui masquent toujours un déficit ? La confiance dans la parole de celui qui a failli ? De même, le budget de la Ville a été géré, à la demande du maire, pendant quelques mois par le service financier de la CASE. Ceci car l'ampleur du travail de rattrapage des dépenses en retard ne pouvait être assumé par le seul agent archépontain en charge de ce domaine. En mai 2019, 15 agents de la CASE ont même été officiellement remerciés par les élus archépontains par une prime de 100 € pour la surcharge de travail au service de la Ville de Pont-de-l'Arche. Cette prime s'est révélée illégale et fut donc annulée par la Préfecture.

 

2018 ou la désunion "en marche"...

En sus de l'éthique (la transparence sur le budget), la division du groupe majoritaire s'est aussi dessinée sur fond de valeurs morales. L’Assemblée générale de Questions d’avenir du mardi 3 avril 2018 a été l’occasion de débattre des valeurs idéologiques animant l’association. Les militants se sont généralement déclarés de “gauche gouvernementale” quand certains se sont désormais revendiqués de LREM et donc du député Bruno Questel. Richard Jacquet a décidé de reprendre la présidence de l’association à Marie-Christine Calmon. Des militants classés à gauche sont entrés dans le nouveau bureau, semble-t-il pour les rassurer. Cependant, Richard Jacquet n’a pas tranché en leur faveur. Le compte rendu de l’Assemblée générale en témoigne qui, à la question du placement du curseur idéologique entre la gauche et LREM, montre qu'il a été répondu qu’il vaut mieux se tourner vers l’avenir (au-delà des valeurs ?) autour d’un projet municipal (est-ce étranger au positionnement idéologique ?).

Le maire actuel a gardé son étiquette PS mais il est plus ouvert aux militants LREM qu’aux militants de gauche. LREM semble séduire le maire qui avait écrit, dans sa profession de foi des élections législatives, qu’il était socialiste mais pas opposé par principe aux projets du parti LREM. Ce positionnement du maire parait opportuniste car il déplore la baisse des dotations d'Etat tout en lorgnant du côté du parti présidentiel.

Ainsi, en septembre 2018 s'est officiellement constitué un nouveau groupe d'élus, exclus du groupe majoritaire : "Les lanceurs d'alertes archépontains". Il s'agit d'Angélique Chassy, adjointe aux finances, Hervé Castel, adjoint aux solidarités, Véronique Bertrand, conseillère déléguée au tourisme, Patrick Bellamy, Myriam Rasse et Christophe Otero. Le maire a souhaité leur retirer leurs délégations. En novembre 2018, ces élus ont constitué une association nommée "Démocratie archépontaine" afin d'associer dans leur équipe les citoyens qui se retrouvent dans leur action. En octobre 2019, Démocratie archépontaine est entrée en campagne en vue des élections municipales de 2020.

Une autre élue a été exclue du groupe majoritaire car elle n'a pas signé la charte de fonctionnement. Deux autres élues ont démissionné en septembre 2018. Il reste une douzaine d'élus investis autour du maire sur les 24 élus du groupe majoritaire.

 

En 2020, Richard Jacquet reconduit pour un troisième mandat.

En 2020, au terme d'un scrutin perturbé par la pandémie de Covid-19, Richard Jacquet son équipe sont élus dès le premier avec une participation modérée, la plus basse des élections municipales archépontaines. Ce scrutin est relaté dans un article de notre blog. Avec Roland Levillain, Richard Jacquet est cependant le seul maire élu (et non nommé) de la ville à avoir été reconduit deux fois à son siège.

Ce mandat est entamé sur des promesses écologiques avec la présence d'Anne-Sophie de Besses.

Un chantier d'insertion travaille sur la mise en valeur des douves du boulevard de la Marne en abaissant un ancien mur de clôture qui s'était assez largement effondré.

En 2021, il est question de réhabiliter la résidence Les Pins, municipalisée en 2016, afin d'en rafraichir les appartement et espaces communs.

De même, la construction des nouveaux bâtiments du collège Hyacinthe-Langlois (propriété du département) démarrent en lieu et place de l'ancien stade municipal Jacques-Havet. Le terrain du collège sera rasé et cédé en contrepartie à la commune qui entend y bâtir un quartier d'habitation.

Le Tremplin, créé en 2009, sera aussi réhabilité en 2021, semble-t-il, par le remplacement de ses locaux. Ceux-ci proviennent de l'ancienne gendarmerie des années 1970. De nouveaux locaux, dévolus à l'accueil du public, seront bâtis en lien avec l'État dans le cadre du projet des Maisons France service promises par le président Macron en 2019 ; ceci afin de faciliter l'accès aux services publics, eux-mêmes étant peu à peu privés de leurs moyens et donc reconcentrés.

En 2021, les locaux du Pôle de la petite enfance (ancien service municipal confié à la CASE) devraient sortir de terre, après un aménagement en 2020, sur un terrain communal situé entre l'ancienne abbaye de Bonport et la gendarmerie. Quid des locaux du Manoir de Manon ? 

 

=> Le bilan de Richard Jacquet est retracé dans Pont-de-l'Arche magazine notamment accessible en ligne.  

 

Sources

Pont-de-l'Arche magazine

Registre des délibérations du Conseil municipal.

À lire aussi...

Les maires de Pont-de-l'Arche

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Jean 22/07/2015 12:24

Bravo Monsieur Jacquet !

Vous avez épargné à Pont de l'Arche un retour de l'hypocrite et incompétent Dominique JACHIMIAK !

Vinsareva 24/02/2013 18:42


Le Théatre?? Je ne savais pas mais ça expique beaucoup de choses.


Affaire à suivre sur les prochaines élections.

Armand 24/02/2013 18:46



Une aisance dans la prise de parole, cela peut servir en effet ! ++



Gildas 23/02/2013 19:59


Bonsoir Armand, aucun rapport avec le sujet, mais le drame des 3 infenticides en seine et marne à Dampmart, le nom de la commune me rappel la notre, Les Damps!

Armand 23/02/2013 20:55



Salut Gildas, comment vas ? Pour Dampmart, l'origine est "Domnus Medardus", c'est-à-dire le domaine de Médard. "Les Damps" lui ressemble sous sa forme actuelle mais provient de Husido, nom de
personne germanique. Moi aussi, j'aime Les Damps, commune où j'ai vécu un an après mes 20 premières années archépontaines. Rue des Pervenches, un de mes prochains articles. Amitiés Gildas.  



  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Contactez-moi afin d'étudier ensemble, plus avant, l'histoire et donc de progresser vers la connaissance. Bonne lecture ! armand.launay@gmail.com
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au cœur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

- Mieux connaitre Pont-de-l'Arche à travers 150 noms de rues et de lieux ! (Autoédité, 2019, 64 pages). 

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte.

Accédez aux articles par Google maps