Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 18:04
Au grand Saint-Eloi en 2013 avant les travaux de la place Aristide-Briand (cliché Armand Launay).

Au grand Saint-Eloi en 2013 avant les travaux de la place Aristide-Briand (cliché Armand Launay).


« Au Grand Saint-Eloi » est le nom d’une enseigne bien connue à Pont-de-l’Arche avant 2012. Néanmoins son histoire recèle quelques surprises alors bien moins connues.

 

Les façades de ce restaurant de qualité ont été bâties en brique dans la seconde moitié du XIXe siècle. L'intérieur présente encore une structure à pans de bois d'au moins deux petites maisons accolées. L’une des particularités de cet édifice, sa surélévation par rapport à la place Aristide-Briand, a été notée dans le langage populaire où l’on nomme le Grand Saint-Éloi « les marches » ou bien encore « les deux marches ». Une marche désignait alors un escalier dans son entier.


La première destination commerciale que nous connaissons à ces lieux est le café d’Achille Niaux. Celui-ci proposait aussi des chambres aux gens de passage. En tant qu’hôtelier il n’y a aucun doute sur le fait qu’il cuisinait déjà un peu. Nous notons que l’établissement était alors appelé « Au Grand Saint-Éloi » alors que de nos jours nous préférons l’appeler « Le Grand Saint-Éloi ».


Ce n’est qu’entre 1910 et 1920, avec un changement de propriétaire, que le Grand Saint-Éloi connut des changements qui lui ont donné l’aspect que nous lui connaissions il y a peu.


La petite boutique « L’omnium électrique de Rouen » qui se trouvait dans la partie gauche du bâtiment quand nous sommes face à lui, cette boutique fut rattachée au Grand Saint-Éloi. Cet établissement, repris par M. Fouray, se tourna alors principalement vers la bonne cuisine tout en poursuivant ses services de bar et d’hôtellerie comme l’indiquait son nom : « Hostellerie du Grand Saint-Eloi ».


La façade fut alors ravalée avec un enduit sur lequel furent peints des pans de bois en trompe-l’œil. L’écriture de l’enseigne, gothique, achève de démontrer que le nouveau propriétaire voulait mettre en avant le prestige de son établissement en jouant sur la tradition normande et en se revendiquant de l’authenticité.


Pendant la Seconde Guerre mondiale l’on sait que le tenancier, M. Fouache, faisait partie du réseau local de Résistance sous le commandement de M. Tardy. Ils cachèrent et aidèrent à s’évader des pilotes alliés, des évadés, des réfractaires au Service du travail obligatoire.


Ce n’est donc pas tout à fait étonnant si le général de Gaulle gravit les marches de ce restaurant le 8 octobre 1944 lors de son passage éclair à Pont-de-l’Arche. Pas étonnant non plus que le PCF établit un temps son quartier général au Grand Saint-Éloi vu son implication dans la Résistance.

 

 

3.jpg

 

L'intérieur d'une des salles du premier étage montre des pans de bois qui rattachent la bâtiment du Au grand Saint-Eloi aux faubourgs du Pont-de-l'Arche médiéval (cliché Armand Launay, mars 2014).

L'intérieur d'une des salles du premier étage montre des pans de bois qui rattachent la bâtiment du Au grand Saint-Eloi aux faubourgs du Pont-de-l'Arche médiéval (cliché Armand Launay, mars 2014).

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...