Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 15:14

Biographie de cet homme qui fut directeur du groupe scolaire de Pont-de-l'Arche, qui porte aujourd'hui son nom

Né le 16 février 1911 à Montaure et mort le 15 mars 1962 près d’Alger, Maxime Marchand est un humaniste, pédagogue et martyr du fascisme français.

 

Portrait Max Marchand

 

Le 10 mars 1987, le conseiller municipal Robert Redon proposa au Conseil de la ville présidé par Roger Leroux, de donner le nom de Maxime Marchand au groupe scolaire de Pont-de-l'Arche

Les élus acceptèrent d'honorer celui qui avait été directeur d'école à la Libération et qui fut assassiné durant la guerre d'Algérie.

La première marque d’attention publique, à Pont-de-l'Arche, à l’égard de Maxime Marchand revint à Marceau Lavallée. Ce directeur d’école et conseiller municipal proposa au Conseil municipal du 2 décembre 1964, alors présidé par Roland Levillain, de baptiser la salle du 1er étage du préau et d'apposer une plaque commémorative en hommage à Maxime Marchand.

Mais qui était cet homme ? 

Celui qui l’on appelle le plus souvent Max Marchand est né dans une famille modeste, à Montaure, le 16 février 1911. Élève boursier du fait de son mérite, il devint instituteur en 1930. Malgré son service militaire en Algérie en 1931-1932, puis une mobilisation en tant que lieutenant en 1939 et un emprisonnement en Allemagne (1939-1945), Maxime Marchand gravit rapidement les échelons de l'Education nationale.

Il devint directeur d’école à Pont-de-l’Arche (1er octobre 1945-2 mai 1946), puis professeur à l’école normale de Rouen et inspecteur de l’école primaire (1948).

Il reçut sa mutation en Algérie française où, grâce à ses qualités relationnelles, humanistes, il forma les instituteurs afin d’améliorer les pratiques pédagogiques. Il devint inspecteur de l’Académie de Bône, puis d’Alger (1961) avant d’assumer les fonctions de directeur des centres sociaux éducatifs d’Algérie (1962). Ces centres avaient pour fonction de former des cadres spécialisés dans la formation des adultes que ce soit dans l'alphabétisation ou le partage de connaissances pratiques, notamment agricoles.

L’humanisme de Maxime Marchand se traduisit aussi par son militantisme : républicain, laïque, socialiste, franc-maçon et syndicaliste, il lutta contre les extrémistes et chercha à sauvegarder la paix dans une Algérie de plus en plus en proie à la violence. Il militait pour l’accès à la pleine citoyenneté des Français de souche algérienne afin qu’ils soient égaux aux métropolitains. Il dénonçait une « caricature de démocratie et de suffrage universel » où les Droits de l’Homme étaient bafoués.

Avec ses proches, il devint un symbole à abattre pour les ligues d’extrême-droite. Bien qu’il reçût des menaces de mort et que sa maison fût dynamitée, le ministère tarda à lui accorder une mutation en métropole. Des activistes de l’Organisation de l’armée secrète (OAS) le fusillèrent avec ses collègues lors d’une réunion des professionnels des Centres sociaux éducatifs.

Ainsi, moururent avec lui le 15 mars 1962 : Mouloud Feraoun (chef du service des Centres sociaux d’Algérie), Robert Aymard, Marcel Basset, Ali Hamoutène, Salah Ould Aoudia  (inspecteur des Centres sociaux).

Comme beaucoup d’autres, ces hommes ont payé du prix de leur vie leur volonté de vivre fraternellement, au sein d'une même république, vers le progrès.

Le nom de Maxime Marchand a été donné à divers établissements scolaires (Pont-de-l’Arche, Évreux, Louviers, Vernon, Le Loroux-Bottereau (44), Alger, Bône, Oran, Souk-Ahras, Theniet-el-Had…), rues (Montaure, Alger), salles (au ministère de l’Éducation nationale), diverses plaques commémoratives...

 

Sources

Jouin Serge, Le Destin tragique de Maxime Marchand et l’Algérie, Saint-Nazaire : chez l'auteur, 1986, 138 pages ; 

Le site Internet des Amis de Max Marchand, Mouloud Feraoun et leurs compagnons

Plaque apposée sur la maison natale de Maxime Marchand au n° 5 de la rue Abbé-Toussaint, à Montaure (cliché Armand Launay, juillet 2013).

Plaque apposée sur la maison natale de Maxime Marchand au n° 5 de la rue Abbé-Toussaint, à Montaure (cliché Armand Launay, juillet 2013).

Maison natale de Maxime Marchand (cliché Armand Launay, mai 2013).

Maison natale de Maxime Marchand (cliché Armand Launay, mai 2013).

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 16:44

Après les lois Jules Ferry rendant la scolarité obligatoire et laïque, les religieux qui enseignaient à Pont-de-l’Arche ont quitté la ville et ce malgré la déception les élus locaux qui recrutèrent alors des enseignants laïcs.

Conscientes qu’elles avaient abandonné l’instruction religieuse des enfants de Pont-de-l’Arche, les autorités catholiques créèrent une école pour filles en 1901. Tenue par les sœurs de la Providence de Rouen, cette école se maintint jusqu’en 1971, avant de servir de dispensaire puis de salle paroissiale. Située au numéro 3 de la rue de Crosne, elle ne comprenait que deux salles de classe. Au numéro 1 se trouvait l’école maternelle (une salle) qui accueillit ensuite les logements des sœurs du dispensaire et, de nos jours, le diacre. Ces biens sont la propriété du diocèse d'Evreux. 

L’école Saint-Charles fut construite en brique entre 1900 et 1901. Bâti de plain-pied et sur un sous-sol, cet édifice rectangulaire est protégé par un toit à deux versants recouvert d’ardoises. Les deux salles de classes étaient accessibles chacune par des portes situées aux extrémités des longues façades. Les deux portes situées côté rue servaient d’entrée le matin. Les deux portes situées côté cour donnaient accès à la cour de recréation et son préau (aujourd’hui disparu).

 

Ecole Saint-Charles

L'école Saint-Charles, côté cour, en 2010.

 

On peut encore apprécier aujourd’hui la décoration soignée de ce bâtiment malgré un crépi en ciment assez récent (côté cour). Sous le toit, des modillons en brique blanche décorent la corniche. Les deux façades longues présentent chacune quatre fenêtres dont les linteaux sont agréablement constitués d’un entremêlement de briques rouges et blanches. Des chaines de refend font une légère saillie vers l’extérieur et quelques encres en acier ponctuent les façades. Des pierres de taille renforcent la décoration. Certaines sont situées aux extrémités des linteaux des fenêtres mais surtout aux linteaux des portes ainsi qu’aux ouvertures qui les couronnent. Ces ouvertures présentent des jambages en pierre qui évoquent les colonnes classiques. Quant aux frontons, ils forment un curieux mélange entre les chapiteaux classiques et les nervures gothiques en forme de pointe. Un relief trilobé renforce l’aspect gothique de la décoration ce qui n’est pas étonnant pour une propriété diocésaine. Le silex, enfin, est lui aussi présent mais uniquement sur le mur-bahut situé au-dessus de l’entrée de la cave (côté cour). 

 

Ecole-Saint-Charles-2.JPGEcole Saint-Charles, détail de la façade côté rue.  

Saint-Charles : ancienne école de filles à Pont-de-l'Arche (privée)

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com/

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 18:24

Dès le XVIIIe siècle, des lieux d’accueil pour les plus jeunes enfants ont été ouverts en France dont un à Pont-de-l’Arche. Appelés « salles d’asile », ils furent placés sous l’autorité du ministère de l’Instruction publique en 1836. L’ancêtre de l’école maternelle de la commune fut peu à peu organisée dans la salle Beauregard, située dans le même bâtiment que l’école de garçons, mais aussi dans l’école de filles.


Dès 1876, une commission est formée pour étudier la création d’une salle d’asile pour les enfants des deux sexes de 4 à 7 ans. Le docteur Sorel insiste alors sur la nécessité de « notre régénération intellectuelle ». Il s’agissait aussi de décharger les écoles primaires. Mais il n’y eut pas de suite. En 1890, Eugène Ferrand proposa de mettre la maternelle dans l’ancien cercle catholique : il manqua l’argent ! Lorsque le projet de construire un groupe scolaire fut étudié, en 1905, il fut envisagé d’y inclure l’école maternelle. Mais le cout de l’opération freina les élus qui votèrent en 1910 pour son installation dans l’ancienne école de filles. Après l’ouverture du groupe scolaire en 1934, les classes maternelles furent transférées dans l’ancienne école de garçons (salles Ambroise-Croizat et Beauregard). 

 

Il fallut attendre 1957 et l'appui de Pierre Mendès France pour voir émerger une école maternelle neuve, mixte, et en dehors du centre-ville ancien. Durant le mandat d'Alix Duchemin, la rentrée 1958 se fit dans ces nouveaux locaux de la rue Maurice-Delamare qui accueillaient une classe pour les garçons et une autre pour les filles. Cette école était placée sous la direction de l’école primaire avant d’être dotée d’une direction propre en 1961. 

 

L’architecture de ce bâtiment est quelque peu stéréotypée. À l’image du groupe scolaire des Damps (1954) et de la salle des fêtes (1954), le béton constitue le gros œuvre et permet la présence de nombreuses fenêtres. Cet édifice rectangulaire est composé d’un rez-de-chaussée plus un étage de comble qui accueillait les logements de fonction. Le toit à croupe est recouvert de tuiles mécaniques et doté de larges lucarnes dont des lucarnes rentrantes (côté cour). 

 

Cour école maternelle

La cour de l'école vers 1960 (photo municipale).

 

Ce n’est que le 19 juin 1984 que l’école maternelle fut baptisée « Les Lutins » sous la présidence du maire, Roger Leroux. C’était alors l’occasion pour la municipalité de célébrer la fin des travaux d’agrandissement qui comprenaient une 3e classe et une salle de jeux. C’est de cette époque que datent les ardoises sculptées qui décorent une façade. Des classes mobiles occupèrent un temps une partie de la cour avant que des agrandissements en dur ne soient réalisés. 

 

Témoin de l’accroissement de la population archépontaine, la septième classe a été inaugurée dans un ancien logement de fonction en janvier 2010, suite au travail des élus et des parents d’élèves et de l'équipe de Richard Jacquet

 

 

Sources

Registres de délibérations du Conseil municipal

 

A lire aussi... 

Les équipements sportifs de Pont-de-l'Arche

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 19:17

Dans quelques jours, le calvaire situé à l’encoignure du chemin de la Procession et de la rue Charles-Cacheleux prendra 137 ans.

 

Calvaire (chemin de la Procession)

Le calvaire de la Procession en 2009 (photo A. Launay)

 

Il fut érigé à l’entrée sud de la ville, au-dessus d’elle, le 17 octobre 1875 grâce aux donations de M. et Mme Quenneville et sur leur propriété.

La même année, le 30 janvier, l’Assemblée nationale votait l’amendement Wallon qui, en définissant le mode d’élection du président par les députés et les sénateurs, donnait officiellement le nom de république au régime politique français. 86 ans après la Révolution et 83 ans après la Première République, les républicains prenaient définitivement le pouvoir aux royalistes, parmi lesquels étaient les catholiques. Ces derniers rallièrent peu à peu la république après l’encyclique papale Au milieu des sollicitudes écrite en 1892.  

Or, en 1919 Etienne-Alexandre Sorel écrivit dans son ouvrage Pont-de-l’Arche durant la Révolution qu’ « un nouveau calvaire a été érigé en réparation de l’outrage fait à l’ancien » (page 92).

L’ancien calvaire, poursuit l’auteur, a été brulé et démoli le 28 novembre 1793 suite à un vote unanime du Conseil municipal présidé par Jacques Joseph Alexandre. Les élus voulurent détruire eux-mêmes ce calvaire situé entre la place Aristide-Briand et le haut du boulevard de la Marne, à l'angle du garage Renault*. Cependant, ils furent devancés par les soldats de l’armée révolutionnaire stationnant dans la ville. C’est certainement sous leur contrainte que les élus votèrent cette profanation.   

En effet, quand le Conseil municipal évoqua la démolition d’un calvaire menaçant ruine, le 10 juillet 1791, un écriteau fut posé peu après sur le monument : « On fera feu sur quiconque enlèvera ou fera enlever le Calvaire de sa place ». Emus, les élus votèrent la réparation du calvaire qui eut lieu le 18 juillet. La France n’était pas encore gagnée par le courant de déchristianisation qui a accompagné le pouvoir républicain.

Dans un climat apaisé, le calvaire présente aujourd’hui l’image du Christ crucifié en métal moulé, porté par une croix de bois plantée dans un socle calcaire. Celui-ci porte l’inscription « Aimez-vous les uns les autres à dit Jésus ». La réconciliation a même été forcée en 1905 où les biens paroissiaux sont devenus bien communaux. Depuis lors, l'église Notre-Dame-des-arts et le calvaire qui nous intéressent sont des propriétés communales.

En 1992, ce calvaire fut restauré par la Ville de Pont-de-l'Arche représentée par son maire, Paulette Lecureux... 200 ans après l'instauration de la Première République.

 

P1080387.JPG La dernière restauration du calvaire de la Procession eut lieu en 1992. Elle fut assurée par son propriétaire... la Ville de Pont-de-l'Arche dont le premier magistrat était Paulette Lecureux. 

 

Depuis, un plaisantin a effacé le « j » laissant ainsi apparaitre Esus, le nom d’une divinité celte qu’on apaisait - d’après les Scolies de Berne - en suspendant un homme à un arbre. Une autre tradition que le christianisme n'a pas révolue !

 

 

 

* d'après observation des cartes postales éditées vers 1910 et qui montrent clairement une haute borne en pierre blanche. Ce calvaire est localisé sur un plan daté de 1773.  

 

A lire aussi...

Le lotissement de la Forêt

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com/

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 16:28

La Vierge à l'Enfant et saint Michel

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com/

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 09:53

Article paru dans Pont-de-l’Arche magazine n° 4 (automne 2009), page 19, et écrit par nos soins. 

 

L’orgue de l’église Notre-Dame-des-arts est un des joyaux du patrimoine de Pont-de-l'Arche. Il est protégé par le ministère de la Culture en tant que Monument historique.

Construit entre 1608 et 1614 par Jean Oury sous la conduite de Crépin Carlier, organiste né à Laon et alors installé à Rouen, il doit sa survie à l’attention des générations qui se sont succédé. Aujourd’hui, plus d’un orgue sur deux est muet faute d’entretien. Pire, certains orgues sont cassés par négligence. C’est pourquoi la municipalité a souhaité nommer un conservateur officiel de l’orgue afin de veiller sur lui. Le choix s’est tout naturellement porté sur Michel Lepont, aux manettes depuis 1984…

 

DSC03219

 

Avec poésie, Michel Lepont nous dit que « Ce n’est pas l’homme qui a inventé l’orgue mais la nature. Dans l’Antiquité, des bergers ont remarqué que le vent faisait de la musique en passant dans des trous des roseaux. Alors ils ont eu l’idée de souffler dans des roseaux percés par leurs soins. La flute était née et l’orgue n’est qu’un grand assemblage de flutes. » Et ce n’est pas peu dire car l’orgue de Pont-de-l’Arche rassemble pas moins de 1 100 tuyaux de différentes tailles !

L’orgue est alimenté en air grâce à un soufflet contenant 2 m3 d’air. Il l’envoie à faible pression (300 grammes) sous l’instrument (dans le sommier). Celui qui joue de l’orgue (l’organiste), libère des poches d’air grâce au clavier et au pédalier. Celles-ci entrent dans certains tuyaux et c’est alors que naissent des sons les plus variés. Plus le tuyau est court et plus le son est aigu. Michel nous apprend qu’un « tuyau parle faiblement. Le son est amplifié par la caisse en bois qui entoure l’orgue puis c’est l’édifice de l’église qui donne au son toute son ampleur. Le son émis par les tuyaux est calculé afin de ne pas masquer les chants. C’est ce qui explique en partie pourquoi la construction de l’orgue a duré 6 ans après 1608. »

Le rôle de l’organiste est important car l’orgue est conçu pour émouvoir les gens venus assister à la messe. Grâce à une glace située au-dessus du clavier, l’organiste arrive à voir les mouvements du curé qui se trouve dans son dos et de l’autre côté de la nef. Ainsi il s’adapte selon les besoins. Michel utilise un jeu de tuyaux appelé « Voix céleste » pour aider les gens à méditer, à se recueillir. Le son part alors vers la voute avant que sa douceur ne retombe sur les bancs de l’église. En fin de messe, afin de transporter l’assistance, Michel utilise le « Tutti », c’est-à-dire tous les jeux. Les flutes, trompettes, clairons, violes de gambes et clarinettes, cornets et hautbois... tous les sons se rejoignent comme dans un orchestre pour occuper tout le volume de l’église. Frisson assuré !

Mais si notre organiste est au service de la paroisse, il est aussi sensible à tous types de publics. « En dehors du culte, mon souci est de démystifier l’orgue. L’orgue doit être sympathique à tout le monde, quelles que soient les convictions ». La convention proposée par la municipalité est parfaitement taillée pour Michel Lepont qui participe depuis plus de 25 ans aux manifestations proposées par le service culturel de la mairie. La décoration de l’orgue témoigne aussi de ce double religieux et profane : un Christ en gloire domine l’instrument à vocation religieuse mais des harpies du XVIIe siècle enrichissent l’orgue de motifs très profanes. Tout le monde s’y retrouve, en somme !

Notre conservateur a aussi une tâche très importante : l’entretien courant. Ce n’est pas anecdotique car cet orgue, comme plus de la moitié de ses égaux, était en partie muet il y a quelques années. Il fit l’objet de grandes restaurations durant le mandat de Paulette Lecureux (plus de 900 000 francs). On peut depuis réentendre la musique telle qu’elle était il y a 400 ans ! Des travaux réalisés par Stolz à la fin du XIXe siècle permettent à notre instrument de jouer aussi des airs contemporains. Alors Michel assure presque tous les jours le nettoyage et les petites réparations. Le conservateur contrôle l’accès à l’orgue. C’est ainsi qu’il possède un double des clés et qu’il consigne sur un registre toute personne qu’il autorise à jouer de l’orgue. Il consigne aussi toutes les réparations qu’il a faites.

« Pour que l’orgue soit encore en état de fonctionner après 400 ans d’existence, c’est que beaucoup de générations l’ont entretenu. C’est un peu effrayant de voir combien nous sommes éphémères à côté de lui. Cela rend modeste » conclut avec philosophie notre conservateur.

Quelle que soit notre conviction, on ressent toujours un frisson à l’écoute de l’orgue. Ne ratez pas les concerts auxquels vous invite la municipalité très régulièrement.

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com/

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 15:13

A Nicolas Sovereto 

 

Presque en face de l'hôtel de Ville, à l’entrée d’un mini-square, une voute en pierre de taille reste bien mystérieuse aux yeux des Archépontains et, principalement, des collégiens passant en ces lieux. D’où vient-elle ? A quoi a-t-elle servi ? Rien n’a été écrit à ce sujet.  

 

Voute de la rue Maurice-Delamare

 

Nous avons tout d’abord lu le plan cadastral de 1834. Celui-ci montre l’existence d’une demeure – disparue depuis – en bas à droite du détail du plan reproduit ci-dessous. La parcelle de cette demeure était accessible depuis la rue de Paris, actuelle rue Maurice-Delamare. La jonction de cette parcelle et de la rue se faisait précisément à l’endroit où l’on retrouve la voute aujourd’hui. A n’en pas douter, cette voute servait de portail. C’est ce que corrobore l’observation de la voute dont le piédroit* a été taillé pour recevoir une porte.

 

Voute de la rue Maurice-Delamare (plan cadastral)

Cette voute est cintrée*. Ses claveaux* sont constitués de pierres de taille massives. Ses impostes* et sa clé de voute sont saillantes. Elle semble dater de la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe selon le castellologue Jean Mesqui.

Nous trouvons qu’il ressemble à la poterne de la Petite-chaussée (voir notre étude sur les remparts : "La poterne de la Grande chaussée"). Comparons la voute qui nous intéresse à celle que l’on retrouve dans une vue de la première moitié du XIXe siècle reproduite ci-dessous.

 

 

La ressemblance entre la voute ancienne et la voute qui nous intéresse est frappante. Elles sont cintrées, les dimensions semblent proches, les impostes sont saillantes… Or, en cet endroit le rempart fut démantelé en 1857 afin de construire un quai autour du nouveau pont. Il est fort probable que le propriétaire de la demeure accessible depuis la rue Maurice-Delamare ait fait partie des gens qui ont acheté à la Ville de Pont-de-l’Arche des pierres issues du démantèlement des fortifications. Il aura certainement acheté cette voute afin d’en faire un beau portail. Du mur de clôture, il reste quelques éléments, à droite d'une entrée de garage. Il s'agit d'un élégant damier de silex noirs et de moellons calcaires avec quelques chainages de pierre de taille.

C’est peut-être ce qui donne l’impression aux promeneurs et aux collégiens de traverser les siècles en passant sous cette belle voute… 

  

* Pour le vocabulaire architectural, consultez l’article « voute » de Wikipédia. 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com/

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 16:51

Pont d'Arromanches

 

Spéciale dédicace à Guy Murvil

 

Arromanches est une ville normande où les Alliés construisirent un port artificiel en juin 1944 suite au Débarquement de Normandie.

Les Archépontains ont donné ce nom au pont enjambant l’Eure car il est fait avec un ponton issu du démantèlement du port d’Arromanches.

Puisque le pont de la ville avait été bombardé, les Canadiens qui ont pénétré dans le Pont-de-l’Arche libéré de ses ennemis et contrôlé par la Résistance ont dû construire très rapidement, vers aout, un pont pour passer l’Eure et la Seine. La partie franchissant la Seine fut supportée par des barges flottantes.

Cependant le système de barges rendait difficile la navigation fluviale. Les barges du milieu du fleuve furent remplacées en octobre 1944 par un bac motorisé. Ce pont au-dessus de la Seine fut remplacé en 1946 par un ouvrage métallique construit sous la direction des ingénieurs des Ponts & chaussées Jacques Lizée, Albert Long-Depaquit et Roger Tardy. Ils réemployèrent 503 pieux du pont de bois construit à Pont-de-l’Arche durant la guerre, les passerelles centrales furent récupérées sur l’ancien pont de barges canadien[1]et les passerelles latérales furent réalisées avec des voies flottantes du port d’Arromanches, appelée Whales (baleines) à cause de leur forme en fuseau.

Ces pontons métalliques furent conçus par M. Beckett. Ils étaient longs de 24 m et pesaient 28 tonnes. Ils reposaient sur des flotteurs en béton de 19 tonnes. Près de 180 pontons Whales, aussi connus sous le nom de ponts d’Arromanches, furent réemployées après la guerre pour remplacer des ponts détruits. Citons par exemple Saint-Denis-de-Méré (Calvados), Manicamp (Aisne), Horbourg-Wihr (Haut-Rhin), Vacherauville (Meuse), Cattenom (Moselle), Foussemagne (Territoire de Belfort), Vierville-sur-Mer (Calvados)...

Pour revenir à Pont-de-l’Arche, la partie du pont surplombant la Seine fut démontée après 1955 quand l’actuel pont de la ville fut ouvert à la circulation. Le 5 janvier 1955, le Conseil municipal demanda à l’Etat le maintien du « pont provisoire » sur l'Eure pour l’accès aux jardins ouvriers, à la décharge et pour le confort des pêcheurs. Il s’engagea à l’entretenir par la suite, mais la suite ne vint pas... 

Derrière deux chars abandonnés durant la débâcle allemande, le pont d'Arromanches vraisemblablement vers aout 1944 (photo famille Jouvin).

Derrière deux chars abandonnés durant la débâcle allemande, le pont d'Arromanches vraisemblablement vers aout 1944 (photo famille Jouvin).

Source

Brisson, Charles, Hostalier, A., « Le sixième pont de Pont-de-l’Arche – II.– Quatre ponts en cent ans », 11 mars 1952, 1 p., archives d’Elbeuf : Fonds Brisson, dossier 188 C 329.

 

A lire aussi...

Les 14 ponts qui ont fait l'histoire de Pont-de-l'Arche

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 10:19

 

Benoist--Charpentier--La-Normandie-illustree--1852--2-.JPG

 

Cette célèbre vue sur le pont aux moulins de Pont-de-l’Arche est une lithographie de Charpentier réalisée d'après le dessin de Félix Benoist. Elle fut éditée dans un magnifique ouvrage : 

La Normandie illustrée : monuments, sites et costumes.../ dessinés d'après nature par Félix Benoist et lithographiés par les premiers artistes de Paris, les costumes dessinés et lithographiés par François-Hippolyte Lalaisse,... ; texte par M. Raymond Bordeaux et Amélie Bosquet, sous la direction de M. André Pottier,... pour la Haute-Normandie…, Nantes : Charpentier père, fils et Cie, 1852, 2 volumes. 

La portée scientifique de l’ouvrage indique que cette vue est assez fidèle au Pont-de-l’Arche de l’époque. Le pont, avant que les Ponts et chaussées ne le laissent s’effondrer en 1856, soutient trois moulins dont l’un est très nettement visible ici, dont sa roue à aube.

Sur les alluvions laissées par la Seine entre les piles aval du pont, sont représentés des filets et une nasse attestant la vivacité de la pêche. Un marinier en tenue pilote une barque sur la droite.

Sur le rempart, au second plan, la poterne de la Petite chaussée est visible. Elle doit son nom au petit quai chaussé. Par différence, le quai situé en amont du pont était nommé Grande chaussée. A droite du rempart face à l’église, la courtine et la tour du presbytère étaient plus hautes que leurs vestiges actuels. Au loin, la partie haute de la tour de Crosne est déjà rehaussée dans un style néogothique.

Seule fantaisie – modérée – de cette vue : au loin se profilent coup sur coup les lignes de toit du dortoir et du réfectoire de l’ancienne abbaye de Bonport. Situés à deux kilomètres, ces bâtiments n’étaient pas plus visibles à l’œil nu qu’aujourd’hui. Les éditeurs auront dû composer entre la réalité financière et la soif d’exhaustivité scientifique… et rassembler ces deux magnifiques sites.

La marée est haute, comme le montrent les eaux aussi hautes en amont qu’en aval du pont. La beauté de cette vue donne envie de discuter avec ce fumeur de pipe et son acolyte ; d’attendre la marée basse et d’apprécier le bruit de la légère chute d’eau entre les piles…

 

A lire aussi...

Les ponts de Pont-de-l'Arche de 862 à nos jours 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com/

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 10:12

ça commence ce soir !

 

Pour voir l'historique de la Sainte-Anne, cliquez ici.

 

Sainte Anne 2012

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com/

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0

  • : Pont de l'Arche et sa région histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Contactez-moi afin d'étudier ensemble, plus avant, l'histoire et donc de progresser vers la connaissance. Bonne lecture ! armand.launay@gmail.com
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages) ;

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages) ;

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages) ;

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au cœur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages) ;

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages) ;

- Mieux connaitre Pont-de-l'Arche à travers 150 noms de rues et de lieux ! (Autoédité avec Frédéric Ménissier, 2019, 64 pages) ; 

- Les Trésors de Terres-de-Bord : promenade à Tostes, ses hameaux, Écrosville, La Vallée et Montaure (édité par la mairie de Terres-de-Bord, à paraitre en 2022).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis enseignant à Mayotte.

Accédez aux articles par Google maps