Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2006 1 29 /05 /mai /2006 16:31

1025 : Pontem Archas

 

1046 ou 1047 : Pont des Arcas

 

1037- [ca] 1052  : Pont des Arches

 

1160 : Pons Arcis meae

 

1172 : Arches

 

1174 : Pontem Archae

 

1180 : Pontem Arche

 

1250 : Pontem Arche

 

1310 : Pontem Arcus

 

1346 : Pontem Archie

 

1739 : Le pont de l’arche

 

De nos jours : Pont-de-l’Arche

 

Bien que le nom de la ville n’ait guère changé depuis le XIe siècle, nous remarquons que le mot " arche " était un pluriel à l’origine.

 Ceci s’explique si l’on pense que " arche " ne désignait pas les arches sous le pont mais des citadelles, à l’image du château d’Arques près de Dieppe. En effet, avec le fort de Limaie, rive droite, Pont-de-l’Arche formait une deuxième fortification car la ville était entourée de remparts.


                              Le fort de Limaie (détail du vitrail du halage)

         

Il est donc logique que les gens de la région aient désigné l’endroit par sa caractéristique principale : un pont défendu par deux forts, deux arches (que l’on prononçait très certainement " arques ", à la normande !). Puis, la ville de Pont-de-l’Arche ayant prévalu, on ne retint plus qu’un fort à part entière, d’où le pont de l’arche au singulier. Autrement, comment expliquer qu’on désigne le pont d’après une seule de ses arches ?

 

A voir aussi,


le blason de Pont-de-l'Arche,

 

le nom des habitants,


l'historique de la ville...

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
9 mai 2006 2 09 /05 /mai /2006 15:57

Tarifs d'entrée et visites guidées

4 € l’entrée pour adulte, 2 € pour les mineurs. Pas de tarifs réduits pour les chômeurs ou les étudiants. Payant aussi lors des journées du patrimoine. L'abbaye est ouverte aux visiteurs, contre financement public afin de rénover les bâtiments. Elle accueille les visiteurs d'avril à septembre le week-end (de 14 h 30 à 18 h). En juillet et aout, elle est ouverte tous les jours, sauf le samedi, aux mêmes horaires. La visite peut être commentée par un étudiant en histoire ou patrimoine.

 

 

Vue sur l'abbaye depuis le parc, près de l'entrée du public (photo A. Launay, 2004).


Accès au site, notamment pour les personnes handicapées

 

L’accès au site se fait par la route d'Elbeuf. Le parking est situé avant le grand portail, c'est-à-dire à 500 mètres du site. L’accès aux personnes à mobilité réduite n’est donc pas tout à fait aisé (y compris dans l’abbaye en elle-même où les escaliers sont inévitables). Les seules parties de l’abbaye accessibles aux personnes à mobilité réduite sont le parc, la salle du chapitre, l’ancienne entrée, le scriptorium, quelques pièces mineures, une vue sur l’intérieur du réfectoire. 


Historique 

Classé monument historique en 1942, cette ancienne abbaye cistercienne fut construite pour Richard Cœur de Lion à partir de 1190 et jusque vers 1225.

Le Batelier d’Aviron, chroniqueur de la Renaissance, conte une histoire pour expliquer le nom de Bonport. Il dit que Richard Cœur de Lion manqua de se noyer dans la Seine, qui passe à côté de l’abbaye, lors d’une partie de chasse. En plein milieu du courant, il promit d’ériger en monastère en l’honneur de la Vierge Marie si elle le sauvait en lui faisant toucher la rive. C’est ce bon port là que retiennent en général les gens qui se sont intéressés l’abbaye.

Plus loin des jeux de mots et autres plaisanteries chevaleresques, nous pensons que le bon port est celui du fils du dieu des chrétiens parmi les hommes. C’est ce que semble indiquer une des deux armes de l’abbaye qui représente la Nativité.

 


Architecture 

De l’époque de la construction datent les éléments caractéristiques de l’architecture cistercienne, gothique donc : les croisées d’ogives, les chapiteaux sculptés… Les bâtiments de l’époque qui donnent un intérêt particulier à Bonport sont le réfectoire (avec un passe-plats, un carrelage usé datant de l’époque médiévale), la cuisine (avec une grande cheminée centrale).


P1180961

Le réfectoire du XIIIe siècle avec ses croisées d'ogives et ses faisceaux de colonnettes

 

Palliant les outrages du temps, les hommes ont ensuite procédé à de multiples remaniements. C’est pourquoi la visite de l’abbaye cistercienne se mélange agréablement, d’une salle à l’autre, avec celle d’un véritable château des XVIIe et XVIIIe siècles. L’ancienne entrée de l’abbaye est devenue un salon réchauffé par la présence de riches boiseries qui contrastent fortement avec la sobriété des courbes cisterciennes du proche scriptorium. La sacristie de l’ancienne église fut transformée en cuisine… et une bibliothèque fut aménagée dans un luxueux bureau reposant sur un parquet de marqueterie à la Française. Il n’y a plus aucun livre. Le dortoir des moines, au premier étage, est devenu un vaste couloir couvert par un plafond en berceau lambrissé (mais lui-même caché par un banal plafond de bois et de plâtre).

 

Quant au cloitre, à l’église Notre-Dame, l’hôtellerie, le bâtiment des convers, le cimetière, ils ont servi de carrière de pierre lorsque l’abbaye fut rachetée par des bourgeois locaux après 1790. On retrouve certaines pierres de l’abbaye à Criquebeuf-sur-Seine, Sotteville-sous-le-Val, Pont-de-l’Arche, Alizay… car elles portent l’indicatif de la sculpture cistercienne qu’est le décor de plantes d’eau. Dans le parc, les bases des colonnes et de quelques murs de l’ancienne église nous permettent d’en retrouver les dimensions et les caractéristiques architecturales (les chapelles rayonnant autour du déambulatoire, par exemple).



le-chapitre-vu-du-cloitre.jpg

Vue sur la salle du chapitre depuis l'ancien cloitre


A lire aussi...

Et si vous guidiez vos amis dans l'ancienne abbaye de Bonport ? 

Notre-Dame de Bonport abbey (in English)


Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
9 mai 2006 2 09 /05 /mai /2006 10:16

Voir notre étude complète en cliquant ici

 

 

A lire aussi...

Les berges de l'Eure

Les ruelles médiévales de Pont-de-l'Arche

Le blason de Pont-de-l'Arche.

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
Published by Armand Launay - dans Tourisme Forêt de Bord Loisirs
commenter cet article
23 avril 2006 7 23 /04 /avril /2006 00:27

Article développé et remplacé ici

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
23 avril 2006 7 23 /04 /avril /2006 00:25

La communauté d'agglomération Seine-Eure n’a pas volé son nom. Outre la voie verte qui relie Léry à Louviers (site Internet), il ne faut pas rater les berges de l’Eure de Pont-de-l’Arche et des Damps. Ces rives offrent de magnifiques vues sur les coquettes maisons qui peuple le pied du coteau, ainsi que sur les îles situées entre l’Eure et la Seine. 

 

L'Eure aux Damps

 

Sans encombre, le touriste peut marcher sur cet ancien chemin de halage par lequel nos ancêtres tiraient les bateaux remontant le fleuve. Aujourd’hui ce sont les cygnes (qu’on approche de très près), les poules d’eau et les canards qui peuplent ces lieux. C’est ici le terrain privilégié des pique-niques, des siestes en famille, des balades amoureuses, ou encore des parties de pêche, des kayakistes…

 

 

Le pont d'Arromanches (vestige de la Seconde guerre mondiale)


 

 

Si autrefois le confluent entre l’Eure et la Seine était situé en face des Damps, c’est maintenant à Pont-de-l’Arche que l’Eure partage pour la première fois – et partiellement – ses eaux avec celles du fleuve grâce à un déversoir. Ce sont les grands travaux des années 1930, qui firent de la Seine un canal entre la Manche et Paris, qui reportèrent le confluent à Martot, dix kilomètres en aval. D’amont en aval, le touriste appréciera : 

 

 

- le cœur historique des Damps ;

 

- l'ile Saint-Pierre (accessible par un escalier tournoyant depuis le milieu du pont. Attention car aucun aménagement de sécurité n'est installé dans cette partie privée) ; 

 

- le centre ville de Pont-de-l'Arche ;

 

- le pont d’Arromanches (pont Mulberry qui permet de traverser l’Eure pour gagner l’île d’Harcourt). Il est le reste d’un pont construit à la Libération par les armées alliées afin de franchir non seulement l’Eure mais aussi la Seine (partie qui a, depuis, disparu) ; 

 

- l'ancienne abbaye de Bonport (pour les plus sportifs). Accessible par un chemin accessible l'hiver le printemps à partir du pont d'Arromanches. Quelques barrières ponctuent ce chemin afin de pas disperser les quelques moutons qui paissent ici. Après avoir marché sous le mur d’enceinte de Bonport, le marcheur rejoindra les rives verdoyantes de Criquebeuf et Martot. Prévoir un bâton pour les orties en été ; des bottes pour l’automne !

 

 

A lire aussi...

 

La forêt de Bord-Louviers

L'ancien bailliage

Le nom des habitants de Pont-de-l'Arche

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...