Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 10:57
Sainte-Anne de Tostes vue depuis le côté sud (cliché Armand Launay, avril 2014).

Sainte-Anne de Tostes vue depuis le côté sud (cliché Armand Launay, avril 2014).

Parmi mes coups de cœurs, il y a Tostes depuis toujours et son église depuis peu. Voici le compte rendu d’une visite de courtoisie rendue en février 2012 à l’église Sainte-Anne avec mon ami Michel Lepont.


Informations diverses

Adresse postale : 6-8, rue de l’église, 27340 TOSTES
Propriétaire : commune de Tostes (code INSEE : 27648) depuis 1905.
Affectataire : église catholique, évêché d’Evreux, paroisse Notre-Dame des bois, pays de Louviers.
Protection : recensée en 1986 par les Monuments historiques. Ni inscrite, ni classée. Référence Mérimée : IA00018022.


Eléments d’histoire

Auguste Le Prévost, dans son Dictionnaire des anciens noms de lieux du département de l'Eure, cite une charte d'Henri II, datée de 1174, qui mentionne sainte Anne comme patronne de Tostes. Celle-ci était célébrée le 26 juillet. Le lieudit dépendait du chapitre de Chartres.  

Selon Etienne Deville, en 1255 le pape Alexandre IV autorisa les moines de Bonport à construire, pour leur usage, un autel dans leur grange de Tostes. Ce fait relate l’importance des moines de Bonport qui ont possédé de très nombreuses terres à Tostes mais ne nous permet pas de faire le lien avec l’église actuelle. Au XIVe siècle, une chapelle est construite dans le village (notice Mérimée), peut-être à l’emplacement de l’église aujourd’hui. A la demande de Louis Colbert, abbé de Bonport et surtout fils du célèbre homme d’État, la paroisse de Tostes fut érigée le 14 janvier 1687 et dédiée à sainte Anne. La mainmise de Bonport sur Tostes était ainsi renforcée.

Auguste Le Prévost nous renseigne (page 286) sur les travaux réalisés par les moines de Bonport dans la chapelle de Tostes : « En 1687, les moines de Bonport exposèrent à l’évêque d’Evreux qu’ils possédaient mille acres de terre, tant de labour que de bois, situées dans la forêt du Pont-de-l’Arche, autrement dite la forêt de Bord ; qu’au milieu de ces terres s’élevaient cinq villages : Tostes, Blasquemesnil, la Corbillière, la Cramponnière et Treize-livres, et que ces cinq villages comprenaient environ trois cents habitants : que depuis 1680, l’abbaye de Bonport avait fait élever une chapelle à Tostes, et qu’il était urgent de transformer cette chapelle en paroisse. La paroisse ne fut érigée que le 14 janvier 1687 à la demande de Louis Colbert, abbé de Bonport, par décret de l’évêque d’Evreux. »

Vraisemblablement, nous tenons-là les origines de Sainte-Anne de Tostes qui bénéficia néanmoins d'aménagements ultérieurs comme en témoignent certains millésimes observables : 172X sous le clocher ("1722", il y a quelques années), 1728 sur la baie près de la porte et 1748 sur un lambris du chœur. Depuis lors, l'église a bénéficié de restaurations plus ou moins continues.
 

Architecture
Avec le monument aux Morts, l’église de Tostes forme un beau tableau avec son muret en pierre de taille et moellon maçonnés ainsi que la présence d’éléments végétaux. L’église Sainte-Anne est le bâtiment public le plus remarquable du centre-village et le seul visitable à l’occasion de concerts et de messes.


Gros-œuvre
Tournée vers l’Est, l’église Sainte-Anne est constituée d’un seul vaisseau de plan allongé réalisé avec de petites pierres de taille en chainage et, en remplissage, un appareillage – rustique et élégant – de petits moellons calcaires et de silex sombre. Ceux-ci sont alternés à raison d’une ligne de moellons toutes les 2 à 4 lignes de silex. Le haut du pignon Est et l’escalier à vis (dans l’œuvre) sont réalisés en pans de bois et en torchis. Le chœur est constitué d’un bâtiment deux fois plus réduit que la nef et composé des mêmes matériaux, les moellons calcaires exceptés.

 

Ouvertures
La nef est percée de deux paires de baies en vis-à-vis et au chambranle réalisé en pierre de taille. Les baies les plus proches du chœur sont géminées et surmontées d’un œil de bœuf percé de trois cercles. Les baies les plus proches du clocher sont voutées en berceau. La baie côté nord porte le millésime « 1728 ». La porte est couverte d’un arc en plein cintre. Le pignon Est est ajouré de deux œils-de-bœuf ; le pignon ouest en possède un.

 

2Détail de la baie côté nord.


Couverture
La nef est protégée par un toit à longs pans avec un pignon couvert. Il est surmonté d’un clocher à flèche de charpente polygonale portant une girouette. A part le clocher, couvert d’ardoises, le toit est couvert de tuiles plates de pays.


Charpente et décor intérieur
La charpente de la nef est masquée par un berceau lambrissé en coque de navire renversé. Toutefois, les trois entraits sont apparents dont un soutient un balcon situé sous le clocher. Le sol est couvert d’un beau pavé orné de décors floraux dans le chœur et d’un pavé plus rustique dans la nef. La voute du chœur est recouverte de lambris portant le millésime de « 1748 ».  

Mobilier
Malgré de modestes dimensions, Sainte-Anne de Tostes recueille un mobilier riche et varié.

Les retables classés
Deux sculptures sur bois ont été classées par les Monuments historiques au titre d’objets le 10 juin 1907. Il s’agit des retables des deux autels latéraux qui encadrent des toiles. Chacun présente de fines sculptures dessinant un fronton brisé avec une sorte de cartouche en son centre. Des motifs floraux décorent les parties latérales où l’on attendrait des colonnes. Ils s’inscrivent pleinement dans l’art baroque du XVIIe siècle. Le retable nord propose une peinture sur toile représentant le Paralytique ou Jésus guérissant les malades (références Mérimée AP58N00162 et AP58N00263). Le retable sud est enrichi d’une peinture sur toile représentant la Résurrection de Lazare (références Mérimée AP58N00161 et AP58N00262).

3

Le retable côté nord, "le Paralytique ou Jésus guérissant les malades",

classé Monument historique en 1907.


4 Le retable côté sud, la "Résurrection de Lazare",

classé Monument historique en 1907 également.

 

Le retable central et son tabernacle
L’élégant retable central est de style baroque. En son centre se trouve une toile millésimée 1657 illustrant la présentation de la Vierge Marie, au Temple, par ses parents Joachim et sainte Anne. De part et d’autre du corps central se trouvent deux colonnes à chapiteaux corinthiens surmontés d’un arc en plein cintre. Au-dessus de celui-ci, on peu voir un symbole de la trinité portant la date de 7551. Le tabernacle, tout aussi baroque avec ses colonnettes torses, possède des niches où se trouvent les statuettes de sainte Anne, du Christ au globe et de saint Joseph.  

 5                                         Le retable central, de style baroque, porte une toile millésimée 1657

illustrant la présentation de la Vierge Marie, au Temple,

par ses parents Joachim et sainte Anne.



Statuaire : les oeuvres les plus anciennes
Les plus anciennes statues datent du XVe siècle. Il s’agit d’une Vierge à l’Enfant naïve, près du retable sud, d’une Sainte-Anne et d’un Saint-Eloi, près du retable nord. Ces statues présentent encore une belle polychromie. Représentant sainte Anne, une statue en bois servant aux processions est rangée contre le retable nord. 

 

Statuaire : les vestiges de la poutre de gloire

Avec le crucifix du mur sud, deux statues forment un ensemble en bois de la Renaissance, malheureusement en mauvais état, qui devait constituer la poutre de gloire. Le Christ crucifié, entouré de la Vierge et de saint Jean l'Evangéliste, formaient ce groupe traditionnellement situé sur une poutre surmontant la nef, à l'entrée du choeur. Les poutres de gloire, à l'origine du jubé (tribune et clôture séparant la nef du choeur), furent le plus souvent démontées après le concile de Trente et au XIXe siècle dans un souci d'ouvrir le choeur aux fidèles.  

 

Statuaire : l'original saint Onuphre

Après Sainte-Anne, les fidèles tostais adressaient leur dévotion à saint Onuphre. Une statue (XIXe siècle) à l'effigie de ce patron des tisserands orne le bas-côté sud. Saint guérisseur des rhumatismes et des problèmes d’articulation, il faisait l’objet d’un pèlerinage le 12 juin et ce jusque dans les années 1930 (Max Masson). Nous nous arrêtons un peu sur ce saint tant il est rare. Saint Onuphre est le patron des tisserands car il n'est revêtu que sa chevelure et de longs poils. Amusant clin-d'oeil. Un oratoire accolé au chevet de l’église lui était dédié qui a disparu ces dernières décennies. Selon Georges Dumézil, ce saint est aussi le patron des raves, semées vers le jour de sa fête. Autrement, on peut se demander s'il n'y a pas un lien entre les moines de Bonport et la présence de ce saint à Tostes. Saint Onuphre était un saint de l'extrême : il vivait en ermite dans le désert de la région de Thèbes, en Egypte, au IVe siècle. La légende dit qu'il vivait de l'eau d'une fontaine et de l'ombre d'un palmier. Un moine cistercien, les cisterciens étant réputés chercher le "désert" (le vide d'hommes), aura peut-être ironisé sur le côté très reculé de Tostes au Moyen-Âge, blotti au coeur de la forêt. Ceci d'autant plus qu'il semble que la ferme connexe, ancienne propriété de Bonport, a semble-t-il été bâtie à côté d'une source. Enfin, il nous plait de souligner que "Onuphre" provient de l'égyptien "Ounennefer", un qualificatif - signifiant "éternellement bon" - qui était attribué à Osiris, dieu de l'agriculture et de la mort. La mythologie dit de ce dieu agricole qu'il fut ressuscité par Isis. Après tout, le Nil ne ressuscitait-il pas les récoltes après chacune de ses crues annuelles ? Onuphre incarne donc plutôt bien le cycle végétal. Saint Onuphre fut introduit en Occident après les croisades. Dans l'église de Tostes, on retrouve aussi ce saint dans un vitrail décrit plus bas. 

 

67

Saint-Onuphre                                   Sainte-Anne                                                                        


Fonts baptismaux
Octogonaux, les fonts baptismaux ont été taillés dans de la pierre calcaire locale. Sobres et élégants, ils semblent dater du XVIIe siècle et sont encore munis de leur cuve en plomb.  


8


Vitraux
Les vitraux se trouvent dans le chœur. Du XIXe siècle, vraisemblablement, ils représentent Sainte-Anne (côté sud) et Saint-Onuphre, genou droit à terre, devant une bible ouverte sur le sol. Il est reconnaissable à la lettre O dans son auréole et la branche de palmier qui lui apporte une ombre. 

Cloche
La cloche a été réalisée par la fonderie Mahuet, à Dreux. Pesant 200 kg, elle porte cette inscription : « L'an 1863, Mgr Devoucoux étant évêque d'Evreux, j'ai été fondue par la générosité de M. Janvier de la Motte, préfet de l'Eure, par celle des habitants de Tostes et par les soins de M. Dedessulamare, maire – Bénite par M. Marette, curé de Montaure et de Tostes – nommée Marie par M. Alphonse Gantier et Melle Eugénie Heullant ». Silencieuse avant les années 1950, la cloche tinta de nouveau après 1980 suite à des travaux, notamment d’électrification, financés par la commune et une souscription publique lancée par le maire M. Drouet. .

 

9

 

Stalles et banc de présidence
Contre le mur pignon Ouest se trouvent quatre stalles et le banc de présidence. En bois sculpté, ces beaux éléments du XVIIe siècle se trouvaient dans le chœur. Peut-être ces stalles sont-elles un souvenir des moines de Bonport venant (présider ?) aux offices ? 


Harmonium

A noter enfin, un harmonium du début du XXe siècle qui est une véritable pièce de collection tant ce type d'instrument, qui ne bénéficie d'aucune protection, s'est raréfié.



Sources
- Ministère de la culture, base Mérimée ;

- Delisle Léopold, Passy Louis (publié par), Mémoires et notes de M. Auguste Le Prévost pour servir à l’histoire du département de l’Eure, tome III, Évreux, Auguste Hérissey, 1864, article « Tostes », page 286 ;

- Deville Étienne, Les Manuscrits de l’ancienne bibliothèque de l’abbaye de Bonport conservés à la bibliothèque nationale et à la bibliothèque de Louviers, vol. 2, Paris : H. Champion, 1910, 36 pages ;  

- Le Prévost Auguste, Dictionnaire des anciens noms de lieux du département de l'Eure, Evreux, typographie d’Ancelle fils, 1839, 297 pages, références pages 270 et 271 ;

Masson Max, Histoire de Tostes par Tostes pour Tostes, 2 tomes, Tostes, mairie, [1985 ?], 55 f. Ce livre est disponible en mairie contre 15 €. Il rassemble les photocopies des travaux dactylographiés de Max Masson, ancien secrétaire de mairie. Cet homme, aujourd'hui décédé, s’appliqua à éplucher et commenter les archives municipales.

 

A lire aussi...

Tostes et son histoire...

Notre-Dame de Montaure

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 22:16

Lieu d'accueil aux abords des villes, la maladrerie était destinée aux lépreux du Moyen Âge à la Renaissance. Celle de Pont-de-l'Arche s'est peu à peu évanouie dans les brumes de l'histoire mais le cimetière communal semble bien en être l'héritier...

 

Diis manibus

 

Cimetière (vue aérienne Google)

Le cimetière de Pont-de-l'Arche par satellite vers 2006 (image Google). 

 

 

Un nom de lieu pour seul vestige de la maladrerie ? 

Avec la matrice, le plan cadastral est un document fiscal permettant de délimiter les terrains et de répertorier les propriétaires. Celui de Pont-de-l’Arche, achevé en octobre 1834 par Le Fébure, géomètre en chef et Girard, géomètre, a enregistré sous le nom de Maladrie tout l’espace situé autour du cimetière, y compris de l’autre côté de la route d’Elbeuf. Depuis, son orthographe a été corrigée en « maladrerie », comme le montre l’inventaire des Monuments historiques qui répertorie une maladrerie disparue à Pont-de-l’Arche[1]. Surtout, une impasse longeant le cimetière a porté ce nom jusqu’au 12 octobre 1973 où le Conseil municipal, suivant l’avis des riverains, la renomma Impasse de la Vallée.

 

Une maladrerie ? Définition

Dans les villes, les hôtels-Dieu accueillaient les malades. Cependant, les lépreux, étaient renvoyés vers les maladreries des abords des villes. La première léproserie connue, celle de Saint-Claude (Jura), est citée par Grégoire de Tours dans Les Vies des pères, au VIe siècle. Les léproseries, comme nombre d'institutions charitables, se multiplièrent au XIIe siècle dans un contexte d'essor économique. Elles étaient placées sous la responsabilité d’établissements religieux. Mais que savons-nous de l’histoire de la maladrerie de Pont-de-l’Arche ?

 

Vers 1250 : une léproserie gérée par Bonport

La plus ancienne mention de la maladrerie se trouve dans le cartulaire de Bonport. Par un acte d’aout 1259 Jean Goceselin, bourgeois de Pont-de-l’Arche, concéda des libéralités et des biens immobiliers à l’abbaye de Bonport, conformément au souhait de sa femme Mathilde. Il céda deux sous à la « leprosie » de Pont-de-l’Arche, propriété de l’abbaye donc, chaque année à la saint Jean-Baptiste[2]. La localisation de celle-ci, à mi-chemin entre l’ancienne abbaye et la ville de Pont-de-l’Arche, est donc parfaitement logique, d’autant plus que cet ancien lit de Seine, sans relief, était destiné aux cultures du fait de la présence d’eau[3].

Louis-Etienne Charpillon et Anatole Caresme citent cet acte de 1259 et avancent qu’il est probable qu’il s’agisse de la « même maison que le Bel-Air cité en 1265 »[4]. Nous nuançons le propos car la Maladrerie a pu être appelée Bon-air à cause de sa proximité avec la « maison » ou ferme du Bon-air. Quant à la date de 1265, les auteurs ne la citent pas dans leur article sur Pont-de-l’Arche et nous ne la trouvons pas ailleurs. Néanmoins, Léon de Duranville écrivit qu’il « y avait eu jadis une maladrerie, qui porte maintenant le nom de Bon air ». Du vivant de Léon de Duranville, une ferme du Bon-air existait. Cela semble confirmer que c’est ce nom qui prévalait et qui caractérisait tout l’espace entre Pont-de-l’Arche et Bonport, comme aujourd’hui. Léon de Duranville précisa aussi que « la chapelle fut bénite par Eudes Rigaut. »[5] 

Bruno Tabuteau, docteur en histoire, auteur de "Les maladreries et léposeries en Normandie" (Cahiers Jacques-Charles, AMSE, 2011), répare l'erreur de De Duranville en précisant qu'en 1261 Eudes Rigaud rejoignit le roi Saint Louis, le 1er juin, à la chapelle Saint-Etienne du château de Pont-de-l'Arche (Limaie) où il célébra la messe le 2 juin. Cependant le 4 et le 5 juin, Eudes Rigaud consacra l'église du couvent des dominicains de Rouen comme le montre le Journal des visites pastorales d'Eudes Rigaud (page 402). Il ne s'agit donc pas de la chapelle de la maladrerie de Pont-de-l'Arche. Bruno Tabuteau nous donne, en revanche, nombre d'informations sur l'aumône de Normandie dont bénéficiaient les comptes de la maladrerie de Pont-de-l'Arche. Se fondant sur les Journaux des trésors des rois Philippe IV le Bel (Jules Viard, Paris, imprimerie nationale, 1940) et Charles IV (id. 1917), l'historien note des versements irréguliers allant de 1297 à 1384.   

 

Renaissance : la maladrerie entre paroisse et ordres religieux

A une date indéterminée, il semble que la gestion de la maladrerie est passée des moines de Bonport à la paroisse Saint-Vigor. En effet, les registres de la fabrique nous apprennent qu’en 1539 Claude Hays, curé, qui avait « joui du revenu de la léproserie pendant dix-huit ans, a remis les titres et payé les arrérages, suivant l’accord qu’il a passé au parlement le 17 janvier 1538.[6] » Que s’est-il passé 18 ans auparavant, en 1520 ? Nous l’ignorons. Quoi qu’il en soit, nous apprenons que la maladrerie était passée dans le giron de l’hôtel-Dieu qui, en 1648, passa sous la responsabilité des frères pénitents. Ceci ne dura pas car, suite aux édits de décembre 1672 et du 20 février 1673 réorganisant le fonctionnement de divers hôpitaux, la Chambre royale les condamna le 31 mai 1673 à laisser à l’Ordre du Mont-Carmel la libre possession et jouissance de « la malladrerie et hospital » de Pont-de-l’Arche dont ils étaient propriétaires depuis 25 ans[7]. Puis, un édit de mars 1693 confia aux villes la gestion des hôpitaux. Qu’en fut-il de la maladrerie ?

 

Bien paroissial, la maladrerie devint cimetière communal

Les registres du conseil de fabrique indiquent que la maladrerie était devenue un bien paroissial car de 1781 à 1782, alors que Michel Duval était curé, « on a fait faire un cimetière neuf au même lieu et place de l’ancien, nommé Maladrerie ». Ceci atteste que l’espace autour de la maladrerie était connu comme cimetière et explique pourquoi le plan de Pont-de-l’Arche dressé vers 1702 par le cartographe Nicolas Magin (1663-1742) montrait un cimetière au lieu dit La Maladrerie. Les bâtiments avaient déjà peut-être été démolis. 

De cimetière pour malades contagieux, celui-ci devint cimetière paroissial mais le nom de maladrerie se converva. On le retrouve en 1812 dans une délibération du Conseil municipal du le 13 novembre où fut évoqué un pommier mutilé près de la « maison de la Maladrerie ». Cela désignait soit la maladrerie soit une maison qui la jouxtait.

Après la nationalisation des biens de l’Eglise, la maladrerie – tout du moins son terrain – passa dans le domaine communal. En effet, une délibération du 3 mai 1862 rappelle la décision du 4 novembre 1851 qui demandait aux personnes désireuses de maintenir des tombes dans l’ancien cimetière, celui autour de l’église Saint-Vigor, actuelle Notre-Dame-des-arts, de se manifester en mairie avant le 31 décembre. « Contre 30 fr. le mètre, les tombes pourront être maintenues, sinon elles seront ôtées « au fur et à mesure que le besoin d’inhumer se présentera selon l’ordre des sépultures. » La place manquait dans l’ancien cimetière, autour de l’église, et il semble que ses tombes n’étaient pas récentes puisqu’on ne se bousculait pas pour les conserver. Il faut dire que la translation du cimetière de l’église à la Maladrerie avait commencé en 1781. Quant aux premières photographies de l’église Notre-Dame-des-arts, vers 1895, elles montrent qu’il n’existait plus aucune tombe autour de l’église. La translation était achevée. Les seuls vestiges de ce cimetière se trouvent dans l’église où des plaques rappellent que certains nobles étaient inhumés en son sein.

 

PA-par-Magin--vers-1702-.JPG

Ce plan de Pont-de-l’Arche, dressé vers 1702 par le cartographe Nicolas Magin (1663-1742),

montre que la maladrerie (vers l'Est, à gauche, au-dessus du mot "Elbeuf")

était déjà assimilée à un simple cimetière (BnF, collection d'Anville).

 

A quoi ressemblait la maladrerie ?

Regardons la léproserie Saint-Lazare de Gisors, dont il reste la chapelle Saint-Luc. Elle se compose d'une simple nef rectangulaire de près de 110 m² réalisée en pierre calcaire et complétée d'un chevet à pans de bois. Elle devint une maison de charité durant le XVIIIe siècle puis fut reconvertie en grange à la Révolution. La Ville de Gisors l’acquit en 1967 et elle fut classée aux Monuments historiques en 1992[8]. Comme Gisors, Pont-de-l’Arche comptait parmi les petites villes de Normandie au Moyen Âge. La chapelle de la maladrerie de Pont-de-l’Arche a peut-être ressemblé à celle de Gisors, du moins dans ses dimensions et dans ses matériaux. Pour compléter l’image que l’on peut se faire de la maladrerie, il faut ajouter des bâtiments annexes, un cimetière autour, un calvaire et peut-être un enclos.

 

Léproserie Saint-Lazare (Gisors)

La chapelle Saint-Luc de la léproserie de Gisors,

une illustration de ce que pouvait être une partie de la

maladrerie de Pont-de-l'Arche ? (photo Wikipédia)

 

 

Le patrimoine confirme-t-il les textes historiques ?

Aujourd’hui, le mur autour du cimetière, fait de grandes pierres de taille calcaires, trahit bien son origine de la fin du XVIIIe siècle. Le plus ancien monument daté a été érigé en 1824 à la mémoire de Louis Joseph Quesney. La plus ancienne dépouille est celle de Julien Blin, ancien maire et bienfaiteur de la ville, dont l’enterrement eut lieu en 1826 et dont la stèle offerte par la ville fut posée vers 1830. Cependant, le plus ancien monument n’est pas daté : il s’agit du calvaire central…

 

Le plus ancien monument : le calvaire central

 

A lire aussi...

Le calvaire de la Procession

 

Un monument presque oublié

Au centre du cimetière se trouve un calvaire. Celui-ci était nettement visible quand les tombes n’étaient couvertes que de croix de bois. Aujourd’hui, il passe quelque peu inaperçu, de prime abord, tant les monuments funéraires sont devenus imposants depuis la moitié du XIXe siècle. La croix du calvaire, en pierre calcaire, présente de fines sculptures. L'érosion a surtout frappé les personnages, le Christ, l'Enfant Jésus et la Vierge dont la tête a disparu. Le corps de la croix est orné de palmettes étirées. Les bras de la croix sont reliés par d'élégantes décorations en forme de croissants de lune. Cette croix, qui semble dater du XVIe siècle, repose sur un socle de pierre restauré en 1998 par la Ville de Pont-de-l’Arche à l’initiative de Michel Lepont. En effet, cet organiste archépontain, correspondant de l’association Notre-Dame-de-la-Source, spécialisée en restauration du petit patrimoine religieux, a convaincu la municipalité présidée par Paulette Lecureux de restaurer ce bien communal. Le socle de pierre du calvaire s’effritant dangereusement, il lança un livre de soutien à la restauration de ce monument qui obtint plus de 100 signatures. Elles permirent d’inscrire la restauration du calvaire à la session 1996 du concours « Un patrimoine pour demain », organisé par Pèlerin magazine. Lauréat du concours, cette restauration fut soutenue par une subvention de 31 644 francs. Ce sont les Services techniques de la Ville qui assurèrent la restauration et notamment Alain Richard et Alain Morel.

 

 Restauration calvaire (1998) 2

Les agents des services techniques de la Ville de Pont-de-l'Arche

restaurant le socle du calvaire en 1998 (photo Michel Lepont)

 

Un monument hautement symbolique

Presque toutes les tombes et stèles du cimetière sont orientées, c’est-à-dire qu’une face de leur forme rectangulaire est tournée vers l’orient (l’Est). Or, le calvaire est le seul monument à présenter un angle vers l’orient. Ses trois autres angles renvoient vers les autres points cardinaux. C’est donc sous la croix du calvaire que les quatre points cardinaux se rassemblent. Ils confèrent à ce monument une place cardinale, c’est-à-dire une place au cœur du cimetière et, symboliquement, du cosmos puisque les points cardinaux n’ont pas de limite. Le calvaire est comme un guide autour duquel est structuré le cimetière. Or, sur la croix du calvaire se trouve une image du Christ, le guide des chrétiens qui espèrent une vie après la mort. Une observation attentive montre que l’image du Christ n’est pas alignée sur l’angle Est du calvaire. Elle est décalée vers le sud-est, là où apparaissent les rayons du jour naissant au solstice d’été, le plus long jour de l’année. Symboliquement, le Christ est le premier à recevoir la lumière du jour renaissant après la nuit, la lumière de la vie après la mort. Au dos de la croix, une sculpture de la Vierge à l’Enfant est aussi symbolique. L’hiver, ces deux personnages voient le jour mourir au nord-ouest, horizon vers lequel ils sont tournés. Le Christ et sa mère vont mourir. Mais, avec le retour du jour, le Christ va ressusciter ainsi que ses serviteurs. Hautement symbolique, le calvaire s’inscrit dans une des plus anciennes traditions locales car, au néolithique, les sépultures collectives protégées par des allées couvertes étaient déjà orientées de manière à recevoir les rayons du jour naissant au solstice d’été. Aujourd’hui, les tombes de plusieurs prêtres de Pont-de-l’Arche - Jacques Lemariez (1828-1885), Philippe Damoiseau (1799-1874), Gabriel Caillet (1911-1994), Adrien Colin (1918-2002) et une tombe anonyme - jouxtent le calvaire. Tournées vers le nord, elles rappellent le rôle central du calvaire.

 

Calvaire

 

Un vestige de la maladrerie ?

Ce calvaire est-il le guide du cimetière paroissial ou celui de l’ancienne maladrerie ? Vue son ancienneté, nous sommes tentés de dire qu’il appartenait au cimetière de la maladrerie. Qui plus est, d’après le plan de Nicolas Magin la maladrerie ne jouxtait pas la route d’Elbeuf mais était située à mi-distance entre la route et le coteau bordant l’Eure. Le cimetière devait se trouver autour d’elle et son calvaire. Ceci dit, le calvaire a très bien pu être déplacé selon les besoins. C’est ce que la restauration de 1998 a révélé : le socle était réalisé avec le réemploi d’anciennes pierres tombales du début du XIXe siècle. On a très bien pu déplacer la croix et la poser sur un socle nouveau. Ce serait assez logique car le cimetière a bénéficié de plusieurs agrandissements. Un des premiers agrandissements s’est fait vers l’ouest et jusqu’à la route d’Elbeuf comme le montre le mur de pierre et l’entrée principale. Puis, le cimetière a été agrandi vers l’Est, décalant la porte principale vers l’ouest. Or, le calvaire est resté au centre du cimetière, preuve qu’il a été déplacé.  

 

La stèle de Louis Joseph Quesney (1824)

Nous n’avons pas trouvé d’information directe sur cet homme né à Elbeuf le 1er aout 1750 et décédé à Pont-de-l’Arche le 24 février 1833. Il appartint à une famille de nobles ayant joué un rôle pendant la Révolution parmi les républicains modérés, puis parmi les fidèles au pouvoir napoléonien. Ainsi le père de Louis Joseph, Louis Robert Quesney, était receveur des gabelles avant 1790. Il fut conseiller municipal en 1795 puis à partir de 1800. Entre temps, il fut nommé maire de Pont-de-l’Arche de 1796 à 1799. Un autre Quesney apparait dans les archives en tant qu’agent national en 1795. Un Quesney signa un bel article sur l’économie de Pont-de-l’Arche dans le 3e tome des Annales de statistiques en 1802 (page 55). Il signa en tant que chef de la 1re division des bureaux de la préfecture du département de la Seine-Inférieure et se dit natif de la commune. La stèle de Louis Joseph Quesney fut commandée 9 ans avant sa mort à « Requier », maçon à Alizay, qui finit de la tailler en avril 1824. Celle-ci est gravée de grands aphorismes romantiques.

 

Monument Quesney 5

Datant de 1824, la stèle rendant hommage à Louis Joseph Quesney

est le plus ancien monument individuel du cimetière de Pont-de-l'Arche.

 

La stèle de Julien Blin (1830)

Julien Blin (1738-1826) est un ingénieur des ponts et chaussées. En 1815, il fut nommé maire de Pont-de-l’Arche par le Préfet de l’Eure, fonction qu’il assuma jusqu’à sa mort. Il assainit les comptes de la Ville notamment en rappelant la Préfecture à ses obligations. Il enrichit la ville, alors très pauvre, en lui donnant des immeubles (et les rentes afférentes) qu’il avait acquis durant la période révolutionnaire. En 1818, il fit construire des logements au-dessus de la Salle d’Armes, ancien hôtel-Dieu, pour l’instituteur et deux sœurs qui enseignaient dans la ville. En 1822, il fit don à la commune de trois maisons, contre l’obligation de celle-ci d’en utiliser une comme presbytère. En 1827, le Conseil municipal rapporta les termes du don testamentaire établi par Julien Blin. Sans descendance, il fit don à la commune de biens immobiliers estimés à 236 450 francs,  presque 40 fois le budget communal de 1827 ! Parmi ces biens, Julien Blin souhaitait que l’ancien couvent des pénitents serve d’hôpital aux « indigents malades et inférieurs ». Julien Blin offrit aussi sept maisons et des terres cultivables. Les dons de ce bienfaiteur permirent entre autres de loger la première école de la ville conformément aux lois Guizot sur l’enseignement public (28 juin 1833). En 1830, les élus municipaux votèrent l’érection d’une « pierre tumulaire » sur la tombe de Julien Blin. En 1865, le nom de « rue Blin » fut officialisé par le Conseil municipal[9].

 

Monument Blin 1

Cette stèle de 1830 a été offerte par la Ville de Pont-de-l'Arche

en hommage à son ancien maire Julien Blin, bienfaiteur à

l'origine de l'hôpital local et des bâtiments de la première école publique.

 

Autres tombes et mur de clôture

Les plus anciennes tombes datent du dernier quart du XIXe siècle. Les stèles abordées ci-dessus sont séparées de plusieurs dizaines de mètres. Elles doivent leur conservation à leur caractère monumental et au renom des défunts qu'elles commémorent. Les tombes qui les entouraient ont été relevées au fil des générations. On peut donc déduire que ce cimetière était pleinement utilisé dès le début du XIXe siècle. Une partie du mur de clôture trahit des origines de la fin du XVIIIe siècle avec d’imposantes pierres de taille en chainage et dans les piliers de la porte d’entrée principale, porte qui, comme nous l’avons écrit plus haut, ne peut être celle du cimetière de la maladrerie qui ne jouxtait pas la route d’Elbeuf, selon le plan dressé par Nicolas Magin.

 

P1050112Les pierres de taille du mur sud témoignent du XVIIIe siècle

(ici le pilier Est de l'entrée principale).

 

 

Conclusion

Le cimetière communal semble bien être l’héritier de la maladrerie du XIIIe siècle. Après les ordres religieux et la paroisse, ce bien communal a pris le relai du cimetière de la maladrerie ; relai symbolisé par le calvaire central du XVIIe siècle. A partir de 1781, il remplaça l’ancien cimetière autour et dans l’église Saint-Vigor, devenue Notre-Dame-des-arts en 1896. Quelques plaques et gisants y subsistent qui rappellent qu’on y enterrait les chrétiens depuis peut-être les fortifications de Charles le Chauve (IXe siècle) ?

 

 

Avec mes remerciements à Ulysse Louis, Michel Lepont et Bruno Tabuteau

 

 

[1] Base Mérimée : référence IA00017898.

[2] Delisle Léopold, « Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, Saint-Louis et Philippe le Hardi », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 6e volume, XVIe vol., Caen, 1852, 390 p. cf. page 119 – n° 629, aout 1259 : « Noverint universi, tam presentes quam futuri, quod ego Johannes Goceselin (sic), burgensis de Ponte Arche, assensu et voluntate Matildis, uxoris mee, vendidi et concessi et omnino reliqui abbati et Conventui Beati Marie de Bonoportu quamdam domum quam habebam opud Pontem Arche […] et ad festum sancti Johannis Baptiste duos solidos, et ad dictos terminos leprosie (sic) de Ponte Arche (2) duos solidos… » 

[3] Dont on retrouve une résurgence au pied du coteau, sous le coude du chemin du Becquet, où fut installé un puits artésien au début du XXe siècle.

[4] Charpillon Louis-Etienne, Caresme Anatole, Dictionnaire historique de toutes les communes de l’Eure

[5] Duranville Léon Levaillant de, Essai historique et archéologique sur la ville du Pont-de-l’Arche…, page 122.

[6] « Note de ce qui s’est passé de curieux et de ce qui a été fait dans l’année de chaque trésorier », La Semaine religieuse du diocèse d’Évreux, 24 et 31 aout, 14 et 31 septembre 1918. Reproduction in extenso et sans modifications d’un manuscrit daté de 1722.  

[7] Goujon Paul, « L’Hôtel-Dieu et les pénitents du Pont-de-l’Arche », La Normandie, 1897, n° 3 de mars (pages 66-76), n° 4 d’avril (pages 105-115), page 109.

[8] Wikipédia : article « Gisors ».

[9]L’histoire est ironique : depuis 2008, nous lui avons rendu son prénom, Julien, dans des documents officiels (cartes de la Ville, site Internet…). Or, seul un prénom figure sur sa stèle : Armand, gravé il y a fort longtemps par l’on ne sait qui.

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com/

Bando 13x9 (1)

Repost 0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 20:42

Présentation

Eustache Hyacinthe Langlois, né à Pont-de-l'Arche en 1777, a publié « Le sacristain de Bonport » dans la Revue de Rouen et de Normandie en 1847 (tome 29). Ce texte traduit l’âme de son auteur : triste et en quête de feux magiques. Hyacinthe Langlois, historien et artiste de génie, a vécu misérablement et ne s’est pas trouvé en phase avec les hommes de son temps. C’est pourquoi sa plume l’emmène souvent dans des balades où se mêlent l’insouciance de son enfance et l’Ancien Régime où vivait encore, quelque part, le Moyen âge, la foi et la magie des nombreuses croyances et des mystères populaires. Il y a du romantisme dans les écrits d’Hyacinthe Langlois qui fait revivre, un temps, des personnages que l’on sait devenus fantômes. Le cadre de leur action ne parvient pas à oublier le lierre qui pousse sur les ruines et détruit peu à peu les œuvres des temps passés. Si Hyacinthe Langlois, enfant de la Révolution, a beaucoup propagé les lumières dans ses domaines de prédilection, les écueils vécus durant la période révolutionnaire le rendent nostalgique du passé. Il rejette une trop grande lumière, trop rationnelle pour être humaine, et aime à prendre repos dans des endroits plus sombres en apparence mais où brille une petite lumière dans l’œil des savoirs anciens, plus modestes peut-être où les traits d’humeur sont loin d’être absents.

 

 

 

 

Littérature.

 

LE SACRISTAIN DE BONPORT [1].

 

Légende fantastique.

 

(Œuvre inédite de E.-H. Langlois, du Pont-de-l’Arche)

 

____

 

Sacristain Bonport

Revue de Rouen et de Normandie, t. 29. 1847, 

Renouard del., A. Péron sculp.

 

Les traditions, les légendes populaires d’antiques origines, se sont, en  grande partie, effacées et perdues devant de plus graves et plus véridiques récits. Il n’est guère aujourd’hui de foyer rustique qui n’entende raconter, au lieu de magiques histoires d’apparitions ou de revenants, les pompeuses annales de nos victoires et les merveilleux exploits du héros Austerlitz. Nos excursions armées à travers tant de climats divers, nos guerres si longues, si meurtrières [1], ont fait pénétrer l’habitude et le goût des préoccupations politiques jusque sous le chaume ; et là, d’ailleurs, il est peu de chefs de famille qui ne se soient fait un répertoire d’événements dans lesquels leur louable et naïf orgueil se complaît à s’attribuer quelque portion de gloire. Cependant, si l’amour du merveilleux déserte nos campagnes, en revanche, il se propage dans nos villes où l’on semble s’efforcer, pour ainsi dire, de devenir simples et crédules comme nos anciens paysans [2] ; tant on y est lassé de ce que le positif a de sec et de désolant. Mais on a beau faire, on ne peut se commander des convictions, des croyances ; l’art et l’imagination des romanciers ne pourront jamais répandre sur leurs écrits, quelqu’ingénieux qu’ils soient d’ailleurs, ce prestige et cette teinte mystérieuse dont la main du temps avait empreint, aux yeux de la raison même, les fables du moyen-âge.

Une des causes qui ont principalement contribué à détruire, dans nos campagnes, le charme attaché si long-temps à nos vieilles légendes, c’est la suppression des monastères. Elle a rompu la chaîne des traditions qui se transmettaient d’âge en âge au sein de ces paisibles retraites, où le surnaturel fut si long-temps en crédit. Ce n’est pas que les moines ne fussent, pour la plupart, devenus aussi peu crédules que les gens du monde ; mais, outre que, dans les couvents de femmes, le merveilleux était encore généralement en faveur, il n’était guère d’abbaye d’hommes où le fantastique n’eût encore son conteur inspiré, et c’était ordinairement un des plus vieux moines ou quelqu’un des plus anciens serviteurs de la maison. L’abbaye de Bonport comptait le sien parmi ces derniers. Oh ! combien j’écoutais avidement, âgé de dix à onze ans alors, les récits de ce vieillard, ancien sonneur et sacristain [3], et véritable miroir historial du monastère ! Perclus des deux jambes, et confiné, comme une pagode enfumée, dans un des coins de l’immense foyer de la cuisine, il ne connaissait plus que deux jouissances au monde : celle de causer avec un énorme corbeau à la voix rauque et sépulcrale, animal aveugle et plus que centenaire, et celle de faire écouter ses prodigieux et terribles récits. Pauvre Pierre ! Dieu vous pardonne les frayeurs que vous m’avez causés, lorsque, sortant la nuit de l’abbaye par la porte de la Vierge [4] avec mon excellent père [5], je croyais voir vos fantômes nichés dans les angles de chaque contre-fort de l’enceinte, et vos diables accroupis dans les énormes touffes de lierre qui revêtaient les murs de leur noires guirlandes.

Je dois l’avouer, cependant, une partie des merveilles que racontait le vieux Pierre était sues de beaucoup de monde, et n’excitaient pas toujours un égal intérêt dans l’esprit de ses auditeurs, bien qu’il eût soin d’affirmer très sérieusement que lui, Pierre, ou du moins son père, en avait été témoin. C’est sous une semblable garantie que m’a été confiée la légende que ma mémoire a le plus fidèlement conservée, et que je vais essayer de retracer.

Il y avait autrefois un conte de Brionne, puissant suzerain, qui, menait un véritable train de roi. Ce grand personnage, dont Pierre ne pouvait dire le nom, était demeuré veuf et, de son mariage, n’avait eu qu’une fille, plus belle que les fées, et qu’il idolâtrait. Il partageait, cependant, ses affections entre elle et un neveu, auquel son père, mort dans la Terre sainte, n’avait laissé pour héritage que son épée et son nom. Ce jeune homme, élevé près de la cousine, avait conçu pour elle une passion violente, à laquelle la jeune fille ne paraissait pas toujours insensible ; mais fière, hautaine, capricieuse et jalouse, elle faisait souvent subir, à la constance de son amant, les plus dures épreuves. Un jour, il lui signifia, sous peine d’encourir éternellement sa disgrâce, de ne jamais parler devant elle de la beauté d’aucune autre dame, et le jeune homme le promit sur serment. Cela se passait à l’instant même où le sire de Brionne préparait une grande fête pour célébrer l’anniversaire de la naissance de sa fille.

Sur ces entrefaites, arriva, dans le pays, un vieux médecin ambulant, remarquable par sa prodigieuse barbe jaune. Ce docteur nomade, qui s’entourait d’un grand mystère, outre le crédit qu’il s’attirait par ses miraculeuses guérisons, se signalait encore par sa science extraordinaire à deviner le passé, à prédire l’avenir. Il n’était question que de lui, lorsque la reine d’Angleterre, en voyage, vint à passer à Brionne. La beauté de cette princesse était merveilleuse ; et, comme tout le monde en parlait avec extase à la table du comte, le malheureux jouvencel [sic], oubliant sa promesse, laissa lui-même échapper quelques mots d’admiration. Un regard foudroyant de sa maîtresse lui fit sentir sa faute ; mais déjà le mal était sans remède, et quelques jeunes seigneurs, d’humeur railleuse et légère, qui étaient arrivés pour la fête, s’aperçurent sans peine du dédain que lui témoignait sa maîtresse.

– Il nous semble, dit l’un d’eux à l’amant désolé, que vous êtes mal en point avec la belle châtelaine.

– Je gage mon honneur contre votre diamant, répliqua avec vivacité le chevalier, que je vous prouve le contraire en ouvrant demain le bal avec elle.

– Votre honneur sera perdu et le diamant me restera, car cela ne sera pas.

– Le pauvre amant s’était senti piqué au jeu, et avait, comme on dit, compté sans son hôte. La noble damoiselle le lui prouva bien ; car lorsque, la trouvant à part, il s’agenouilla à ses pieds pour en obtenir la faveur dont il s’était vanté :

– Je ne voudrais pas, lui dit-elle avec mépris, danser avec vous, même en songe ; et, si vous avez gagé votre honneur, comme vous le dites, c’est un faux gage qui ne vous appartenait déjà plus du moment que vous aviez violé votre foi de gentilhomme. L’amant ne pouvant vaincre cette cruelle résistance, ne voulut pas encourir la honte qui l’attendait, et, poussé par une inspiration diabolique, il se précipita du haut de la grande tour du château.

– C’est dommage ! dit le médecin à la barbe jaune, en faisant une indéfinissable grimace, un si beau jeune homme ! Et pourtant il est damné, du moins à ce que diront les moines.

– Énigmatique personnage ! c’était lui, cependant, qui, s’étant emparé de l’esprit de la châtelaine, avait en secret attisé le feu de son jaloux ressentiment. Dès le même jour, ce conseiller funeste quitta le pays, pour n’y revenir, disait-il, qu’au bout d’une année.

La nuit suivante, la jeune comtesse s’éveilla en poussant d’horribles cris, et répétant que son cousin mort la forçait de danser avec lui. Dès lors l’affreux cauchemar ne cessa de revenir, mais de plus en plus terrible ; car l’image du défunt apparaissait à la misérable fascinée dans l’appareil incessamment croissant de sa décomposition physique ! C’étaient d’abord des membres froids, une face pâle et contractée, puis l’odeur infecte, les tâches livides de la putréfaction, enfin des chairs pendantes dévorées par les vers, et bientôt des débris informes, des nerfs racornis, collés à des ossements desséchés. Une année s’écoula de la sorte, et sans que l’infortunée songeât à réclamer sa délivrance de la bonté du ciel. Tout à coup, le médecin à la barbe jaune reparut dans Brionne, appelé par la châtelaine, dont le père était mort.

Le mystérieux médecin ne voulant admettre aucun témoin dans son entrevue avec la jeune fille, et lui parla de la sorte :

– Si vous eussiez cru, comme ces papelards et bigots, à tout ce que racontent les moines ; si vous eussiez eu seulement, suivant l’usage, quelque tondu de chapelain dans votre château, vous n’auriez pas manqué d’avoir recours à force messes et neuvaines qui ne vous eussent pas guérie, car je connais votre mal ; il est grand, mais le remède en est simple et facile. Il consiste, poursuivit-il, non sans quelque hésitation à cracher sur les cinq plaies de l’image du Nazaréen que mes pères ont justement crucifié, car, sachez-le, je suis Juif pour vous servir [6].

– Si peu chrétienne que fût la demoiselle de Brionne, elle fut épouvantée des blasphèmes de ce mécréant, et lui ordonna de se retirer. Cependant, la nuit revint avec son cortège habituel de terreurs. La pauvre fille voulut, comme à l’ordinaire, vaincre le sommeil, et, comme à l’ordinaire, le sommeil vint à l’appel de la nature épuisée. Trois fois l’horrible fantôme s’empara de sa victime en proférant son cri de vengeance :

– Ah ! Tu ne voulais pas danser avec moi, même en rêve !

– Folle d’épouvante, la malheureuse se résolut enfin à suivre l’horrible conseil du Juif ; elle avait dans sa chambre un prie-dieu qui depuis la mort de sa mère, n’était là que pour la forme ; elle en saisit le crucifix avec fureur, mais à peine avait-elle, dans son égarement, consommé le sacrilège dont on lui avait suggéré la criminelle pensée, qu’elle tomba frappée par un coup de foudre si violent, qu’il fendit la tour jusque dans ses fondements [7].

Le lendemain de ce funeste jour, deux prêtres et deux nobles vassaux de la comtesse gardaient son corps dans l’église du bourg. Après de longues heures de prières, le sommeil s’était enfin emparé d’eux, lorsqu’un bruit affreux, qui paraissant venir du cimetière, les réveilla tous les quatre en sursaut. Mais quel fut leur effroi, en apercevant, à la lueur pâle et lugubre des cierges, le cercueil ouvert et vide ! Un plus épouvantable spectacle les attendait dans le cimetière : le squelette du suicidé gambadait sur sa fosse, en forçant la comtesse décédée à suivre tous ses mouvements, et, d’une voix effroyable, il répétait :

– Ah ! Tu ne veux pas danser avec moi, même en rêve ! Avec moi, qui, pour te plaire, ait sacrifié mon salut éternel !

– Plusieurs démons prenaient part, avec joie, à cette scène infernale [8], et, parmi ces derniers, il en était un qu’à son énorme barbe jaune on reconnut pour le médecin mystérieux. Au premier chant du coq, les démons disparurent, le squelette rentra dans sa fosse, et la comtesse de Brionne, retomba froide et morte sur l’herbe humide du cimetière. On ne l’en inhuma pas moins en terre bénite, parce qu’elle était grande dame ; mais, pendant six cents ans, la nuit anniversaire de sa mort, elle remontait de son caveau mortuaire pour venir dans le cimetière danser, avec son amant, ce branle infernal, objet d’épouvante pour les vivants.

Tel était à peu près, mais avec de bien plus grands détails, un des récits de Pierre.

– Pour celui-là, mon père l’a vu, disait-il naïvement en concluant ; le cher homme me l’a assuré, et, pour le salut de son corps, il n’eut pas voulu dire la plus petite menterie [9]. –

 

E.-H. Langlois

 

 

 

 

 

Notes (A. Launay)


[1] Le décès de son frère, André, pendant une bataille du premier Empire n’est évidemment pas resté sans impact sur le jugement de l’artiste.

[2] C’est un mouvement caractéristique du XIXe siècle, la candeur en moins, où les travaux d’histoire veulent conserver le patrimoine de l’Ancien Régime qui tend à disparaitre à mesure qu’avancent les idées révolutionnaires.

[3] Le sacristain est chargé de l’entretien des objets utiles au déroulement de la messe.

[4] La porte de la Vierge existe encore de nos jours : elle perce le mur d’enceinte de l’ancienne abbaye de Bonport sur les bords de la Seine (l’Eure, de nos jours). Elle doit son nom d’une représentation de Marie, disparue depuis longtemps.

[5] André-Gérard Langlois, conseiller du roi, garde-marteau en la maitrise particulière des eaux et forêts. Il mourut en 1812 soit 6 ans après sa femme. Ce couple posséda une assez importante propriété aux Damps, au Val plus précisément.

[6] Que le fauteur de trouble soit juif n’est guère étonnant dans la bouche d’un moine de cette époque. Il ne faisait que poursuivre un antisémitisme ancestral qui brocardait la foi d’un peuple à partir des quelques individus des Évangiles qui ont demandé la mort de Jésus, un autre juif, aux romains. Le jaune de la barbe n’est pas sans rappeler la couleur des rouelles qu’on fit porter par les juifs de certains ghettos du Moyen Age et dans les pays dominés par la réaction nazie. La morale toute religieuse de cette légende est simple : les impies sont détournés de la religion vraie par les sectaires d’autres cultes… et en sont punis éternellement par des démons.

[7] Explication amusante des ruines du donjon qui domine, en effet, la ville de Brionne.

[8] Cette thématique des danses de squelettes a marqué Hyacinthe Langlois qui en a réalisé des représentations qui sont de dignes continuatrices des images morbides issues du XIVe et des pandémies de pestes qui le frappèrent. Voir l’ouvrage de Langlois intitulé Rouen au XVIe siècle, et la danse des morts au cimetière de Saint-Maclou, planche XVII (l’illustration qui accompagne ce texte en est extraite).

[9] Ce mot est intéressant. Il doit marquer la simplicité du sacristain qui s’exprimait sans doute avec des mots du parler normand et de l’ancien français qui nommaient menterie ce que nous appelons de nos jours mensonge. Joli trait d’humour que cette dernière phrase !



[1] [Note de la revue de Revue de Rouen et de Normandie] : Nous nous estimons heureux d’avoir retrouvé, griffonnée au crayon, et sans doute composée pendant une nuit d’insomnie, cette légende inédite, souvenir de jeunesse de notre regrettable compatriote E.-H. Langlois. Nous avons même retrouvé, entre les mains d’un amateur de cette ville, le dessin qui devait en accompagner la publication. Nous ne doutons pas que l’une et l’autre ne fussent destinées à enrichir notre recueil ; c’est donc une espèce de restitution que nous opérons aujourd’hui en publiant d’abord la légende. L’existence du dessin nous a été révélée trop tardivement pour que nous puissions en faire exécuter une copie avec tout le soin que celui-ci réclame ; nous espérons y réussir plus tard. En attendant, M. Renouard a bien voulu composer, pour cet objet, avec tout le gracieux talent qu’on lui connaît, une piquante scène d’intérieur, représentant le sacristain de Bonport. (Note du gérant.)

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com/

Bando 13x9 (1)

Repost 0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 11:13
Repost 0
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 17:53

 

A l’occasion des 1100 ans de la Normandie, la médiathèque de Louviers vous propose de découvrir de précieux ouvrages dans le cadre de l’exposition intitulée

Des livres et des moines : héritage de l’abbaye de Bonport.

Pour inaugurer cette exposition, la médiathèque et la Société d’Etudes Diverses s’associent et vous prient d’assister à une conférence de M. Dominique Varry, docteur en histoire, professeur des Universités en Histoire du livre et des bibliothèques à l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB). samedi 17 septembre à 16 h. 

Richard Ier Coeur de Lion fonde l’abbaye de Bonport à Pont-de-l’Arche en 1189 en y installant des moines de l’ordre de Cîteaux.

En 1683, afin d’augmenter sa très riche bibliothèque, Colbert, ministre de Louis XIV, profite du statut d’un de ses fils, abbé commendataire de l’abbaye, pour s’approprier nombre de précieux manuscrits.

Confisquée en 1789, comme tous les biens de l’Eglise, l’abbaye de Bonport est fermée, puis vendue en 1791 et ses livres dispersés. Une partie des ouvrages est transférée à Louviers et constitue alors le fonds initial de la bibliothèque municipale.

Grand spécialiste des livres anciens, Dominique Varry connait bien Louviers où il a enseigné un temps au lycée des Fontenelles. Il s’est beaucoup intéressé aux saisies révolutionnaires de livres dans notre département. Cet aspect historique a fait l’objet de sa thèse et d’une publication en 2005 « Sous la main de la Nation. Les bibliothèques de l’Eure confisquées sous la Révolution française ». C’est en grand connaisseur qu’il viendra nous présenter l’histoire de ces livres d’abbayes disparues.

 

Médiathèque de Louviers

47, rue du quai

www.ville-louviers.fr

 

Expo-Bonport-a-Louviers.JPG

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 10:40

 

    lancettes-du-refectoire.jpg

 

Cistercian order. Pont-de-l’Arche – Eure.


          The Abbey Notre-Dame de Bonport was founded in 1190 by Richard the Lion Heart, King of England, Duke of Normandy.

         According to legend, the King was in peril on the river Seine and made a vow that if he arrived safely (in French " Bon port ") on the bank of the river, he would found a monastery on that side.

         This royal foundation took place before Richard the Lion Heart and Philip Augustus, King of France, who were friends at the time, left for their crusade. Its strategic position on the Seine fulfils Richard’s wish of a political and economic opening of Normandy towards France.

          The Abbey was built shortly afterwards and quickly with the help of local lords and was completed and in full use by the first half of the 13th Century. 

          From Philip Augustus (1204) to Henry IV (1608), the kings confirmed the possessions of the Abbey and gave the monks many privileges. One of the famous archbishops of Rouen, Eudes Rigaut, went to stay there about twenty times between 1260 and 1267. 

          The Abbey suffered during the Hundred Years War and the League (" du bien public ", i.e. a revolt of the landlords against Louis XI). It was restored thanks to royal donations of Charles VI and Louis XI during the 15th Century. 

          From 1536 onwards the Abbey was held in commendams, which meant that the abbots were no longer chosen by the monks but named through royal favours and were often unconcerned by monastic life. 

          The best-known commendatory abbots were the poet Philippe Desportes, the Cardinal of Polignac and King Casimir of Poland. 

          François 1st called upon Rouen Parlement from Bonport to register the order of Villers-Cotterêts (1539) according to which he substituted Latin by French in judgements, notary deeds and register of births, marriages and death. In 1540, on the territory of Abbey, he tested his culverins (type of cannon) which he had just made. 

          During the 12th and 13th Centuries, the Abbey was repaired and improved, the dormitory and the library were improved and a big staircase was built. 

          It was sold by a public possession during the Revolution and the Cloister and Church were destroyed. 

          Notre-Dame de Bonport Abbey is one of the few remaining Cistercian Abbeys in Normandy with cloistral buildings of the Middle Ages including a chapter-house, a monk’s room, the former library, a dormitory, kitchens and above all a magnificent 13th Century vaulted refectory. 

 (extract from a document given in this Abbey)

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 17:53

Charpillon, Louis-E., Caresme, Anatole, Dictionnaire historique de toutes les communes

du département de l’EureLes Andelys : Delcroix, 1868, 960 p. Tome II, p. 669 à 672.  

 

 Abbaye de Bonport

 

P1180961

 

          La légende rapporte que Richard Cœur-de-Lion, emporté par l’ardeur de la chasse, se jeta à la nage dans la Seine à la poursuite d’un cerf, et qu’étant sur le point de se noyer il fit vœu de fonder une abbaye sur les bords du fleuve.  

         Richard parvint à terre dans un endroit appelé Maresdans, auquel il donna le nom de Bonport, où il fit construire une abbaye dédiée à Notre-Dame.  

         Le roi y appela des religieux de l’ordre de Cîteaux et les dota généreusement.  

         1er abbé. CLEMENT fut choisi comme abbé de Bonport, en 1190, lors de la fondation de la maison. 

         Par la charte de fondation rédigée, cette même année, Richard, roi d’Angleterre, donna aux religieux dix charruées de terre dans la forêt de Bord, et il les affranchit de tout droits de coutume. Anselle de l’Isle et Gachon de Poissy leur accordèrent le passage libre pour toute chose à leur usage sur leurs terres ; Mathieu de Montmorency fit remise de tous droits de coutume pour les achats qui seraient faits par les religieux sur les terres de Marly et de Meulan ; le comte de Beaumont, Guy et Pierre Mauvoisin, Robert et Galeran de Meulan se montrèrent également généreux envers l’abbaye naissante.  

         En 1197, Robert, comte de Meulan, donna aux moines de Bonport quatre arpents de vigne, entre Vaux et la Seine.  

         Au commencement du XIIIe siècle, Jean sans Terre affranchit l’abbaye de tous droits de coutumes et la prend sous sa sauvegarde ; Philippe-Auguste, à son tour, confirma, en 1204, tous les biens des religieux.  

         Luc, évêque d’Evreux, reconnut en 1206, que Bonport avait droit de sèche moute sur les hommes de Poses ; la même année, le pape Innocent III met sous la protection du St-Siège le monastère de Bonport, dont il confirma toutes les libertés, immunités et privilèges, de plus, il enjoignit aux prélats de Normandie d’excommunier les violateurs des privilèges de Bonport.  

         En 1209, Philippe-Auguste permit aux religieux de moudre au moulin de Pont-de-l’Arche le mercredi de chaque semaine, puis il échangea ce droit contre le septième du revenu de ce moulin ; enfin il les affranchit de tous droits de coutume à Pont-de-l’Arche. 

      Parmi les bienfaiteurs de Bonport à cette époque, nous citerons encore Tatin, seigneur de Pinterville et Robert de Courtenay.  

         2e abbé. GERARD remplaça Clément, vers 1218, il vivait encore en 1226 ; de son temps, Nicolas de Montaigne, Jean de St.-Cande, Richard Bourdon, Robert de Longueville, Simon Sorel, chevaliers, Guillaume de Mauquenchy et Guillaume Saillant se signalèrent par leurs libéralités.  

         Le roi Louis VIII permit aux moines de faire venir jusqu’à cent tonneaux de vin pour leur usage, francs de tous péages et droits.  

         3 abbé. PIERRE 1er dut succéder à Gérard vers 1227 ; mais il occupa peu de temps le siège abbatial.  

         4e abbé. PIERRE II fut élu vers 1228 ; Guilbert de l’Abbaye lui vendit 30 s. de rente à la St-Michel ; l’année suivante, Emma, femme du seigneur de Criquebeuf, donna aux religieux trois vergées de terre à Caudebec, Guillaume Graverend confirma la donation de trois setiers de vin faite par son père, qu’il convertit en une rente de 4 s. En 1232, Jean 1er de Tournebu donna une rente de huit boisseaux de froment et une autre de 5 s.  

       5e abbé. GERMOND était, vers 1235, abbé de Bonport ; cette même année, Guillaume de Léry, Simon Bonard, Nicolas du Mesnil Mauger, le Coq, Rabel de Muids, Eustache de Dreux firent différentes donations à l’abbaye de Bonport.  

         En 1244, eut lieu la dédicace de l’église l’abbaye de Bonport ; à cette occasion, le pape Innocent IV accorda vingt jours d’indulgence aux personnes qui visiteraient l’église de N.-D. de Bonport.  

          6e abbé. ROBERT Ier avait remplacé Germond, en 1247. De son temps, St Louis prit sous sa sauvegarde royale l’abbaye et les religieux, et il leur confirma, en 1246, l’endroit où il était construit, avec ses dépendances, les dîmes de Criquebeuf, de Maresdans, etc. le moulin de Poses, les maisons de Rouen, les vignes de Dol, une rente de 100 marcs d’argent à Dieppe, 20 charruées de terre, le droit dans l’eau de Seine depuis Pont-de-l’Arche jusqu’à Muids, avec les pêcheries, etc., les pré du Vaudreuil, de Louviers, du Havre, etc., le moulin de Landemare, etc.  

         Le 16 février de l’année suivante, S. Louis donna aux religieux de Bonport, pour les indemniser des défrichements opérés dans la forêt de Bord, 100 acres de terre à côté de la propriété  qu’ils tenaient de Richard Cœur-de-Lion, plus 7 muids, 16 setiers et une mine de blé.  

         8e abbé. BLAISE aurait succédé à Robert Ier[1], c’est tout ce que nous savons de lui.  

      9e abbé. ROBERT II remplaça Blaise. Sous son administration, Samson du Grouchet, Guillaume Le Duc, François de Mont-Berger, Nicolas Toustain du Hamel, Raoul Sandbreuil, Nicolas Chefdeville, Guillaume du Bec, Henri d’Oissel, Guillaume Legras, Jean Leblanc.       

        En 1259, S. Louis donna à ferme aux moines de Bonport, pour 25 l. 10 s. de rente, 19 charretées de foin, qu’il prenait chaque année dans la prairie du Vaudreuil. 

         10e abbé. NICOLAS 1er fut consacré par l’archevêque Eudes Rigaud, le 3 décembre 1262.  

         Les religieux avaient, en 1272, à Pont-Audemer, un manoir, dont les habitants étaient exempts de taille. La même année, le comte de Meulan confirma tous leurs privilèges.  

         11e abbé. RICHARD est cité comme abbé de Bonport, à la date de 1276 ; jusqu’à la fin du XIIIe siècle, de nombreuses donations furent encore faites à cette maison.  

         Par une charte du 23 juin 1296, Jeanne de Fontenay, dame de Vaux et de Maubuisson, épouse de Robert de la Roche-Guyon, donna à l’abbaye de Bonport, 100 s. parisis de rente, à prendre sur le fief de Groslay.  

            12e abbé. JEAN 1er succéda à Richard, au commencement du XIVe siècle.  

13e abbé. GUILLAUME 1er avait remplacé Jean, en 1314 ; il plaidait, en 1321, avec l’archevêque de Rouen, au sujet du droit d’usage, qu’il réclamait dans la forêt de Louviers.  

14e année. SIMON DE LOUVIERS succéda à Guillaume, en 1327. Charles le Bel donna au couvent, cette même année, 6 s. de rente, à prendre sur un gord, sis à Port-joie ; il avait donné, en 1324, le tiers et danger de 21 acres, à Boisguillaume-lès-Rouen.  

Les religieux plaidaient à l’Echiquier de 1328, avec l’archevêque, au sujet de leurs droits dans la forêt de Louviers.  

15e abbé. NICOLAS II, successeur de Simon, nous est peu connu ; c’est de son temps, en 1352, que le roi Jean, et Charles le Mauvais, se réunirent à Bonport, pour chercher à traiter de la paix entre eux.  

16e abbé. JEAN II DE ST-MELAINE était à la tête de l’abbaye, en 1361, époque à laquelle l’archevêque-cardinal de Luxembourg lui intenta un procès à l’Echiquier, pour usurpation de ses fonctions.  

17e abbé. GUICHARD, nommé en 1383, reçut du roi Charles VI, en 1387, une somme de 500 l. d’or, pour reconstruire le cloître, détruit pendant le guerre[2].  

L’église dut également reconstruite à cette époque ; on lui donna la forme d’une croix latine.  

Pierre de la Heuse, seigneur d’Ardouval, d’Eavy, etc., donna en 1388, 10 s. de rente à Bonport[3].  

Le 26 janvier 1400, dom Michel, abbé du Val-de-N.-Dame et visiteur de l’abbaye de Bonport, approuva une charte de Guichard, abbé de ce monastère. 

Renier de Rouville, et Jeanne de Poissy, sa femme, firent différentes donations à Bonport, au commencement du XVe siècle.  

L’obituaire de l’abbaye, commencé en 1409, constate la fondation d’une chapelle la même année.  

18e abbé. PIERRE III BARBITI avait remplacé Guichard en 1412 ; Henri V, roi d’Angleterre, étant à Bonport, non-seulement rendit à l’abbaye ses domaines, mais encore lui accorda un sauf-conduit pour les religieux du couvent, pour leurs serviteurs et leurs hommes.  

19e abbé. JEA N III HAMON. Vers 1429, Nicolas Pointel, receveur pour les archevêques, Louis d’Harcourt et de la Roche-Taillée, certifie avoir payé chaque année par leur ordre aux religieux de Bonport, 226 l. 13 s. 4 d. pour cause de 100 marcs d’argent que ces religieux prétendaient avoir droit de recevoir tous les ans sur le revenu de Dieppe.  

20e abbé. GUILLAUME II L’ENFANT, évêque de Chrysopole, dut succéder à Jean III, vers 1449 ; cette même année, les envoyés des rois de France et d’Angleterre se réunirent à Bonport, pour traiter de la paix, mais sans résultat.  

En 1466, l’abbé Guillaume donna quittance  de 100 l. sur le comte de Boulogne ; il assistait à l’Echiquier de 1474 ; il mourut vers 1480 et fut inhumé devant le Christ.  

21e abbé. JEAN-BAPTISTE DE CRIQUETOT, docteur en théologie, vicaire général de l’abbé de Cîteaux, fut le successeur de Guillaume II.  

En, 1506, Jean, abbé de Bonport, fut nommé par Georges d’Amboise, avec Guillaume Fédeau, pour terminer le procès entre les religieux de St-Wandrille, qui avaient nommé pour abbé, Jacques Hommet et François, cardinal de St-Adrien, archevêque de Clermont, nommé abbé par le pape Jules II.  

22e abbé. JEAN IV SANGUIN, moine de Bonport, devint abbé de Mortemer, en 1516, puis il occupa la même dignité à Bonport, à partir de 1520.  

23e abbé. NOEL MAUDUIT fut porté au siège abbatial de Bonport, en 1536 ; l’année suivante, il donna 50 l. à la confrérie de N.-D. de mi-août de Gisors ; il blasonnait : parti de France, au 2 de gueules à 3 léopards d’or.  

Le 12 avril 1539, avis de la mort de l’abbé Noël, fut porté en poste à Vigny.  

24e abbé. JACQUES D’ANNEBAUT, évêque de Lisieux, eut en commande, en 1543, les abbayes de Bonport et de St-Taurin ; il accompagna, en 1550, François 1er dans un voyage à Etrépagny, et il mourut en 1559.  

25e abbé. HENRI DE CLERMONT succéda, en 1558, à Jacques d’Annebaut. De son temps, dom Jean Dupuis était prieur claustral, Louis Tissot, sous-prieur, Jean Leclerc, portier, Guillaume Hamelin, sacristain, Antoine Parmer, chantre ; on comptait en outre, 12 religieux dans le monastère de Bonport.  

26e abbé. FRANçOIS DE BOULLIERS, abbé de Bonport, présentait à la cure de Crestot, en 1575 ; trois ans après, Henri III confirma les titres de fondation de Bonport, en reproduisant les chartes de Philippe-Auguste et S. louis.  

L’abbé présenta un aveu au roi, du temporel de l’abbaye, le 23 octobre 1581 ; il avait, en 1587, le titre d’évêque de Fréjus.  

Boulliers : d’argent au chef de gueules à la bordure componée de Naples et de Jérusalem.  

27e abbé. PHILIPPE DESPORTES remplaça François de Boulliers en 1587. Cette même année, le roi lui fit remise des levées extraordinaires, imposées sur les abbayes de Tiron, Josaphat, Bonport et Vaux-de-Cernay. 

En 1595, Philippe Desportes avait les deux abbayes de Bonport et de Tiron.  

Henri III et Henri IV lui témoignèrent tous deux beaucoup d’affection ; c’était un poète latin d’un grand mérite ; ses œuvres furent imprimées en 1579 et en 1583 ; il mourut à Bonport le 5 octobre 1606.  

28e abbé. LEBLANC DU ROLLET est compté au nombre des abbés de Bonport, pour voir joui quelques temps, à partir de 1590, des revenus de l’abbaye, au détriment de Philippe Desportes.  

29e abbé. HENRI DE BOURBON, évêque de Metz, était pourvu, en 1613, de l’abbaye de Bonport ; il fut nommé duc de Verneuil, en 1652, ambassadeur en Angleterre ; il finit par se marier, et il se démit de tous ses bénéfices.  

En 1666, les religieux de Bonport furent déchus de tous les droits qu’ils réclamaient dans la forêt de Bord, et furent de plus, condamnés à 500 l. d’amende et à la restitution des arbres coupés par eux.  

Un sieur Boulard, qui s’était retiré à Bonport pour prendre l’habit religieux, étant tombé malade, envoya chercher Denis, tabellion à Rouen, pour recevoir son testament. A la mort du testateur, ce contrat fut cassé, parce que le notaire n’avait pas qualité pour le recevoir[4].  

30e abbé. JEAN CASIMIR, roi de Pologne, comte de Clermont, âgé de trois ans, avait en 1673, la commende de l’abbaye de Bonport.  

31e abbé. LOUIS-HENRI DE BOURBON, comte de la Marche, âgé de deux ans, fut pourvu de Bonport en même temps que son frère.  

Ces deux enfants, morts en bas-âge, ont marqué leur passage par des travaux importants, faits en leur nom à l’abbaye.  

32e abbé. EMMANUEL-THEODOSE DE LA TOUR D’AUVERGNE, âgé de neuf ans, eut l’abbaye de Bonport en 1677 ; à la mort de son frère aîné, en 1692, il fut sécularisé et se maria.  

33e abbé. LOUIS COLBERT, pourvu de la commende de Bonport en 1692, quitta l’habit religieux en 1693, et devint capitaine-lieutenant des gendarmes Bourguignons. Pendant son administration, l’abbaye fut dépouillée de 80 manuscrits précieux au profit de la bibliothèque du grand Colbert.  

34 abbé. MELCHIOR, qui devint plus tard cardinal de Polignac, obtint la commende de Bonport en 1693 ; après avoir rempli plusieurs fonctions éminentes, il fut exilé dans son abbaye, où il composa son poème latin si estimé : L’Anti Lucrèce[5].  

35e abbé. GILBERT DE CHABANNES obtint l’abbaye de Bonport en 1745 ; il était alors vicaire général de Langres ; il fut député à l’Assemblée générale du clergé. Il vendit, en 1748, au président Portail, le fief de Bonport à Léry. Il mourut à l’âge de 77 ans, le 9 juin 1779.  

Cette dernière année, l’abbaye fut mise en économat.  

36e abbé. FRANCOIS DE BONNAL, évêque de Clermont, obtint, en 1780, l’abbaye de Bonport, qui lui produisait 18,000 l. de rente, et qu’il conserva jusqu’à la révolution de 1789.  

Une partie des bâtiments de l’abbaye est encore debout, et mérite, à juste titre l’attention de tous les archéologues[6]

 


[1] Neustria Pia

[2] Notes Le Prévost

[3] Hist. D’Harcourt

[4] Commentaire sur la coutume de Normandie

[5] Notes Le Prévost, t. 2, p. 591

[6] M. J. Andrieux a publié, en 1872, le Cartulaire de l’abbaye de N.D. de Bon-Port, précédé d’une savante introduction historique.

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
Published by Armand Launay - dans Abbaye de Bonport Charpillon
commenter cet article
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 17:31

Charpillon Louis-Etienne, Caresme Anatole, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l’Eure, Les Andelys : Delcroix, 1868, 960 p., t. I, p. 96-97.

 

      Alizay (5)

Les piliers de ce portail de la rue de l'Andelle sont d'anciennes colonnes de Notre-Dame de Bonport, démantelée au début du XIXe siècle (cliché Armand Launay, 2011). A noter aussi le très beau manoir à pans de bois situé derrière. 

 

 

ALISAY

 

Ancienne paroisse du dioc., du baill., de la génér. de Rouen. – Du doy. de Perriers. – De la vic. et de l’élec. de Pont-de-l’Arche.

Lieu planté d’alisiers, suivant T. Duplessis, propriété d’Alisius ou d’Aliciacus, suivant d’autres, telle serait l’origine de ce nom.

Une partie d’Alisay était comprise au IXe siècle dans le territoire de Pîtres, un des endroits les plus fameux de notre histoire locale.

Lorsque Rollon voulut remonter la Seine, dans l’intention de piller Paris, sa flotte fut arrêtée à Pont-de-l’Arche par les fortifications que Charles-le-Chauve y avait élevées ; les pirates quittèrent alors leurs vaisseaux et s’établirent sur les bords de la Seine, dans un camp entouré de fossés et de levées de terre, situé à cheval sur les paroisses d’Alisay et d’Igoville, où ils attendirent les Français. Ceux-ci ne tardèrent pas à les attaquer et à pénétrer dans le camp, mais à peine y furent-ils entrés, que les Normands se précipitèrent sur eux et les massacrèrent. Le reste de l’armée française prit la fuite, laissant le cours de la Seine entièrement libre.

La paroisse d’Alisay se trouva comprise dans les domaines que le roi de France abandonna aux Normands par le traité de 911. Elle appartenait vers 1050 à Guillaume, fils d’Osbern de Crépon, comte de Breteuil, et elle passa successivement à Guillaume II, comte de Breteuil ; à son fils naturel, Eustache de Breteuil, gendre de Henri Ier d’Angleterre, qui la lui enleva pour la donner à Guillaume de Guader, en 1119. Amicie de Guader, fille de Guillaume, apporta cette même terre en dot à Robert de Meulan, comte de Leicester ; Amicie de Leicester, leur fille, la fit passer en 1181 dans la famille de Dammartin, par son mariage avec Albéric, comte de ce nom.

Les seigneurs de Dammartin, Albéric II du nom de Renard, possédèrent la seigneurie d’Alisay de 1199 à 1214. Leurs armes étaient : fasce d’azur et d’argent de six pièces.

Après la bataille de Bouvines, Philippe-Auguste confisqua la terre d’Alisay, mais Louis VIII la rendit à Mathilde de Dammartin, fille de Renaud, qui avait épousé Philippe-Hurepel, fils naturel de Philippe-Auguste.

Robert de Dreux, qui portait : échiqueté d’or et d’azur à la bordure de gueules, posséda la seigneurie d’Alisay de 1231 à 1236. À sa mort, elle revint à Mathilde de Dammartin, en 1241. Cette dame se retira dans son château d’Alisay ou de Rouville, où, Eudes Rigaud vint la visiter le 9 mars 1252 ; pour donner à l’archevêque un témoignage de sa bienveillance, elle lui abandonna pour lui et ses successeurs, le 12 novembre 1258, le patronage de l’église d’Alisay, et mourut en 1259, laissant son plein héritage à des collatéraux.

 

En 1324, Jean Gougeul possédait le fief de Rouville, auquel celui d’Alisay avait été réuni ; il le laissa en 1350 à son fils Jean, qui épousa Jeanne de Villaines, fille de Pierre, sénéchal de Toulouse ; il fut fait prisonnier à la bataille d’Auray, le 29 septembre 1364. Il eut pour successeur à Rouville, Pierre Gougeul, chevalier, conseiller, chambellan et maître d’hôtel du roi, qui rendit aveu de Rouville, sans faire mention de celui d’Alisay, le 7 novembre 1374.

Pierre Gougeul acheta en 1398 le fief de la Boche, situé sur Alisay, que l’on appelait aussi " le fief du roi ", parce qu’il était situé près du château royal de Pont-de-l’Arche. Ce seigneur combla de ses bienfaits l’abbaye de Bonport, donna une rente de 25 sous tournois au prieuré des Deux-Amants, fonda deux chapelles en l’honneur de saint Pierre et de saint Antoine, dans la paroisse d’Alisay, et après avoir été capitaine de Pont-de-l’Arche, lieutenant des maréchaux de France en Normandie, commis pour recevoir la monstre de 300 lances destinées à la défense de Cherbourg. En 1380, il fut tué à la bataille d’Azincourt, laissant pour héritiers, Regnier et Pierre de Rouville, ses enfants.

L’aîné, Regnier, survécut peu de temps à son père, son frère lui succéda en 1416 ; la même année il rendit hommage au roi du fief de Rouville (Alisay), du fief du roi et de divers autres.

Pierre de Rouville défendit en 1418 Pont-de-l’Arche contre Henri V, roi d’Angleterre, et lorsque la ville fut forcée de se rendre, il obtint un sauf-conduit, mais ses biens furent confisqués et donnés à un chevalier anglais, nommé Jean Sulton, à la charge de la redevance d’un fer de lance à la saint Jean de chaque année ? Quelques temps après, Pierre de Rouville, rentra en grâce auprès du monarque anglais, qui lui rendit ses biens, en s’en réservant la haute justice. Ce seigneur servit loyalement son nouveau maître, ce qui ne l’empêcha pas de conserver ses fief après la réduction de la Normandie par Charles VII. Il avait épousé Aldonce de Braquemont, fille de Robert, amiral de France, dont il eut trois fils.

L’aîné Jacques Gougeul de Rouville, qui devint chanoine de Rouen, lui succéda en 1459 ; il mourut en 1491, laissant les terres de Rouville et de la Boche à son neveu, Louis de Rouville, qui les conserva jusqu’à sa mort, arrivée en 1527.

Les différents seigneurs de ce nom qui ont été ensuite propriétaires des terres d’Alisay et de la Boche, depuis 1491 à 1684, sont : François de Rouville, de 1527 à 1549 ; Jean de Rouville, de 1549 à 1589 ; Jacques de Rouville, de 1589 à 1628, et François de Rouville, de 1628 à 1684. Ce dernier rendit aveu au roi, en 1633, des fiefs de Rouville, de la Bosse (Boche) et de Grainville-la-Teinturière.

La seigneurie de Rouville fut pendant quelques temps érigée en comté en faveur de François de Rouville, le 21 février 1664 ; mais cette érection n’eut pas de suite, les créanciers du nouveau comte firent vendre ses biens, et les terres de Rouville et de la Bosse furent adjugées à Gilles Hallé, président à mortier au parlement de Rouen, le 11 septembre 1684.

Les armes de Rouville étaient : d’azur semé de billettes d’or à deux goujeons adossés de même.

Les seigneurs du nom de Hallé qui ont possédé les fiefs de Rouville et de la Bosse, sont :

De 1684 à 1692, Gilles Hallé dont nous avons parlé.

De 1682 à 1758, Jehan-Gilles Hallé, fils du précédent, qui fut aussi président à mortier. Ce seigneur payait une rente de 150 l. à une sœur de la Providence, chargée de tenir l’école des filles ; l’école de garçons était dirigée par le vicaire de la paroisse, c’est lui qui fit construire le portail de l’église.

De 1758 à 1775, Gilles-Louis Hallé, comte de Rouville, fils du précédent. Il fut comme son père, président à mortier. Il eut de nombreuses difficultés avec le curé de la paroisse ; l’archevêque y mit fin par une lettre du 19 décembre 1767. Louis XV voulant récompenser le président Gilles-Louis Hallé des services rendus à la royauté par ses ancêtres et par lui, érigea en sa faveur les terres de Rouville en comté.

De 1779 à 1780, Gilles-Charles-Marie Hallé, fils du précédent, qui ne survécut à son père que dix-huit mois.

De 1780 à 1790, Louis-Guillaume Hallé, frère du précédent, qui vendit à madame Marie-Madeleine Frault, veuve de messire de Berroyer, les fiefs de Rouville et de la Bosse, avec leurs dépendances, moyennant 527,000 livres.

Les armes de cette famille étaient : d’azur à fasce d’argent, chargée de 2 étoiles de sable et accompagnée de 3 étoiles, 2 en chef et 1 en pointe.

Les héritiers de la dame de Berroyer vendirent le château et les terres de Rouville à M. Philippe Bizet, le 1er messidor, an VIII ; ils passèrent ensuite, par succession, à Mme de la Poterie. Les autres propriétés achetées par madame de Berroyer furent vendues à M. Legris, dont les héritiers les possèdent encore.

Rouville était un plein fief de haubert auquel celui d’Alisay avait été réuni dès le XIVe siècle, avec droit de haute, moyenne et basse justice. L’ancien château est aujourd’hui en ruine.

L’église, dédiée à Saint-Germain, remonte avant 856. Les chefs français y reçurent la communion le matin de leur rencontre avec les Normands. L’archevêque de Rouen en avait la présentation. Le seigneur du lieu présentait aux chapelles de Saint-Antoine et de Saint-Pierre, qui se trouvaient sur le territoire d’Alisay.

 

ALISAY, canton de Pont-de-l’Arche, sur la Seine, à 66 m. d’alt. – Surf. terr., 862 hect. – Sol d’alluvions contemporaines. – R. dép. n° 12. – Chem. d’int. com., n° 58. – 550 hab. – 4 contrib., 6,980 fr. en ppal. – Rec. ord. du budg., 2,689 fr. – Rev. com., 48 fr. – 5 perm. de chasse. – Paroiss. succ. – * et Percep. et Rec. des cont. ind. de Pont-de-l’Arche. – 9 débit. de boiss. – École mix. dirigée par une sœur. – Maison d’école. – Dist. en kil. aux ch.-l. de dép. , 34 ; d’arr., 14 ; de cant., 3. – 75 hect. de terrains incultes.

 

Dépendances : Rouville, La Maison-Rouge, Le Solitaire.

Agriculture : céréales, légumes, 1,200 arbres à cidre.

Patentés : 20. 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 17:57

Oui, et si c’était vous qui faisiez découvrir l’abbaye de Bonport ? Après une balade dans le centre ville de Pont-de-l’Arche, vous pourriez emprunter le sentier qui longe l’Eure depuis le pont d’Arromanches vers l’entrée de l’ancienne abbaye. Le site de l’abbaye est privé mais les berges sont publiques.

Les parties les plus anciennes de Bonport sont très sobres. Bâties et sculptées avec de la pierre calcaire de Vernon, les salles vous présentent l’architecture typique des abbayes de l’odre de Cîteaux (du nom de l’abbaye qui définit les règles de vie des moines cisterciens). Elles sentent bon le XIIIe siècle avec des croisées d’ogives régulières, des ouvertures fines et hautes (les « lancettes »), de petites colonnes aux décorations très sobres. C’est ce que vous retrouverez dans le réfectoire, la cave, la cuisine.

P1180977

Au XVIe siècle, les rois de France s’autorisèrent à désigner les abbés. Ils placèrent à la tête des abbayes les fils de grandes familles aristocrates. Les abbés, furent de moins en moins des religieux mais des propriétaires qui s’enrichissaient des gains agricoles réalisés par les moines. Ces nouveaux propriétaires apportèrent avec eux le confort. C’est pourquoi une partie de Bonport ressemble à un château et non à une abbaye de moines vivant dans le dénuement. Ainsi vous verrez des boiseries finement sculptées, des parquets luxueux et des cheminées nombreuses (apportant donc un chauffage presque inconnu des moines du Moyen Âge). Même les grandes fenêtres de la Renaissance tranchent par leur grandeur et la luminosité qu’elles apportent. Il est loin le Moyen Âge et ses toutes petites fenêtres !

Cependant, les abbayes ont décliné. Six moines travaillaient encore en 1789 lorsque les députés révolutionnaires décidèrent que les biens possédés par le Vatican (l’église catholique) deviendraient désormais des biens du peuple de France. Les moines de Bonport furent chassés ce qui ne fit qu’accélérer la fin de l’abbaye. Les députés vendirent les anciennes propriétés religieuses pour financer les frais courants de l’Etat (il n’y avait plus d’impôts depuis 1789). C’est Alexandre de la Folie, maire de Criquebeuf, qui racheta Bonport et qui vendit une partie des pierres de l’abbaye. Il fit démonter l’église, l’hospice et le cloître afin d’en vendre les pierres. L’ancien noble concentra ses efforts sur les parties les mieux conservées. C’est ainsi que, visiteurs, vous trouverez à l’état de ruine l’ancienne église et le cloître…

Dernière anecdote pour épater vos amis : pourquoi le nom de Bonport ? Depuis Le Batelier d’Aviron, chroniqueur de la Renaissance, la tradition veut que le « bon port » désigne le sauvetage par la Vierge-Marie du fondateur de l’abbaye, Richard Cœur de Lion. En effet Richard, duc de Normandie et roi d’Angleterre, plongea dans les eaux de Seine afin de chasser un cerf. Alors qu’il failli se noyer, il pria la Vierge-Marie de l’amener sur la berge. Il revint sur la rive et fit bâtir l’abbaye du bon port afin de remercier l’aide du ciel… Cette histoire, peu flatteuse pour Richard Cœur de Lion, ressemble plus à un jeu de mots qu’à une explication. En effet, les armes de l’abbaye montrent la naissance du Christ ce qui nous fait dire que le bon port désigne, dans l’esprit des moines, la venue du Christ parmi les hommes…  

 

P1180961

Horaires : 
Ouvert samedi et dimanche du 1er avril au 30 juin et du 1er septembre au 31 septembre.
Ouvert tous les jours entre le 1er juillet et le 31 août. Entrée payante.
Renseignements au 02 35 23 27 62.

Publié dans Pont-de-l'Arche magazine n° 3 (printemps 2009)

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 17:51

On le répète à l’envi, l’abbaye de Bonport doit son nom à Richard Cœur de Lion, son fondateur.

 

richard0

 

La présence divine a sauvé le duc de Normandie et roi d’Angleterre alors qu’il faillit se noyer dans la Seine durant une partie de chasse. Emporté par le courant, il fit vœu à son dieu de fonder une abbaye à l’endroit où celui-ci lui ferait toucher la berge. Son vœu fut exaucé et Richard Cœur de Lion donna les moyens à des moines cisterciens de créer l’abbaye de bon port. « Arriver à bon port » désigne, en Français courant, arriver en bonne santé au lieu désiré. A notre connaissance, le premier à avoir couché par écrit cette légende est Jacques Le Batelier d'Aviron, avocat, conseiller au bailliage et présidial d'Evreux en 1638. Dans son ouvrage intitulé Le Mémorial historique des évêques, ville et comté d'Évreux... (et publié par Pierre-François Lebeurier en 1866) il écrivit ces quelques lignes, page 64 :


"Les prelats, barons et seigneurs de Normandie luy jurerent aussi fidelité et obeissance a son abord a Calais ; et son adrivée a Roüen ce ne fut que bals, festins et tournois ; la chasse fut le dernier divertissement de sa cour ; mais comme en l'air le plus serain est un presage de tempête, Richard seul courant un cerf fut emporté, soit par la vigueur de son cheval altéré, soit par quelqu'autre accident, si avant dans la Seine, que ce roy courut au hazard de sa vie. Ce Coeur de Lion, emporté au milieu du cours rapide de cette grosse rivière, ne perdit point le jugement ; mais considerant le peril ou il estoit fit voeu a Dieu de faire bastir une abbaye au lieu ou son cheval prendroit pied sur terre ferme : ce lieu fut depuis appelé Bonport, a cause de l'heureux abord du roy Richard.
An 1190. - Et comme il est mal séant de faire des voeux et ne s'en pas acquitter, le duc roy fit bastir l'abbaye Notre Dame de Bonport, et y establit des moines de l'ordre de Cysteaux, au meme lieu ou son cheval avoit pris terre. Il dotta cette riche abbaye de grands biens, revenus en fiefs nobles et baronnies.
Le pape Clement troisieme rendit cette fondation royalle canonique, et institua la dedicasse de son eglise, fondée de Nostre Dame, au quatrieme de mars. »

 

Cette légende est chevaleresque, très chevaleresque… un peu trop même ! La chute du roi dans la Seine n’est pas un moment glorieux de son règne et l’explication du nom de Bonport nous parait un peu légère pour en faire une vérité d’évangile.


Une des armes de l’abbaye montre Jésus Christ dans son étable de naissance (voir ci-dessous). C’est pourquoi nous avançons l’hypothèse que le bon port désigne l’arrivée du Christ parmi les hommes. Ce nom tient plus sûrement son origine dans les sources religieuses que dans les mésaventures supposées de Richard Cœur de Lion… 


Armes-Bonport.JPG

Extrait de "Gisors : Matrologe de la confrérie de l’Assomption (XVe-XVIIIe siècle)".

Ces armes précèdent le nom de Noël Maulduit, abbé de Bonport en 1537.

Archives départementales de l'Eure (G2120)

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...