Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 21:49

Le 24 aout 2014 cela a fait 70 ans que Pont-de-l'Arche a été libéré de l'occupant nazi. Après notre étude sur la bataille de Pont-de-l'Arche de juin 1940, nous avons étudié cette partie poignante de l'histoire de la ville.

 

La population sous terre

Depuis le Débarquement en Normandie, le 6 juin, les habitants de Pont-de-l’Arche entendent s’approcher les Alliés et les combats qu’ils mènent contre l’armée d’occupation. Les bombardements se sont intensifiés partout en Normandie. Le pont ferroviaire du Manoir et pont provisoire en bois de Pont-de-l'Arche sont devenus des cibles de choix pour l’aviation Alliée. Le pont de la ville est devenu inutilisable depuis le 31 mai. On compte quelques morts et de nombreux sinistrés archépontains. En aout, pendant plus de deux semaines, des centaines d’habitants résident jour et nuit dans les caves et les carrières souterraines situées à Pont-de-l’Arche et aux Damps. Sur terre, les convois allemands fuyant les Alliés deviennent nombreux, fournis et de plus en plus désordonnés. Ils convergent vers Poses afin de franchir la Seine. La future rue Général-de-Gaulle se garnit en permanence de trois colonnes d’hommes et de véhicules. La peur est à son paroxysme.

 

Prise d’otages sur la place Aristide-Briand

Comme à Criquebeuf et dans maintes communes, Pont-de-l’Arche a évité de justesse une exécution de civils par l’armée allemande. Le 24 aout, un officier allemand arrête son camion sur la place Aristide-Briand. Il est 9h, il descend la rue de Paris pour voir si la Seine est franchissable. Pendant ce temps, deux jeunes Archépontains tentent de voler les roues de son véhicule. Des soldats allemands s’en rendent compte et ouvrent le feu. Les convois allemands passant ici prennent peur. Un soldat sur la tourelle d’un char voit une fenêtre d’entrouvrir et craint pour ses jours. Il dégoupille une grenade, la lance vers la fenêtre ouverte par Alphonse Samain, huissier et résistant attiré par les tirs sur la place. Il meurt sur le coup. Les voleurs archépontains s’enfuirent. Les Allemands, sur le qui-vive, tiennent en joug les civils. Des officiers somment les gendarmes de réquisitionner 60 otages à fusiller. Les gendarmes obtempèrent. Ils réunissent une dizaine d’Archépontains dans leur cellule. C’est à ce moment que les premiers obus des Canadiens, vraisemblablement prévenus par la résistance, tombent sur la place Aristide-Briand. Les Allemands abandonnent les lieux et les otages sont saufs. Cependant les obus canadiens laissent un mort sur la place. Une femme, Gisèle Lapeyre, est grièvement blessée. Le résistant Charles Cacheleux, sur ordre du chef de son réseau, la transporte vers l’hôpital d’Elbeuf. Cependant sa voiture est mitraillée à Martot. Il meurt ainsi que Jean Prieur et Gabriel Briavoine.

Le 23 aout 1944, sur les berges de l’Eure, les Allemands abandonnent leur matériel pour traverser le fleuve. De jeunes Archépontains y jouent peu après…  (photo famille Duretz).

Le 23 aout 1944, sur les berges de l’Eure, les Allemands abandonnent leur matériel pour traverser le fleuve. De jeunes Archépontains y jouent peu après… (photo famille Duretz).

La Ville se libère le 25 aout !

Le 25 aout, les derniers Allemands quittent la ville et concentrent leurs forces de l’autre côté de la Seine. Les drapeaux français sont hissés et la Résistance assure la direction de la ville. Le registre des délibérations du Conseil municipal en témoigne : « Le Vendredi 25 août 1944 à 13h45 les Forces Françaises de l'Intérieur [FFI] se sont emparées de la ville de Pont-de-l'Arche […]. A 19 heures le Conseil d'Administration de la ville a pris possession de la Mairie de Pont-de-l'Arche. Le magnifique résultat a été obtenu sans pertes inutiles, grâce à l'étroite collaboration entre les forces de Police et les [FFI] […]. Dans la nuit du 25 au 26 les patrouilles des [FFI] ont poussé leurs reconnaissances jusqu'au Vaudreuil et dans les forêts de Louviers et de Bord et ont pu constater qu'il ne restait aucun noyau de résistance dans un secteur de 6 kilomètres. Le lendemain 26, entre 10 et 12 heures les troupes canadiennes entrent dans la Ville libérée et reçoivent l'accueil enthousiaste de la population.

Pont-de-l'Arche le 26 Août 1944.

Le chef des Forces Françaises de l'Intérieur. Loze Maurice.

Le président du Conseil d'Administration de la ville de Pont-de-l'Arche. Tardy Roger. »

 

Les Canadiens arrivent !

Le départ de l’occupant n’est pas synonyme de paix. L’artillerie ennemie fait pleuvoir sur la ville des obus tirés notamment depuis le château de la Sahatte, sur les hauteurs d’Igoville. Pont-de-l’Arche connait alors plus de victimes civiles que durant le reste de la guerre. Cependant, la ville échappe au pire car le mauvais temps semble avoir dissuadé l’aviation alliée de raser la région de Pont-de-l’Arche aux écluses d’Amfreville. L’armée canadienne installe des canons notamment dans ce qui est devenu le Centre de loisirs et à la tour de Crosne. Il faut attendre encore quelques jours pour que Pont-de-l’Arche sorte de la zone de combats et qu’arrive le gros de l’armée canadienne, par la route de Tostes. Dans l’allégresse générale, les Archépontains voient alors passer d’incessants convois canadiens pendant plus d’une semaine, bientôt renforcés par ceux des autres armées alliées. Les gens sont sur leurs pas de porte et échangent des œufs aux soldats, qui en sont très friands, contre du chocolat, des cigarettes, des pâtes de fruit… Les Canadiens jettent le pont d’Arromanches sur l’Eure et la Seine.

Fin aout 1944, l’arrivée des premiers éléments de l’armée canadienne (route de Tostes) dans une ville libérée (photo famille Jouvin).

Fin aout 1944, l’arrivée des premiers éléments de l’armée canadienne (route de Tostes) dans une ville libérée (photo famille Jouvin).

La fin des combats

La Libération est synonyme de joie mais pas d’opulence. Le rationnement des denrées est maintenu, beaucoup d’habitants sont sinistrés et occupent des baraquements provisoires, notamment dans la rue Charles-Michels. Les familles attendent le retour de soldats français emprisonnés, de résistants engagés dans l’armée ou de déportés. Enfin, malgré l’interdiction lancée par le Conseil provisoire issu de la Résistance, Pont-de-l’Arche n’échappe pas aux représailles. Quelques Archépontaines sont rasées pour leurs relations avec des Allemands, même quand il s’est agi de liens amoureux à l’origine de familles et de retrouvailles après guerre.

Visite du général de Gaulle à Pont-de-l’Arche le 8 octobre 1944 (ici rue… Général-de-Gaulle) (photo famille Azuara y Oro).

Visite du général de Gaulle à Pont-de-l’Arche le 8 octobre 1944 (ici rue… Général-de-Gaulle) (photo famille Azuara y Oro).

Le pont d’Arromanches est composé d’un ponton du port artificiel bâti par les Alliés à Arromanches en juin 1944 et amené à Pont-de-l’Arche en 1946 (cliché Armand Launay).

Le pont d’Arromanches est composé d’un ponton du port artificiel bâti par les Alliés à Arromanches en juin 1944 et amené à Pont-de-l’Arche en 1946 (cliché Armand Launay).

Sources

Archives départementales de l’Eure, fonds FFI.

Mémoires de l’abbé Desdouits

Archives familiales

 

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 20:44

Si je n’ai pas eu – ou pris – le temps de lire les archives d’Igoville, on m’a souvent questionné sur le « château » de La Sahatte qui hante les cartes postales de 1910 et qui, manifestement, a disparu depuis.

Je rassemble donc quelques éléments, notamment ces fameuses cartes postales de 1910, afin de donner un début de réponse aux curieux. Ces éléments sont parfois le fruit d’entretiens réalisés avec nos anciens depuis 2002. 

L’observation des cartes postales, ci-dessous, laisse entrevoir qu’il s’agit d’une maison bourgeoise de la première moitié du XIXe siècle. En effet, une étude de Guy Arbellot (voir les sources) nous apprend que 4 personnes habitaient le « château de la Sahatte » en 1847.

Munie de deux tours de part et d’autre de la façade, et richement décorée, cette demeure se voulait un « château ».

Le nom de Sahatte nous échappe, a-t-il préexisté ? Provient-il du nom d’un propriétaire ?

Le « château » a été occupé durant la Seconde guerre mondiale. L’armée allemande l’occupait en aout 1944 quand les Canadiens libéraient notre région. Il semble que trois soldats canadiens aient été tués par des Allemands en approchant La Sahatte.

Yves Fache, habitant des Authieux-sur-le-Port-saint-Ouen, a publié un article dans le journal Paris-Normandie du 26 aout 1988. On y apprend que La Sahatte a appartenu à la famille Nibelle, député de Rouen en 1914 et qu'il y accueillit de jeunes réfugiés serbes. Yves Fache continue : "Une de ses magnifiques allées de hêtres avait été vendue pendant la dernière guerre pour l'industrie de la chaussure à Pont-de-l'Arche avec des semelles articulées en bois ! Lors de la Libération, le château avait bien pris deux ou trois obus, tirés de la forêt de Bord par les Canadiens. Il ne fut jamais réparé. Au contraire, il fut pillé..."  

En effet, des gens de la région récupérèrent peu à peu ses pierres, comme il advint à la maison Becq de Fouquières, aux Damps. Aujourd’hui, seules ses fondations sont encore visibles, au milieu d’un bois privé à droite de la rue des Canadiens – juste hommage – sur la route des Authieux-sur-le-Port-saint-Ouen. Des écuries en ruine sont visibles à l’orée du bois qui borde cette rue.

La légende raconte qu’une galerie souterraine partait non loin de ce château et arrivait à l’ancienne abbaye de Bonport en passant sous la Seine et par la maladrerie d’Igoville. D’après des riverains, une zone située à 50 mètres des dernières maisons serait souvent dégagée par temps brumeux ce qui serait l’indicatif du passage d’un souterrain. 

  

Sources

- Arbellot Guy, Dictionnaire des lieux habités de l'Eure, pages 9-247, « Annales de Normandie », 50e année, n° 1, 2000, cf. page 191. 

- Site de la commune d’Igoville : www.ville-igoville.com/INFORMATIONS-BLASON-53.htm

 

A lire aussi

Le Pont-de-l'Arche souterrain 

Le Château d'Igoville

 

 

P1090372

 

Carte-postale-d-Igoville-17-

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

 

Repost 0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 16:51

Pont d'Arromanches

 

Spéciale dédicace à Guy Murvil

 

Arromanches est une ville normande où les Alliés construisirent un port artificiel en juin 1944 suite au Débarquement de Normandie.

Les Archépontains ont donné ce nom au pont enjambant l’Eure car il est fait avec un ponton issu du démantèlement du port d’Arromanches.

Puisque le pont de la ville avait été bombardé, les Canadiens qui ont pénétré dans le Pont-de-l’Arche libéré de ses ennemis et contrôlé par la Résistance ont dû construire très rapidement, vers aout, un pont pour passer l’Eure et la Seine. La partie franchissant la Seine fut supportée par des barges flottantes.

Cependant le système de barges rendait difficile la navigation fluviale. Les barges du milieu du fleuve furent remplacées en octobre 1944 par un bac motorisé. Ce pont au-dessus de la Seine fut remplacé en 1946 par un ouvrage métallique construit sous la direction des ingénieurs des Ponts & chaussées Jacques Lizée, Albert Long-Depaquit et Roger Tardy. Ils réemployèrent 503 pieux du pont de bois construit à Pont-de-l’Arche durant la guerre, les passerelles centrales furent récupérées sur l’ancien pont de barges canadien[1]et les passerelles latérales furent réalisées avec des voies flottantes du port d’Arromanches, appelée Whales (baleines) à cause de leur forme en fuseau.

Ces pontons métalliques furent conçus par M. Beckett. Ils étaient longs de 24 m et pesaient 28 tonnes. Ils reposaient sur des flotteurs en béton de 19 tonnes. Près de 180 pontons Whales, aussi connus sous le nom de ponts d’Arromanches, furent réemployées après la guerre pour remplacer des ponts détruits. Citons par exemple Saint-Denis-de-Méré (Calvados), Manicamp (Aisne), Horbourg-Wihr (Haut-Rhin), Vacherauville (Meuse), Cattenom (Moselle), Foussemagne (Territoire de Belfort), Vierville-sur-Mer (Calvados)...

Pour revenir à Pont-de-l’Arche, la partie du pont surplombant la Seine fut démontée après 1955 quand l’actuel pont de la ville fut ouvert à la circulation. Le 5 janvier 1955, le Conseil municipal demanda à l’Etat le maintien du « pont provisoire » sur l'Eure pour l’accès aux jardins ouvriers, à la décharge et pour le confort des pêcheurs. Il s’engagea à l’entretenir par la suite, mais la suite ne vint pas... 

Derrière deux chars abandonnés durant la débâcle allemande, le pont d'Arromanches vraisemblablement vers aout 1944 (photo famille Jouvin).

Derrière deux chars abandonnés durant la débâcle allemande, le pont d'Arromanches vraisemblablement vers aout 1944 (photo famille Jouvin).

Source

Brisson, Charles, Hostalier, A., « Le sixième pont de Pont-de-l’Arche – II.– Quatre ponts en cent ans », 11 mars 1952, 1 p., archives d’Elbeuf : Fonds Brisson, dossier 188 C 329.

 

A lire aussi...

Les 14 ponts qui ont fait l'histoire de Pont-de-l'Arche

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...