Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 16:54

Bien caché dans une propriété agricole du n° 25 de la rue de la Résistance, se trouve un très beau manoir. De ce que nous pouvons en voir depuis le chemin de la Garde-Châtel, ses murs gouttereaux sont réalisés en pans de bois et ses murs pignons sont maçonnés avec du moellon calcaire.

Nous tenons peut-être ici le manoir de Bigards, du nom d’une des grandes familles nobles de Montaure et, plus particulièrement, d’Ecrosville.

D’après les recherches de Françoise Guilluy, on trouve un Guillaume de Bigards qui rendit un aveu à Charles VII en 1457 pour son fief d’Ecrosville (page 46). En 1582, ces terres appartenaient à Antoine de Bigards, seigneur de La Londe, et étaient élevées en baronnie. Il possédait un moulin à Louviers, certainement à l’emplacement de l’actuel jardin de Bigards. En 1618, le fief de la Londe devint un marquisat. En 1673, François Le Cordier de Bigards, marquis de la Londe, rendit aveu au roi de son fief d’Ecrosville : « manoir seigneurial, bâti d’un grand bâtiment à usage de demeure, couvert de tuiles […] pressoir banal, grange, étable, four. La porte principale du manoir regarde le midi, devant laquelle est ma chapelle sous l’invocation de Saint Jean Baptiste… […] J’ai des fourneaux à faire pot et brique dont me sont payés les droits coutumiers par ceux qui y travaillent et prennent la terre sur mon fief. » (page 47). Il comptait parmi les personnalités les plus influentes de Normandie : conseiller au parlement, maire de Rouen depuis 1701. Les sépultures des Bigards se trouvaient dans Notre-Dame de Montaure où ils avaient une chapelle (la première à droite en entrant) placée sous l’invocation de saint Eloi et de saint Vincent.

 

Source

Guilluy Françoise, Tuiliers et potiers de l’Eure : La Haye-Malherbe et Montaure, Association pour la sauvegarde du patrimoine malherbois, 1995, 192 pages.

 

A lire aussi sur la toile...

Les Le Cordier de Bigards sur le blog de Suzanne Morillon-Vilatte consacré à Bourgtheroulde (rubrique : "Les Le Roux d'Infreville")

 

A lire aussi sur ce blog... 

Aux origines de Montaure et de son nom

Vues lointaines sur ce qui pourrait bien être le manoir d'Ecrosville (clichés Armand Launay, été 2013)
Vues lointaines sur ce qui pourrait bien être le manoir d'Ecrosville (clichés Armand Launay, été 2013)

Vues lointaines sur ce qui pourrait bien être le manoir d'Ecrosville (clichés Armand Launay, été 2013)

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
Published by Armand Launay - dans Montaure Bigards Ecrosville
commenter cet article

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...