Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 14:29

Montaure a particulièrement brillé dans la Résistance. En effet, à l’automne 1943 les résistants montaurois composaient 70 % des 350 résistants de la région de Louviers (Julien Papp, page 59). Si une figure locale émerge largement en la personne d’André Martin, l’action résistante a été partagée par plusieurs familles de fermiers, d’épiciers, de petits fonctionnaires : protection et évasion d’aviateurs, de prisonniers évadés et de réfractaires au Service du travail obligatoire (STO), impression de journaux, réception de colis parachutés, rédaction de faux papiers… Les actions ont été nombreuses qui ont valu tortures et déportations. Voici quelques brefs portraits illustrant l’implication de résistants.

Le Monument aux morts de Montaure vers 1920 et en 2013 (cliché contemporain Armand Launay, aout 2013).
Le Monument aux morts de Montaure vers 1920 et en 2013 (cliché contemporain Armand Launay, aout 2013).

Le Monument aux morts de Montaure vers 1920 et en 2013 (cliché contemporain Armand Launay, aout 2013).

Le Monument aux morts

Le Conseil municipal décidé d’installer le Monument aux morts dans le cimetière, rue Maurice-Emmanuel. Les noms de 25 Montaurois tombés durant la Grande guerre y sont gravés. D’ailleurs, des tombes de soldats se trouvent encore alentour ce qui devient rare en 2013. Le monument est très sobre, sans fioritures, ayant visiblement bénéficié de moyens assez modestes. Des obus forment une protection autour du monument comme le voulait la mode en ce temps. Une plaque rend hommage à deux soldats tombés en 1940 : Maurice Dufossey et Charles Gantier. Elle cite aussi Marie-Louise Azoeuf...

Plaque commémorative apposée sur le Monument aux morts de Montaure (cliché Armand Launay, aout 2013).

Plaque commémorative apposée sur le Monument aux morts de Montaure (cliché Armand Launay, aout 2013).

Marie-Louise Azoeuf et le Patriote de l’Eure

Marie-Louise Azoeuf naquit le 25 novembre 1887 à Dieppe. Elle cacha des aviateurs chez elle, à Ecrosville (Jean Leloup, page 49), et installa une presse qui publia au moins un numéro du « Patriote de l’Eure » avec deux personnes nommées « Hermans et Harel » (Jean Leloup, page 70). Cet organe d’expression fut tout d’abord mis sous presse chez M. Fromentin, un imprimeur lovérien, avant de se réfugier à Montaure. Marie-Louise Azoeuf fut arrêtée par la Gestapo et déportée au camp de Neubrandenburg où elle décéda le 23 novembre 1944.

Extrait d'un numéro du Patriote de l'Eure d'aout 1942 (BNF, Gallica).

Extrait d'un numéro du Patriote de l'Eure d'aout 1942 (BNF, Gallica).

Les époux Désert

Habitant La Vallée, Victor Désert mit en place le mouvement Front national, plutôt d’obédience communiste, dans la région de Louviers avec André Martin (voir plus bas). Les archives des Forces françaises de l’intérieur (FFI) conservées aux archives départementales de l’Eure écrivent en quelques lignes l’implication de Victor Désert et sa femme Berthe Lemonnier avant leur arrestation le 11 novembre 1943 : « Arrestation des époux Désert au domicile de Mme Mondeville où ils étaient réfugiés depuis la veille car ils avaient appris que la police allemande les recherchait. Victor Désert, né le 13 mai 1902 à Petit-Quevilly, est chauffeur. Berthe Lemonnier, épouse Désert, est née le 17 février 1894 à Gravigny. Une perquisition effectuée par la police allemande à leur domicile de La Vallée a permis d’établir qu’ils avaient donné asile à des individus, dont certains avaient laissé des effets et des pièces d’identité avant de se réfugier dans l’illégalité. Les époux Désert ont avoué avoir été recrutés pour le FN en décembre 1942 par un nommé Maurice qui a été identifié comme étant le nommé Legrand. Les époux Désert étaient chargés de recruter les adhérents pour les groupes de résistance, notamment parmi les jeunes gens ne voulant pas partir travailler en Allemagne, de les héberger et de les mettre en liaison avec un prénommé Laurence, alias Pierre, chef de l’organisation chargé de cacher et d’utiliser les réfractaires ».

Les époux Désert survécurent à leur déportation (Jean Leloup, page 46).

 

Jean et Marguerite Viard

Jean et Marguerite Viard formaient un couple d’instituteurs très investi dans la vie publique montauroise. En tant qu’instituteur et secrétaire de mairie, Jean Viard fit des faux papiers et distribua des tickets de rationnement aux maquisards et aux alliés cachés (Jean Leloup, page 69). Il fut arrêté par la Gestapo le 20 janvier 1944 et emprisonné à Rouen avant d’être déporté au camp de Sachsenhausen puis de Falkensee. Il survécut et dut bénéficier de deux années de soins pour reprendre son activité professionnelle (Jean Leloup, page 70). Après guerre, Marguerite Viard devint conseillère municipale en charge des affaires sociales. Le Conseil municipal de Montaure décida d’honorer leur mémoire en donnant leur nom au groupe scolaire lors d’une cérémonie qui eut lieu le 11 novembre 2001.

Le groupe scolaire de Montaure porte depuis le 11 novembre 2001 le nom d'instituteurs investis dans la Résistance (clichés Armand Launay, juillet 2013).
Le groupe scolaire de Montaure porte depuis le 11 novembre 2001 le nom d'instituteurs investis dans la Résistance (clichés Armand Launay, juillet 2013).

Le groupe scolaire de Montaure porte depuis le 11 novembre 2001 le nom d'instituteurs investis dans la Résistance (clichés Armand Launay, juillet 2013).

André Martin (1901-1987)

Né à Claville, André Martin fut résistant et maire radical-socialiste de Montaure de 1945 à 1965. Il était exploitant agricole à Ecrosville, président de la Caisse d'assurances mutuelles agricoles de Pont-de-l'Arche et président cantonal des syndicats d'exploitants agricoles à partir de 1945 (La Dépêche du 15 juillet 1959). Son père fut aussi maire de Montaure. Il devint résistant sous le nom de « Capitaine Masselin » dès le 22 juin 1941 dans le réseau Front national et ce jusqu’au 31 décembre 1942. Puis, il rejoignit le réseau « Résistance » de mars ou avril 1943 à aout 1944 (Jean Leloup, page 130). Le 22 juin 1941, il prit contact avec Pierre Agnas, alias « Grand Pierre », pour organiser ce réseau dans les cantons de Louviers et de Pont-de-l’Arche. Il devint responsable local et bientôt cantonal. A la fin de 1942, il devint membre du comité départemental. Dès septembre, il organisa l’atterrissage et l’envol de petits avions pour livrer du matériel tel que des postes émetteurs-récepteurs et de pigeons voyageurs (Jean Leloup, pages 43 et 45). Il s’assura de la distribution de tracts aux chefs de groupes pour obtenir des renseignements sur la localisation des troupes allemandes. Il fit aussi déplacer une presse servant au Patriote de l’Eure. Son réseau permit de sauver 17 aviateurs, de nombreux réfractaires au STO et des prisonniers évadés. Lui-même faillit être arrêté quand, le 23 novembre 1943, il fut averti qu’il était recherché par l’occupant ainsi que Georges Barbay, garde-forestier des Fosses (Jean Leloup, page 46). Sa femme et sa fille Rose furent interpelées et internées à Rouen avant d’être relâchées (Jean Leloup, page 68).

 

Témoignage d’André Martin rapporté par Jean Leloup (page 130)

« Le 22 juin 1941, je prends contact avec Pierre Agnas, alias « Grand Pierre », pour le réseau du Front national. Il fallait l’établir dans les cantons de Louviers et de Pont-de-l’Arche. Je suis responsable local puis, rapidement, responsable cantonal. Fin 1942, je deviens membre du comité départemental. En septembre, je suis joins par un officier de la DGER pour trouver des terrains de parachutage capables d’assurer l’atterrissage de l’envol de petits avions. A la pleine lune de septembre 1942, le premier parachute larguant des postes émetteurs-récepteurs tomba entre Surtauville et Quatremare. Le travail de routine consista à distribuer des tracts aux chefs de groupes pour obtenir des renseignements sur l’emplacement des troupes allemandes, sur leurs déplacements. Un soir, un camion venant d’Evreux nous apporta une machine aux dimensions importantes. Elle devait servir à imprimer un journal clandestin. Après quelques jours dans ma ferme, elle rejoignit un agent de liaison dans une voiture attelée à un cheval. Direction Le Neubourg. Ce fut la naissance du « Patriote de l’Eure », journal du Front national. »

Portrait d'André Martin, résistant et maire de Montaure de 1945 à 1965, paru dans La Dépêche du 15 juillet 1959 à l'occasion des élections cantonales qu'il gagna.

Portrait d'André Martin, résistant et maire de Montaure de 1945 à 1965, paru dans La Dépêche du 15 juillet 1959 à l'occasion des élections cantonales qu'il gagna.

Sources

Fonds FFI des Archives départementales de l’Eure ;

Collectif, La Dépêche, n° du 15 juillet 1959, n° 15 novembre 2001 ;

Leloup Jean, La Sanglante bataille de la Seine. Témoignage. Jean Leloup, réfractaire au STO, La Chapelle-Montligeon, éditions Humuβaire, 2003, 153 pages ;

Lycée Marc-Bloch, Des résistants à Louviers, concours national de la résistance et de la déportation, 2010, 5 pages. http://lycee-marc-bloch.spip.ac-rouen.fr/spip.php?article2223 Consulté le 25 septembre 2013.

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...