Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 février 2021 6 27 /02 /février /2021 10:13

 

La boucle fossile

Herqueville est une commune peuplée de 133 habitants (2018) située dans une boucle fossile de la Seine. En effet, on mesure vers Daubeuf-près-Vatteville, que la dénivellation est forte et un arc de cercle se dessine sur les cartes topographiques, surtout celle retravaillée par le CRIHAN. Longtemps avant, les courbes de Seine étaient moins profondes dans le plateau et se trouvaient à d’autres emplacements. La boucle d’Herqueville se trouve aujourd’hui à quelques dizaines de mètres au-dessus du fleuve, à mi-pente entre la vallée de Seine et le plateau du Vexin. Cette pente douce contraste avec les abruptes falaises d’une part de Connelles aux Deux-amants et d’autre part vers Les Andelys.

 

Extrait de la carte du relief de la France, accessible sur le site Géoportail, et annoté par le CRIHAN. On mesure que Herqueville est situé dans une partie d'un méandre fossile de la Seine.

Extrait de la carte du relief de la France, accessible sur le site Géoportail, et annoté par le CRIHAN. On mesure que Herqueville est situé dans une partie d'un méandre fossile de la Seine.

Le domaine d’Hareke

Cette introduction à la manière de Paul Vidal de Lablache, historien devenu quelque peu père de la géographie physique à force d’expliquer les faits historiques en relation avec les lieux, n’est pas anodine pour Herqueville. En effet, le village s’est développé entre la rive droite de Seine, face à Portejoie, et la terrasse aux alentours de 40 mètres d’altitude, là où a dû couler un ru qui a un peu creusé le sol. Au Moyen Âge déjà, ce décor semble en place. MM. Charpillon et Caresme, dans le Dictionnaire historique de toutes les communes de l’Eure, rapportent que le premier seigneur connu d’Herqueville est Enguerrand de Marigny, né à Lyons-la-Forêt vers 1260 et conseiller du roi Philippe IV le Bel. Le nom d’Herqueville sert déjà à désigner cette paroisse, nom qui semble issu d’un seigneur scandinave. Herqueville proviendrait de l’expression romane “Harekevilla” qui signifie “domaine de Hareke”. Ce nom est d’origine anglo-scandinave. C’est-à-dire qu’il provient de Scandinaves tout d’abord installés en Angleterre et ayant ensuite migré en Normandie. Leur langue subit une déformation que l’on retrouve assez fréquemment dans la région. Le fait que l’on ne retrouve cette forme de nom qu’en Normandie, surtout dans La Manche (Herquetot et Herquemoulin), semble confirmer l’origine scandinave

Extrait de carte d'état major des années 1840 accessible sur le site Géoportail. On mesure que la commune d'Herqueville était plus liée à l'eau et qu'un chemin de halage était encore utilisé.

Extrait de carte d'état major des années 1840 accessible sur le site Géoportail. On mesure que la commune d'Herqueville était plus liée à l'eau et qu'un chemin de halage était encore utilisé.

Extrait du plan cadastral d'Herqueville, accessible sur le site des Archives départementales de l'Eure, qui montre le cœur de cette petite paroisse au début du XIXe siècle.

Extrait du plan cadastral d'Herqueville, accessible sur le site des Archives départementales de l'Eure, qui montre le cœur de cette petite paroisse au début du XIXe siècle.

 

Un fief entre vallée et plateau

Le pouillé, c’est-à-dire inventaire réalisé par Eudes Rigaud au milieu du XIIIe siècle, révèle que vingt-huit feux animaient la paroisse. À raison peut-être de cinq personnes par foyer, cela représente près de 150 âmes. Le seigneur était alors Renaud (sic) de Muids qui avait le droit de nommer le curé de la paroisse. Ce fief resta la propriété des seigneurs de Muids jusqu’au début du XIVe siècle. Les seigneurs de Saint-Martin leur succédèrent aux XIVe et XVe siècles. Puis, la domination anglaise profita à Jean Bohier qui se maintint malgré le départ des Britanniques. En 1482, Nicolas Bohier déclara posséder deux manoirs et deux colombiers, “un sault de moulin et deux pescheries”, deux acres d’iles et deux acres de vignes. La famille Bohier, dont le nom était devenu Bréhier, était encore présente au XVIIe siècle. En 1662, Jean de Tiremois, conseiller au parlement de Rouen, était seigneur d’Herqueville. Enfin, en 1785, ce n’est rien moins que le chancelier Maupeou, personnage d’État et grand réformateur des institutions de justice, qui était seigneur d’Herqueville avec Muids et, surtout, Le Thuit où il céda l’âme.

 

Saint-Germain d’Herqueville

Le décor actuel était là depuis longtemps avec un village le long d’un chemin de halage entre Connelles et Andé. Le moulin d’Andé était dans la paroisse et l’on peut présager qu’il existait ici un service de franchissement de la Seine vers Portejoie, une halte pour les haleurs, des passeurs et, qui sait, un petit port avec dépôt de bois issus des coteaux. Des fermes se trouvaient sur le plateau près de l’église Saint-Germain qui constitue assurément un point central de la paroisse. Il semble que le château du seigneur herquevillais se trouvât près de l’église. L’édifice actuel date essentiellement de deux campagnes de construction du XVe et du XVIIe siècles. Cependant, les contreforts de la nef et son ancien vocable, Saint-Germain, montrent qu’elle est l’héritière d’une précédente église. Si elle n’est pas protégée par la conservation régionale des Monuments historiques, quelques-unes de ses œuvres le sont au titre d’objets : 

- la poutre de gloire sur bois, du XIVe siècle, représentant donc le Christ en croix, a été classée le 20 mai 1931 ; 

- le tabernacle et deux petits tableaux du maitre-autel représentant des anges adorateurs (XVIIe siècle), ont été classés le 10 juin 1907 ; 

- le retable du maitre-autel, datant de la première moitié du XVIIe siècle, a été classé le 20 mai 1931.

 

Le tabernacle et ses deux petits tableaux classés Monuments historiques au titre d'objets en 1907. Photographie issue de la Plateforme ouverte du patrimoine (POP) proposée par le Ministère de la culture.

Le tabernacle et ses deux petits tableaux classés Monuments historiques au titre d'objets en 1907. Photographie issue de la Plateforme ouverte du patrimoine (POP) proposée par le Ministère de la culture.

Renauville ? 

Louis Renault (1877-1944), patron et fondateur du groupe Renault, constructeur de voitures, devint un imposant propriétaire à Herqueville et en modifia le paysage. Le blason de la commune a même été pourvu du losange qui constitue le logotype de cette marque. Autant les nobles d’Ancien Régime tiraient leurs revenus de leurs fiefs, autant Louis Renault acquit son domaine d’Herqueville grâce à ses revenus industriels et ses capitaux. Comme les premiers capitalistes normands du XIXe siècle, il choisit d’investir dans la terre, dans la pierre, peut-être nostalgique de l’aristocratie des temps passés. Ainsi, à partir de 1906, il acquit 1 700 hectares dans les communes d’Andé, Connelles, Daubeuf, Herqueville, Muids et Portejoie… Le domaine d’Herqueville, le premier acquis, était tourné vers la Seine, devenue depuis quelques décennies un lieu de villégiature prisé des parisiens et qui permettait des promenades sur l’eau dont était très amateur Louis Renault. 

Carte postales des années 1910, disponible sur le site des Archives départementales de l'Eure, et montrant une des entrées du domaine de Louis Renault, domaine alors en début de constitution.

Carte postales des années 1910, disponible sur le site des Archives départementales de l'Eure, et montrant une des entrées du domaine de Louis Renault, domaine alors en début de constitution.

Louis Renault construisit son domaine en acquérant d’anciennes fermes et en construisant de nouveaux bâtiments. Le chemin de halage, dont les abords furent privatisés, tomba en désuétude et depuis lors l’on prend la côte, bien connue des cyclistes, qui contourne le domaine Renault. La mairie fut privatisée pour agrandir le domaine et Louis Renault fit construire un nouveau bâtiment que l’on voit toujours, excentré et un peu au milieu de nulle part. Elle serait une belle illustration de l’intérêt privé qui relègue la maison commune loin dans les champs comme si la notion d’intérêt général n’était pas cardinale, c’est-à-dire au cœur du développement de chaque groupe humain. Cette mairie fut réalisée dans un style architectural commun à la majeure partie des constructions de Louis Renault, comme pour en revendiquer l’origine ou marquer une tutelle. Elle est donc réalisée dans un style semi-traditionnel qui reprend des matériaux locaux mais selon des volumes, des toitures, des ouvertures et des décorations qui se veulent modernes et, par cette rupture voulue, disharmonieuses. Même l’église a été largement dotée par le seigneur Louis à côté de laquelle demeure sa tombe depuis 1944. Cette étonnante et imposante présence de l’industriel Renault a été étudiée par Yvette Petit-Decroix, avec la rigueur qu’on lui connait, dans un ouvrage paru en 2016 et intitulé Louis Renault et son domaine agricole en Normandie (photographies d’Éric Catherine). De plus, un article intitulé “Les fermes du domaine Renault d’Herqueville dans l’Eure” a été rédigé par Yvette Petit-Decroix et Bernard Bodinier. Il est disponible en ligne parmi les publications d’”In situ : revue des patrimoines”.

Le château Renault, sur le rebord du plateau d'Herqueville, au-dessus de la Seine. Elle est la partie la plus visible du vaste domaine Renault qui englobait la majeure partie des communes avoisinantes (photographie extraite de Wikipédia).

Le château Renault, sur le rebord du plateau d'Herqueville, au-dessus de la Seine. Elle est la partie la plus visible du vaste domaine Renault qui englobait la majeure partie des communes avoisinantes (photographie extraite de Wikipédia).

 

Mais où est le village ? 

De cette histoire résulte une étrange impression : où est le village ? Circuler dans Herqueville constitue une belle balade parmi ses quartiers épars : on contourne le domaine Renault ; la mairie est bien seule dans son triangle de bifurcation ; le stade est au milieu des champs ; une cité pavillonnaire appelée La Plante a été construite par Jean-Louis Renault, héritier de Louis, dans les années soixante et va être agrandie prochainement ; une zone industrielle appelée La Houssette, près d’Andé, est occupée par une entreprise du groupe Pierre Henry fabriquant des armoires métalliques et du mobilier en tôle. Il parait, mais nous n’avons pas trouvé de source, que cette usine serait elle aussi une création de Louis Renault, en son temps... 

 

Vue sur Herqueville lors d'une belle journée de mars 2021 et par le regard de Frédéric Ménissier (avec nos remerciements).

Vue sur Herqueville lors d'une belle journée de mars 2021 et par le regard de Frédéric Ménissier (avec nos remerciements).

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0

  • : Pont de l'Arche et sa région histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Contactez-moi afin d'étudier ensemble, plus avant, l'histoire et donc de progresser vers la connaissance. Bonne lecture ! armand.launay@gmail.com
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au cœur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

- Mieux connaitre Pont-de-l'Arche à travers 150 noms de rues et de lieux ! (Autoédité, 2019, 64 pages). 

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte.

Accédez aux articles par Google maps