Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 19:23

Le moulin de la Couture, plus connu sous le nom de moulin de Tostes, a été inventorié par le service régional de conservation du patrimoine culturel (référence IA00018023). Celui-ci le date du XIVe siècle avec un point d’interrogation. Il a raison car aucune étude n’a encore posé la question sur cette propriété privée qui ne fait l’objet d’aucune protection. 

Le moulin de la Couture vue de l'ouest (route de Tostes à Montaure) (cliché Armand Launay, novembre 2013).

Le moulin de la Couture vue de l'ouest (route de Tostes à Montaure) (cliché Armand Launay, novembre 2013).

Repères historiques : une propriété de Bonport

La plus ancienne mention du moulin de la Couture se trouve dans le travail d'Etienne Deville qui a recueilli les manuscrits de l'ancienne abbaye de Bonport et publié leur contenu (voir les sources). A la page 24 du second fascicule, il résume un document rédigé par un moine ou un prieur : « Etat du revenu de l'abbaye de Bonport ordre de Cisteaux diocèse d'Evreux et ce commençant à la Saint Michel mil six cens six. » Parmi les bénéfices cités, Bonport possède des droits sur la « grande ferme » de la vallée de la Corbillière, le Camp des Ventes, Montore [sic], Blacquetuit, la Cramponnière et Tostes. A la page 25 est écrit que, parmi les propriétés tostaises, Bonport percevait des revenus sur le « moulin de Tostes » et, plus précisément sur Pierre le Bourgeois et Pierre Martin.

Ensuite, nous empruntons au précieux travail de Max Masson (voir les sources) qui a passé au crible les archives municipales de Tostes et dressé une liste de propriétaires du moulin de la Couture (tome 1, folios 74 et 75). Max Masson trouve trace du moulin vers 1670 où il est toujours une propriété bonportaise. La Couture, culture en normand, formait alors un hameau qui regroupa « jusqu'à sept masures ». Grâce aux archives d'état civil, Max Masson cite les meuniers tostais : Jean Auger (1707), Jean Pétel (1759), Jean Moreau (1771), François Longuemare (1796) et François Langlois (1801). Le moulin fut nationalisé ainsi que l'ensemble des propriétés de Bonport et revendu comme bien national à certain Quesney, fabricant à Elbeuf. C'est peut-être cet homme qui est honoré par une belle stèle dans le cimetière de Pont-de-l'Arche. Max Masson rapporte des souvenirs d'anciens du village de Tostes se rappelant avoir vu des débris d'ailes et « même une aile qui pendant encore au mécanisme du sommet, après avoir tourné longtemps aux grands vents venus de la mer... » Enfin l'auteur tostais rapporte une légende locale donnant aux moulins un rôle de surveillance militaire tant leur architecture massive rappelle des tours de guet.

1606 est donc, jusqu'à plus ample informé, la date la plus reculée concernant ce moulin et ce malgré une analyse attentive du Cartulaire de l'abbaye royale de Notre-Dame de Bonport dressé en 1862 par Jules Andrieux. En effet, dans cette importante somme de documents, l'entrée des terres tostaises dans le giron de Bonport n'est pas mentionnée. La mention la plus reculée date du 15 novembre 1456 où les moines rendent aveu de leurs biens en Normandie et en Ile-de-France. Parmi ces biens (page 405) « plusieurs terres labourables avec trois manoirs ou granches, nommées Tostes, Blacquetuit et la Corbeillerre. » Pas de référence à notre moulin donc. Pourtant celui-ci a nécessairement dû être bâti ou acquis par Bonport pour moudre les récoltes des importantes granges locales. Nous notons que, sans être à équidistance, la Couture forme un quatrième point entre Tostes, la Corbillière et Blacquetuit.

D’après le même cartulaire, il semble que Bonport n'acquit aucun terrain à Tostes au XIIIe siècle où les chartes sont nombreuses. Cependant, Jules Andrieux reproduit (page 159) une charte de février 1246 par laquelle Louis IX céda 100 acres en forêt de Bord aux moines de Bonport. Le roi accorda ces terres forestières en réparation de dommages antérieurs causés sur des terres cultivées : « ... pro restauratione dampnorum que sustinebant, ut dicibant, pro terris traditis ad culturam in forestis de Borz et de Aquosis, dedimus et concessimus in perpetuam centum acras terre, sitas in dicta foresta de Borz... » Qui plus est, Louis IX accorda de nouveaux droits aux moines sur un moulin de Pont-de-l’Arche. Ces terres de la forêt de Bord semblent avoir un lien fort avec la culture. Peut-être tenons-nous là une partie des terres de Tostes tombées dans la mouvance de Bonport.

En résumé, nous entrevoyons le début de la mainmise de Bonport sur Tostes et ses dépendances à partir du XIIIe siècle et officiellement au XVe siècle. En toute logique, ces nouvelles terres fertiles ont nécessité la présence d’un moulin pour moudre les récoltes.

Qui plus est, dans un article intitulé "Moulins seigneuriaux et moulins royaux en Normandie : marché de l'énergie et institution (XIIe-XVe siècles)" Mathieu Arnoux note (page 520) "deux épisodes de forte croissance économique" durant la période étudiée : les "XIe-XIIe siècles" et la "seconde moitié du XVe siècle".  Cette période serait donc propice à la construction de notre moulin.  

 

Description architecturale

Le moulin de la Couture a été bâti sur une motte de terre ; motte certainement amoindrie par la hausse naturelle du sol autour. Depuis qu'il est tombé en désuétude, le moulin a perdu sa toiture et ses pales. Aujourd'hui demeure le corps principal, de type moulin à tour cylindrique, réalisé en pierre calcaire locale et en silex. Deux larmiers séparent trois niveaux dont la circonférence diminue avec l'altitude. On peut parler d’architecture télescopique. Le premier niveau – la base de la tour – est légèrement évasé. Avec le deuxième niveau, il présente une décoration esthétique reposant sur une alternance d'assises en pierre de taille et en silex gris. Le troisième niveau est orné d'un damier de pierres de taille et de silex. Quelques ouvertures étroites ponctuent le corps du bâtiment. Elles devaient servir d’éclairage et d’aérations faciles à boucher en périodes de froid. Le mouin est percé de deux portes (Est et ouest) voutées en tiers-point selon les canons de l'architecture gothique. La toiture a entièrement disparu. Paul Hélot, dans un article intitulé « Document sur les moulins à vent de France » décrit la toiture des moulins à tour (page 18) : « la toiture seule est mobile, supportée par deux gros sommiers qui reposent à chacune de leur extrémité sur un rail circulaire surmontant l’arête du mur. Ils reposent sur ce rail par l’intermédiaire de galets en fonte, c’est en somme une plaque tournante montée sur le rail et qui sert de base à la charpente du toit. Cette charpente est munie d’une lucarne qui laisse passer l’arbre des ailes. On peut faire tourner toute cette toiture au moyen d’une queue que l’on pousse du sol ; elle est fixée à la charpente du côté opposé aux ailes. » On parle ainsi de moulin-tour à calotte tournante. Ainsi s’explique la présence de deux portes afin que l’on pénètre dans le moulin quelle que soit l’orientation de ses pales.

Paul Hélot précise que le moulin à tour à calotte tournante est un véritable donjon de pierre qui fit son apparition dans le nord de la France « que vers le XVe siècle ». Ses murs ont souvent « plus d’un mètre d’épaisseur, il y a presque toujours un rez-de-chaussée et un étage ». Une description allant parfaitement au moulin de la Couture.

Le moulin de la couture vu de l'Est (cliché Armand Launay, novembre 2013).

Le moulin de la couture vu de l'Est (cliché Armand Launay, novembre 2013).

Détail de la porte ouest (cliché Armand Launay, novembre 2013).

Détail de la porte ouest (cliché Armand Launay, novembre 2013).

Détail de l'appareillage du niveau supérieur de la tour du moulin (cliché Armand Launay, novembre 2013).

Détail de l'appareillage du niveau supérieur de la tour du moulin (cliché Armand Launay, novembre 2013).

Le moulin de la Couture est habité par au moins un personnage halloweenien (cliché Armand Launay, novembre 2013).

Le moulin de la Couture est habité par au moins un personnage halloweenien (cliché Armand Launay, novembre 2013).

Autre perspective sur la porte ouest et les reflets d'automne sur les moellons de silex (cliché Armand Launay, novembre 2013).

Autre perspective sur la porte ouest et les reflets d'automne sur les moellons de silex (cliché Armand Launay, novembre 2013).

Comparaisons architecturales

Les assises de notre moulin font penser à celles d'une tour d'angle de l'enceinte de l'abbaye de Bonport, réalisé toutefois avec du silex blanc.

Elles se rapprochent aussi de la technique utilisée pour le moulin d’Hauville (construit en 1258 par les moines de Jumièges et détruit en 1400 selon l'association du moulin) et le proche moulin de Beauregard à La Haye-Malherbe, daté du XVe siècle par la conservation régionale (référence IA00019331) avec un point d'interrogation. Ce moulin, dont nous ignorons le nom des seigneurs propriétaires, a remplacé un édifice mentionné en 1246 selon la conservation régionale. Son troisième niveau est réalisé en pierre de taille et, sur toute la tour, des trous de solives trahissent les niveaux des anciens planchers. Cet édifice est situé sur un point culminant (160 m) de cette partie du plateau d’où naissent de belles vues (le « Beauregard » ?) jusqu’aux hauteurs de Rouen. A noter, ce moulin est situé dans le prolongement de la Rue de Heurtevent, à Surtauville, et l’IGN nomme Hourtevent un espace entre le bourg et le moulin. Ce moulin était encore utilisé en 1868 selon Louis-Etienne Charpillon et Anatole Caresme (article La Haye-Malherbe). Sa ressemblance avec le moulin de la Couture est frappante.

Les assises d'une tour d'angle de l'enceinte de Bonport ressemblent à celle du moulin de la Couture, le silex en moins (cliché Armand Launay, 2012).

Les assises d'une tour d'angle de l'enceinte de Bonport ressemblent à celle du moulin de la Couture, le silex en moins (cliché Armand Launay, 2012).

Le moulin de Beauregard, à La Haye-Malherbe, est voisin de celui de la Couture. Hormis le garde-corps en brique (XIXe siècle) qui le couronne, il est en tous points semblable à celui de Tostes (cliché Armand Launay, novembre 2013).

Le moulin de Beauregard, à La Haye-Malherbe, est voisin de celui de la Couture. Hormis le garde-corps en brique (XIXe siècle) qui le couronne, il est en tous points semblable à celui de Tostes (cliché Armand Launay, novembre 2013).

En guise de conclusion

Le moulin de la Couture était une propriété de l’abbaye de Bonport au service des vastes terres mises en valeur par et pour les moines. Son architecture de moulin à tour cylindrique traduit une technologie arrivée dans le nord de la France vers le XVe siècle. Ce siècle nous a aussi laissé les plus anciennes chartes attestant la mainmise de Bonport sur Tostes (1456) et donc la nécessité, pour l’abbaye, de moudre le grain sur place. La seconde partie du XVe siècle étant une période de prospérité économique, nous sérions tentés de la retenir pour dater la construction du moulin de la Couture.

 

A lire aussi...

L'histoire de Tostes

La ferme de Blacquetuit

Sainte-Anne de Tostes

 

 

Sources

- Arnoux Mathieu, "Moulins seigneuriaux et moulins royaux en Normandie : marché de l'énergie et institution (XIIe-XVe siècles)", pages 505 à 520, Cavaciocchi Simonetta, Economia e energia (secc. XIII-XVIII), atti della "Trentaquattresima settimana di studi del'Instituto internazionale di storia economica "F. Datini "" 15-19 aprile 2002, Firenze, 2003 ;  

- Deville Etienne, Les Manuscrits de l'ancienne bibliothèque de l'abbaye de Bonport conservés à la Bibliothèque nationale et à la bibliothèque de Louviers, fascicule 2e, Paris, Honoré Champion, 1910, 36 pages ;

- Masson, Max, Histoire de Tostes par Tostes pour Tostes, 2 tomes, Tostes, mairie, 1986, 55 f. ;

- Hélot Paul, « Documents sur les moulins à vent de France », Nos vieux moulins, Société des amis des vieux moulins, Rouen, juillet 1933, 2e année, n° 1, 48 pages.

Deux cartes postales de la première décennie du XXe siècle. Sur la première se trouvent des vestiges de toiture. Deux cartes postales de la première décennie du XXe siècle. Sur la première se trouvent des vestiges de toiture.

Deux cartes postales de la première décennie du XXe siècle. Sur la première se trouvent des vestiges de toiture.

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
Published by Armand Launay - dans Tostes Blacquetuit Moulins Bonport
commenter cet article
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 10:19

 

Benoist--Charpentier--La-Normandie-illustree--1852--2-.JPG

 

Cette célèbre vue sur le pont aux moulins de Pont-de-l’Arche est une lithographie de Charpentier réalisée d'après le dessin de Félix Benoist. Elle fut éditée dans un magnifique ouvrage : 

La Normandie illustrée : monuments, sites et costumes.../ dessinés d'après nature par Félix Benoist et lithographiés par les premiers artistes de Paris, les costumes dessinés et lithographiés par François-Hippolyte Lalaisse,... ; texte par M. Raymond Bordeaux et Amélie Bosquet, sous la direction de M. André Pottier,... pour la Haute-Normandie…, Nantes : Charpentier père, fils et Cie, 1852, 2 volumes. 

La portée scientifique de l’ouvrage indique que cette vue est assez fidèle au Pont-de-l’Arche de l’époque. Le pont, avant que les Ponts et chaussées ne le laissent s’effondrer en 1856, soutient trois moulins dont l’un est très nettement visible ici, dont sa roue à aube.

Sur les alluvions laissées par la Seine entre les piles aval du pont, sont représentés des filets et une nasse attestant la vivacité de la pêche. Un marinier en tenue pilote une barque sur la droite.

Sur le rempart, au second plan, la poterne de la Petite chaussée est visible. Elle doit son nom au petit quai chaussé. Par différence, le quai situé en amont du pont était nommé Grande chaussée. A droite du rempart face à l’église, la courtine et la tour du presbytère étaient plus hautes que leurs vestiges actuels. Au loin, la partie haute de la tour de Crosne est déjà rehaussée dans un style néogothique.

Seule fantaisie – modérée – de cette vue : au loin se profilent coup sur coup les lignes de toit du dortoir et du réfectoire de l’ancienne abbaye de Bonport. Situés à deux kilomètres, ces bâtiments n’étaient pas plus visibles à l’œil nu qu’aujourd’hui. Les éditeurs auront dû composer entre la réalité financière et la soif d’exhaustivité scientifique… et rassembler ces deux magnifiques sites.

La marée est haute, comme le montrent les eaux aussi hautes en amont qu’en aval du pont. La beauté de cette vue donne envie de discuter avec ce fumeur de pipe et son acolyte ; d’attendre la marée basse et d’apprécier le bruit de la légère chute d’eau entre les piles…

 

A lire aussi...

Les ponts de Pont-de-l'Arche de 862 à nos jours 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com/

Bando 13x9 (1)

Repost 0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 12:19

Les trois moulins de Pont-de-l'Arche ont disparu avec le pont médiéval en 1856. Depuis, ils continuent de peupler les lithographies anciennes chéries par les collectionneurs et les amateurs d'histoire. IIls appellent donc à se questionner sur leur origine, leur activité et c'est pourquoi nous avons mis à plat nos connaissances sur cet aspect de l’histoire industrielle de Pont-de-l’Arche et d'Igoville. 

Girard, del et lith., lithographie monochrome, 47,3 x 31,9 cm, en bas : Paris, publié par Victor Delarue, 10, place du Louvre, Archives de l’Eure (1 Fi 841).

Girard, del et lith., lithographie monochrome, 47,3 x 31,9 cm, en bas : Paris, publié par Victor Delarue, 10, place du Louvre, Archives de l’Eure (1 Fi 841).

I) Origine et architecture des moulins de Pont-de-l’Arche 

 

1)      Origine des trois moulins du pont : premières traces en 1020 

Dans notre étude sur les ponts de la ville, nous avons réussi à dater la construction du premier pont. Cependant, nous avons remarqué qu’il existait une période obscure, c'est-à-dire non documentée correspondant à la naissance de la ville entre le IXe siècle et le début du XIe siècle. Cette période concerne les moulins qui nous intéressent.

            On peut néanmoins envisager avec sérieux que le pont fut muni de moulins dès ses premières années. En effet, l’on sait que Charles le Chauve accorda à l’évêque de Paris la possession du Grand pont et de ses moulins en 861. C’est donc qu’il était techniquement possible, dès l’époque de Charles le Chauve, de munir les ponts de moulins[2]. Patrick Sorel (voir sources) précise qu'en ce temps il devait s'agir de moulins-bateaux et non de moulins à roue pendante que l'on voit sur les lithographies et qui ne sont apparus que vers le XIIIe siècle et le XIVe siècle. Ces équipements devaient être essentiels aux hommes de garnison de Pont-de-l'Arche mais aussi à leurs familles qui ont peu à peu donné naissance à la ville.

Nous retrouvons trace de l’histoire de la ville en 1020 grâce à une charte officialisant la donation par le duc de Normandie Richard II de plusieurs droits sur Pont-de-l’Arche au bénéfice des religieux de l’abbaye de Jumièges. Ces droits portent sur l’église, le tonlieux[3], avec les droits sur les moulins et les pêcheries situées sous le pont aux moulins, un pré de deux acres, et un moulin appartenant à l’église[4].

 La présence d'un pont contrariait le cours de la Seine et concentrait son courant entre les piles. Une cataracte de plusieurs dizaines de centimètres existait qui devait rendre l'endroit particulièrement intéressant pour établir des moulins. La région de Pont-de-l'Arche était déjà très intéressante comme en témoignent les nombreux moulins établis à proximité : Martot, Cléon, Freneuse, Poses, Amfreville-sous-les-monts...   

 

2)      L’architecture des moulins 

           Comme le montrent les deux reproductions de gravures ci-dessous, les moulins reposaient sur des pieux et étaient rattachés au tablier du pont. Le moulin Saint-Ouen, sur la gravure, fournit le meilleur document relatif à l’architecture de ces ouvrages. Les moines de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen dressèrent un document, en 1759, qui reprend  point par point les travaux à accomplir dans les nombreuses propriétés de l’abbaye et notamment au moulin de Pont-de-l’Arche[5].

Ch. Dubourg sc., d’après un croquis de Mme Drouin, eau-forte, début XIXe siècle, 23,5 x 15,3 cm (Archives départementales de l’Eure : 1 Fi 843).

Ch. Dubourg sc., d’après un croquis de Mme Drouin, eau-forte, début XIXe siècle, 23,5 x 15,3 cm (Archives départementales de l’Eure : 1 Fi 843).

   Ce document nous apprend que les motelles (les assises de terre qui émergent de l’eau au pied du pont[6]) faisaient l’objet d’un entretien très élaboré et ce principalement pour le maintien des berges de celles-ci. Cet aspect de l’entretien n’est pas perceptible dans les gravures anciennes, tout comme celui de la vanne du moulin.

Ensuite, élément frappant des dessins, le document aborde les pieux sur lesquels repose la partie supérieure des moulins. La majorité de ces pieux est à remplacer. Ce qui n’apparait pas, en revanche, c’est le dispositif devant préserver chaque pieu de la glace hivernale et, tout simplement, de l’usure des eaux.

Tout l’ensemble de la roue : l’arbre qui tient la roue, celle-ci et ses 54 dents doit être refait à neuf, tant les bois sont usés. Le nombre de pièces participant au maintien et à la rotation de la roue est impressionnant qui compte parmi les réparations. De même pour les lanternes, ces engrenages reliant par un système de roues dentelées tous les arbres qui, au final, donnent la force du mouvement de l’eau à la pression exercée sur la meule.

La maisonnée et les bâtiments annexes qui se trouvent à hauteur de la chaussée du pont doivent être rénovés par l’usufruitier, c’est-à-dire le locataire, en quelque sorte, qui habite et fait moudre le grain en permanence. C’est aussi lui qui règle des droits aux propriétaires de l’abbaye. Les moines ont tout de même noté, pour mémoire, les travaux à réaliser. Est-ce en vue d’une vérification ultérieure des travaux réalisé ou bien (aussi ?) par crainte que les réparations soient faites sans soin, sans connaissances techniques par l’usufruitier ? Toujours est-il que ces dernières réparations sont celles d’une maison comme les autres (colombages, dallages, tuiles de pays, cheminées…).

Un document qui remonte au XIIIe siècle, montre comment les religieux de Saint-Ouen se fournissaient en matériaux. Ils exigeaient de certains de leurs vassaux qu’ils fournissent annuellement le bois nécessaire à l’entretien de leurs édifices. Le fief forestier de Sotteville-sous-le-Val doit garder les bois des Autiez et de Bonet par nuit et par jour et doit rapporter touz les meffés as seignor de Saint Oen et doit avoir ses pors frans de pasnage a son user et doit avoir 12 d. por semondre le pasnage et la moitié des coupeax des arbres qui sont coupez es devant diz bois por fere merrien au molin du Pont de l’Arche (…) et doit moldre eu molin Saint Oen aprez celui de la treimie…[7]

Quant au transport de ce matériau, c’est le fermier de Houlegate (ferme aujourd’hui disparue), à Sotteville-sous-le-Val, qui en était, notamment, chargé : La masure villaine de Houlegate (…) doit l’aide de la porte de Lyons refere et deu merrien du molin carier. [8] Outre le fait que le vassal des religieux devait charrier le bois, il devait aussi, si nous interprétons bien l’ancien français, participer à l’entretien de la porte de Lyons ce qui doit désigner la porte du château de Limaie donnant sur la route de Pîtres, Fleury-sur-Andelle, Lyons-la-Forêt. 

À l’issue de ce court descriptif et après avoir observé les anciennes gravures, nous notons que, malgré de nombreux siècles d’existence, les moulins qui nous intéressent ont la même architecture, à défaut d’avoir les mêmes proportions.

Chacun des édifices a ses deux bâtiments annexes, ses quatre cheminées, semble-t-il (car les représentations diffèrent), ses lucarnes

 

 

II) Dénominations des moulins ; les propriétaires et leur utilisation

 

 1)      Les propriétaires des moulins et les noms attribués à ces édifices

  Les noms des trois moulins de Pont-de-l’Arche avaient une origine géographique ou faisaient référence aux propriétaires. Les édifices se trouvent "près de la ville", "près du château de Limaie" et  "au milieu du pont" (ou Parmi, Treimie[9], mots synonymes de "milieu" dans l’usage local). Ils ont tout naturellement trouvé une appellation des plus évidentes… et facile à retenir !

Les moulins dépendaient de fiefs. Il n'est donc pas étonnant que les noms de propriétaires de ces fiefs aient été utilisés pour identifier ces équipements. Le moulin de Saint-Ouen dépendait du fief d'Igoville, propriété de l'abbaye Saint-Ouen de Rouen. L'ensemble des vassaux de ce fief étaient obligés de moudre leurs grains au moulin de leu seigneur, moyennant redevance. Cette pratique féodale a pris fin en 1789 avec la liberté du commerce.      

Les moulins des anciens ponts de Pont-de-l’Arche (XIe siècle-1856) : état des lieux de nos connaissances

Dates (sources)

Saint-Ouen – château

Parmi – Matignon

Danois – Dames – ville

1025 (Marie Fauroux, p. 139).

Église Saint-Vigor (Par déduction du texte ci-dessous)

Propriété ducale

Propriété ducale

1025 (Marie Fauroux, p. 139)

Richard II cède l’église de Pont-de-l’Arche ainsi que le moulin qui lui appartient et le tribut des trois moulins du pont.

Propriété ducale

Propriété ducale

XIIIe siècle (Henri Dubois)

Propriété des moines de l’abbaye Saint-Ouen

Propriété royale

Famille Le Danois (?)

1308 (Charpillon & Caresme)

Un sieur Jean Larchevêque tenait en fief-ferme les moulins du roi de Pont-de-l’Arche (cela s’applique-t-il au moulin Saint-Ouen ?).

1324 (P.-F. Lebeurier, p. 332, 357)

1321 (selon Charpillon & Caresme)

 

 

 

Jean Gougeul obtint du roi Charles le Bel que le moulin Aux Dames soit réuni au fief de Rouville.

XVe siècle (Yvette Petit-Decroix)

 

Propriété de Guy de Matignon

 

1688 (Charpillon & Caresme)

 

Emmanuel Théodore de la Tour d’Auvergne, duc d’Albret, abbé de Saint-Ouen, donna aux Jésuites de Rouen, un moulin à blé.

 

 

1750 (P.Sorel, p. 25)

 

Dépendance du fief de Port-Pinché, propriété des de Matignon

Faisait encore partie du fief de Rouville

1838 (Yvette Petit-Decroix, p. 91[10])

M. Foucher ou Lequeux

M. Fréret

M. Foucher ou Lequeux

L’Industriel de Louviers 1856

 

Le moulin de Parmi qui avait appartenu à l’abbaye de Bonport avant la Révolution nous avait été vendu 36 000 francs par deux richards d’Igoville, MM. Fréret et Nouvel. 

 

L’Industriel de Louviers 1856

 

Famille Desmarets

 

 

Le nom de moulin aux Danois a plu à certains historiens qui ont vu dans cette appellation un témoin de l’ancien colon scandinave. D’une part, il est douteux que ce nom, dont la première occurrence connue date du XIVe siècle, remonte à la période des invasions et de l’implantation des scandinaves. D’autre part, nous retrouverions des forêts, villages, masures danoises partout où nos lointains ancêtres nordiques ont posé le pied et utilisé le soc…

Le nom de Aux Danois est lié, pour commencer, aux seigneurs de Rouville. En effet, ces deux appellations ont coexisté du XIVe au XVIIIe siècle. Plus précisément, en 1324, lorsque Jean Gougeul, seigneur de Rouville fit l’acquisition de ce moulin, ce dernier portait déjà le nom de aux Danois. Nous pensons que aux Danois désigne un nom de famille ou un surnom. Nous avons deux thèses à ce sujet : soit un seigneur de Rouville a porté ce nom ; soit un autre personnage a possédé ledit moulin.

Nous apprenons de l’article "La Haye-Malherbe" du Dictionnaire historique de MM. Charpillon & Caresme que Guillaume de Rouville dit Taupin, vendit en 1391 le fief Aux-Danois, qu’il possédait à Thuit-Signol. C’est lui qui a probablement laissé son nom au fief de Rouville ou Saint-Saire. Parallèlement, nous apprenons de la lecture du résumé du mémoire de Sophie Roullé que :  En 1278, André le Danois vend aux moines toutes les dîmes qu’il possédait au Thuit-Signol et à Saint-Pierre-des-Cercueils. "[11]

Nous concluons qu’il existait une famille Le Danois dans la région du Thuit-Signol aux XIIIe et XIVe siècle et qu’elle tirait une partie de ses revenus des céréales. Il ne nous étonnerait donc pas : soit que les Le Danois aient acquis provisoirement les droits sur un moulin de Pont-de-l’Arche ; soit qu’un seigneur de Rouville ait acquis le surnom de Aux Danois de sa propriété du Thuit-Signol. Il n’y a donc pas de traces de grands blonds chevelus portant des casques à cornes sur le pont de la ville ! 

3)      Que produisait-on aux moulins du pont ? 

Selon MM. Charpillon et Caresme, en 1209, Philippe Auguste permit aux religieux de moudre au moulin de Pont-de-l’Arche le mercredi de chaque semaine. Il échangea ensuite ce droit contre le septième du revenu de ce moulin, ce qui devait être un gain pour les moines.

Cette activité occupa la quasi totalité du temps d’existence des moulins de Pont-de-l’Arche car on voit que le blé est encore moulu en 1856, année où s’effondra le dernier pont d’Ancien Régime et les moulins qu’il portait. Moudre le blé, les céréales et les végétaux (comme le pavot) alimentaires est une activité qui approvisionne les habitants de la proche région de Pont-de-l’Arche. Elle n’apporta cependant aucune activité originale à la ville, aucune industrie, aucune prospérité retombant sur l’ensemble de l’économie urbaine.

Nous allons nous pencher sur une activité qui a apporté une originalité à l’histoire des moulins qui nous intéressent. Ce qui suit est un résumé des travaux de M. Drouet, publiés en 1903. Pont-de-l’Arche fut le lieu ponctuel de frappe de monnaies royales quand, pour une fois, le monarque décida de faire battre sa monnaie sur des presses privées, en 1654. Et l’on fit battre des liards de cuivre à Pont-de-l’Arche

Le liard de cuivre est une monnaie qui existe depuis le règne de Louis XIV. Il y eut six émissions différentes de cette monnaie durant le règne de ce monarque et c’est la troisième de celles-ci qui intéresse les moulins de Pont-de-l’Arche.

Les moulins de la localité n’avaient jamais battu la monnaie. C’est donc un contexte très particulier qui engendra cette reconversion d'un d'entre eux, vraisemblablement, et sur lequel nous allons nous pencher. 

En 1654, le trésor royal avait besoin d’argent à cause notamment des troubles de la Fronde et de l’expédition des Flandres. Il concéda à un fermier général le droit de fabriquer et d’émettre le numéraire de cuivre dénommé liard. Il était temps car les commerçants, le peuple, les établissements religieux manquaient de numéraire pour leurs échanges quotidiens.

Isaac Blandin, bourgeois de Paris, se vit confier l’entreprise générale de fabrication des liards en cuivre pur pour deux ans. Contre paiement des redevances au Trésor royal, celui-ci avait toute liberté de sous-traiter.

Ceci était un fait nouveau. Jamais auparavant la monnaie n’avait été fabriquée en dehors des ateliers royaux. L’hostilité des monnayeurs officiels doit donc expliquer le refuge dans des villes qui n’avaient encore jamais accueilli ce type de production. La présence de moulins à Pont-de-l’Arche, mus par un courant constant, était donc une manne pour les projets d’Isaac Blandin.

M. Drouet narre les aménagements de ces moulins (page 131) : La roue motrice met en mouvement un arbre de couche pourvu, à intervalle égaux, de taquets soulevant chacun un pilon dans lequel est encastré un coin qui retombe sur un autre coin fixe ; il suffit alors qu’un ouvrier, sans le moindre apprentissage, une femme, un enfant même, glisse à chaque fois que le pilon se relève, une rondelle de métal dans le coin fixe pour obtenir la fabrication considérable sans la moindre difficulté.

Le nombre de monnaies créées devait être contrôlé par les pouvoirs royaux afin qu’il n’y ait pas de surproduction. En effet, si le nombre de pièces créées dépassait les besoins du peuple, il y aurait une inflation et, bien vite, un refus d’une monnaie sans valeur.

En principe, 120 presses devaient servir en France à la frappe des liards (Drouet, page 132). Mais le décret du 1er juillet 1654 réduisit ce nombre à 40 seulement. Un liard devait valoir 3 deniers et 64 pièces au marc. Le travail devait durer depuis 4 heures du matin à 8 heures le soir. Les poinçons devaient être gravés par le tailleur général des monnaies. Des commissaires, provenant de la Cour des monnaies, devaient être établis dans les dites fabriques par le roi et devaient fermer à clé les lieux où étaient réservées les monnaies afin que nul n’y travaille en dehors des heures officielles. 

Le 3 aout 1654, la Cour des monnaies autorisa officiellement Isaac Blandin à procéder à l’exécution de sa commission pour la fabrication des liards de cuivre. La Cour l’aida à préparer les outils de fabrication. Isaac Blandin prêta serment le 21 octobre 1654. Il fut autorisé par un arrêt du Conseil du 10 décembre 1654 à établir 44 presses dont 5 à Pont-de-l’Arche (Drouet, page 133). Or, l’arrêt du 9 aout 1656 accorda à René Péchenat, procureur de Pont-de-l’Arche, deux presses d’augmentation, outre les six portés à son traité et ce pour le dédommager des préjudices par lui subis (cf. plus bas).

Le 13 mai 1655 commença l’exploitation des liards à Pont-de-l’Arche et Acquigny jusqu’à la fin de l’année 1657. Près de 350 livres de liards furent produites chaque jour soit 28000 pièces à raison de 80 par livre de métal[12].

           Mais bien trop de pièces furent frappées… De nombreuses plaintes s’ensuivirent. Les producteurs locaux (les sieurs Ravillard Case, Péchenat de la Salle, Béthencourt) furent assignés à comparaitre le 2 mars 1656 par un arrêt du Parlement de Rouen (Drouet, page 137).

            Les producteurs fabriquaient bien trop de liards par marc de cuivre : 69 voire 76 au lieu de 60. Ce procédé leur permettait de spéculer sur la valeur des liards lorsqu’ils échangeaient (dans les bureaux de change locaux) cette monnaie contre de l’argent ou de l’or. Ils cédaient leurs liards à prix avantageux sachant que celui-ci ne valait pas sa valeur nominale et sachant aussi qu’une concurrence faisait rage entre les producteurs qui avaient donc tendance à baisser leurs prix.

           Quelques extraits du jugement sont particulièrement éloquents (Drouet, page 138) :

On espérait que cette fabrication des liards ne donnerait qu’une somme modique ; mais cette monnaie de liards, que l’on proposait pour la commodité du peuple, s’est trouvée amenée à sa ruine par la quantité qui s’en retrouvée distribuée et répandue depuis dix-huit mois dans toutes les villes, bourgs et maréchaussées de cette province…Au seul bureau de Pont-de-l’Arche, on y a travaillé jour et nuit, même pendant les fêtes, à six presses, contre l’ordonnance expresse de la Déclaration.

            Cependant, le Parlement, qui avait fait interdire la fabrique de liards à Pont-de-l’Arche, fut dénigré par le roi en personne. Celui-ci rétablit la fabrique dans son droit par un arrêt du 24 mai 1656. M. Blandin obtint même un dédommagement suite aux émeutes qui nuisirent à ses intérêts et suite à la suspension ponctuelle de la production. Le roi accorda au fermier général 4 mois de droits de production supplémentaires. René Péchenat, déclarant avoir commencé à travailler le 13 mars 1655, put travailler jusqu’à la fin de l’année 1657 (Drouet, page 140).

De guerre lasse, le roi interdit néanmoins toute fabrication de liards à partir du 31 aout 1657 à cause des trop nombreuses protestations.

            Le dernier incident relatifs à ces liards est consécutif à l’édit du 20 juin 1658 qui réduisit la valeur d’un liard de 3 à 2 deniers (Drouet, page 141). Ceci exacerba la souffrance et le mécontentement des gens du peuple qui avaient durement travaillé pour gagner 3 deniers et qui devaient maintenant vivre avec seulement 2 deniers. Les boulangers fermèrent leurs boutiques car ils ne voulaient plus accepter les liards, réputés ne valoir plus qu’un denier. Le Parlement ne put rétablir la situation qu’après une dizaine de jours d’émeutes (Drouet, page 142).

Liard de France recto-verso frappé à Pont-de-l'Arche en 1656. Il est identifiable grâce à la lettre B, au I de liard qui est pointé et au point sur le T de "ET.DE.NA". Source Liards de France. 

Liard de France recto-verso frappé à Pont-de-l'Arche en 1656. Il est identifiable grâce à la lettre B, au I de liard qui est pointé et au point sur le T de "ET.DE.NA". Source Liards de France. 

Les presses de Pont-de-l’Arche et d'Acquigny fonctionnèrent donc en même temps, de mai 1655 à décembre 1657. M. Péchenat semble avoir été bien plus présent à Acquigny, où il resta quelques années après la fin de la fabrication des liards (Drouet, page 143, note 1).

M. Drouet n’a pas trouvé trace des commissaires de la Cour des monnaies à Pont-de-l’Arche et Acquigny. Ceci lui fit émettre des doutes quant à la présence de tels agents de l’État, du moins durent-ils rester bien sourds et aveugles.

Le copinage du roi couta cher au Trésor et à la police intérieure. Les quelques années de frappe de la monnaie royale à Pont-de-l’Arche ne durent guère apporter d’emploi et moins de richesses encore. Quant au mécontentement du peuple au sujet des liards, il fut important comme on peut le lire dans les cahiers de doléances de l’année 1655.

Les meules de la ville reprirent leur activité habituelle en écrasant du blé jusqu’à la chute du pont en 1856, et ce malgré au moins une tentative de reconversion : un certain Quesney, chef de la 1re division des bureaux de la préfecture de la Seine-Inférieure, réagit dans une lettre du 24 fructidor an X (11 septembre 1802) aux propos tenus dans un journal intitulé Annales de statistique ou Journal général d’économie politique[13]. Il niait qu’il existât à Pont-de-l’Arche une manufacture de draps. Il profitait de cette précision pour proposer aux autorités de favoriser l’implantation de manufactures de draps mues par la force hydraulique des moulins. Cependant, comme nous l’avons déjà noté[14], les manufactures de draps à Pont-de-l’Arche n’ont jamais pu vivre durablement à cause de la pression des industries lovériennes et elbeuviennes. La demande de M. Quesney resta lettre morte.

 

Conclusion

          Entre les brumes de la Seine et de l’histoire, nous avons esquissé quelques contours de ce qui a fait l’histoire des moulins du pont de Pont-de-l’Arche et Igoville. Cette histoire est celle de la subsistance : un moulin permettait de fournir la farine nécessaire à la consommation quotidienne de près de 1200 personnes au XIIe siècle. Les moulins utilisèrent la force hydraulique afin de nourrir la population d’une ville qui naquit au Xe siècle. Ils accompagnèrent ensuite l’accroissement démographique de la vallée.

            À n’en pas douter, les trois moulins de la ville attirèrent la population des villages alentours afin de faire moudre leur propre grain ou de trouver sous les halles de la ville la farine des producteurs locaux. Ils attirèrent aussi les communautés de moines qui recherchaient les moyens de leur autonomie financière. 

            Ces moulins, lucratifs par l’argent perçu sur le service de moulage mais aussi par les taxes, devinrent l’objet de convoitises. Les différents noms donnés à ces édifices se font l’écho des propriétaires qui spéculaient sur leur valeur. 

            Enfin, ces moulins ont intéressé des industries. De 1655 à 1657, ils ont frappé de la monnaie royale exceptionnellement accordée au secteur privé. Si l’idée naquit d’utiliser la force hydraulique des moulins au profit de l’industrie du drap, elle ne put être concrétisée car les industriels d’Elbeuf et Louviers ont fait pression sur les autorités afin de limiter la concurrence locale. La concurrence était faussée.

           Durant de nombreux siècles, ces édifices ont apporté des services à la population locale sans apporter d’autre prospérité que celle de leurs quelques propriétaires. 

En 1856, ces figures familières qui peuplent les anciennes gravures de la ville ont été emportées dans les eaux de la Seine, avec le pont ancestral. Presque oubliés, ils n’apparaissent plus que dans les écrits à caractère historique et dans les rêveries de ceux qui aimeraient bien se balader à travers les âges… Ceux-ci peuvent toujours aller à Vernon où subsiste un de ces édifices sur les restes de l’ancien pont de la ville. Ils écouteront le murmure de l’eau et les vieilles histoires de ce grand-père de la force hydraulique. 

 

       A. Launay, avec nos remerciements à Patrick Sorel

Le moulin de Vernon fournit assurément l'image la plus réaliste de ce qu'étaient les moulins des anciens ponts de Pont-de-l'Arche (cliché Armand Launay, aout 2017). Coucou Monsieur Baboux !

Le moulin de Vernon fournit assurément l'image la plus réaliste de ce qu'étaient les moulins des anciens ponts de Pont-de-l'Arche (cliché Armand Launay, aout 2017). Coucou Monsieur Baboux !

Réparations à faire au moulin de Pont-deL’arche

 

=> Abbaye de Saint-Ouen de Rouen, [Cahier des réparations à faire dans les propriétés de l’abbaye], 1759, Archives départementales de Seine-Maritime, 1 B 5657. 

 

Autour des motelles seront remplacés quatorze pieux neuf pieds de longueur sur sept à huit pouces d’équarissage, lesquels seront armés d’un sabot de fer a quatre branches du poids de dix livres compris les cloux, et seront enfoncés jusqu’à six pouces au dessus de l’affleurement des pièces de Rives de la motelle aux quelles ils seront retenus chacun par un étrier de fer du poids de neuf livres compris les cloux, ensuite seront remplacées trois pièces de rives aux dites motelles pour servir à encastrer les Radiers lesquels auront chacun trente six pieds de longueur sur six à onze pouces à l’équarissage et seront retenües ensemble à leur extrémité par un boulon de fer à tête et clavelle, du poids de six livres.

Pour entretenir les dites motelles et retenir l’écartement  seront remplacées treize solles gravières en bois de chesne neuf de douze pieds de longueur chacune sur six à onze pouces d’équarissage, et pour contre garder les pièces de la motelle, sera remplacé quarante pieds de longueur de planches de douze pouces de large, et deux pouces d’épaisseur ; en plus à la grande motelle est à remplacer trois madriers de douze pieds de longueur chacun sur neuf pouces de large et quatre pouces d’épaisseur.

À l’angle de la digue sera aussi remplacé un pilot de neuf pieds de longueur sur sept à huit pouces d’équarissage lequel sera battu à refus et armé d’un sabot de fer de quatre branches du poids de dix livres compris les cloux comme ci devant.

 

Pieux pour le soutien du moulin

Du coté de la ville il sera remplacé un pieux d’écorre de trente deux pieds de longueur lequel sera placé en grume et aura quatre pouces de diamètre moyen, et pour soutenir ledit pieu d’écorre et le garantir du choc des glaces, il sera placé une pièce de garde en guette qui sera assemblée laquelle aura vingt un pieds de longueur sur dix pouces de gros ; Sera aussi remplacé pour soutenir ledit moulin douze autres pieux intermédiaire en grume de même longueur  et équarissage que celui ci dessous, tous seront solidement affermis et assemblés à tenons sur les Brayes ou semelles qui y seront fournis à neuf et auront cinq pieds de longueur chacune sur treize à quatorze pouces d’équarissage.

Parmi le surplus des pieux qui servent à soutenir ledit moulin, dix qui peuvent encore servir seront rafraîchis et il sera remplacé sous chacun une Braye ou semelle de cinq pieds de longueur, comme ci devant, sur treize à quatorze pouces d’équarissage.

Sera remplacé neuf masuriaux de neuf pieds de longueur chacun et de dix à onze pouces d’équarissage.

Sera posé pour la réparation de la vanne du moulin une planche de douze pieds de longueur, quatorze pouces de largeur et deux pouces d’épaisseur.

Sera remplacé au harnois d’en bas du moulin un seüil de vingt huit pieds de longueur que quatorze à quinze pouces d’équarissage.

On remplacera aussi deux Rayes pour élever ledit harnois, elles auront trente six pieds de longueur chacune et six à dix pouces d’équarissage.

Sera pareillement remplacé à neuf deux glisseurs pour porter les extrémités de l’arbre tournant, ils auront cinq pieds de longueur chacun sur douze à quinze pouces d’équarissage et seront posés sur les quatre selettes qui auront cinq pieds de longueur chacune, huit à neuf pouces de gros et qui seront aussi remplacés à neuf.

Sera remplacé, six arbalestriers de vingt pieds de longueur chacun sur onze à douze pouces d’équarissage pour porter le grand arbre tournant.

La grande roüe du moulin est à reconstruire à neuf, les bois en sont entièrement consumés ; pour ce on fournira un arbre tournant de vingt quatre pieds de longueur sur vingt cinq pouces en quarré, de droit fil et équari à vive arrette, six courbes avec leurs doublures pour le grand Roüet chacune de huit pieds de longueur sur quatorze pouces de largeur et neuf pouces d’épaisseur avec la doublure.

Cinquante quatre chevilles ou dents de Roüet, chacune de dix huit pouces de longueur et cinq à six pouces de gros.

Trois grands bras chacun de six sept pieds de longueur neuf pouces de largeur et quatre pouces et demy d’épaisseur, neuf autres bras pour porter les cintres aussi de dix sept pieds de longueur chacun sur quatre à cinq pouces d’équarissage.

Dix huit pièces de petits cintres chacun de dix sept pieds de longueur sur quatre à cinq pieds de gros.

Quarante huit esseliers ou lieus dont douze pour le grand cintre de deux pieds de longueur chacun et de six à quatre pouces d’équarissage et trente six pour le petit cintre de dix huit pouces de longueur chacun et quatre à cinq pouces d’équarissage. Dix huit aubes de seize pieds de longueur chacune sur un pieds de largeur et neuf lignes d’épaisseur plus six joües pour attacher les petits cintres de cinq pieds de longueur chacune sur quatre pouces de largeur et un pouce d’épaisseur ?

Tous ces bois seront bien choisis et bien servis, chacun de l’espée destinée à son usage, bien et solidement chevillé et assemblés suivant l’art, les cintres seront retenus et liés avec les grands bras, avec six boulons de quinze pour pouces de longueur chacun et un pouce d’épaisseur ; seront placés aux extrémités de l’arbre tournant trente six allumelles de fer de dix huit pouces de longueur, deux pouces de largeur et neuf ligues d’épaisseur. L’un des liens des extrémités de fer de l’arbre tournant sera remis en œuvre, l’autre sera fourny à neuf et aussy sept pieds quatre pouces de circonférence, trois pouces de largeur et neuf ligues d’épaisseur.

L’arbre montant de la lanterne sera remplacé à neuf, il sera équari à vive arreste et aura trente six pieds de longueur sur treize à treize (sic) pouces d’équarissage.

La grande lanterne sera reconstruite à neuf, les tourteaux auront cinq pieds de diamètre et huit pouces d’épaisseur avec leurs boubleuses, ou fournises pour ladite lanterne seize fuseaux de trois pieds de demy de longueur chacun et quatre à quatre pouces d’équarissage.

Sera remplacé à la heuse une pièce de neuf pieds de tour sur trente pouces d’épaisseur. Plus deux semelles de cinq pieds de longueur chacune sur dix à douze pouces de gros. Sera encore remplacé deux moises qui seront assemblées dans l’acolade de la heuse et qui auront sçavoir neuf pieds de longueur sur vingt à dix pouces de gros et l’autre neuf pieds aussy de longueur sur huit à vingt pouces de gros. Le hérison sera remplacé à neuf et composé sçavoir de huit bras de neuf pieds de longueur chacun et sept à huit pouces de gros et trente cinq pieds de cintre intérieur pour servir de doublure de même échantillon que les premiers ; soixante et douze dents ou chevillette de quinze pouces de longueur chacune sur cinq à six pouces d’équarissage. Les boulons de l’ancien hérison seront remis en œuvre.

La petite lanterne du montage sera aussy remplacée à neuf. Les tourteaux auront deux pieds un pouce de diamètre et cinq pouces d’épaisseur. On fournira douze fuseaux de deux pieds de longueur chacun sur trois pouces de diamètre. Sera aussy fourni à neuf pour laditte lanterne une frette de fer de six pieds sept pouces de circonférence deux pouces de largeur et six ligues d’épaisseur. Le pallier pour poser la meule sera aussy remplacé à neuf, il aura quinze pieds de longueur sur huit à huit pouces de gros, ensemble un montant de cinq pieds de longueur sur sept à huit pouces d’équarissage.

Sera encore remplacé à neuf trois visses et un héron desdits visses de cinq pieds de hauteur sur six pouces en quarré et l’héron de cinq pieds de longueur sur onze à treize pouces de gros.

Blutoir 

On fournira pour la réparation de la bluture vingt quatre pieds quarrés de planches de hêtre d’un pouce d’épaisseur assemblées à rainures et languettes plus deux potelets de quatre pieds six pouces de longueur chacun sur quatre à quatre pouces de gros.

Cette réparation étant à la charge de l’usufruitier [fermier, locataire], elle est énoncée icy seulement pour mémoire.

La trémie sera reconstruite à neuf et composée de quatre potelets de trois pieds de longueur chacun que quatre à quatre pouces de gros et vingt neuf pieds quarrés de planches de chesne d’un pouce d’épaisseur assemblées à rainures et languettes et retenües aux potelets avec quatre équerres de fer de huit pouces de branches est article cy inséré pour mémoire.

La cuve de meules sera réparée parce qu’il sera remplacé vingt deux pieds de longueur de cintres pour le bas sur cinq pouces de hauteur et douze pouces de largeur, dix montants  de deux pieds de longueur sur quatre et trois pouces de gros, quarante cinq planchettes de deux pieds de longueur chacune en mairain sur trois pouces de largeur et six lignes d’épaisseur, assemblées, à rainures et languettes. Inséré icy pour mémoire.

Les bois d’enchevesture du moulin sont entierrement consumés, il est nécessaire d’y remplacer quatre solives, sçavoir deux de neuf pieds de longueur et deux de huit pieds, les quatre de huit à douze pouces de gros, et assemblées aux bois, en observant les parties cintrées telles qu’elles sont aujourdhuy.

Sera remplacé au plancher du 1er étage deux poutrelles de neuf pieds de longueur chacune sur huit à neuf pouces de gros, plus deux pièces d’enchevesture chacune de dix pieds de longueur sur six à sept pouces d’équarrissage, plus deux autres pièces de trois pieds chacune aussi de six à sept pouces de gros, on employera à la réparation de ces planches soixante dix pieds quarrés de madriers de trois pouces d’épaisseur, assemblés ajouts quarrés, chevillés avec cheville ébarbelées de quatre à la livre.

Sera remplacée une dalle sous les colombages de vingt sept pieds de longueur sur onze à treize pouces d’équarrissage dans laquelle les dits colombages seront assemblés à tenons et mortoises. Pour parvenir à cette réparation, on fournira les étays nécessaires.

Sera remplacé deux auvents de vingt sept pieds de longueur chacun composés ensemble de cent trente six pieds quarrés de planches de chesne et quinze lignes d’épaisseur posées en recouvrant l’une sur l’autre de trois pouces, sur dix sept de chèvre (?) de trois pieds de longueur ? Inséré icy pour mémoire.

Sera fourni aussi pour garantir le moulin de l’égout des laviers (?) une gouttière de plomb de dix huit pouces de longueur sur quinze pouces de largeur et une ligne et demie d’épaisseur posée sur un triangle et une équerre de fer de force suffisante.

Le plancher du rès de chaussée sera réparé, on y employera vingt quatre pieds quarrés de planches de chesne sur deux pouces d’épaisseur. Inséré icy pour mémoire.

 

Cabinet au rès de chaussée, costé du château

Le cabinet sera reconstruit ainsy qu’il suit. Sera remplacé trois sommiers pour le plancher d’en bas de quinze pieds de longueur sur neuf à dix pouces d’équarrissage, lesquels seront recouverts dans toute la superficie du cabinet avec madriers de trois pouces d’épaisseur, assemblés à joints quarrés et chevillés sur chaque sommier avec chevilles de fer ébarbelées de quatre à la livre en nombre suffisant.

Sera posé tout au pourtour du cabinet un cours de dalle de vingt huit pieds de longueur et de six à sept pouces de gros sur lequel seront posés les poteaux de colombage lesquels auront huit pieds de longueur espacés à six pouces d’entrevaux et quatre à cinq pouces d’équarrissage et seront assemblés à tenons et à mortoises sur le cours de dalle et un cours de sablières qui sera à cet effet posés sur lesdits colombages et qui aura cinq à six pouces de gros.

Pour former le plancher supérieur sera posé deux sous glaces (?) de quinze pieds de longueur chacune sur trois à quatre pouces de gros attachées avec chevilles de fer aux pans de colombage sur lesquelles seront posés treize petits soliveaux de six pieds de longueur sur quatre à quatre pouces de gros, qui seront recouverts de planches de sapin d’un pouce d’épaisseur, cloüées sur les soliveaux avec bons cloux et assemblés à rainures et languettes.

Sera fourni pour la couverture dudit cabinet quinze chevrons de dix pieds de longueur sur trois à quatre pouces d’équarrissage. La couverture sera faite ensuite comme celle du moulin.

 

Des colombages

Les entrevaux tout au pourtour du cabinet seront remplis en plattre et gravelles et enduit de chaque côté à bois apparent. Dans l’intérieur du moulin il sera divers réparations aux entrevaux des colombages en plattre et gravelle montant ensemble à six toises superficielles. Inséré pour mémoire.

La couverture du moulin sera refaite à neuf en essaute, il y sera remplacé cinquante quatre pieds de longueur de chevrons, toute la latte, chaulatte, contrelatte et faitières seront fournis à neuf. Inséré pour mémoire.

Sera refait à neuf cinq croisées en bois de chesne et à un seul venteau, chacune de deux pieds et demi de largeur sur quatre pieds de hauteur, garnies de leurs ferrures et vitrage. Inséré pour mémoire.

Orientations documentaires

- Abbaye de Saint-Ouen de Rouen, [Cahier des réparations à faire dans les propriétés de l’abbaye], 1759, "Réparations à faire au moulin de Pont-deL’arche [sic]", Archives départementales de Seine-Maritime, 1 B 5657 et 14H919, article 19, pages 64-66 ;

- Charpillon Louis-Étienne, Caresme, Anatole, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l’Eure, Les Andelys : Delcroix, 1868, 960 pages ;

- Drouet " Liards de France frappés à Pont-de-l’Arche et Acquigny (Eure) avec le différent de Rouen en 1655, 1656 et 1657 ", in Procès-verbaux de la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure pendant l’année 1903, séance du 18 décembre 1903, pages 121-169 ;

- Dubois Henri (dir.), Un censier normand du XIIIe siècle : le livre des jurés de l’abbaye de Saint-Ouen de Rouen, Paris : C.N.R.S., 2001, 478 pages ;

- Fauroux Marie, "Recueil des actes des ducs de Normandie (911–1066)", in Mémoires de la société des antiquaires de Normandie, tome XXXVI, Caen : Société des antiquaires de Normandie, 1961, 560 pages ;

- Petit-Decroix Yvette, Binay Jean-Pierre, Masson Patrick…, Les moulins à eau du pays de Louviers, Louviers : Société d’études diverses de Louviers et sa région, 2005., 96 pages ;

- Roullé Sophie, "Les activités économiques et l’abbaye de Bonport au XIIIe siècle", p. 25-32, in Connaissances de l’Eure n° 104, Évreux, Société libre de l’Eure, avril 1997, 42 pages ; 

Sorel Patrick, "Les moulins de la Seine normande de Vernon à La Manche, Eure et Seine-Maritime, moulins ruraux et isolés, moulins à roue pendante et moulins bateaux", in Les moulins, n° 24, Paris, Fédération française des Associations de sauvegarde des moulins, 2010, 151 pages ; 

- Viollet Pierre-Louis, Histoire de l’énergie hydraulique : moulins, pompes, roues et turbines de l’Antiquité au XXe siècle, Paris : Presse de l’école nationale des Ponts et chaussées, impr. 2005, 232 pages.

       

 

[2] Viollet Pierre-Louis, Histoire de l’énergie hydraulique : moulins, pompes, roues et turbines de l’Antiquité au XXe siècle, page 48.

[3] Teloneum, toloneum (latin tardif) : bureau du percepteur d’impôts, le tonlieux.

[4] Fauroux Marie, Pontem Archas, et ecclesiam, et theloneum, cum molendinis tribus et piscariis omnium sub ipso Pont molendinorum et duas acres prati, et molendinium unum ad ecclesiam pertinentem…, page 139.

[5] Cf. annexe I, qui reprend l’intégralité de la partie concernant Pont-de-l’Arche.

[6] Elles ont grandi au fil des siècles tant et si bien que lors des draguages du lit de la Seine, après la chute du pont de 1856, on dût se débarrasser de ces terres en les jetant sur la rive en face de Pont-de-l’Arche : c’est ce qui explique pourquoi on voit apparaitre, entre les dernières gravures et les premières photographies, une large bande de terre sur laquelle se trouve, aujourd’hui le terrain de camping...

[7] DUBOIS Henri (dir.), Un censier normand du XIIIe siècle, page 150.

[8] DUBOIS Henri (dir.), Un censier normand du XIIIe siècle, page 152.

[9] DUBOIS Henri (dir.), Un censier normand du XIIIe siècle…, page 150.

[10] Petit-Decroix Yvette  (page 91) : "En 1838, plainte auprès du préfet de l’Eure des trois propriétaires des moulins à blé : Fréret, Fouchet et Lequeux, car les " entrepreneurs de bateaux à vapeur, de Rouen à Paris et vice-versa, ont conçu le projet, dans le seul intérêt de leur entreprise, de faire creuser une partie du lit de la rivière à l’amont de l’Arche Lacroix, la plus rapprochée de celle où sont placés leurs moulins, dans le but de procurer à leurs bateaux, lors des basses eaux, une profondeur convenable pour passer par cette arche et éviter ainsi de passer par l’écluse..." Les travaux étaient censés être dangereux pour le pont. La passe fut creusée. 1856, chute du pont justement à l’arche de la Croix.  

[11] Roullé Sophie, "Les activités économiques et l’abbaye de Bonport au XIIIe siècle", p. 28.

[12] M. Drouet : Nous tenons de la bouche d’un vieillard, qui avait travaillé à la reconstruction du pont de Pont-de-l’Arche, que, lors des dragages opérés pour déblayer le chenal obstrué par les fondations du vieux pont, des quantités de pièces de monnaie furent extraites parmi les déblais fournis par cette opération ; toutes les terres en provenant furent employées à l’établissements des talus qui bordent aujourd’hui les berges du fleuve du côté de la ville. Ces nombreuses pièces tombées montrent la vétusté des planchers des moulins mais aussi le peu d’importance bientôt attribuée à ces liards.  

[13] N° 4 d’aout 1803, p. 183. La réaction de M. Quesney fut vraisemblablement publiée dans le n° 5 de septembre, pages 55-57.

[14] Launay Armand, "Les manufactures de drap de Pont-de-l’Arche (XVIIe-XVIIIe siècle)", pages 21-24, in La Fouine magazine n° 10, décembre 2005.  Aussi sur le Net.

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 17:54

La ville de Pont-de-l'Arche est née dans un des deux forts protégeant le premier pont de la ville, au IXe siècle. Près de 14 ponts plus ou moins provisoires ont existé afin de franchir la Seine. Ils ont conféré une importance stratégique à la ville. Nous avons tenté de poser des jalons historiques à tous ces ouvrages afin de mieux comprendre l'évolution de la ville.

 

A lire aussi...

Le pont du diable

 

Le premier ouvrage ; le pont fortifié de Charles le Chauve (862-869 / 885 (?)) 

Le premier pont bâti sur le territoire des Damps prit le nom du grand village local : Pîtres. Charles II, dit le Chauve, ordonna l’érection d’un pont fortifié afin de ralentir ou, mieux, arrêter les remontées et les descentes de la Seine par les envahisseurs scandinaves. En 862, le roi fit réunir les grands du royaume à Pistae (Pîtres) afin de mobiliser les fonds et les moyens humains. En 863, il fut décidé d’adjoindre une résidence royale à ces fortifications qui faisaient l’objet d’une surveillance par Wenillon, archevêque de Rouen, et même par Hincmar, archevêque de Reims, bras droit du roi.

Bien que beaucoup d’historiens aient écrit que Pistae désignait l’actuel village de Pîtres, nous avons émis des doutes quant à cette localisation [1] Nous allons plus loin en avançant qu’il y a des chances que ce palais de Pistae se soit trouvé dans un des deux forts gardant les entrées du pont.

Les moyens techniques étant limités, malgré le courage des hommes, les travaux ne devaient pas être achevés en 865 ; année où les Normands remontèrent à Paris et occupèrent Pistae

En 869, les documents royaux font, pour la première fois, référence à des constructions de pierre (pour les tours des têtes du pont et les remparts des forts). Les travaux étaient achevés en 869 où Adon de Vienne parla de l’étonnante puissance du pont et des deux forteresses construites de part et d’autre [2]. Seconde preuve de la fin des travaux, en 873, Hincmar nota que Charles, donc, après avoir chassé les Normands de la cité d’Angers et reçu leurs otages, se mit en marche au mois d’octobre, et par le Mans, Évreux et son nouveau château de Pîtres arriva à Amiens au commencement de novembre…[3]

Nous datons donc les travaux du premier pont entre 862 et 869. Or, celui-ci n’empêcha pas les Normands de gagner Paris et de mettre le Trésor franc à contribution si bien qu’en 911 les Normands de Rollon ôtèrent de la couronne franque ce beau joyau qu’est la Normandie par le célèbre traité de Saint-Clair-sur-Epte.

L’archéologie nous a prouvé que les fortifications de la rive droite, futur fort de Limaie, brulèrent quelques années après leur construction [4]. La date de 885 fut le théâtre d’une grande opération normande qui toucha Paris et où les hommes du nord s’opposèrent aux Francs, aux Damps-Pont-de-l’Arche. 

Ensuite, Pont-de-l’Arche naquit de ces premières fortifications dans les brumes qui couvrent notre histoire de la fin du IXe siècle au début du XIe siècle. 

 

Un deuxième ouvrage, ou plus (?), durant la période normande (après 885 / 1203 (?)) 

En 1020, une paroisse Saint-Vigor existait en ce lieu qui continua à être appelé Pont des arches. Un pont dût bien être rebâti par les Normands sur les restes du premier ouvrage pour que l’on conservât ce nom. Est-ce bien un seul pont qui fut rebâti durant la période ? Rien n’est certain car il peut très bien s’agir de plusieurs ouvrages plus ou moins provisoires. En l’absence de preuves, nous ne pouvons trancher entre cette première supposition et le remplacement quasi permanent des matériaux du pont par des réparations que la dureté du temps et le courant de la Seine rendaient inéluctables. Il y eut, au moins, un nouveau pont durant la période ducale.

Ensuite, à notre connaissance, on ne retrouve trace directe du pont de Pont-de-l’Arche qu’en 1194, lors du retour de Richard Cœur de Lion de sa captivité : Quand Richard (…) s’en vint à Pont-de-l’Arche, dont il fit promptement refaire le pont ; sous Elbeuf, en aval, il fortifia la roche d’Orival [5]. Que signifie refaire le pont ? Bien que ce terme soit assez imprécis, la promptitude des travaux signifie que l’on consolida quelques parties ou, au pis, qu’on rebâtît une ou deux arches détruites par les Français, peut-être. Il n’y a aucune communauté de grandeur avec la reconstruction du pont de l’ile d’Andely en 1196 par ce même Richard [6]. Les comptes de l’Échiquier ont prouvé que plusieurs séries d’investissements ont servi aux frères Tyrel, architectes qui rénovaient Pont-de-l’Arche et Le Vaudreuil [7].

Richard Cœur de Lion étant mort, c’est Jean sans Terre qui fut censé, soit rendre hommage, en tant que duc de Normandie, à son suzerain le roi de France (Philippe II dit Auguste) ; soit défendre la région en tant que roi d’Angleterre ne reconnaissant pas le pouvoir du monarque français. Entre ces deux positions, il abandonna la Normandie et, comme l’écrivit Léon de Duranville : On lit dans la Philippide que ce prince, voyant le roi de France s’avancer contre le duché, détruisit le Pont-de-l’Arche : Pontem qui dicitur Archas diruit. II s’agit probablement de la destruction des murailles, et les habitations durent rester debout ; mais, peut-être, la communication d’une rive à l’autre fut-elle interceptée par quelque brèche [8].

L’expression latine signifie qu’il détruisit le pont que l’on appelait Arque. Contrairement à Léon de Duranville, Louis-Etienne Charpillon et Anatole Caresme [9] notèrent que Jean sans Terre ne pouvant défendre Pont-de-l’Arche, voulut démanteler le château ; Philippe Auguste ne lui en laissa pas le temps et s’en empara en 1203. Ne connaissant pas les sources qui ont permis à ces historiens de l’affirmer, nous pensons que le pont fut la priorité de la tactique de la « terre brulée » du roi Jean.

Les documents nous manquent pour affirmer qu’il n’y eut qu’un pont durant la période normande que nous venons de voir. C’est pourquoi nous appellerons le prochain pont « troisième  ouvrage », suivi d’un point d’interrogation, comme tous les suivants. 

 

Un troisième ouvrage (?) : le pont de Philippe Auguste (ca.1204-1346) 

En 1204 la Normandie passa sous le contrôle du roi de France, Philippe II. Celui-ci ne manqua pas de faire de Pont-de-l’Arche le siège d’une vicomté qu’il occupa très souvent et dont il it rehausser les fortifications. Il fit sans aucun doute remonter le pont de la ville. Remonter ou rénover ? Le terme employé par Guillaume Breton pour désigner les méfaits de Jean sans Terre dans La Philippide est bien « détruisit » et, à en juger par les représentations anciennes, Philippe II n’a pas été avare de dépenses pour les fortifications de Limaie et pour celles de la ville elle-même, entièrement faites en pierre blanche de Vernon. Le pont, à notre avis, à fait l’objet d’importants travaux si bien que l’on puisse parler de construction d’un nouveau pont.

En 1296, le pont de Pont-de-l’Arche résista à une très forte crue (Louis-Etienne Charpillon et Anatole Caresme), ce qui le distingua de nombreux autres ouvrages de la Seine. À moins qu’il fût endommagé entre temps – mais par quel sinistre ? – il faut attendre 1346 pour qu’un document mentionne une destruction de ce pont. En effet, d’après Nicolas-François du Buisson-Aubenay, Philippe de Valois fit démolir le vieux pont pour couper la route à Édouard III et le fit rebâtir après.

Nous considérons donc, en l’état actuel de nos connaissances, qu’un seul pont occupa les XIIIe et XIVe siècles ; celui de Philippe Auguste.

 

Un quatrième (?) ouvrage : celui de Philippe VI, dit Valois (ca. 1346-1640) 

Nicolas-François du Buisson-Aubenay s’exprima ainsi, vers 1635 : Ce pont paroist fort neuf ; aussy est-il fait depuis l’an 1346 par Philippe de Valois y étant campé avec son armée, feit rompre celuy qui y estoit de vieux, de peur que le roy d’Angleterre Edoard 3 qui venoit de Basse Normandie, après avoir pris Coutances, Bayeux, St Lô et Caen, ne s’en saisist et ne passast la rivière de Seine, sur laquelle il feit alors rompre aussy tous les autres ponts, jusques à celui de Poissy… [10]

Ensuite, il semble que le pont de Philippe de Valois se soit maintenu, au moins jusqu’en 1435. À cette date, les troupes anglaises occupant la ville réparèrent le pont à cause de son très mauvais état (Louis-Etienne Charpillon et Anatole Caresme). En fait, à n’en pas douter, le pont devait être incessamment réparé eu égard aux intempéries (crues) et aux gelées (débâcles) bien plus fréquentes durant le Moyen Âge.

 

Comment le pont de l'arche fut prins

"Comment le pont de l’arche fut prins", peinture, fol. 138v, in Martial d'Auvergne, Vigiles de Charles VII, France, 1484, manuscrit, parchemin, II-266 feuillets. Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits (division occidentale), Français 5054. cf. aussi  http://gallica.bnf.fr. Jusqu'à plus ample informé, c'est la plus ancienne évocation de pont à Pont-de-l'Arche, l'évènement datant de 1449


Un cinquième (?) ouvrage : le pont anglais de 1418 

À coté du pont de la ville, il semble qu’un autre pont ait existé quelques temps lorsqu’en juillet 1418, Henri V, roi d’Angleterre, arriva devant Pont de l’Arche [11]. Celui-ci voulut faire franchir la Seine à une partie de ses troupes pour parachever le siège de la ville. D’après la chronique d’un contemporain des faits, P. Cochon, la traversée s’est faite devant Bonport. Les Chroniques de Normandie évoquent deux endroits : Bonport et l’île Saint-Pierre, en face des Damps.

Un chroniqueur, Enguerrand de Monstrelet, narre comment le duc de Cornouailles passa la Seine avec huit petites nacelles et, plaçant quelques canons sur une ile, mit en fuite les troupes françaises venues en renfort sur la rive droite. Cependant, d’après la Chronique d’un bourgeois de Verneuil, c’est sur un pont de claies que le passage s’effectua. L’auteur décrivit ensuite la technique du montage et démontage de ce type de ponts provisoires [12].

Ce pont nous semble tout à fait envisageable tout comme l’utilisation des nacelles… Pour surprendre les Français, il fallut bien que les Anglais empruntassent des embarcations légères. Pour ce faire, il est logique qu’ils reprissent les aménagements nécessaires aux bacs de Bonport et des Damps avec des barques réquisitionnées (les Français ayant peut-être eu le temps de retirer les bacs).

Par la suite, le siège de la ville durant quelques semaines, les Anglais durent concevoir un pont de claie, c’est-à-dire une passerelle de bois reposant sur une ligne de bateaux, afin de faire traverser des milliers d’hommes et du matériel de siège… C’est le pont Saint-Georges dont parle Léon de Duranville à la page 44 de son essai historique de 1856.

 

Un sixième (?) ouvrage : le pont Petit-Perrot (1640 / 1856)

En 1639, le chancelier, Pierre Séguier, était missionné par le roi pour rassoir parfaitement son autorité après les révoltes des nu-pieds. Pour ce faire, cet homme arriva à Pont-de-l’Arche le vendredi 30 décembre 1639. Il fut accueilli par le seigneur de Saint-Georges, Jean de Lonlay, capitaine des gardes de Richelieu et son lieutenant au gouvernement de Pont-de-l’Arche.

Grâce au contexte, dont l’apaisement passait par une politique volontaire, mais aussi à la qualité des personnes rencontrées (parler à Jehan de Lonlay c’était parler au cardinal de Richelieu), le chancelier a voulu être informé bien exactement de quelques besoins de la place, et principalement du pont, duquel on dit les pierres estre tellement uzées qu’en quelques lieux il ne reste que la liaison des unes aux aultres pour soustenir le tout… [13] Le dimanche 1er jour 1640, le chancelier inspecta en personne le pont et le château de Limaie et il fut remarqué que l’une des piles de l’arche principale, proche le dict chasteau, par laquelle on faict remonter les bateaux… est presque toute ruinée et consommée soit par le hurt des glaçons, soit par le courant de l’eaüe… Le chancelier fut convaincu que mieux valait investir aujourd’hui qu’attendre la ruine entière du pont si l’on voulait, au final, limiter les frais.  

Ayant une parole de poids auprès du roi, le chancelier se fit entendre ; si bien qu’en 1640 Adrien Petit, architecte du duc d’Orléans, et Fleury Perrot, maitre maçon, se rendirent adjudicataires des travaux du pont financés par l’État. Ces architectes réemployèrent les matériaux provenant de la démolition de l’ancien pont.

C’est donc sans surprise que dans le dictionnaire de 1708, le frère cadet de Pierre Corneille, Thomas Corneille (1625-1709), décrivit en ces mots la cité : Vicomté, bailliage, élection, grenier à sel, maîtrise des eaux et forêts, et un bon château de l’autre côté de son pont de pierre, qui est le plus beau, le long, le mieux bâti qui soit sur la Seine (cité par Louis-Etienne Charpillon et Anatole Caresme)…

Pour mettre en valeur combien les conditions climatiques mettaient à mal la maitresse œuvre de Pont-de-l’Arche, quelques dizaines d’années après sa construction, un procès-verbal constatait, en 1712, que ce pont menaçait ruine et que la navigation était entravée par les pêcheurs et les gords [14].

Selon Yves Fache, dont les références sont parfois aléatoires, deux arches du pont s’ouvrirent au début du XVIIIe siècle [15]. C’est un fait tout à fait plausible au vu de ce qu’écrivit le procès-verbal mentionné ci-dessus.

Sans solution d’envergure, et sans volonté de changer le cours des choses, le pont de la ville continua à être partiellement rénové au XVIIIe siècle.

Passant la période révolutionnaire sans encombres, le pont, selon Léon de Duranville (1856, p. 145) a failli être détruit, du moins en partie, en 1814 ; lors de l’invasion des armées étrangères, il fut sérieusement question de le faire sauter, pour entraver la marche des ennemis (…). Nous avons connu un honorable habitant de Rouen, ancien officier du génie, qui s’estimait heureux d’avoir pu, par ses représentations, retarder l’exécution d’une mesure déjà prise, et, par là, d’avoir sauvé le pont en question.

Ensuite, en 1856, il fut projeté de remplacer les petites arches bâties sur la Seine par quatre grandes arches, dont la grandeur devait faciliter la navigation fluviale et notamment les machines à vapeur. Sous la direction de M. Emmery, ingénieur du service hydraulique, le pont devait passer de 24 à 12 arches, la partie du pont située du côté de la ville ne devant être remodelée que plus tard, à une date indéfinie. Qui plus est, les travaux de 1856 devaient augmenter de trois mètres la largeur du tablier en attendant de raser de fond en comble, un jour, l’ancien ouvrage [16].

C’est en 1856, date tournant de l’histoire de la ville sur le plan symbolique, que le pont Petit-Perrot s’écoula partiellement [17] à cause de grandes inondations qui frappèrent la France ; les dégâts étant très nombreux dans la vallée de la Loire. Le samedi 12 juillet, on interdit la circulation sur le pont suite à de dangereux signes avant-coureur. C’est sous le regard d’une foule nombreuse que trois arches du pont de désaxèrent puis chutèrent dans les eaux de Seine. Deux autres arches les suivirent dans le cours le lundi 14 [18].

On devait s’attendre d’autant moins à l’événement qui vient d’avoir lieu que des dépenses considérables ont été récemment faites pour consolider l’ensemble du pont, en même temps que l’on construisait les arches neuves qui couvrent le bras de Seine resté libre pour la navigation [19]. Il est bien rare que la plume d’un journaliste havrais s’attarde sur Pont-de-l’Arche. Mais là, en l’occurrence, il eût été difficile de ne pas tenir au courant les lecteurs de la porte océane, dont nombre étaient des commerçants attachés au maintien des liaisons directes avec Paris. Or, le pont de Pont-de-l’Arche était à la fois un support de la route impériale Le Havre-Rouen-Paris et un possible obstacle à la navigation fluviale.

Alors, outre l’extraordinaire inondation, il est possible que les travaux de construction des nouvelles arches aient déstabilisé un pont déjà fragilisé par son ancienneté. Bien qu’ayant été en partie rénové, on abandonna-là les travaux et, profitant de l’occasion pour adapter l’ouvrage au trafic fluvial, l’État accorda le budget nécessaire à la construction d’un nouvel ouvrage remplaçant entièrement l’ancien.

Il y eut évidemment des nostalgiques pour regretter la disparition de cet ancien ouvrage, comme le montre le texte de Raymond Bordeaux, dans le Bulletin monumental [20].

 

Sutherland, Gendall

      [Pont-de-l’Arche, vue générale sur le pont et la ville], J. Gendall del. T. Sutherland scp., XIXe siècle, 27,8 x         20,8 cm, Archives de l’Eure, 1 Fi 835.

 

Voir aussi la vue de Félix Benois sur ce pont

 

Un septième (?) ouvrage : le pont provisoire de 1856 (juillet 1856- janvier 1858) 

On a établi un service de bacs [21] pour le passage des piétons et pour les voitures, et l’on va construire très promptement un pont provisoire en charpente. Ainsi s’exprima le journaliste du Journal du Havre, en date du mercredi 16 juillet 1856.

Cependant, le système de bacs ne fut utile qu’aux piétons car, comme le rapportent Charles Brisson et A. Hostalier : C’est au pont suspendu d’Elbeuf, construit 14 ans plus tôt, que les véhicules durent aller franchir le fleuve [22]… du moins jusqu’à la construction du pont de bois.

 

Un huitième (?) ouvrage : le pont Méry-Saint-Yves (1857-1858 / 1931) 

 

Inauguration-1858.jpgL'inauguration du nouveau pont en 1858. Article d'Ernest Boucher publié dans L'Illustration : journal universel, n° du 30 janvier 1858, n° 779, vol. XXXI, Paris, 16 p. 

 

 

La chute du pont en 1856 permit de bâtir un pont moderne, entièrement rénové et adapté aux besoins de la circulation fluviale et routière. Il fut construit sous la direction de MM. Méry et Saint-Yves, ingénieurs du département de l’Eure [23]. Après sept mois de travaux, ce nouvel ouvrage fut inauguré le 17 janvier 1858 en présence du Préfet et de l’évêque d’Évreux, qui bénit ce pont. Ce bel ouvrage de neuf arches risqua d’être détruit en 1870, où des patriotes voulurent barrer la route aux troupes prussiennes, mais aussi en 1914, où une tentative allemande rata de peu le dynamitage de ce pont ainsi que de ceux d’Oissel. Ce n’est pas un sinistre mais de grands travaux qui mirent fin à ce pont. 

 

Un neuvième (?) ouvrage : le pont de 1931 (1931-1935 / juin 1940) 

Devant l’accroissement des moyens de transports, il fut décidé en 1930 de remplacer 4 arches de 37 m sur la Seine par deux arches de 61 et 68 m avec une seule pile dans le lit du fleuve. Les travaux débutèrent en 1931 et, pour permettre la circulation de 2500 véhicules par jour dans les deux sens, un pont provisoire métallique long de 180 mètres fut établi juste à côté de l’ancien pont [24]. Bien que les arches sur le bras de Seine près de la ville ne furent pas modifiées, on élargit tout de même cette partie du pont afin d’adapter l’édifice à la circulation routière.

L’entreprise qui se chargea de la construction de l’ouvrage était une société allemande qui travailla à titre de réparation matérielle aux dommages de la Première Guerre mondiale. Mais cet ouvrage ne dura que 5 ans.

 

Pont de 1931

Entre 1931 et 1935, les arches sur la Seine furent remplacées par deux arches offrant un plus large passage à la navigation fluviale. 

 

A lire...

Le combat de Pont-de-l'Arche en 1940 et le pont de bois Adolf-Hitler

 

Un dixième (?) ouvrage : le pont de bois de l’hiver 1940 (été 1940 / janvier 1941) 

Le génie français et anglais ayant fait sauter le tout récent pont, les autorités allemandes ont fait bâtir dans l’urgence un pont de bateaux dès les premières semaines de l’occupation. Après avoir beaucoup servi, il fut emporté par la débâcle des glaces en janvier 1941 [25].

 

Un onzième (?) ouvrage : le pont Blosset (8 juin 1941 / 30 mai 1944)

À peine le pont de bois était-il emporté que l’occupant fit construire un nouveau pont sous la direction de Maurice Blosset, ingénieur. Les travaux durèrent près de cinq mois pendant lesquels la main d’œuvre française utilisa 5000 fûts de la forêt de Bord. Le nouveau pont était une prouesse technique vu la simplicité du matériau disponible. Les futs, de 10 à 14 mètres de long et 25 cm de diamètre, étaient enfoncés de 3 m 50 dans l’assise calcaire du fleuve [26]. Il comportait deux étages : le niveau inférieur était en fait une passerelle pour piétons (photogr. ci-dessous) et était interrompu en son milieu car ici se trouvait l’arche fluviale [27]. Le niveau supérieur se scindait en deux à certains endroits pour accélérer le trafic. Ce pont fut mis en service le 8 juin 1941 où un drapeau tricolore flottait fièrement sur l’ouvrage. Cet orgueil failli coûter cher à l’ingénieur bien que l’on ne sache pas le degré de connivence de celui-ci avec le(s) auteur(s) de ce bel acte.

Ce pont tint bon durant trois ans. Il fut en grande partie détruit par les bombardements alliés des 30 mai et 7 juin 1944. Eddy Florentin rapporte le témoignage que voici : les bombardiers passent trente minutes durant, l’épave du pont gît, moitié dans le fleuve, moitié sur la terre ferme. Les sapins, qui constituaient la principale ossature de l’ouvrage, sont tordus, confondus dans un enchevêtrement indescriptible. La grande voie de communication est interrompue sans qu’il y ait eu une seule victime, un seul immeuble détruit [28].

 

Pont de bois

Le pont de bois Adolf-Hitler le 16 févier 1942. 

 

Un douzième (?) ouvrage : le pont canadien (30 aout 1944 / octobre 1944) 

Le pont de bois de Pont-de-l’Arche fut détruit par les bombardements alliés afin de gêner les mouvements des armées allemandes. Peu après leur arrivée le 26 aout 1944, les troupes canadiennes lancèrent un premier pont de bois au niveau de l’ile d’Harcourt. Les Canadiens passèrent la Seine le 30 aout. Ce petit pont permettait de passer l’Eure et donnait directement sur un pont enjambant la Seine. Ce deuxième ouvrage était constitué de barges flottantes sur lesquelles pouvaient transiter aussi bien les camions que les piétons. Sur la rive droite, une voie rejoignait la route habituelle du Fort, à l’endroit même de la tête de l’ancien pont (une partie de cette toute est encore praticable derrière la station-service). Toutefois, ce pont ne permettait pas le passage de bateaux. Il fut remplacé par un bac à moteur avant le 15 octobre 1944, date à laquelle la navigation fluviale relia à nouveau Paris à Rouen [29]. Le bac fut remplacé par un pont métallique avec passe en son milieu en 1946.  

 

Un treizième (?) ouvrage : le pont Mulberry (1946 / janvier 1955) 

 

A lire...

Un vestige de la Libération : le pont d'Arromanches

 

Le pont de bois sur l’Eure fut remplacé par un petit pont Mulberry, celui que nous connaissons de nos jours. Dans le même temps, le pont canadien sur la Seine fut remplacé par un autre pont Mulberry durant l’hiver 1945-1946 mais suspendu en sa partie centrale afin de laisser passer la navigation fluviale. Construit sous la direction des ingénieurs Lizée, Long-Depaquit et Tardy, il fut réalisé avec 503 pieux de bois issus du pont de la guerre,  des passerelles latérales – en fuseaux – provenant du port d’Arromanches et des passerelles centrales récupérées sur l’ancien pont canadien, le pont de barges. D’abord à voie unique, il fut dédoublé sur les 175 mètres de sa longueur [30]. Il fut conservé jusqu’à la mise en service d’un pont fixe, c’est-à-dire jusqu’à ce que les pouvoirs publics puissent trouver les finances nécessaires à l’entreprise. D’après Louis Béquet, il était encore visible en 1970.

 

Ponts provisoires de la reconstruction

Le pont des canadiens, à gauche, et le pont Mulberry, sur la Seine.     

 

Un quatorzième (?) ouvrage : le pont Le Gall (janvier 1955…) 

Le nouveau pont ne devait plus faire passer les véhicules dans le centre ville de Pont-de-l’Arche. C’est pourquoi il fut décidé qu’il passerait entre Les Damps et la ville avant de retrouver la culée habituelle de l’ancien pont sur la rive droite (les anciennes fondations du fort de Limaie servirent notamment de bases à cette culée). Rappelons que la circulation était tout à fait importante. Le pont de Pont-de-l’Arche permettait à une des deux routes Le Havre-Rouen / Paris de franchir la Seine avant l’ouverture de l’autoroute de Normandie (1968).

L’entrée du pont, rive gauche, devait se faire depuis la route de Paris – donc des Damps – ce qui explique la courbe depuis la limite des Damps jusqu’à la Folie-Vallée, courbe qui laisse l’ancienne route du Vaudreuil bien isolée près des maisons de la rue et de l’impasse Maurice-Delamare. La route nationale Louviers-Rouen fut créée dans le même temps.

Les travaux du pont débutèrent en avril 1951 sous la direction générale de l’ingénieur Le Gall. Les travaux d’infrastructure incombaient aux entreprises Alquié (Paris) et Courbot (Montrouge). Une cinquantaine d’ouvriers étaient à l’ouvrage tous les jours. Les piles furent enfoncées à près de 4 m dans le calcaire du lit de la Seine. 6 000 tonnes de béton et 115 tonnes d’acier ont été nécessaires à la réalisation de cette première tranche de travaux.

Quant au tablier, il fait de ce pont le premier de tous les ouvrages de Pont-de-l’Arche à présenter des arches droites et non plus cintrées. Il laisse un tirant d’air de près de 7 mètres [31]. De plus, ce tablier constituait le record d’Europe des ponts soudés à poutres continues.

Les travaux n’étaient pas terminés que déjà la question de la moindre fréquentation du centre ville était posée. Les auteurs des articles que nous citons dirent que des panneaux bien placés sauraient pallier le préjudice commercial et touristique engendré par le détournement de la circulation… Ils dirent de même que des magasins ne manqueraient pas de s’installer le long de la rue Delattre-de-Tassigny, rue appelée à déplacer le centre ville de Pont-de-l’Arche [32].

Ce dernier pont, situé avenue De-Lattre-de-Tassigny, fut inauguré par Pierre Mendès France, conseiller général de Pont-de-l’Arche et surtout président du Conseil des ministres, le 29 janvier 1955.

 

Nouveau contournant le centre-ville

Vue aérienne sur la déviation reliant Les Damps au nouveau pont de Pont-de-l'Arche en 1954 (le goudronnage du tablier est en cours).  

 

 

Notes

[1] Launay, Armand, « Controverses sur le palais royal de Pîtres », in La Fouine magazine n° 9, Les Damps : chez l’auteur, septembre 2005, 24 p., ISSN 1765-2278, cf. p. 5.

[2] Cité par Coupland Simon, “The Fortified Bridges of Charles the Bald”, in Journal of Medieval History, vol. 17, n° 1, mars 1991, pages 1 à 12.

[3] Hincmar, Annales de l’Europe carolingienne (840-903), Clermont-Ferrand : Paleo, coll. Les sources de l’histoire de France (dir. Éric de Bussac), 2002, 305 pages, voir page 171.

[4] Dearden Brian, "Igoville (Eure) : Le Fort", in Collectif, Archéologie médiévale, t. XX, Paris : CNRS ; Caen : Publication du centre de recherches archéologiques médiévales, 1990, pages 413 à 414.

[5] Meyer, Paul, L’histoire de Guillaume Le Maréchal, conte de Striguil et de Pembroke, régent d’Angleterre de 1216 à 1219, t. III, Paris : Renouard, 1801, voir page 139.

[6] Favier, Jean, Les Plantagenêts : origines et destins d’un empire (XIe-XIVe siècles), Paris : Fayard, 2004, 960 pages, voir page. 620.

[7] Stapleton, Thomas, Magni rotuli Scacarii normanniae sub regibus Angliae,    t. I, Londini [Londres] : Sumptimus Soc. Antiq. Londiniensis, MDCCCXL, 288 pages, voir page 236.

[8] Cité par Duranville, Léon Levaillant de, Essai archéologique et historique sur la ville du Pont-de-l’Arche : documents supplémentaires, Rouen : A. Le Brument, 1870, 55 pages.

[9] Charpillon, Louis-Etienne., Caresme, Anatole, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l’Eure, Les Andelys : Delcroix, 1868, 960 pages, voir article "Pont-de-l’Arche".

[10] Baudot du Buisson-Aubenay, François-Nicolas (1590-1652), Itinéraire de Normandie, Rouen : Lestringant, 291 p., [entre 1636 et 1640],. pages 42 et 43 : f° 24.

[11] Launay, Armand, « Pont-de-l'Arche et la guerre de Cent ans : 31 ans d’occupation anglaise », pages 15 à 20, in La Fouine magazine n° 8, Les Damps : chez l’auteur, juillet 2005, 24 pages. Aussi en ligne

[12] Delabos, Christian, La Seine et les opérations militaires à la fin du Moyen Age, mémoire de maitrise soutenu à Rouen sous la direction d’Alain Sadourny en 1991, 248 p., cf. p. 66.

[13] Floquet, A. (publ. par), Diaire ou journal du voyage du chancelier Séguier en Normandie après la sédition des nu-pieds (1639-1640) et documents relatifs à ce voyage et à la sédition, Rouen : É. Frère, 1842, 448 p.

[14] Brisson, Charles, Hostalier, A., « Le sixième pont de Pont-de-l’Arche – I.– Un pont millénaire », 7 mars 1952, 1 page, archives d’Elbeuf : Fonds Brisson, dossier 188 C 329.

[15] Fache, Yves, Histoire des ponts de Rouen et de sa région, Luneray : Bertout, 1985, 392 pages.

[16] Bordeaux, Raymond, « Note sur la démolition du pont de Pont-de-l’Arche, pages 149 à 154, Bulletin monumental, 3e série, t. I, ; Paris : Lance ; Rouen : É. Frère ; Caen : Marie-Viel, 1856. 

[17] Coutil, Léon, « Effondrement de deux piles du pont de Pont-de-l’Arche en 1856 », pages 42 à 47, Bulletins de la Société d’études diverses de l’arrondissement de Louviers, t. XIX, années 1925-1927, 47 pages.

[18] L’Industriel de Louviers, 26 mars 1913.

[19] Le Journal du Havre, mercredi 16 juillet 1856.

[20] Bordeaux, Raymond, « Démolition du pont de Pont-de-l’Arche... »

Ce qui est étayé le lendemain dans le même journal : Le passage de la Seine s’effectue, comme l’avons dit, au moyen de bacs. Dans la nuit de mardi à mercredi, ce passage avait été rendu momentanément si dangereux par le violent orage qui avait éclaté sur nos contrées, que pendant plus de deux heures et demie les dépêches de la poste ont été retenues au Pont-de-l’Arche, sans que les bateliers osassent s’exposer à les transporter sur l’autre rive.

[21] Brisson, Charles, Hostalier, A., « Le sixième pont de Pont-de-l’Arche – I.– Un pont millénaire », 7 mars 1952, 1 page, archives d’Elbeuf : Fonds Brisson, dossier 188 C 329.

[22] Le Publicateur de Louviers du 21 janvier 1858.

[23] Brisson, Charles, Hostalier, A., " Le sixième pont de Pont-de-l’Arche… »

[24] Béquet, Louis, " Les neuf ponts de Pont-de-l’Arche ", in Trait d’union. Bulletin d’informations municipales, n° 3, Pont-de-l’Arche : Mairie, 1970, 30 p.

[25] Brisson, Charles, Hostalier, A., " Le sixième pont de Pont-de-l’Arche..."

[26] Fache, Yves, Les ponts…, p. 349.

[27] Brisson, Charles, Hostalier, A., " Le sixième pont de Pont-de-l’Arche… »

[15] Béquet, Louis, « Les neuf ponts de Pont-de-l’Arche… »

[28] Florentin, Eddy, Quand les alliés bombardaient la France, Paris : Perrin, 1999, page 332.

[29] Fache, Yves, Les ponts…, p. 354

[30] Brisson, Charles, Hostalier, A., « Le sixième pont de Pont-de-l’Arche… »

[31] Brisson, Charles, Hostalier, A., " Le sixième pont de Pont-de-l’Arche… »

[32] Brisson, Charles, Hostalier, A., " Le sixième pont de Pont-de-l’Arche… ».

 

A lire aussi...

Les moulins

Les remparts

L'écluse d'Igoville

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...