Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mai 2018 3 09 /05 /mai /2018 19:14

=> Le dernier magazine de la mairie de Pont-de-l'Arche contient la première partie de l'article ci-dessous. Il invite ses lecteurs à accéder à la suite de cet article sur ce présent blog.

 

Eustache-Hyacinthe Langlois (Pont-de-l’Arche le 3 aout 1777–Rouen le 29 septembre 1837) fut un artiste et écrivain au service de la conservation du patrimoine médiéval normand.

Le prénom Hyacinthe est précieux autant que littéraire : le nom Langlois est bien normand qui rappelle les Anglois de la guerre de Cent-ans. Le nom d’Hyacinthe Langlois, donné à la place centrale de Pont-de-l’Arche, exprime à merveille le patrimoine médiéval normand et début XIXe de notre ville.

C’est son père, André Gérard, alors officier du roi au bailliage de Pont-de-l’Arche, en charge des forêts, qui choisit le prénom d’Hyacinthe. Beau choix s’il en est, car Hyacinthe est décrit dans les mythes grecs comme un bel homme aimé d’Apollon, dieu des arts et des lettres, père des Muses. André Gérard souhaitait que son fils lui succédât à la charge d’officier du roi, mais le cœur d’Hyacinthe battait pour les arts, lui qui réalisait ‒ enfant déjà ‒ des croquis sur Pont-de-l’Arche, ses habitants, le pittoresque de ses demeures et de son environnement. Quand la Révolution éclata, il avait bientôt 12 printemps. Il put vivre bon an mal an sa passion pour l’art, devenant à Paris l’élève et le modèle posant pour le grand Jacques-Louis David, peintre du Serment du jeu de paume et du Sacre de Napoléon.

 

Esquisse d'Hyacinthe Langlois sur le Pont-de-l'Arche de son enfance. Représenté ici depuis l'ile de La Potterie, actuellement Saint-Pierre (Bibliothèque municipale de Rouen).

Esquisse d'Hyacinthe Langlois sur le Pont-de-l'Arche de son enfance. Représenté ici depuis l'ile de La Potterie, actuellement Saint-Pierre (Bibliothèque municipale de Rouen).

Eustache, son ​premier prénom, lui convient aussi. Inspiré de la commune de Saint-Eustache-la-forêt, près de Bolbec, il désigne en grec, ce “qui porte de beaux épis”. L’art d’Hyacinthe germa, même si pauvre il demeura, avec femme et enfants à Rouen. Il mit le précis de ses gravures sur bois, de sa plume et de son crayon au service de travaux documentaires, soient plus de 1000 dessins et croquis. Il valorisa l’architecture religieuse et civile, la sculpture, le vitrail, le mobilier… et ce principalement de la Normandie médiévale que dépréciaient ses contemporains au profit des arts gréco-romains. Il se fit antiquaire et archéologue, c’est-à-dire historien dans la langue des anciens. Il devint également professeur à l’école des Beaux-arts de Rouen et initia, avec ses amis des sociétés, le musée des antiquités. Eustache le saint médiéval. Hyacinthe le grec rationnel.

Hyacinthe, le personnage des mythes grecs, mourut accidentellement et de son sang naquit la fleur ‒ jacinthe ou iris, c’est selon ‒ symbole du cycle de la nature sans cesse renaissante. Hyacinthe Langlois laissa itou son travail et sa sensibilité à la postérité. Il sensibilisa de nombreux architectes tels qu’Arcisse de Caumont, des auteurs tels que Gustave Flaubert, des artistes tels que Célestin Nanteuil. Écrivain, il légua des nouvelles où il évoque sa fidélité au catholicisme, aux temps anciens, souvent médiévaux et magiques, où il s’échappe du présent le décevant, où il retrouve le soleil de sa jeunesse. Il y campa un paysage nostalgique, annonciateur de l’imagerie gothique, romantique.

Dessin de Polyclès Langlois, fils d'Hyacinthe, pour la réalisation du médaillon devant orner la tombe et la plaque commémorative d'Hyacinthe Langlois sur sa maison natale à Pont-de-l'Arche.

Dessin de Polyclès Langlois, fils d'Hyacinthe, pour la réalisation du médaillon devant orner la tombe et la plaque commémorative d'Hyacinthe Langlois sur sa maison natale à Pont-de-l'Arche.

Aimé, il fut honoré à sa mort par le témoignage de très nombreux amis. Une tombe adossée à un réel menhir l’atteste toujours au cimetière monumental de Rouen. Elle porte un médaillon dessiné par Polyclès, son fils, et sculpté par Pierre-Jean David en 1838. Il porte cette inscription : « À E.-H. Langlois né à Pont-de-l’Arche le 3 août 1777, peintre, graveur, archéologue, la Normandie reconnaissante. » Une copie de ce médaillon fut apposé sur sa maison natale à Pont-de-l’Arche. Levez le regard au-dessus de la vitrine de la boulangerie du bas, “Au fournil de l’arche”, rue Alphonse-Samain.

Photographie du médaillon et de la plaque posés en hommage à Hyacinthe Langlois sur sa maison natale de la rue Alphonse-Samain (cliché Armand Launay, 2011)..

Photographie du médaillon et de la plaque posés en hommage à Hyacinthe Langlois sur sa maison natale de la rue Alphonse-Samain (cliché Armand Launay, 2011)..

En 1865, le Conseil municipal de Pont-de-l’Arche, présidé par Jean-Baptiste Delaporte, décida de baptiser la place du marché (où se trouvait la halle, démolie en 1857) du nom d’Hyacinthe Langlois et ses épis. En 1867, pour le 30e anniversaire de sa mort, un buste en bronze ‒ signé Auguste-Vincent Iguel ‒ fut posé sur un piédestal au centre de la place ; ceci grâce à un comité public. Le buste fut réquisitionné par les autorités allemandes en 1941 pour équiper les armées. En 1953, les édiles firent démolir le ​piédestal, demeuré vide ; en couler un nouveau étant jugé trop cher pour cette période où le passé ‒ peut-être ‒ était plus considéré comme une charge que comme un héritage.

La place Hyacinthe Langlois quand elle portait encore en son point central le buste rendant hommage à l'enfant du pays.

La place Hyacinthe Langlois quand elle portait encore en son point central le buste rendant hommage à l'enfant du pays.

Charmées par la littérature d’Hyacinthe, Simone Sauteur et Anita Patin, enseignantes, donnèrent l’idée de baptiser le collège du nom d’Hyacinthe Langlois. Le baptême eut lieu le 10 octobre 1987, officié par le maire Roger Leroux et la principale du collège Chantal Leroy.

Le souvenir d’Hyacinthe, qui aimait signer “Langlois du Pont de l’Arche“, fit germer l’idée chez son ami Léon Levaillant de Duranville d’étudier l’histoire de notre ville. Il façonna la première marche de l’escalier des études traitant l’histoire de Pont-de-l’Arche.

Une partie des œuvres d’Hyacinthe Langlois sont accessibles, passim, sur le Net.

 

Lisez aussi :

Les monuments rendant hommage à Hyacinthe Langlois à Pont-de-l'Arche, Rouen et Lyons-la-forêt. 

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost0
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 18:44

Dimanche 10 mars, la Ville de Pont-de-l’Arche accueillait les Amis des monuments et sites de l’Eure (AMSE), une association œuvrant pour la sauvegarde et la promotion du patrimoine bâti, écrit, artistique, naturel et paysager. C’est la première assemblée générale dans la ville depuis 1991 qui eut lieu à la Salle d’Armes sous la présidence d’Agnès Vermersch et avec la participation des locaux de l’étape Anita et Jean-Pierre Patin et Michel Lepont.

 

P1100268.JPG

Une partie des membres de l'AMSE visitant Pont-de-l'Arche le 10 mars 2013.

 

Fondée en 1927 et présidée depuis 6 ans par Pierre Roussel, l’AMSE fédère les énergies et conseille les élus et les particuliers soucieux de préserver le patrimoine. Le matin, ils étaient 150 dans l’Espace des Arts’chépontains pour une assemblée générale révélant une bonne santé : 780 adhérents, 250 communes amies, un budget à l’équilibre, des partenaires de choix tels que le Conseil général, le Service territorial de l’architecture et du patrimoine (STAP), la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC), la Fondation du patrimoine, le Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement de l’Eure (CAUE), le diocèse… Grâce aux nombreux bénévoles, l’AMSE est active : édition d’un bulletin, sorties à thèmes (héraldiques, églises…), journées Confluence, nuit des retables, ateliers du patrimoine avec France Poulain, directrice du STAP. Cette dernière, présente dimanche, a souligné la chance d’avoir à ses côtés l’AMSE, « une association qui, grâce à son intérêt pour tout le département, décloisonne des dossiers stoppés au niveau local. C’est par l’échange et la communication que peut se faire la protection du patrimoine » termine la jeune directrice. Présents aussi, le député François Loncle qui n’a pas tari d’éloges pour les bénévoles et Richard Jacquet, maire de Pont-de-l’Arche, qui a souhaité la bienvenue aux sociétaires et rappelé que « le patrimoine a besoin du soutien de chaque génération. C’est la seule manière de « disputer à l’oubli », comme l’écrivait Hyacinthe Langlois, artiste et historien né à Pont-de-l’Arche en 1777, les beautés et les enseignements laissés par nos ainés. » Il a ensuite présenté les réalisations de la commune aujourd’hui : l’orgue entretenu par Michel Lepont, nommé titulaire en 2009, restauration de tableaux (2009), publications sur le patrimoine notamment industriel, libération des douves (2012), restauration à venir de la statue Saint-Pierre et des lions des stalles, étude pour planifier les travaux dont Notre-Dame-des-arts a besoin, la fin de la restauration cette année de la boulangerie du baillage avec la Fondation du patrimoine et 7 jeunes en service civique. Puis l’AMSE a honorés quatre belles réalisations de 2012 avant un repas puis une visite commentée de la ville par Armand Launay et un concert d’orgue de Michel Lepont. A suivre, dans notre région, les visites gratuites au château de Gaillon du 25 mai au 2 juin et qui présenteront les techniques de construction de charpente à l’ancienne grâce à Charpentiers sans frontière, soutenus par la DRAC et épaulés par l’AMSE.

 

Plus d’infos sur www.amse.asso.fr 

 

Logo AMSE

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 22:14

Dans la rue des Soupirs, au fond d’une propriété où sont loués plusieurs garages, se trouve un mur en terre, type de construction aussi appelée mur en bauge. La bauge est composée de terre, l’argile en l’occurrence, et divers matériaux dont un soubassement en moellons calcaires et quelques os…

 

Os dans le mur 1

 

En effet, des os font partie de ce petit élément du patrimoine rural et agricole, mitoyen avec la cour d’école, qui est à mettre en relation avec un ancien corps de ferme du XIXe siècle qui va disparaitre dans les semaines à venir afin de laisser place à la résidence Lucie-et-Raymond-Aubrac.

Dans ce mur, qui va survivre au corps de ferme, se trouvent deux rangées d’os de diverses espèces animales. Cette disposition ordonnée démontre qu’il s’agit d’un choix délibéré.  

A quoi pouvaient bien servir ces os qui dépassent de quelques centimètres du mur ?    

 

Os dans le mur 2

 

On pourrait penser qu’ils servaient à consolider l’ouvrage. Mais la relative rareté des os dans ce type de murs démontre que ce n’est pas une bonne piste. De plus, pourquoi les laisser dépasser du mur ?

Cette volonté de les laisser apparaitre est une piste que nous relions à un article traitant des écorçoirs en os [1]. L’auteur, un certain Doré-Delente, de Dreux, avançait en 1892 avoir vu "… un vieux bûcheron qui prétend que les os que l'on trouve dans les vieux murs en bauge, où ils ont été mis comme supports de treillage, sont de beaucoup préférables aux frais ; probablement parce qu'ils sont durcis par l'âge et aussi parce qu'ils sont désinfectés."

 

Os dans le mur 3

 

Cette thèse de support de treillage, maintenant des végétaux grimpants, est d’ailleurs reprise dans divers forums sur le Net [2] qui les présentent comme supports de rosiers ou de vignes [3]: « Cette pratique, en usage au nord de la Loire depuis la Bretagne jusqu'à la Suisse romande, permettait une économie en chevilles de fer, dont le cout était élevé [4].

En effet, l’os est un matériau résistant qui, à la différence du bois ou du métal, n’affecte pas le mur en s’érodant. En somme, il est peu couteux et préserve une construction réalisée avec un matériau friable : la bauge !

 

 

Notes

[1] Doré-Delente, "Ecorçoirs en os", Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, IV° Série. Tome 3, 1892. pages 198-199. url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0301-8644_1892_num_3_1_3971. Consulté le 21 novembre 2012

[2] Academia celtica,

[3] Mur à os de moutons, Jouy-le-Moutier : http://fr.topic-topos.com/mur-a-os-de-mouton-jouy-le-moutier

[4] Ibidem 

 

A lire aussi... 

La rue des Soupirs et la Côte d'amour

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com/

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost0
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 15:13

A Nicolas Sovereto 

 

Presque en face de l'hôtel de Ville, à l’entrée d’un mini-square, une voute en pierre de taille reste bien mystérieuse aux yeux des Archépontains et, principalement, des collégiens passant en ces lieux. D’où vient-elle ? A quoi a-t-elle servi ? Rien n’a été écrit à ce sujet.  

 

Voute de la rue Maurice-Delamare

 

Nous avons tout d’abord lu le plan cadastral de 1834. Celui-ci montre l’existence d’une demeure – disparue depuis – en bas à droite du détail du plan reproduit ci-dessous. La parcelle de cette demeure était accessible depuis la rue de Paris, actuelle rue Maurice-Delamare. La jonction de cette parcelle et de la rue se faisait précisément à l’endroit où l’on retrouve la voute aujourd’hui. A n’en pas douter, cette voute servait de portail. C’est ce que corrobore l’observation de la voute dont le piédroit* a été taillé pour recevoir une porte.

 

Voute de la rue Maurice-Delamare (plan cadastral)

Cette voute est cintrée*. Ses claveaux* sont constitués de pierres de taille massives. Ses impostes* et sa clé de voute sont saillantes. Elle semble dater de la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe selon le castellologue Jean Mesqui.

Nous trouvons qu’il ressemble à la poterne de la Petite-chaussée (voir notre étude sur les remparts : "La poterne de la Grande chaussée"). Comparons la voute qui nous intéresse à celle que l’on retrouve dans une vue de la première moitié du XIXe siècle reproduite ci-dessous.

 

 

La ressemblance entre la voute ancienne et la voute qui nous intéresse est frappante. Elles sont cintrées, les dimensions semblent proches, les impostes sont saillantes… Or, en cet endroit le rempart fut démantelé en 1857 afin de construire un quai autour du nouveau pont. Il est fort probable que le propriétaire de la demeure accessible depuis la rue Maurice-Delamare ait fait partie des gens qui ont acheté à la Ville de Pont-de-l’Arche des pierres issues du démantèlement des fortifications. Il aura certainement acheté cette voute afin d’en faire un beau portail. Du mur de clôture, il reste quelques éléments, à droite d'une entrée de garage. Il s'agit d'un élégant damier de silex noirs et de moellons calcaires avec quelques chainages de pierre de taille.

C’est peut-être ce qui donne l’impression aux promeneurs et aux collégiens de traverser les siècles en passant sous cette belle voute… 

  

* Pour le vocabulaire architectural, consultez l’article « voute » de Wikipédia. 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com/

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 13:47

Dans le cadre du mois de l’architecture contemporaine, le Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement de l’Eure (CAUE 27) et la Maison de l'architecture proposent une journée d'échanges sur le thème du patrimoine et de l'architecture.

 

P1190236

 

Comment habitons-nous nos villes et nos territoires ?

Le mois de mars est l’occasion, dans les deux régions haute et basse normandes, de porter un regard sur l’architecture contemporaine et sur l’urbanisme et de voir comment ils façonnent nos lieux de vie. L’année 2012 est mise sous le signe du changement et des mutations.

Comment l’architecture peut-elle être au service du quotidien ? quelles stratégies urbaines pour les bourgs ? comment (re)conquérir le centre ? quel avenir pour les quartiers en reconversion ? comment intégrer le développement durable dans les logements ? qu’est-ce qui fait ville ?

Ville en mouvement, territoire en évolution : quelle place le patrimoine peut-il avoir dans cet urbanisme en progression ?

Le regard vers l’avenir auquel ce mois de l’architecture nous incite ne doit pas nous conduire à négliger les traces du passé. A l’heure où les modes de vies se mondialisent et où les formes urbaines tendent à s’homogénéiser dans un périurbain tentaculaire, le patrimoine concentre des caractéristiques culturelles et identitaires locales qui donnent du sens à la ville contemporaine. A ce titre, il mérite l’attention qui lui est accordée même s’il doit aussi s’intégrer dans le présent pour continuer à porter une dynamique urbaine. Aussi, la protection du patrimoine doit-elle s’adapter aux préoccupations actuelles, et mettre à jour les outils sur lesquels elle prend appui, tant au niveau national que local.

Une matinée de conférence sera l’occasion d’évoquer le lien qui unit patrimoine et urbanisme, à travers 4 échelles : niveau national, niveau départemental, niveau communal et niveau des particuliers. Puis une visite en après-midi dans le centre ancien de Pont-de-l’Arche permettra de souligner le bâti ancien et son organisation interne.

 

CAUE-journee-echanges.JPG

 

Jeudi 15 mars 2012
Espace des Arts'chépontains (salle des fêtes)

16, rue Maurice-Delamare (face à la mairie)
27 340 PONT-DE-L’ARCHE

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com/

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 22:55

Diaporama accesible sur Slideshare en cliquant sur l'image... 

 

12 objets

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 13:11

Au printemps, la municipalité a fait restaurer deux tableaux de l’église. Datant du XVIIe siècle, ces œuvres d’art étaient oubliées dans la sacristie. Elles ont été redéposées dans l’église afin que les croyants et les nombreux visiteurs puissent les apprécier. Ce n’est pas le tout de posséder un beau patrimoine… il faut le valoriser et le partager !

 

En 2008, une toile du XVIIe siècle tombait du mur de la sacristie où elle était oubliée depuis des dizaines d’années. Michel Lepont, organiste de la Ville et bénévole de la paroisse, alerta la municipalité.

Celle-ci rendez-vous avec le Conservateur régional des Monuments historiques et en profita pour faire restaurer aussi un tableau sur bois en mauvais état, lui aussi classé aux Monuments historiques.

C’est ainsi que L’Adoration des Mages et La Vierge à l’Enfant reçurent la visite de plusieurs restaurateurs professionnels. La municipalité décida de travailler avec Eric Beaumont qui vint chercher les œuvres après de longues procédures administratives.

Le restaurateur a d’abord retiré d’épaisses couches de vernis et de peintures apposés lors d’une restauration ancienne et qui masquaient les couleurs d’origine. Après ce premier travail, il a repeint les œuvres d’après les traces encore visibles et il a dû recomposer certaines parties manquantes et ce grâce à ses connaissances de l’art Renaissant. Ce travail d’expert, qui a duré plusieurs centaines d’heures, a redonné aux deux œuvres archépontaines (malheureusement non signées) tout leur éclat.

Afin d’éviter les erreurs du passé, la Ville a décidé de ne pas remettre ces tableaux dans la sacristie (fermée au public) mais de les accrocher dans l’église (bas-côté nord, autour du groupe statuaire sainte Anne) afin de les partager avec le plus grand nombre.

 

Description des œuvres

 

Deux-tableaux.JPG

-      « La Vierge à l’Enfant » (à gauche), huile sur toile et son cadre, XVIIe siècle, non signé, 51,5 x 70,5 cm, classé aux Monuments historiques le 24 aout 1976. Marie porte sur ses genoux l’enfant Jésus et lui donne une fleur tandis que Joseph, père de Jésus, regarde la scène et apparait au second plan à gauche. 

-       « L’Adoration des Mages », tableau peint sur planches assemblées par parquetage, XVIIe siècle, non signé, 92,7 x 65 cm, classé aux Monuments historiques le 24 aout 1976. Cette œuvre représente les rois Mages devant l’enfant Jésus porté par sa mère, Marie, accompagnée de Joseph, son mari. Une trouée dans le ciel jette une lumière accompagnée d’angelot sur cette scène située dans un décor architectural de la Renaissance.

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 17:37

 Carte postale de Pont-de-l'Arche (215)

 

Suite au travail de Pierre-Octave Philippe, la paroisse Saint-Vigor de Pont-de-l’Arche changea de nom en 1896. Elle fut nommée Notre-Dame-des-arts, désignant par-là Marie, la mère de Jésus.

Marie est Notre-Dame-des-Arts parce qu’elle est elle-même un chef-d’œuvre vivant, un des plus beaux chefs-d’œuvre de la puissance, de la sagesse, de la bonté de Dieu, et entre toutes les créatures de ce monde, le plus parfait rayonnement de son infinie beauté. C’est ainsi que le prédicateur dominicain Monsabré la décrivait, en 1899, dans l’église paroissiale. Il ajoutait aussi : Que Marie était appelée Notre-Dame des arts parce qu’elle a été la collaboratrice de Dieu dans le plus grand, le plus admirable, le plus inébranlable de ses chefs-d’œuvre : l’homme-Dieu.

Marie, comme son fils Jésus, est un exemple à suivre pour les chrétiens catholiques qui veulent puiser en eux-mêmes une force : celle de se conformer à l’idée qu’ils se font des lois divines. Cet exemple est, en l’occurrence, celui du travail artistique et de l’admiration du beau.

 

Cependant, il est rare qu’une paroisse change de patron. Comment se fait-il que saint Vigor ait été détrôné après tant de siècles ? Qui est à l’origine du nouveau culte archépontain ? En quoi consistait le cérémonial ? et quelle fut sa postérité ? 

Cela n’étonnera pas, une messe était l’élément central de ce culte qui avait lieu en début septembre. L’église était décorée pour l’occasion et un prédicateur offrait sa verve à l’auditoire. Un repas réunissait le clergé après la cérémonie religieuse.

Après la mort de Pierre-Octave Philippe (1907), le culte tomba en désuétude. Il fallut attendre l’arrivée de Maurice Desdouits (curé de 1933 à 1945) pour voir renaître le culte Notre-Dame-des-arts. Ce culte retomba cependant dans les oubliettes à cause de la Seconde Guerre mondiale puis du départ de M. Desdouits.

 

La statue a été depuis retirée du maitre-autel mais la paroisse reste cependant celle de Notre-Dame, les arts par la beauté de l’église attirant toujours les fidèles et les amateurs d’architecture.

De ce culte survit aussi la mémoire du mouvement catholique libéral qui, sous l’autorité de Léon XIII, et à la suite de Lacordaire, restaurateur de l’ordre dominicain en France, n’hésitait pas à réformer le culte et à l’adapter à des questions allant plus droit au cœur des fidèles : la paroisse de Pont-de-l’Arche voulut répondre à la sensibilité artistique. 

Mgr Sueur, évêque d’Évreux, ainsi que le chanoine Pierre-Octave Philippe, curé de Pont-de-l’Arche de 1887 à 1907, sont les instigateurs du nouveau culte Archépontain. Le pape Léon XIII donna son aval et bénit le nouveau sanctuaire. Pierre-Octave Philippe, qui voulait faire de Pont-de-l’Arche une terre d’accueil pour les artistes, participa beaucoup à la restauration de l’église paroissiale. Il était très apprécié de ses paroissiens et des élus locaux.

 

A lire aussi...

Avant 1896, la paroisse Saint-Vigor...

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost0
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 19:05

Dans le bas-côté Nord de l’église, on peut admirer cette statue en pierre représentant sainte Anne et qui date de la Renaissance. La Bible fait de Sainte Anne la mère de Marie, elle-même mère de Jésus. C’est pourquoi la statue représente Sainte Anne en train d’éduquer la Vierge Marie à partir du Livre. 

 

P1180248

 

Comme son mari, Joachim, Sainte Anne est célébrée le 26 juillet. Elle est la patronne des ébénistes et des menuisiers. Le travail et le commerce du bois dans l’histoire de Pont-de-l’Arche n’étonnera personne étant donnée la proximité de la forêt royale. Notre ville accueillait même le siège de l’administration des Eaux et forêts (au bailliage). Cependant, rien ne nous dit quand et pourquoi les Archépontains ont choisi sainte Anne pour patronne.

Son culte a un point commun avec celui de Saint Vigor, patron de l’église jusqu’en 1896 : l’enfance. En effet, Sainte Anne est vénérée pour la fécondité et saint Vigor est propice à la « vigueur » des nourrissons.

Quant à la fête sainte Anne, religieuse à son départ elle est devenue municipale depuis le XIXe siècle...  

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 15:40

Pendant plusieurs mois, en 2010, Eric Gibert et Armand Launay ont joué les détectives en visitant plusieurs caves de Pont-de-l’Arche. Pour ces deux Sherlock Holmes il s’agissait d’en savoir un peu plus sur ces légendes racontant qu’au Moyen Âge de nombreux souterrains permettaient de circuler sous la ville...

 

Lampe-torche, appareil photo, stylos… Nos visites souterraines auront été très enrichissantes et nous auront permis de constater que de nombreuses caves sont munies de doubles fermetures quand elles sont reliées à l’extérieur. En effet, grâce à des trappes situées sous les trottoirs actuels, des escaliers reliaient directement les caves à la rue médiévale. Cela permettait de faciliter les livraisons de bois, de grains… En effet, en plus de la trappe donnant sous la rue, une porte verrouillait l’accès à l’escalier depuis la cave [1] (photo 1).

 

Photo-1 

Cette double fermeture atteste que la crainte du vol est ancestrale. Comment penser, par conséquent, que toutes les caves médiévales étaient reliées afin de permettre une libre circulation notamment en cas d’urgence ? Quel intérêt auraient eu les anciens Archépontains de mettre leurs réserves à la disposition des visiteurs souterrains ? Ce que nous avons vérifié, c’est la séparation de caves en plusieurs compartiments suite à des divisions de propriétés qui ont nécessité, au XIXe siècle, la construction de murets et de portes en bois fermées à double tour (photo 2).

 

Photo-2 

 

Ce sont précisément ces passages entre les caves qui ont dû alimenter les légendes faisant du sous-sol de Pont-de-l’Arche un réseau de circulation. Nous avons même souvent entendu que les souterrains de la ville étaient suffisamment vastes pour que circulent deux cavaliers de front. C’est dire la confusion entre cave et passage souterrain car si deux personnes pourraient monter à cheval sans trop de peine, dans certaines caves, cela ne faisait pas de ces espaces de stockage des voies publiques souterraines. En revanche, ces mauvaises interprétations ne tordent pas le cou à l’existence de vrais souterrains remontant à une période plus ancienne. Rien ne nous dit, d’un point de vue technique tout comme utilitaire, que de tels passages n’aient pas existé. Attention tout de même à ne pas confondre non plus les carrières souterraines avec de longs tunnels. La Maison de la Dame Blanche, aux Damps, est réputée avoir son tunnel qui la relie à notre ville puis l’ancienne abbaye de Bonport. Mais les personnes qui répètent ces propos ont-elles visité la carrière qui se trouve juste à coté de la plus ancienne demeure dampsoise située… rue des Carrières ? D’un point de vue architectural, les caves observées sont constituées d’un seul vaisseau en plein cintre. Certaines présentent de belles pierres de taille sans aucune autre espèce de décorations. D’autres, plus soignées, présentent un décor composé d’arcs doubleaux en pierres calcaires chanfreinées de même type que ceux de la Salle d’Armes (mais de moindre dimension, voir photo 3).

 

Photo-3 

 

Ces caves sont constituées de moellons calcaires de petit appareil. Eugène Viollet-le-Duc [2] attache ce type d’arcs, pour les bâtiments civils, aux XIIe et XIIe siècle. A ces arcs doubleaux, on peut rattacher les voutes de portes d’escaliers observés dont une seule des deux arêtes est taillée. Une cave présente même une série de trois voutes d’entrée très bien conservées et très harmonieuses (photo 4).

 

Photo-4 

 

Des soupiraux sont encore présents même s’ils sont trop souvent bouchés, ce qui limite considérablement l’évacuation de l’humidité. Nos visites nous ont aussi amenés à redécouvrir le four d’une ancienne boulangerie de la rue André-Antoine (photo 5).

 

Photo-5 

 

Deux des caves visitées présentent des séries de cellules latérales de part et d’autre du vaisseau principal. Ces cellules offraient de multiples espaces de stockage et ce sans mettre en danger la résistance des caves les plus profondes. Les caves à cellules latérales sont caractéristiques de l’architecture francilienne du XIVe siècle. Les légendes que nous avons entendues font des cellules de ces caves des cachots ou des départs de souterrains (photo 6).

 

Photo-6 

 

Enfin, cette étude nous aura permis de déterminer ce qui alimente la légende, c’est-à-dire une interprétation abusive des éléments qui composent les caves médiévales. Mais l’étude a toujours ses limites : les murs rejointoyés ou à moitié écroulés que nous avons observés dans certaines caves sont-ils des tentatives d’anciens propriétaires pour fermer des passages reliant leur cave à quelque passage, quelque tunnel (photo 7) ?

 

Photo-7 

 

Le témoignage d’une personne présente lors de la démolition de l’usine Nion (Jeambin) est très clair : un long tunnel orienté Nord-sud faisait au moins 4 mètres de profondeur sur 4 de large a été mis au jour avant d’être bétonné deux jours plus tard. Les témoignages concordent aussi sur le passage du fond de la Salle d’Armes. Bouché lorsque cette cave est devenue un lieu culturel municipal, un passage très bas donnait accès à une galerie descendant vers l’église. Des Archépontains alors enfants ont pu s’y aventurer un peu avec des torches improvisées durant la Seconde Guerre mondiale. La rêverie est permise tant que l’étude ne peut être poussée à son terme. En attendant, ces visites nous auront permis de mettre la main sur un trésor : le patrimoine architectural médiéval souterrain et la sympathie des différents propriétaires qui nous ont ouvert leurs portes (et leurs trappes !). Nous les en remercions chaleureusement et précisons que nous sommes toujours disponibles pour visiter d’autres caves:)

 

 

Notes

[1] Nettement identifiable grâce aux arêtes taillés dans la pierre et aux passages des gonds.

 [2] Célèbre architecte du XIXe siècle, auteur du Dictionnaire raisonné d’architecture.

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost0

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Contactez-moi afin d'étudier ensemble, plus avant, l'histoire et donc de progresser vers la connaissance. Bonne lecture ! armand.launay@gmail.com
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au cœur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

- Mieux connaitre Pont-de-l'Arche à travers 150 noms de rues et de lieux ! (Autoédité, 2019, 64 pages). 

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte.

Accédez aux articles par Google maps