Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 17:37

 Carte postale de Pont-de-l'Arche (215)

 

Suite au travail de Pierre-Octave Philippe, la paroisse Saint-Vigor de Pont-de-l’Arche changea de nom en 1896. Elle fut nommée Notre-Dame-des-arts, désignant par-là Marie, la mère de Jésus.

Marie est Notre-Dame-des-Arts parce qu’elle est elle-même un chef-d’œuvre vivant, un des plus beaux chefs-d’œuvre de la puissance, de la sagesse, de la bonté de Dieu, et entre toutes les créatures de ce monde, le plus parfait rayonnement de son infinie beauté. C’est ainsi que le prédicateur dominicain Monsabré la décrivait, en 1899, dans l’église paroissiale. Il ajoutait aussi : Que Marie était appelée Notre-Dame des arts parce qu’elle a été la collaboratrice de Dieu dans le plus grand, le plus admirable, le plus inébranlable de ses chefs-d’œuvre : l’homme-Dieu.

Marie, comme son fils Jésus, est un exemple à suivre pour les chrétiens catholiques qui veulent puiser en eux-mêmes une force : celle de se conformer à l’idée qu’ils se font des lois divines. Cet exemple est, en l’occurrence, celui du travail artistique et de l’admiration du beau.

 

Cependant, il est rare qu’une paroisse change de patron. Comment se fait-il que saint Vigor ait été détrôné après tant de siècles ? Qui est à l’origine du nouveau culte archépontain ? En quoi consistait le cérémonial ? et quelle fut sa postérité ? 

Cela n’étonnera pas, une messe était l’élément central de ce culte qui avait lieu en début septembre. L’église était décorée pour l’occasion et un prédicateur offrait sa verve à l’auditoire. Un repas réunissait le clergé après la cérémonie religieuse.

Après la mort de Pierre-Octave Philippe (1907), le culte tomba en désuétude. Il fallut attendre l’arrivée de Maurice Desdouits (curé de 1933 à 1945) pour voir renaître le culte Notre-Dame-des-arts. Ce culte retomba cependant dans les oubliettes à cause de la Seconde Guerre mondiale puis du départ de M. Desdouits.

 

La statue a été depuis retirée du maitre-autel mais la paroisse reste cependant celle de Notre-Dame, les arts par la beauté de l’église attirant toujours les fidèles et les amateurs d’architecture.

De ce culte survit aussi la mémoire du mouvement catholique libéral qui, sous l’autorité de Léon XIII, et à la suite de Lacordaire, restaurateur de l’ordre dominicain en France, n’hésitait pas à réformer le culte et à l’adapter à des questions allant plus droit au cœur des fidèles : la paroisse de Pont-de-l’Arche voulut répondre à la sensibilité artistique. 

Mgr Sueur, évêque d’Évreux, ainsi que le chanoine Pierre-Octave Philippe, curé de Pont-de-l’Arche de 1887 à 1907, sont les instigateurs du nouveau culte Archépontain. Le pape Léon XIII donna son aval et bénit le nouveau sanctuaire. Pierre-Octave Philippe, qui voulait faire de Pont-de-l’Arche une terre d’accueil pour les artistes, participa beaucoup à la restauration de l’église paroissiale. Il était très apprécié de ses paroissiens et des élus locaux.

 

A lire aussi...

Avant 1896, la paroisse Saint-Vigor...

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 17:28

Voici un article qui n’a guère de rapport avec l’histoire de Pont-de-l’Arche et de sa proche région. Cependant, j’ai réalisé cette étude dans le cadre de ma formation en bibliothéconomie et les rapports de stage ne sont pas conservés en bibliothèque. Alors je la mets à disposition de celles et ceux qui pourraient en avoir besoin et qui tomberont sur ces quelques phrases au gré de leurs recherches Internet.

Armand LAUNAY, Comment repérer et identifier un fonds de livres issus des confiscations révolutionnaires : le cas du fonds de la bibliothèque de l’abbaye du Valasse conservé à la Bibliothèque municipale du Havre, rapport de stage sous la direction de Dominique Rouet, IUT Information-communication du Havre, 2005, 65 p.                                                                   

Comment localiser et identifier une collection de livres anciens et rares qui se sont retrouvés mélangés à d’autres fonds durant la Révolution ? Cette question, appliquée à la bibliothèque de l’ancienne abbaye cistercienne du Valasse nécessite l’emploi d’outils bibliothéconomiques tels que le registre d’inventaire, les fichiers manuels, les bases de données. De là, nous devons repérer les indices tels que les ex-libris et autres signatures pour prouver l’origine de chaque livre. La priorité est donnée à la méthodologie.

How to locate and identify a stock of old and rare books which were spread during the French revolution? This question, applied to the ancient library of a Cistercian abbey (Le Valasse) which was mixed with another library, require to use librarian tools such as inventory register, card index system, database file. Then, as soon as books are located, we have to define tools like ex-libris and others signatures to proof the origin of every book. Priority is given to methodology. 

 

Le rapport de stage est communicable par e-mail sur simple demande.

 

Signature de Eyron (Commentaria in duodecim prophetas minores, Corneille Van der Steen (cote 1349) :

      dscn0027

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 18:00

"Monsieur le lieutenant général de police de la bailliage et vicomté du pont de l’arche.

 

Je vous remontre que les habitants de la paroisse de pose donne journellement à leur curé la preuve de leurs immodesties, tant dans l’église ; qu’en causant du scandale, festes et dimanche, en (…) à boire dans les cabarets pendant la grande messe et les vèpres ; jouant sur les places à la boule : ces abus et scandals ne proviennent que du fait des cabaretiers parce que s’ils ne leur donnoient à boire pendant l’office les jeux ne le trouverroient point remplis pendant la grande Messe, vêpres et salut ; à peine de cinquante livres d’amande que deffenses seront pareillement faites aux cabaretiers, taverniers, vendant cidre, poiré, vin, eaux de vie et autres liqueurs, de donner à manger, ni à boire à aucune personne pendant la grande messe, vepres et salut à peine de cent livres d’amende pour la premiere fois et de plus grande peine en cas de recidive, faire pareillement deffense a toute personne de travailler dans les champs les fêtes et dimanches, notamment pendant le Service Divin sans auparavant en avoir demandé la permission au dit Sieur Curé dans les cas urgents ; à peine de cinquante livres d’amande le tout conformément aux arrets et reglements de la Cour ; et pour les habitants de cette paroisse font plus les jours de fêtes quoi qu’il n’y ait aucunement apparence de mauvais temps, travaillent sans demander la permission au Sieur curé ; il est provisoire de remedier a de pareils scandals et abus prohibés par les ordonnances de la Cour, par quoi nous avons l’honneur de vous presenter notre réquisitoire ;

Requerons pour le Roy que deffenses soient faites a toutes personnes de la paroisse de pose d’assister aux offices avec immodestie, à boire dans les cabarets, ny jouer à la boule et cartes et autres jeux dans les places publiques et maisons pour que personne n’ignore de la sentence à intervenir elle sera imprimée, luë, publiée ; et affichée, tant à l’église qu’aux places publiques de Pose et notamment contre les maisons des aubergistes : deffenses seroient faittes à toutes personnes d’arracher les placards, à peine d’être poursuivi suivant la rigueur des ordonnances et vous ferez justice".

 

Réponse du substitut du Bailli de Pont-de-l’Arche, Sansom 

"Vu le réquisitoire et sur quoy faisant état, nous avons ordonné que les (…) arret et reglement de police seront exécutés"…

 

Commentaires…

Cette requête est tout à fait rigolote : nous avons-là un curé qui pleure son impuissance auprès du bailli… et comment ! Le curé de Poses se plaint de tout : les bruits pendant la messe, l’alcoolisme et les festivités, les jeux de cartes et de boules, mais aussi les cas où les paroissiens travaillent le dimanche au lieu d’aller à la messe… Et ce n’est pas tout, il semble, selon le curé, que des paroissiens aient fait des "scandals" durant la messe, visiblement à cause de l’alcool, ce qui dût évidemment déclencher sa fureur… Et le religieux ne fait pas dans la mesure : il dicte aux autorités du bailli de Pont-de-l’Arche quelles peines doivent être appliquées, selon son bon désir, et avoue son incapacité à faire entendre ses réclamations en interdisant aux paroissiens d’arracher les textes affichés sur les murs…

Plus risible encore, le curé ne se plaint pas que des abus et des festivités, c’est l’incroyance en général qui l’insupporte : tous les paroissiens seront, à sa demande, obligés d’assister aux offices sobrement et tous les dimanches encore !

Ce texte a donc l’avantage de remettre en cause un cliché selon lequel les gens auraient été pieux sous l’Ancien Régime avant de prendre des distances vis à vis de la religion après la Révolution. Si elles n’étaient pas athées, nombre de personnes étaient déjà largement autonomes dans le choix de leurs croyances. Le village fluvial de Poses, drainant des mariniers, réputés pour ne pas cracher sur la boisson, et l’état de rage du curé, grossissent et exagèrent certainement le quotidien, mais ce n’est qu’une traduction du mouvement d’individualisation des consciences que l’on voit ici.

Allez, pour finir en ironisant encore un peu : devant une telle requête, le bailli de Pont-de-l’Arche n’a pas voulu vexer notre bon curé et lui a tout simplement répondu ce qu’il voulait entendre. Il reprit alors les termes de la condamnation du curé, pourtant farfelus et tout à fait inapplicables, comme pour lui dire poliment : cause toujours tu m’intéresses !

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Contactez-moi afin d'étudier ensemble, plus avant, l'histoire et donc de progresser vers la connaissance. Bonne lecture ! armand.launay@gmail.com
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au cœur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

- Mieux connaitre Pont-de-l'Arche à travers 150 noms de rues et de lieux ! (Autoédité, 2019, 64 pages). 

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte.

Accédez aux articles par Google maps