Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2021 6 17 /04 /avril /2021 16:52
Vue sur Notre-Dame de Freneuse et le fond du méandre d'Elbeuf par Joseph-Félix Bouchor. Huile sur toile intitulée "Le printemps au Val-Freneuse" et datée de 1888.

Vue sur Notre-Dame de Freneuse et le fond du méandre d'Elbeuf par Joseph-Félix Bouchor. Huile sur toile intitulée "Le printemps au Val-Freneuse" et datée de 1888.

 

À Freneuse, pittoresque commune de Seine-Maritime, dans la boucle d’Elbeuf, se trouve un des plus beaux points de vue plongeants de la région. Au sommet du coteau calcaire, près de la croix de chemin de Saint-Christophe, une perspective se dégage sur le clocher de Notre-Dame de Freneuse et la sinueuse Seine allant vers le fond du méandre d’Elbeuf. Les cartes postales illustrées des années 1910 et le renommé peintre parisien Joseph-Félix Bouchor (1853-1937) célébrèrent déjà ce point de vue. Cet artiste illustre ce temps où maints citadins s’établirent dans des villégiatures à la campagne, non loin des stations des récentes voies ferrées, souvent en vallée de Seine. Il témoigne aussi d’un métier qui devint plus fréquent dans la société : artiste. Influencé par son ami, le peintre rouennais Émile-Louis Minet (1850-1920), installé à Freneuse en 1884, Bouchor élit domicile dans notre commune de 1886 à 1901. Il en élit aussi tout le cadre qu’il peignit abondamment autour du clocher de Notre-Dame et des scènes populaires, celles des paysans aux champs, celles des pêcheurs en Seine. Aujourd’hui, comme un juste retour, c’est Freneuse qui a élu Bouchor le paysagiste comme en témoignent les noms d’une de ses rues, de sa salle polyvalente (un Mille club) et la présence d’une cinquantaine de ses toiles en mairie. Celles-ci sont classées aux Monuments historiques au titre d’objets depuis le 8 aout 2004 et recensées dans la base Mérimée du Ministère de la culture. C’est un fait rarissime pour une commune, qui plus est de 951 habitants (en 2018), de posséder autant d'œuvres de maitre.  

 

Comparaison entre la photographie d'avril 2021 prise par notre ami Frédéric Ménissier, que nous remercions vivement, et l'huile sur toile de Joseph-Félix Bouchor, traitant le même lieu de Freneuse : l'allée de tilleuls à contremont des Tourvilliers, nom des champs en direction de Tourville-la-rivière. Le photographe contemporain n'avait pas connaissance de la toile de Bouchor quand il a pris le cliché. Comparaison entre la photographie d'avril 2021 prise par notre ami Frédéric Ménissier, que nous remercions vivement, et l'huile sur toile de Joseph-Félix Bouchor, traitant le même lieu de Freneuse : l'allée de tilleuls à contremont des Tourvilliers, nom des champs en direction de Tourville-la-rivière. Le photographe contemporain n'avait pas connaissance de la toile de Bouchor quand il a pris le cliché.

Comparaison entre la photographie d'avril 2021 prise par notre ami Frédéric Ménissier, que nous remercions vivement, et l'huile sur toile de Joseph-Félix Bouchor, traitant le même lieu de Freneuse : l'allée de tilleuls à contremont des Tourvilliers, nom des champs en direction de Tourville-la-rivière. Le photographe contemporain n'avait pas connaissance de la toile de Bouchor quand il a pris le cliché.

 

Notre-Dame de Freneuse (XVIe siècle)

La tour-clocher de Notre-Dame attire le regard tant elle est massive. Carrée et munie de contreforts saillants, elle campe une atmosphère médiévale qu’elle répand alentour. La base Mérimée du Ministère de la culture avance que l’église Notre-Dame a été entièrement reconstruite au XVIe siècle. Une dédicace de 1526 l’atteste. Sa tour en pierre de taille calcaire date de ce temps. Elle se situe au niveau de l’aile nord du transept. Elle fait penser à une tour défensive tant elle est massive, sobre et aveugle hormis quelques austères ouvertures carrées sous la toiture du clocher. Le clocher est inachevé, comme celui de Pont-de-l’Arche et, plus encore, celui de Saint-Martin de Tourville-la-rivière. Dans l’esthétique gothique d’alors, une flèche sculptée aurait élégamment couronné l’édifice comme à Saint-Martin d’Harfleur. Les moyens auront manqué bien que la période fût prospère, surtout le long du fleuve propice au commerce. La base Mérimée nous informe aussi que le portail et la charpente de la nef portent la date de 1735. Le 9 juillet 1992, la tour-clocher fut inscrite sur la liste supplémentaire des Monuments historiques. Le 9 aout 2004, un peu plus de vingt œuvres liturgiques furent classées au titre d’objets, leur ancienneté allant du XVIe siècle au XIXe siècle. Le patrimoine religieux freneusien est l’un des mieux lotis de la région en matière de protection patrimoniale.  

 

Notre-Dame de Freneuse sur les clichés sur verre de Robert Eudes. Le premier est daté du premier juin 1930 ; les autres doivent lui être contemporains. La copie de ces clichés est accessible sur le site des Archives départementales sous les cotes Cote 11Fi1086, 11Fi1087, 11Fi1088 et 11Fi1089. Notre-Dame de Freneuse sur les clichés sur verre de Robert Eudes. Le premier est daté du premier juin 1930 ; les autres doivent lui être contemporains. La copie de ces clichés est accessible sur le site des Archives départementales sous les cotes Cote 11Fi1086, 11Fi1087, 11Fi1088 et 11Fi1089.
Notre-Dame de Freneuse sur les clichés sur verre de Robert Eudes. Le premier est daté du premier juin 1930 ; les autres doivent lui être contemporains. La copie de ces clichés est accessible sur le site des Archives départementales sous les cotes Cote 11Fi1086, 11Fi1087, 11Fi1088 et 11Fi1089. Notre-Dame de Freneuse sur les clichés sur verre de Robert Eudes. Le premier est daté du premier juin 1930 ; les autres doivent lui être contemporains. La copie de ces clichés est accessible sur le site des Archives départementales sous les cotes Cote 11Fi1086, 11Fi1087, 11Fi1088 et 11Fi1089.

Notre-Dame de Freneuse sur les clichés sur verre de Robert Eudes. Le premier est daté du premier juin 1930 ; les autres doivent lui être contemporains. La copie de ces clichés est accessible sur le site des Archives départementales sous les cotes Cote 11Fi1086, 11Fi1087, 11Fi1088 et 11Fi1089.

Le plus ancien patronage connu de l’église est l'abbaye du Bec-Hellouin. Ceci n’est guère étonnant car les moines du Bec étaient aussi bien possessionnés à Martot, de l’autre côté de la Seine, aux Fiefs-Mancels. Le plan terrier du XVIIIe montre encore des propriétés des moines du Bec et du seigneur de Martot, Monsieur de Poutrincourt, dans l’ile. Qui plus est, le franchissement de la Seine était, semble-t-il, facilité par une perte d’altitude qui faisait baisser le niveau des eaux. Henri Michel Saint-Denis avance même, dans le tome I de sa monumentale Histoire d’Elbeuf, que le nom de Quatre-âge, hameau de Criquebeuf, a pour étymologie le terme de cataracte.  

Photographies de Frédéric Ménissier jouant, en avril 2021, avec le regard de Notre-Dame de Freneuse. Photographies de Frédéric Ménissier jouant, en avril 2021, avec le regard de Notre-Dame de Freneuse.
Photographies de Frédéric Ménissier jouant, en avril 2021, avec le regard de Notre-Dame de Freneuse. Photographies de Frédéric Ménissier jouant, en avril 2021, avec le regard de Notre-Dame de Freneuse.

Photographies de Frédéric Ménissier jouant, en avril 2021, avec le regard de Notre-Dame de Freneuse.

Vues intérieures du sanctuaire Notre-Dame lors d'une claire journée d'avril 2021 et par le regard de Frédéric Ménissier.Vues intérieures du sanctuaire Notre-Dame lors d'une claire journée d'avril 2021 et par le regard de Frédéric Ménissier.
Vues intérieures du sanctuaire Notre-Dame lors d'une claire journée d'avril 2021 et par le regard de Frédéric Ménissier.Vues intérieures du sanctuaire Notre-Dame lors d'une claire journée d'avril 2021 et par le regard de Frédéric Ménissier.

Vues intérieures du sanctuaire Notre-Dame lors d'une claire journée d'avril 2021 et par le regard de Frédéric Ménissier.

 

Freneuse, fief central et centre-village

Autour de Notre-Dame se trouve un patrimoine préservé qui forme un ensemble urbain harmonieux. Le presbytère, en dessous de l’église, l’ancien prétoire et l’ancien fief avec son colombier en sont les édifices majeurs. Entre la rue de Pont-de-l’Arche et la Côte-aux-blancs (anciennement le coteau blanc, à cause de ses carrières ?) se trouve le “manoir de Freneuse”. Il s’agit d’un ensemble de bâtiments composé d’un logis de la fin du XVIe siècle, d’un ancien corps de ferme avec des bâtiments formant un enclos et d’un colombier du XVIIIe siècle. Son beau portail date du XVIe siècle. Le logis est un manoir médiéval à pans de bois avec un important encorbellement, côté nord, et au moins une ferme débordante vers l’est. Une tourelle d’angle offre accès aux étages par un escalier à vis. Des remaniements ultérieurs se voient côté est. Il doit s'agir du fief central de Freneuse, stricto sensu, celui peut-être des moines du Bec, non loin de l’église, puis de la famille Filleul. Les Filleuls sont des roturiers de Rouen. Plusieurs d’entre eux ont été maires de Rouen. Ils ont été anoblis et l’on retrouve dans la généalogie d’Alain Foullon, un Amaury II Filleul, décédé en 1411, qui fut garde des amendes et forfaitures de la vicomté de l’eau. Peut-on imaginer que c’était-là un office exercé de père en fils et qui reliait Freneuse à Rouen ? Nous nous étonnons de voir aussi des Filleuls des Chenets d’Amertot au Freneuse de la Frénaye, près de Lillebonne. S’ils apparaissent, certes, plutôt à la Renaissance en ce lieu ,la présence de deux familles Filleul dans deux Freneuses de la région nous étonne. 

Le colombier et son lanternon, un des emblèmes de Freneuse, remontent au XVIIIe siècle et témoignent de la propriété nobiliaire dite du "manoir de Freneuse", point central de la paroisse.
Le colombier et son lanternon, un des emblèmes de Freneuse, remontent au XVIIIe siècle et témoignent de la propriété nobiliaire dite du "manoir de Freneuse", point central de la paroisse. Le colombier et son lanternon, un des emblèmes de Freneuse, remontent au XVIIIe siècle et témoignent de la propriété nobiliaire dite du "manoir de Freneuse", point central de la paroisse.

Le colombier et son lanternon, un des emblèmes de Freneuse, remontent au XVIIIe siècle et témoignent de la propriété nobiliaire dite du "manoir de Freneuse", point central de la paroisse.

Le "Bout de la ville", d'après le plan cadastral de 1832, montre à la fois l'unité patrimoniale autour de l'église et démontre que Freneuse déborde ce chef-lieu de commune et regroupe un chapelet de hameaux le long du coteau, vers Saint-Aubin-lès-Elbeuf.

Le "Bout de la ville", d'après le plan cadastral de 1832, montre à la fois l'unité patrimoniale autour de l'église et démontre que Freneuse déborde ce chef-lieu de commune et regroupe un chapelet de hameaux le long du coteau, vers Saint-Aubin-lès-Elbeuf.

 

Le bailliage

Les fonctions de la noblesse ont changé au fil des siècles : de protecteurs militaires tirant des revenus des fermes, ils sont devenus des officiers au service de l’État en tant que gens de droit pour les plus illustres d’entre eux. Comme le retrace avec clarté Lionel Dumarche, le roi concéda, moyennant finance, des prérogatives de justice, appelées “haute justice”, à partir de 1695. Le bailliage secondaire de Pont-de-l’Arche se trouva donc démis de ces fonctions et devint une instance d’appel. En 1706, le seigneur de Freneuse, Léonard Filleul, acquit la haute justice de sa paroisse et, peu après, celles des Authieux, Tourville, Saint-Aubin, Cléon. Il se fit construire un prétoire, sorte de tribunal, dans un nouveau bâtiment faisant face au manoir ancestral. On lui a donné, avec exagération, le nom de bailliage. Ce prétoire devint caduc avec la Révolution qui nationalisa le domaine de la Justice, fonction régalienne s’il en est. L’élégant édifice du prétoire constitue un bel élément du patrimoine freneusien. Il accueille le restaurant de qualité dénommé “Le bailliage”.  

 

Le bailliage de Freneuse par Frédéric Ménissier en avril 2021.

Le bailliage de Freneuse par Frédéric Ménissier en avril 2021.

Le plan terrier de "Freneuze". Lionel Dumarche le date de 1778. Ici nous reproduisons des détails de ce plan autour du "manoir seigneurial" et de l'église. Ce plan est accessible sur le site des Archives de Seine-Maritime. Il a pour cote : 12Fi86.
Le plan terrier de "Freneuze". Lionel Dumarche le date de 1778. Ici nous reproduisons des détails de ce plan autour du "manoir seigneurial" et de l'église. Ce plan est accessible sur le site des Archives de Seine-Maritime. Il a pour cote : 12Fi86.

Le plan terrier de "Freneuze". Lionel Dumarche le date de 1778. Ici nous reproduisons des détails de ce plan autour du "manoir seigneurial" et de l'église. Ce plan est accessible sur le site des Archives de Seine-Maritime. Il a pour cote : 12Fi86.

Notons aussi la place de choix de ce fief : face à une traversée de la Seine, le long d’un chemin suivant la rive non inondable entre Saint-Aubin et Alizay, à la jonction entre deux chemins menant à la voie des sommets entre Cléon et Tourville. Ainsi l’espace au-dessus de l’église s’appelle-t-il les Tourvilliers… Nous sommes ici au tiers de la pente, sur un léger replat assurément travaillé par l’homme, à l’abri des crues. À n’en pas douter, une source devait alimenter le lieu permettant ainsi aux hommes de s’y installer. Notons aussi que le chemin longeant le coteau se trouvait plus au nord que la route actuelle. Cela se voit sur le plan cadastral de 1832 et sur le plan terrier de 1778 où les maisons de Freneuse et ses hameaux s’alignent peu ou prou le long d’un chemin que l’on devine. En 1969, sur les calques du plan cadastral disponibles aux Archives départementales (cote  2023W233_1), une portion de cet ancien chemin est nommée “sente du pied des côtes”. Une autre portion est toujours accessible au centre de la Riberderie. 

Le manoir seigneurial, cœur du fief principal de Freneuse, est constitué d'un logis à pans de bois de la fin du XVIe siècle qui témoigne de la phase ultime de l'architecture médiévale et qui campe un paysage aussi normand que pittoresque (photographie de Frédéric Ménissier, avril 2021).

Le manoir seigneurial, cœur du fief principal de Freneuse, est constitué d'un logis à pans de bois de la fin du XVIe siècle qui témoigne de la phase ultime de l'architecture médiévale et qui campe un paysage aussi normand que pittoresque (photographie de Frédéric Ménissier, avril 2021).

 

Un village protégé

Depuis 1997, le centre-village de Freneuse est classé parmi les Aires de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine (AVAP) afin d’éviter les constructions qui pourraient en dénaturer l’aspect. C’est le classement de la tour-clocher et l’inscription partielle du château de Val-Freneuse le 21 décembre 1977 qui a rendu possible la création de l’AVAP. Le château de Val-Freneuse, essentiellement sis dans la commune de Sotteville-sous-le-val, est un édifice classique du XVIIe siècle bâti pour les Le Cornier. Nous le traitons dans notre article dévolu à Sotteville-sous-le-val

Il est rare qu’un patrimoine communal soit aussi bien connu et protégé. La tour-clocher, les œuvres liturgiques, les toiles de Bouchor et l’AVAP sont assurément le dû d’élus consciencieux et avertis de la législation. Cela semble témoigner de la démarche de Lionel Dumarche, historien et ancien adjoint du Conservateur régional des Monuments Historiques. Celui-ci est aussi auteur de plusieurs ouvrages édités par la mairie qui nous les a gracieusement mis à disposition. Nous l’en remercions :

- Mickaël Delahais et Lionel Dumarche, Freneuse, Histoire d’un village de Seine-Maritime, 2009, réédition augmentée de celle de 1999 ; 

- Lionel Dumarche, Le bailliage de Freneuse (1707-2007), 2007 ; 

- Lionel Dumarche : Freneuse à la Belle-époque d’après les cartes postales (1900-1914), 2012 ; 

Plus un ouvrage édité dans le domaine privé : 

- Lionel Dumarche et Killian Penven, Bouchor, le peintre de Freneuse, 2013.

 

Un nom bucolique

Quant au nom de Freneuse, il semble qu’on ait affaire à une forme locale et ancienne du mot “frênaie”, le lieu planté de frênes. On retrouve le terme de Frainusa entre 1046 et 1066 qui proviendrait de Fraixinosa. On disait donc Fréneuse. C’est probable car le frêne se développe dans les zones ensoleillées et au bord de rivières (selon le site lesarbres.fr). Il existe aussi un Freneuse dans les Yvelines, au bord de la Seine, et un Freneuse-sur-Risle dans l’Eure. Il existe aussi une ferme dénommée Freneuse dans le territoire de la commune de La Frénaye, près de Lillebonne en Seine-Maritime aussi. Ce qui nous échappe est la singularité de ce nom dans une région où les toponymes sont le plus souvent scandinaves, ou forgés à partir du nom d’un seigneur, souvent scandinave. Freneuse est un nom roman qui témoigne, qui sait, d’une fondation plus tardive de la paroisse. Quoi qu’il en soit, Freneuse ne désigne plus uniquement ce centre qui était dénommé “Le bout de la ville” dans le plan cadastral de 1832 et dans le plan terrier de 1778. Voyons le reste de la ville...  

 

Loin d'être désertique, la commune de Freneuse est arborée, notamment par des saules têtards dans la plaine alluviale qui témoignent du passage d'anciens bras de Seine, depuis asséchés. Le nom de la paroisse, quant à lui, désigne un lieu planté de frênes (photographies de Frédéric Ménissier, avril 2021).  Loin d'être désertique, la commune de Freneuse est arborée, notamment par des saules têtards dans la plaine alluviale qui témoignent du passage d'anciens bras de Seine, depuis asséchés. Le nom de la paroisse, quant à lui, désigne un lieu planté de frênes (photographies de Frédéric Ménissier, avril 2021).

Loin d'être désertique, la commune de Freneuse est arborée, notamment par des saules têtards dans la plaine alluviale qui témoignent du passage d'anciens bras de Seine, depuis asséchés. Le nom de la paroisse, quant à lui, désigne un lieu planté de frênes (photographies de Frédéric Ménissier, avril 2021).

 

Un chapelet de hameaux au bord de l’eau

Quand on quitte le Bout de la ville, on traverse tour à tour le hameau Baudouin, le hameau Bourdet, le hameau de La Ronce, le hameau Fréret et La Riberderie. Le plan terrier révèle d’autres noms, intermédiaires : les Meillers, les Bailleurs. Ces hameaux portent le nom de personnages plus nombreux ou plus notables qui les ont animés. Les maisons de ces hameaux, souvent du XIXe siècle, sont bâties en moellon calcaire de pays, assurément issu du coteau qui les surplombe. On le voit très nettement, le coteau calcaire (C4) qui descend doucement vers Saint-Aubin-lès-Elbeuf a été entamé par des carrières à ciel ouvert qui prennent la forme de murs, par endroits, derrière les maisons. Le plan cadastral de 1832 a notamment immortalisé le nom de deux chemins montant vers le coteau : le chemin de la carrière des vaches (devenu la “Gayère” des vaches sur le calque de 1969) et le Chemin de la carrière de la Ronce.

Les activités fluviales se lisent aussi sur le plan terrier de 1778 : le moulin de la Ronce situé entre deux iles et une chaussée menant à l’eau à Baudouin témoignent des aménagements destinés à exploiter mieux la force et le produit du fleuve. Un tableau d’Émile-Louis Minet immortalise depuis 1885 aussi la profession de passeur entre Freneuse et Martot où l’on voit une mère de famille appelant le passeur tandis que ses enfants jouent sur l’herbe d’une journée ensoleillée. Enfin, le plan terrier montre les belles propriétés des nobles tels que messieurs Fréret et Cavé. Celle de Fréret a peut-être aussi été appelée “manoir du Buisson” dont la chapelle est citée dans la base Mérimée du Ministère de la culture. 

 

Le plan terrier décrit plus haut permet de localiser et nommer les différents hameaux. Ici, sans ordre de description, le hameaux des Bardets, le hameau Baudouin et la demeure du seigneur Cavé, le moulin de la Ronce, la demeure et le jardin du sieur Fréret et La Riberderie.  Cliquez sur les images pour les faire défiler.
Le plan terrier décrit plus haut permet de localiser et nommer les différents hameaux. Ici, sans ordre de description, le hameaux des Bardets, le hameau Baudouin et la demeure du seigneur Cavé, le moulin de la Ronce, la demeure et le jardin du sieur Fréret et La Riberderie.  Cliquez sur les images pour les faire défiler.
Le plan terrier décrit plus haut permet de localiser et nommer les différents hameaux. Ici, sans ordre de description, le hameaux des Bardets, le hameau Baudouin et la demeure du seigneur Cavé, le moulin de la Ronce, la demeure et le jardin du sieur Fréret et La Riberderie.  Cliquez sur les images pour les faire défiler.
Le plan terrier décrit plus haut permet de localiser et nommer les différents hameaux. Ici, sans ordre de description, le hameaux des Bardets, le hameau Baudouin et la demeure du seigneur Cavé, le moulin de la Ronce, la demeure et le jardin du sieur Fréret et La Riberderie.  Cliquez sur les images pour les faire défiler.
Le plan terrier décrit plus haut permet de localiser et nommer les différents hameaux. Ici, sans ordre de description, le hameaux des Bardets, le hameau Baudouin et la demeure du seigneur Cavé, le moulin de la Ronce, la demeure et le jardin du sieur Fréret et La Riberderie.  Cliquez sur les images pour les faire défiler.

Le plan terrier décrit plus haut permet de localiser et nommer les différents hameaux. Ici, sans ordre de description, le hameaux des Bardets, le hameau Baudouin et la demeure du seigneur Cavé, le moulin de la Ronce, la demeure et le jardin du sieur Fréret et La Riberderie. Cliquez sur les images pour les faire défiler.

 

Le bras de Seine et l’ile de Freneuse

Depuis les années 1960, l’ile de Freneuse s’est lotie d’un quartier pavillonnaire. Cette ile, de tous temps inondable, accueille aujourd’hui un des quartiers les plus peuplés de la commune. Il forme une exception dans la région où les iles de Seine ne sont pas habitées. Il faut dire aussi que le risque d’inondation est écarté depuis les grands travaux de chenalisation de la Seine des années 1930 qui ont conduit à creuser un lit majeur au fleuve et à supprimer le barrage-écluse de Martot-Saint-Aubin-lès-Elbeuf. Freneuse a une autre singularité : les alluvions nées de la révolution néolithique, où des défrichements massifs pour la culture ont érodé les sols, se sont déposées dans le fond de la vallée et ont bouché bien des bras de Seine. Or, celui de Freneuse est encore en eau. Il semble qu’il ait été épargné de l’assèchement par la proximité avec la cataracte de Martot qui précipite le courant alors que tous les villages en amont, côté rive droite, ont perdu leur contact avec l’eau (Sotteville, Igoville, Alizay). 

 

L'huile sur toile d'Emile-Louis Minet, intitulée "L'appel au passeur" et datant de 1885 témoigne d'une des professions relatives à la Seine qui a animé maints freneusien durant les siècles de l'histoire connue de la paroisse.

L'huile sur toile d'Emile-Louis Minet, intitulée "L'appel au passeur" et datant de 1885 témoigne d'une des professions relatives à la Seine qui a animé maints freneusien durant les siècles de l'histoire connue de la paroisse.

 

Les hauts de Freneuse

À partir de la Riberderie, on peut remonter par le chemin de la carrière aux vaches sur le coteau. Arrivés en haut, nous sommes sur le chemin du Gal aux Authieux comme le nomme le plan cadastral de 1832. Il constitue le chemin le moins pentu entre Elbeuf et le plateau de Boos et dût ainsi être largement emprunté par nos ancêtres. Il est aujourd’hui interrompu au niveau du col de Tourville par l’autoroute A13. Cette pente douce s’explique par le passage du lit de la Seine. Il y a longtemps, le lit de la Seine entaillait moins le plateau. La Seine ne formait pas les mêmes méandres. Ainsi, il reste dans la région des terrasses à mi-hauteur entre le plateau et la vallée actuelle. Le coteau de Freneuse en fait partie ainsi que Les Authieux. 

En 2014, le réputé archéologue Miguel Biard fit un diagnostic au nom de l’INRAP au Gros-buisson, le long de la rue du Beau-site, au nord de Fréret. Ce diagnostic dût précéder la construction de la maison d’accueil spécialisée de Saint-Aubin-lès-Elbeuf appelée “Le Mas : le beau site”. Il n’y trouva qu’un seul et unique éclat de type Levallois qui est peut-être attribuable au paléolithique moyen. C’est à relier aux découvertes de Tourville, à la Fosse Marmitaine. Le rapport est référencé sur la base Dolia de l’INRAP. 

Aujourd’hui la rue du Gal est appelée rue du Beau site, rappelant la beauté des perspectives qui se dégagent de part et d’autre de la vallée, depuis Rouen à la Côte des Deux-amants. Exposé aux vents, un moulin était situé au-dessus du hameau Bourdet. Il est symbolisé sur le plan terrier de 1778. Ce plan nous apprend aussi qu’un espace était appelé “La Grande vigne”, par opposition au “Clos des Vignes”, à l’est de la commune où, de nos jours, Édouard Capron a eu l’audace de replanter un vignoble, dit du clos Saint-Expédit. Ces vignes sont peut-être à relier à la présence passée des moines de l’abbaye du Bec, qui devaient faire transiter leur production par Martot, puis par le plateau du Neubourg. 

Citons aussi une étrange fosse Marmitaine, un trou formant une marmite dans le sol, est indiquée sur le plan terrier. Il doit s'agir d'un effondrement karstique (relatif au calcaire). Il a donné son nom à tout un espace de la commune de Tourville et, notamment, à son centre d’enfouissement, dit technique, des déchets. 

Un ancien nom “La croix brisée” semble désigner le lieu où, vers la fin du XIXe siècle ou au début du XXe siècle, une élégante statue de la Vierge-Marie fut érigée, protégeant la vallée. Une table d’orientation fut ajoutée en 1969. 

 

La Grande vigne et le Clos de la vigne, sur le plan terrier de 1778, témoignent de cette culture naguère répandue sur les coteaux de Seine et que fait revivre, à Freneuse, Edouard Capron, que nous saluons ici ! La Grande vigne et le Clos de la vigne, sur le plan terrier de 1778, témoignent de cette culture naguère répandue sur les coteaux de Seine et que fait revivre, à Freneuse, Edouard Capron, que nous saluons ici !

La Grande vigne et le Clos de la vigne, sur le plan terrier de 1778, témoignent de cette culture naguère répandue sur les coteaux de Seine et que fait revivre, à Freneuse, Edouard Capron, que nous saluons ici !

La table d'orientation de Freneuse le long de l'admirable ligne de crètes au centre de la boucle de Seine du méandre d'Elbeuf (photographie de Frédéric Ménissier, avril 2021).

La table d'orientation de Freneuse le long de l'admirable ligne de crètes au centre de la boucle de Seine du méandre d'Elbeuf (photographie de Frédéric Ménissier, avril 2021).

 

Saint-Christophe… des hauts

Enfin nous revenons au début de notre balade, du côté de Saint-Christophe, à 75 mètres d’altitude vers Tourville. Après la croix qui démarque la route de Tourville de ce qui reste du sentier du Gal, vers la vigne du clos Saint-Expédit, quelques maisons neuves ont repris le nom de Saint-Christophe et constituent un ultime hameau de Freneuse. 

Cette croix de chemin marque l’entrée de la paroisse mais indique aussi une ancienne chapelle symbolisée encore sur la carte de Cassini à la fin du XVIIIe siècle. Selon l'archéologue normand Léon de Vesly, la chapelle Saint-Christophe existait avant 1776 où ses ruines, ayant subi le feu, furent démolies par le seigneur de Freneuse, Nicolas Landry. En septembre 1912 Léon de Vesly fit fouiller les lieux par les terrassiers créant la route entre Tourville et le chemin du Gal. Il publia le fruit de ses recherches en 1912 dans un article intitulé “La croix et la chapelle Saint-Christophe” dans le Bulletin de la Société libre d'émulation de Seine-Maritime. Il fit état d’une crypte datant vraisemblablement de 1523 et surmontée d'une chapelle vouant un culte à saint Christophe et saint Jacques en 1629. Une charte atteste l’existence de la chapelle déjà en 1397. Celle-ci est énigmatique. Rappelait-elle un ancien hameau, un poste de surveillance ? L’auteur ne peut répondre mais nous informe de croyances et pratiques de nos ancêtres (dans le même bulletin) : “En septembre, M. de Vesly nous décrivit la Chapelle Saint-Christophe, trouvée à Freneuse : il ne reste qu'une substruction et une crypte de 2 m. 50 de profondeur tout à fait voisine du vieux Calvaire de saint Christophe. C'est un lieu fort vénéré dans la région : les jeunes mères y viennent faire faire à leurs enfants les premiers pas ; cet endroit a la vertu de diviser les orages ; les vieux croient qu'une cloche et un trésor y sont enfouis, etc.

Déjà en 1896, attentif à Freneuse, Léon de Vesly fit paraitre dans La Normandie littéraire, un article intitulé “Légendes, superstitions et vieilles coutumes. Freneuse-sur-Seine” dont nous extrayons la suite : “Donc, Saint-Christophe, le passeur, le marinier légendaire, est en grande vénération à Freneuse et, chaque année, le dimanche qui suit la date du 25 juillet, propre du saint, tout le village est en fête. Des amateurs de pêche à la ligne venus de Rouen et d'Elbeuf se joignent à la population pour augmenter l'éclat de la fête champêtre, illuminer la place publique et tirer un feu d'artifice. C'est la grande fête du pays.” 

Freneuse n’est pas un passage qui laisse indifférent. Le site de Saint-Christophe, celui qui porta le Christ, porte le regard bien loin... 

 

Le plan des fouilles de Saint-Christophe par Léon de Vesly, en 1912, dans le Bulletin de la société libre d'émulation de Seine-Maritime.

Le plan des fouilles de Saint-Christophe par Léon de Vesly, en 1912, dans le Bulletin de la société libre d'émulation de Seine-Maritime.

Balade saintchristophienne par Frédéric Ménissier en avril 2021.Balade saintchristophienne par Frédéric Ménissier en avril 2021.

Balade saintchristophienne par Frédéric Ménissier en avril 2021.

Comparaison des vues aériennes des années 1950 et de 2018 grâce à des captures d'écrans du site Géoportail. Comparaison des vues aériennes des années 1950 et de 2018 grâce à des captures d'écrans du site Géoportail.

Comparaison des vues aériennes des années 1950 et de 2018 grâce à des captures d'écrans du site Géoportail.

 

Pour conclure, Freneuse est entourée de zones urbaines (l’agglomération d’Elbeuf), industrielles (à Cléon), de carrières et de décharge (la Fosse Marmitaine, à Tourville-la-rivière). Elle contraste grâce à son patrimoine architectural et son décor naturel préservés. Freneuse offre un beau point de vue depuis l’extérieur. Il constitue aussi un beau cadre de balade ou d’habitation. Freneuse est comme devenue la réserve naturelle et patrimoniale de la boucle d’Elbeuf et cela nous ravit !  

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
13 avril 2021 2 13 /04 /avril /2021 15:07
Vue sur Tourville-la-rivière depuis la plaine alluviale dans les années 1950, semble-t-il.

Vue sur Tourville-la-rivière depuis la plaine alluviale dans les années 1950, semble-t-il.

 

Tourville-la-rivière est une étonnante commune du méandre de Seine d’Elbeuf. Elle est surprenante par le contraste offert entre, d’un côté, l’ancien village au pied du coteau et, de l’autre côté, la zone commerciale qui s’étend à perte de vue dans la plaine alluviale. 

Ce toponyme provient du temps où des scandinaves se voyaient attribuer des domaines, sûrement en remerciement de leur service pour les ducs de Normandie. Il doit s'agir du nom d’un homme, Thor, comme le dieu-tonnerre ; un homme qui devint propriétaire d’une villa, c’est-à-dire un domaine rural, et aussi sûrement de l’ile Sainte-Catherine qui fut appelée Thorholmr (“l’ile de Thor”) et qui servit de camp aux Normands. Il faut sûrement imaginer autour de ce propriétaire des serviteurs et quelques dizaines de familles de paysans-pêcheurs. 

 

Carte IGN actuel de Tourville-la-rivière (capture d'écran du site Géoportail).

Carte IGN actuel de Tourville-la-rivière (capture d'écran du site Géoportail).

 

Le domaine de Thor dût être proche de l’église Saint-Martin de nos jours. Saint-Martin est d’ailleurs un nom ancien parmi les saints vénérés. Il se rattache au haut Moyen Âge et le nom de Torvilla a remplacé un nom roman plus ancien. Pourquoi s’installer en ce lieu ? Il faut concevoir le fond de la vallée comme un espace moins asséché que de nos jours et régulièrement exposé aux crues du fleuve. On peut assez raisonnablement penser qu’un bras de Seine arrivait non loin du pied du coteau, à Tourville. Quant au coteau, il devait fournir de l’eau nécessaire à l’établissement humain et ce grâce à ce vallon qui remonte vers le bois Bocquet. Tourville est aussi situé au pied du col menant vers les Bocquets, hameau de Sotteville-sous-le-val. Les pentes sont donc ici plus douces qu’ailleurs le long du coteau. Défrichées, elles durent servir à maintes activités comme l’élevage, la culture, les vergers, la vigne peut-être. Saint-Martin se trouve donc au-dessus d’une sorte de carrefour entre le chemin qui devait longer la vallée, même en période de crue, le passage vers le col des Bocquets et le chemin menant au vallon vers le bois Bocquet.  

 

Dessins de vestiges retrouvés par l'abbé Cochet au col de Tourville.

Dessins de vestiges retrouvés par l'abbé Cochet au col de Tourville.

 

Le cimetière gallo-romain du “col de Tourville”

En 1863, l’abbé Cochet fit paraitre dans La Revue de la Normandie un article intitulé “Notice sur les sépultures romaines du IVe et du Ve siècle trouvées à Tourville-la-rivière”. Il fit état de découvertes commencées en 1842 à l’occasion du percement du tunnel de chemin de fer du côté du versant de Sotteville-sous-le-val. Ces découvertes sottevillaises, profitables aux brocanteurs, ont été faites au-dessus de l’entrée du tunnel ferroviaire, dans une sablière, et un peu aussi de l’autre côté du vallon au champ dénommé Callouet, alors appelé la Callouette. L’abbé Cochet entreprit des fouilles en 1862. Il y trouva des “cercueils de pierre, des monnaies antiques, des objets en fer et en bronze, mais surtout un grand nombre de vases en terre et en verre. Tous ces objets entouraient ou escortaient des squelettes humains.” Nous avons reproduit une page de dessins représentant ces vases pour illustrer cet article. Ce qui est précisément intéressant dans ces découvertes, comme le note l’abbé Cochet, est la date tardive de ces objets, à la toute fin de l’Antiquité. En règle générale les vestiges retrouvés dans la région datent des IIe, IIIe et IVe siècles, ceux d’une période prospère, notamment démographiquement. L’abbé Cochet révèle l’intérêt de ces découvertes : “Ce sont des intermédiaires entre les incinérations du Haut-Empire et les inhumations franques”, courantes dans la région. Bien que des croix de saint André figurassent sur des cercueils de plomb, l’auteur ne croit pas avoir affaire à de premières inhumations chrétiennes, ceci à cause de dispositifs destinés à accueillir des offrandes bien païennes. L’auteur voit aussi quelques analogies entre des ceinturons et vases sottevillais et des vestiges francs de Martot. Sans entrer dans le détail, ce qui nous intéresse ici est la forte probabilité que des villas, des fermes-hameaux, existassent non loin de ce cimetière, utilisé durant cinq siècles, sûrement là où se trouve de nos jours La Nos Robin, ancien hameau devenu quartier pavillonnaire de la rue Édith-Piaf. C’est en ce sens que ces découvertes peuvent être raccrochées à l’histoire de Tourville aussi bien qu’à Sotteville. Peut-on imaginer un paysage proche de celui de nos jours, c’est-à-dire plutôt déboisé et exploité ? Peut-on imaginer des terres dévolues à l’élevage, des bois-taillis, des vergers, des vignes et des villas éparses ? 

 

Le site Internet de l'INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives) présente articles et vidéos sur le site de la Fosse-Marmitaine (capture d'écran du site Internet).

Le site Internet de l'INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives) présente articles et vidéos sur le site de la Fosse-Marmitaine (capture d'écran du site Internet).

 

Un site archéologique d’intérêt international

Le site de l’INRAP résume en sept articles les fouilles réalisées à Tourville. La plus notable est celle de 2014 où furent mise au jour trois os fossiles du bras gauche d’un pré-néandertalien appelé “l'Homme de Tourville-la-Rivière”. L’âge de ces fossiles est estimé entre 236 000 à 183 000 avant Jésus-Christ. Il s’agit d’une découverte majeure pour l’Europe du nord-ouest qui reste pauvre en découvertes pré-néandertaliennes. 

Cette découverte est due à la nature des sols de Tourville. Dans la vallée de Seine, des alluvions se sont déposées, entre 350 000 et 130 000 ans avant notre ère, et ont protégé ‒ en les recouvrant ‒ de nombreux restes d’animaux eux aussi charriés par le fleuve. Puis, le lit de la Seine s’est approfondi et déplacé. C’est l’exploitation de carrières de sable et gravier qui a récemment permis d’exhumer de nombreux objets parmi 30 mètres de profondeur de sol fouillés. Cela a commencé en 2005 mais c’est surtout en 2010 qu’une fouille approfondie et sur un hectare fut entreprise à La Fosse Marmitaine, près de Gruchet, à l’ouest de la commune et au nord du clocher de Freneuse. 

Les vestiges sont nombreux car ils correspondent à une ère interglaciaire où un climat tempéré était propice à la propagation des espèces. Les archéologues ont donc porté à notre connaissance la présence du cerf, de l’auroch, de deux espèces d'équidés, du sanglier et du rhinocéros. Côté carnivore, le rapport grand public de la fouille, mentionne “le loup, le renard, l'ours et la panthère.” 

L’activité humaine, surtout la chasse, est traçable par la découverte de 500 silex taillés, relativement peu nombreux car les hommes étant nomades, mais démontrant une haute technicité rattachable à l’industrie lithique dite de Levallois.  

Tourville a aussi bénéficié de fouilles au Clos bâtard, aujourd’hui en eau, où des trous de poteaux démontrent l’existence d’une maison commune. 

 

 

Vues sur l'église Saint-Martin en aout 2020 (photographies d'Armand Launay). Vues sur l'église Saint-Martin en aout 2020 (photographies d'Armand Launay).
Vues sur l'église Saint-Martin en aout 2020 (photographies d'Armand Launay). Vues sur l'église Saint-Martin en aout 2020 (photographies d'Armand Launay).
Vues sur l'église Saint-Martin en aout 2020 (photographies d'Armand Launay). Vues sur l'église Saint-Martin en aout 2020 (photographies d'Armand Launay). Vues sur l'église Saint-Martin en aout 2020 (photographies d'Armand Launay).

Vues sur l'église Saint-Martin en aout 2020 (photographies d'Armand Launay).

 

Un centre autour de l’église Saint-Martin

Le centre-village a subi des pertes immobilières, depuis ces dernières décennies, comme le montre une comparaison avec les cartes postales des années 1910. Le village a quelque peu perdu de sa ruralité et de sa densité de population malgré les efforts des municipalités successives pour maintenir des services publics et des résidences. Des zones pavillonnaires ont été érigées en périphérie qui ont participé du dépeuplement du centre. 

Le principal lieu patrimonial est constitué par “le château”, la maison de style directoire, au chevet de l’église. D’après Benoît Thieuslin, dont nous parlons ci-dessous, elle se situe à l’endroit de la ferme de Guillaume de Tourville, seigneur du lieu. Il ne serait pas étonnant qu’on tienne ici le fief, à proprement parler, de Tourville, où un seigneur s’établit et dota la chapelle puis l’église paroissiale. L’église, un temps dirigée par les moines de Jumièges, est placée sous le patronage de saint Martin, ce qui indique que le culte est très ancien. La base Mérimée du Ministère de la culture avance qu’un édifice roman exista dont il ne reste que des pierres de soubassement. La tour-clocher située à la croisée du transept remonte, elle, au XVIe siècle. Elle est à la fois imposante, avec ses contreforts rappelant un peu l’église de Freneuse, et engoncée étant donné qu’il manque un étage qui lui aurait permis de dégager la flèche polygonale du clocher vers le ciel. Le reste de l’édifice a fait l’objet d’importantes reconstructions : le chœur, en 1832 ; la nef, en 1839 ; les chapelles, en 1879. L’église n’est pas protégée par le service des Monuments historiques. Toutefois neuf objets liturgiques sont classés, plutôt de la période renaissante ; huit autres signalés dans la base POP du Ministère de la culture.  

 

 

Cartes postales des années 1910 offrant des illustrations sur Saint-Martin de Tourville-la-rivière.
Cartes postales des années 1910 offrant des illustrations sur Saint-Martin de Tourville-la-rivière. Cartes postales des années 1910 offrant des illustrations sur Saint-Martin de Tourville-la-rivière.

Cartes postales des années 1910 offrant des illustrations sur Saint-Martin de Tourville-la-rivière.

 

Des fiefs nobiliaires dans la plaine

Tourville a la chance de bénéficier d’un ouvrage d’histoire réalisé en 2009 par Benoît Thieuslin : Tourville terre d'histoire. L’auteur se place dans les pas de René et Thérèse Houdin qui se sont précédemment intéressés à ce même sujet en publiant, notamment, Tourville, notre village, en 1983. Outre sa volonté pédagogique, Benoît Thieuslin a le mérite de retracer les différents fiefs nobiliaires de la paroisse de Tourville, c’est-à-dire les domaines possédés par des familles nobles qui y résidaient ou, tout du moins, en percevaient des bénéfices et un titre. Citons ainsi le manoir de Gruchet, près de Cléon, entièrement rasé depuis la dernière guerre. Le manoir de Bédanne, largement remanié au XIXe siècle, ne conserve du XVIe siècle que son colombier et une chapelle attenante au bâtiment principal. Le manoir du Port-d’Oissel, non loin d’Ikea de nos jours, tirait son nom d’un passage établi en 1198 entre Oissel et Tourville. Une charge de portier exista à partir de 1128. Il ne reste de cet ancien domaine qu’un colombier du XVIe siècle. Citons enfin la ferme du Hamel, vers Le Port-Saint-Ouen, avec des bâtiments plus récents. 

 

Cartes postales des années 1910 offrant des vues sur les hameaux de Tourville, anciens fiefs nobiliaires.
Cartes postales des années 1910 offrant des vues sur les hameaux de Tourville, anciens fiefs nobiliaires. Cartes postales des années 1910 offrant des vues sur les hameaux de Tourville, anciens fiefs nobiliaires.

Cartes postales des années 1910 offrant des vues sur les hameaux de Tourville, anciens fiefs nobiliaires.

Comparaison entre une vue aérienne des années 1950 et la vue aérienne de 2018 (captures d'écrans du site Géoportail). Comparaison entre une vue aérienne des années 1950 et la vue aérienne de 2018 (captures d'écrans du site Géoportail).

Comparaison entre une vue aérienne des années 1950 et la vue aérienne de 2018 (captures d'écrans du site Géoportail).

 

Centre commercial ou périphérie ? 

Tourville était principalement une paroisse agricole. Elle était aussi une étape fluviale et routière. Cette fonction d’étape a commencé à diminuer avec l’arrivée de la voie de chemin de fer entre Paris et Rouen, en 1842, où une halte fut ouverte à Tourville. Des Tourvillais devinrent des ouvriers des usines d’Oissel et de Pont-de-l’Arche. Le percement de l’autoroute de Normandie en 1970 a renforcé les besoins en sables et graviers déjà importants en raison des vastes constructions immobilières. Les sols de Tourville se sont largement transformés en carrières et sablières. L’abandon de ces carrières, une fois épuisées, a donné lieu à la création d’étangs. L’un d’entre eux est devenu la base de loisirs de Bédanne. 

L’autoroute a facilité le franchissement de la Seine, devenu imperceptible aux automobilistes. En 1971, la zone d’activités économiques du Clos aux antes ouvrit juste après l’ouverture de l’autoroute. Elle est depuis destinée aux grandes surfaces commerciales nécessairement accessibles par la route. C’est en 1990 que s’ouvre le Centre commercial dit de Tourville-la-rivière. Il s’agit d’une vaste galerie couverte au milieu de laquelle se trouve un hypermarché appelé Carrefour. Avec celui de Barentin, Tourville accueille le plus grand centre commercial de la périphérie de l’agglomération rouennaise. Cette révolution du paysage tourvillais témoigne des nouvelles modalités de l’économie. La concentration capitaliste a franchi un nouveau seuil : la consommation s’est massifiée que ce soit par le désir des clients ou la nécessité du profit ; la grande surface a supplanté le commerce de détail ; le transport routier est devenu prépondérant, aux dépens de la marche ou du ferroviaire ; l’économie repose désormais beaucoup sur les importations et non sur la production locale. Il en ressort une impression étonnante : les cœurs de villes et villages sont relativement désertés. La sociabilité est bousculée. Le nom même de Tourville-la-rivière semble être celui du centre commercial, dans bien des esprits, et non celui du petit centre village blotti autour de Saint-Martin et des hameaux disséminés entre les étangs, les carrières et les entrepôts. Où se trouve le centre ? Où se trouve la périphérie ?  

 

Vues des années 1910 ou 1950 sur le centre-village de Tourville. Vues des années 1910 ou 1950 sur le centre-village de Tourville.
Vues des années 1910 ou 1950 sur le centre-village de Tourville. Vues des années 1910 ou 1950 sur le centre-village de Tourville. Vues des années 1910 ou 1950 sur le centre-village de Tourville.

Vues des années 1910 ou 1950 sur le centre-village de Tourville.

Entre-t-on dans le village ou un centre commercial dénommé Tourville-la-rivière ? Cliché de @nika de Norm@ndie, aimable bloggeuse de Tourville-la-rivière que nous remercions pour la photographie ci-dessus, datant de 2013.

Entre-t-on dans le village ou un centre commercial dénommé Tourville-la-rivière ? Cliché de @nika de Norm@ndie, aimable bloggeuse de Tourville-la-rivière que nous remercions pour la photographie ci-dessus, datant de 2013.

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
21 mars 2021 7 21 /03 /mars /2021 14:42
Paroisse de Sotteville-sous-le-Val, extrait du plan terrier du XVIIIe siècle. Sotteville "Le bas". Anonyme. Conservé aux Archives de Seine-Maritime (cote 12Fi107).

Paroisse de Sotteville-sous-le-Val, extrait du plan terrier du XVIIIe siècle. Sotteville "Le bas". Anonyme. Conservé aux Archives de Seine-Maritime (cote 12Fi107).

 

Sotteville sous les monts

Sotteville-sous-le-val est une charmante commune de 774 habitants (en 2018) située en Seine-Maritime. Il s’agit plus précisément de hameaux qui s’égrènent au pied du coteau de la presqu’ile de Freneuse, autrement sous des monts. D’est en ouest se trouvent donc, à l’abri des crues de Seine, La cour à Monnier, Sotteville, Les Bocquets, Le Val-Renoux, La Ferme du val et le château du val-Freneuse. 

Sotteville désigne, à l’origine, quelques habitations regroupées autour de l’église Saint-Baudile, ou Baudèle, siège de la paroisse. La Révolution française et la création des communes ne changea pas la donne qui établit ici le chef-lieu de commune où la mairie fut bâtie, ensuite. Il faut dire que le lieu est propice à l’installation humaine avec la côte Moulinière, nom de ce vallon riche en eaux comme le démontre l’installation de la station de pompage actuelle et son château d’eau près du bois Bocquet. D’après le nom, il y eut peut-être ici un moulin. On peut aussi imaginer, d’antan, de l’élevage, des arbres fruitiers, voire des vignes comme il y en avait à Freneuse et de nouveau depuis quelques années grâce à Édouard Capron. Ces espaces sont occupés aujourd’hui par une résidence pavillonnaire autour de la rue Hyacinthe-Langlois. Signe aussi d’une certaine centralité de Sotteville parmi ses hameaux, c’est en lieu, face à l’église, que se trouvait naguère le café de l’Europe, hériter assurément de la principale épicerie-café de la commune.   

 

Vues diverses sur Sotteville-sous-le-val (photographies d'Armand Launay, 2004).Vues diverses sur Sotteville-sous-le-val (photographies d'Armand Launay, 2004).

Vues diverses sur Sotteville-sous-le-val (photographies d'Armand Launay, 2004).

 

Parmi les activités ancestrales de Sotteville et ses hameaux devaient vraisemblablement figurer le maraichage dans la plaine alluviale, la culture comme l’indique le toponyme “les petites coutures” (les cultures en normand), près de l’eau, ainsi que la pêche, le transport fluvial et le halage. C’est ce que semble indiquer l’une des rues centrales de Sotteville qui descend droit vers le sud et l’ancien port de Saint-Martin de Maresdans (aujourd’hui Bonport) et une autre voie qui descend droit du Val-Renoux vers Criquebeuf-sur-Seine. Ce lien entre Sotteville, la plaine et l’eau a été partiellement rompu avec l’arrivée du chemin de fer (entre 1840 et 1843) puis, surtout, au XXe siècle où d’immenses carrières de sable ont creusé la plaine laissant derrière elles des étangs un peu mornes. Un circuit de karting, dit de l’Europe, occupe aussi un peu ces anciens espaces.

 

Autres vues sur le chef-lieu de commune (photographies d'Armand Launay, 2019).Autres vues sur le chef-lieu de commune (photographies d'Armand Launay, 2019).
Autres vues sur le chef-lieu de commune (photographies d'Armand Launay, 2019).Autres vues sur le chef-lieu de commune (photographies d'Armand Launay, 2019).

Autres vues sur le chef-lieu de commune (photographies d'Armand Launay, 2019).

 

Sotteville la scandinave ? 

Les seuls vestiges antiques trouvés sur le territoire communal se trouvent au-dessus de l'entrée du tunnel ferroviaire. Ils semblent liés au hameau de la Nos Robin, à Tourville-la-rivière, et sont à ce titre intégrés parmi l'étude de la commune limitrophe, comme nous l'avons nous-même fait dans un article à lire ici. On peut suspecter que d'autres vestiges existent près de l’eau, lieu très utilisé par les hommes comme l’ont révélé les vastes fouilles récentes d’Alizay et celles plus anciennes de la Gritte, même lieu.

L’élément le plus ancien attestant la présence de l’homme est, pour l’heure, le nom de Sotteville. Il s’agit d’un toponyme que l’on ne retrouve qu’en Normandie, dans La Manche, à Sotteville-sur-mer en Seine-Maritime, à Sotteville-lès-Rouen et dans des lieux-dits de l’Eure à Breteuil et Dampierre. “Sóti”, en vieux danois, désigne “celui qui est noir comme de la suie”. L’on traite donc d’une personne à la peau mate et aux cheveux noirs, à moins que ce soit un sobriquet hérité d’une anecdote. Le suffixe “ville” vient du roman “villa” qui désigne, non une ville ou une somptueuse villa romaine, mais un domaine rural. Ce suffixe permet donc de transformer le nom “Le Noir” en “Domaine du Noir”. Un autre toponyme scandinave a existé, que l’on retrouve dans Le livre des jurés de l’abbaye de Saint-Ouen, d’Henri Dubois : Houlegate. Ce nom signifie en scandinave le “chemin creux”. Nous ne savons précisément quelle partie de la paroisse il désignait, que ce soit le terrain appelé sur le plan cadastral les “Gattes”, en bordure de Seine, ou le Val-Renoux lui-même, ou encore ailleurs ? Quoi qu’il en soit, le domaine de Sotteville a été attribué à un scandinave, comme ceux de Tourville, Ymare, Igoville, Criquebeuf, Martot… L’organisation médiévale en fiefs nobles était installée durablement. MM. Charpillon et Caresme nous apprennent, dans leur excellent Dictionnaire historique de toutes les communes de l’Eure, que “Jean de Poissy était, vers 1260, seigneur de Gouy, les Authieux, Sotteville, Igoville.” Ces mêmes auteurs, à l’article d’Igoville, citent l’existence d’un “fief aux Malades” qui était peut-être autour de l’ancienne ferme sise entre Igoville et Sotteville et connue dans la base Mérimée sous le nom de Maladrerie. Ce fief fut la propriété du prieuré du Mont-aux-malades, sur les hauts de Rouen, mais nous n’en savons pas assez pour développer ce point. 

 

La croix hosannière du XIIe siècle, décrite plus bas dans le texte, est le plus ancien patrimoine de la commune. La première illustration provient des fonds numériques des Archives de Seine-Maritime (cote 6Fi9) ; la seconde est issue du riche site MonVillageNormand.fr que nous conseillons et remercions pour son existence et ses documents.La croix hosannière du XIIe siècle, décrite plus bas dans le texte, est le plus ancien patrimoine de la commune. La première illustration provient des fonds numériques des Archives de Seine-Maritime (cote 6Fi9) ; la seconde est issue du riche site MonVillageNormand.fr que nous conseillons et remercions pour son existence et ses documents.

La croix hosannière du XIIe siècle, décrite plus bas dans le texte, est le plus ancien patrimoine de la commune. La première illustration provient des fonds numériques des Archives de Seine-Maritime (cote 6Fi9) ; la seconde est issue du riche site MonVillageNormand.fr que nous conseillons et remercions pour son existence et ses documents.

 

Pourquoi sous le val ? 

Il semble qu’on ait voulu distinguer notre Sotteville de celui de Rouen en le désignant sous le nom de Sotteville-sous-le-val. Est-ce une référence au val de la Moulinière ? Non. Le val le plus proche est celui par lequel passe l’autoroute A13 depuis 1967 avec son étrange sculpture de Georges Saulterre, “Sur la trace des vikings” (et datant de 1990). Nous avons établi dans un autre article que, étonnamment, le val en question est celui qui sépare Les Authieux d’Ymare. Dans le plan terrier de la paroisse sont distingués Sotteville dans la vallée et les hauts de Sotteville. Ces hauts se trouvent dans un val particulier, situé à 80 mètres d’altitude et qui correspond au passage ancien de la Seine qui forme une boucle surélevée dans le paysage local.

Différentes vues sur Saint-Baudèle de Sotteville (photographies d'Armand Launay, 2004 pour la première et 2019 pour les suivantes). Différentes vues sur Saint-Baudèle de Sotteville (photographies d'Armand Launay, 2004 pour la première et 2019 pour les suivantes).
Différentes vues sur Saint-Baudèle de Sotteville (photographies d'Armand Launay, 2004 pour la première et 2019 pour les suivantes). Différentes vues sur Saint-Baudèle de Sotteville (photographies d'Armand Launay, 2004 pour la première et 2019 pour les suivantes).

Différentes vues sur Saint-Baudèle de Sotteville (photographies d'Armand Launay, 2004 pour la première et 2019 pour les suivantes).

 

Saint-Baudile, ou Baudèle, de Sotteville et sa croix hosannière

L’élément religieux le plus notable de Sotteville est sans conteste la croix hosannière, croix centrale du cimetière médiéval, qui est datée du XIIe siècle et qui fut classée Monument historique le 27 décembre 1913. Il s’agit d’un monolithe calcaire dans lequel une croix a été taillée à son sommet. C’est, à notre connaissance, la plus ancienne croix hosannière de la région de Pont-de-l’Arche. 

Rares sont les lignes, à notre connaissance, sur Sotteville. Mais l’inépuisable curé-historien havrais Jean-Benoit-Désiré Cochet, dit l’abbé Cochet, a rédigé quelques lignes sur l’église dans le Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure, paru en 1871 : “L’église, dédiée à saint Baudèle, est une construction du XIe siècle, dont il ne reste guère que l’appareil en feuilles de fougère et en arête de poisson. Les fenêtres ont été agrandies au XVIIIe siècle.”  

Selon le site “Mon village normand”, l’église avait été “restaurée en 1862” mais cela ne suffit pas. Le clocher et la toiture semblent s’être effondrés. L'édifice fut “complètement reconstruit en 1880.” Malgré les affres de la Seconde guerre mondiale, l’église semble se présenter telle qu’elle fut alors : un vaisseau unique, rectangulaire et orienté. Sans transept, le vaisseau est élégamment ajouré de sept paires de baies voutées en piers-point. Le chainage et les contreforts sont réalisés en brique rouge et le remplissage est fait de moellon calcaire local scié, caractéristique de cette époque. Le toit à deux pans est couvert d’ardoise. Un clocher massif couronne le portail et donne un aspect austère à l’édifice qui serait, autrement, une harmonieuse et lumineuse chapelle néogothique, qui plus est avec ses briques blanches dessinées sur la façade du portail.

Sur Gallica, la Semaine religieuse du diocèse de Rouen n° 44 du 3 novembre 1894 nous apprend, aux pages 1071 et 1072, que les deux nouvelles cloches furent récemment bénies. Le site de l’Institut national de l’histoire de l’art nous apprend l’existence, au XIXe siècle, d’une “confrérie de saint Baudèle, de la Sainte Vierge et de saint Éloi établie à Sotteville-sous-le-Val.” 

 

Vues sur les colonnes et pierres bonportoises à Sotteville-sous-le-val (photographies d'Armand Launay, 2019).Vues sur les colonnes et pierres bonportoises à Sotteville-sous-le-val (photographies d'Armand Launay, 2019).
Vues sur les colonnes et pierres bonportoises à Sotteville-sous-le-val (photographies d'Armand Launay, 2019).Vues sur les colonnes et pierres bonportoises à Sotteville-sous-le-val (photographies d'Armand Launay, 2019).

Vues sur les colonnes et pierres bonportoises à Sotteville-sous-le-val (photographies d'Armand Launay, 2019).

 

Sotteville et les colonnes bonportoises

En face de l’église, le long de la route reliant Igoville à Freneuse (la rue du village), se voient deux colonnes entièrement dégagées et une troisième à moitié engagée dans un bâtiment d’habitation. Elles sont couronnées de chapiteaux sculptés comme dans des églises. Une photographie de cette maison datant de 1939, un cliché d’Emmanuel-Louis Mas (1891-1979) reproduit ci-dessous montre l’édifice. Il s’agit de colonnes de l’ancienne abbaye de Bonport qui servit partiellement de carrière de pierre entre 1791 et au moins 1820. Sur la façade sud du bâtiment d’habitation une pierre sculptée avec un “M” vient aussi de Bonport, comme les colonnes de deux propriétés du centre-village, colonnes qui servent de piliers de portail.  

 

Le château de Val-Freneuse par @nika de Norm@ndie, aimable bloggeuse de Tourville-la-rivière que nous remercions pour la photographie ci-dessus, datant de 2018.

Le château de Val-Freneuse par @nika de Norm@ndie, aimable bloggeuse de Tourville-la-rivière que nous remercions pour la photographie ci-dessus, datant de 2018.

 

Château de Freneuse-Sotteville

Ce château se confond avec la Ferme du Val sur la carte d’état major de 1840. Il constitue un fief d’Ancien Régime, celui des Le Cornier dont certains membres furent officiers du roi et siégèrent au parlement de Rouen. Le “château de Val-Freneuse” se trouve essentiellement dans la commune de Sotteville, seuls son parc et une aile de bâtiment sont à Freneuse. L’édifice fut bâti au XVIIe siècle et respire le classicisme architectural français fait de symétrie à défaut peut-être d’harmonie parfaite. Nous pensons à la rupture de hauteur entre les fenêtres des deux premiers niveaux et celles du troisième niveau, très ramassées. Le chainage est en brique de pays, reconnaissables à leur clarté, leur chaleur, et qui laisse peu de place au remplissage entre les contours des fenêtres et les lignes de chainage. Au fronton de la façade principale, côté est, se trouve le blason selon toute vraisemblance des Le Cornier.   

Ce château a été partiellement inscrit sur la liste supplémentaire des Monuments historiques le 21 décembre 1977, du moins les façades et toitures du château et des communs, la grille d'entrée, les petit et grand salons et bureau-bibliothèque au rez-de-chaussée, la chambre nord-ouest au premier étage et la chapelle aménagée dans les espaces communs. Différents appartements sont désormais aménagés et loués dans une partie de la résidence. 


Enfin, c’est à Sotteville que des véhicules allemands de la Première guerre mondiale furent neutralisés, eux qui cherchaient à dynamiter les ponts de la région et donc à perturber le ravitaillement du front français.

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2020 7 13 /09 /septembre /2020 14:18

 

Sotteville-sous-le-val est une charmante commune, blottie au pied du coteau de la presqu’ile de Freneuse, qui mérite qu’on s’y balade par le corps comme par l’esprit. 

Sotteville désigne, à l’origine, quelques habitations regroupées autour de l’église Saint-Baudile. On traitait de paroisse Saint-Baudile-de-Sotteville.   

En face de l’église, le long de la route reliant Igoville à Freneuse (la rue du village), se voient d’étranges colonnes. Deux sont entièrement dégagées et une troisième se trouve à moitié engagée dans un bâtiment d’habitation. Elles sont couronnées de chapiteaux sculptés comme dans des églises. D’où viennent-elles ? 

 

Photographie de la maison aux colonnes accessible sur le site POP, la plateforme ouverte du patrimoine, proposée par le Ministère de la culture. Datant de 1939 et pris par Emmanuel-Louis Mas il montre l’édifice d'origine, disparu depuis, et ses trois colonnes restées comme orphelines au milieu du village..

Photographie de la maison aux colonnes accessible sur le site POP, la plateforme ouverte du patrimoine, proposée par le Ministère de la culture. Datant de 1939 et pris par Emmanuel-Louis Mas il montre l’édifice d'origine, disparu depuis, et ses trois colonnes restées comme orphelines au milieu du village..

Les colonnes en question devant l'église Saint-Baudile (cliché d'Armand Launay, juin 2012).

Les colonnes en question devant l'église Saint-Baudile (cliché d'Armand Launay, juin 2012).

 

Une photographie de cette maison, que nous appelons la maison aux colonnes, est accessible sur le site POP, la plateforme ouverte du patrimoine, proposée par le Ministère de la culture. Sous la cote MH0170031 et datant de 1939, un cliché d’Emmanuel-Louis Mas (1891-1979) reproduit ci-dessous montre l’édifice. On le retrouve dans la notice APMH00170031. 

Dans une certaine confusion la notice annonce le XIVe siècle pour dater on ne sait trop quoi. À l’évidence, ce siècle se rapproche plus de la création des colonnes (début du XIIIe siècle) que de la maison qui a été bâtie à la toute fin du XVIIIe siècle ou au début du XIXe siècle. Était-elle faite en pans de bois ? Nous l’ignorons. Toutefois elle complétait un beau bâtiment, peut-être du XVIIe siècle, à l’Est bâti sur des lits de silex, avec des moellons calcaires en remplissage et des chainages en pierres de taille. Celui-ci a peut-être été couvert de chaume à en croire ses pignons surélevés par rapport à la ligne du toit. Côté sud, une de ses pierres de chainage porte la lettre “M” en caractère gothique entourée d’une couronne, semble-t-il et d’un symbole que nous ne savons pas interpréter (une dédicace en hommage à un abbé décédé ?). Quant au bâtiment disparu, avait-il une vocation agricole ? C’est possible à en juger par l’espace entre deux des colonnes qui devaient laisser place à l’entrée d’une charrette, au moins à bras. Quant à l’étage, ses fenêtres laissent deviner qu’il était habité. Quoi qu’il en soit, en 1939, ce bâtiment semblait déjà à l’abandon qui était recouvert de croutes de réclames. 

 

Maison, toujours debout, qui se trouve dans le prolongement de la maison aux colonnes disparue. Une colonne la soutient en partie et une pierre de chainage porte la lettre "M" qui semble provenir de l'ancienne abbaye de Bonport (clichés d'Armand Launay, février 2014).
Maison, toujours debout, qui se trouve dans le prolongement de la maison aux colonnes disparue. Une colonne la soutient en partie et une pierre de chainage porte la lettre "M" qui semble provenir de l'ancienne abbaye de Bonport (clichés d'Armand Launay, février 2014).

Maison, toujours debout, qui se trouve dans le prolongement de la maison aux colonnes disparue. Une colonne la soutient en partie et une pierre de chainage porte la lettre "M" qui semble provenir de l'ancienne abbaye de Bonport (clichés d'Armand Launay, février 2014).

 

Ces colonnes, les connaisseurs le voient, sont cisterciennes. Ce sont les parties supérieures, les chapiteaux qui l’indiquent. Ceux-ci sont sculptés de manière à représenter des fleurs d’eau, c’est-à-dire des roseaux, que l’on appelait des cisteaux en ancien français. C’est en effet dans un lieu dit Cisteaux, puis Cîteaux, que l’ordre cistercien fut fondé par Robert de Molesme en 1098. Beau clin-d’œil, donc. 

 

Émile Chevallier, homme d’église attaché à la paroisse de Pont-de-l’Arche, publia deux ouvrages sur l’ancienne abbaye de Bonport, située dans la même paroisse. Il s’agit d’un guide et d’un ouvrage plus approfondi intitulé Notre-Dame de Bonport : étude archéologique sur une abbaye normande de l'ordre de Cîteaux, et publié en 1904 par Firmin-Didot.

À la page 13, l’abbé Chevallier nous apprend que l’abbaye de Bonport, qui fut nationalisée comme tous les biens ecclésiastiques par les députés de la Révolution en 1790, fut vendue le 2 avril 1791 à Jacques Joseph Alexandre de la Fleurière et, surtout, Alexandre de la Folie qui exploita les lieux. Outre l’exploitation agricole, celui-ci vendit des matériaux de l’abbaye. Il commença par les quatre cloches de Notre-Dame de Bonport, l’église abbatiale, qui partirent à la fonderie de Romilly-sur-Andelle dès juillet 1791. Le 22 février 1792, une chapelle était détruite ainsi que, déjà, une partie de l’abside de Notre-Dame. L’ancienne abbaye était devenue partiellement une carrière de pierres destinées aux constructions des habitants de la région. Vers 1820 la carrière était toujours exploitée semble-t-il (page 14).

 

Photographies prises dans l'enceinte de l'ancienne abbaye de Bonport. L'une montre la base des colonnes de Notre-Dame, vendues entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle. L'autre montre les vestiges de faisceaux de colonnes engagés dans le mur du dortoir et donc non démontables pour être vendus (clichés d'Armand Launay, juin 2010 pour les bases de colonnes, aout 2016 pour les vestiges accolés au dortoir).
Photographies prises dans l'enceinte de l'ancienne abbaye de Bonport. L'une montre la base des colonnes de Notre-Dame, vendues entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle. L'autre montre les vestiges de faisceaux de colonnes engagés dans le mur du dortoir et donc non démontables pour être vendus (clichés d'Armand Launay, juin 2010 pour les bases de colonnes, aout 2016 pour les vestiges accolés au dortoir).

Photographies prises dans l'enceinte de l'ancienne abbaye de Bonport. L'une montre la base des colonnes de Notre-Dame, vendues entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle. L'autre montre les vestiges de faisceaux de colonnes engagés dans le mur du dortoir et donc non démontables pour être vendus (clichés d'Armand Launay, juin 2010 pour les bases de colonnes, aout 2016 pour les vestiges accolés au dortoir).

 

Émile Chevallier cite ensuite, (page 15) des pierres encore identifiables en 1904 dans la région : il s’agit de pierres sculptées, celles de l’église Notre-Dame. Il expose qu’il en existe à Criquebeuf, Pont-de-l’Arche, Alizay, Pont-Saint-Pierre et Sotteville-sous-le-val dans deux propriétés. 

La maison aux colonnes semble donc avoir été relevée notamment grâce à trois colonnes rachetées par un particulier à Alexandre de la Folie. Elles ont vraisemblablement servi de soutènement à une sablière portant les solives du second niveau. Ce bâtiment, disparu depuis, date donc par déduction de la toute fin du XVIIIe siècle ou des deux premières décennies du XIXe siècle. Peut-être que ces colonnes ont transité par voie de Seine car, après tout, l’ancienne abbaye bonportaise se situe presqu’en face de Sotteville. Quoi qu’il en soit, ces colonnes à chapiteaux, et la pierre avec un “M” indiquent que certaines demeures sottevillaises ont été restaurées avec des pierres de réemploi issues de Bonport. Ce constat est renforcée par la présence dans deux autres propriétés du centre-village d’autres colonnes bonportaises. Elles servent de piliers à deux portails. 

 

Nous publions ci-dessous différentes photographies de ces colonnes bonportaises réemployées dans les villes et villages de la région. 

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

 

Autres colonnes de Bonport servant de piliers de portails dans le coeur de village de Sotteville (clichés d'Armand Launay, aout 2004 et février 2014).
Autres colonnes de Bonport servant de piliers de portails dans le coeur de village de Sotteville (clichés d'Armand Launay, aout 2004 et février 2014).
Autres colonnes de Bonport servant de piliers de portails dans le coeur de village de Sotteville (clichés d'Armand Launay, aout 2004 et février 2014).

Autres colonnes de Bonport servant de piliers de portails dans le coeur de village de Sotteville (clichés d'Armand Launay, aout 2004 et février 2014).

Colonne de Bonport servant de soutènement au local accueillant de nos jours le bar central de Tourville-la-rivière (cliché d'Armand Launay, juillet 2019).

Colonne de Bonport servant de soutènement au local accueillant de nos jours le bar central de Tourville-la-rivière (cliché d'Armand Launay, juillet 2019).

Colonne et pierres sculptées de Bonport situées dans la commune de Criquebeuf-sur-Seine (clichés d'Armand Launay, avril 2010).
Colonne et pierres sculptées de Bonport situées dans la commune de Criquebeuf-sur-Seine (clichés d'Armand Launay, avril 2010).
Colonne et pierres sculptées de Bonport situées dans la commune de Criquebeuf-sur-Seine (clichés d'Armand Launay, avril 2010).

Colonne et pierres sculptées de Bonport situées dans la commune de Criquebeuf-sur-Seine (clichés d'Armand Launay, avril 2010).

Colonne de Bonport servant de soutènement dans la cour du Cerf à Pont-de-l'Arche (cliché d'Armand Launay, mai 2008).

Colonne de Bonport servant de soutènement dans la cour du Cerf à Pont-de-l'Arche (cliché d'Armand Launay, mai 2008).

Colonnes de Bonport servant de piliers de portail dans la rue principale d'Alizay (cliché d'Armand Launay, mars 2011).

Colonnes de Bonport servant de piliers de portail dans la rue principale d'Alizay (cliché d'Armand Launay, mars 2011).

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2020 7 13 /09 /septembre /2020 08:43

 

Que signifie Sotteville ? 

Le toponyme de Sotteville-sous-le-val a été interrogé sous l’angle normand, c’est-à-dire la recherche des traces des northmen, les hommes du nord : en somme les vikings. L’on s’est plu à répéter que Sotteville provient de “Sóti”, du vieux danois, qui désigne “celui qui est noir comme de la suie”. L’on traite donc d’une personne à la peau mate et aux cheveux noirs, à moins que ce soit un sobriquet hérité d’une anecdote ou d’une blague potache. On rapproche ce mot de l’anglais “soot”, la suie. Le suffixe “ville” vient du roman “villa” qui désigne, non une ville ou une somptueuse villa romaine, mais un domaine rural. Ce suffixe permet donc de transformer le nom “Le Noir” en “Domaine du Noir”. 

 

Mais à quoi bon préciser “sous le val” ? 

Mais nous nous intéressons ici à la précision “sous le val” accolé au nom d’origine scandinave. À l’évidence, il s’est agi de distinguer notre Sotteville de Sotteville-lès-Rouen, située aussi le long du cours de la Seine. Mais pourquoi ne pas appeler cette paroisse Sotteville-sous-les-monts comme, à près de 13 km par la route, Amfreville-sous-les-monts ? Après tout, il existe bien une ligne de coteaux assez pentus descendant régulièrement vers Saint-Aubin-lès-Elbeuf. 

 

Sotteville-sous-le-val désigne le chef-lieu de paroisse, puis de commune, mais aussi l'ensemble du territoire communal. Il n'est donc pas sûr que la précision "sous le val" désigne le val de la Moulinière au-dessus du chef-lieu (cliché d'Armand Launay, aout 2019).

Sotteville-sous-le-val désigne le chef-lieu de paroisse, puis de commune, mais aussi l'ensemble du territoire communal. Il n'est donc pas sûr que la précision "sous le val" désigne le val de la Moulinière au-dessus du chef-lieu (cliché d'Armand Launay, aout 2019).

 

Sotteville-sous-le-val… Renoux ?

Nous avions pensé, il y a longtemps, que “le val” précisant le nom de la commune était celui du Val-Renoux, vous savez, celui par lequel passe l’autoroute 13, là où se trouve la merveilleuse sculpture “Sur la trace des vikings”, de Georges Saulterre. Cette hypothèse a, depuis, été wikipédiatisée dans la fiche dévolue à la commune sottevillaise. 

Après tout, cette hypothèse parait assez logique car le Val-Renoux se dessine nettement depuis la vallée de Seine où circulent les passants, notamment sur l’eau. 

 

Que désigne Sotteville ? 

Mais Sotteville désigne depuis 1790 tout l’espace d’une commune et, auparavant, donnait son nom à l’étendue de la paroisse accolé au nom de son saint patron : Saint-Baudile-de-Sotteville. Par conséquent Sotteville est, à l’origine, un nom de lieu mais pas d’espace. Sotteville désignait le village, chef-lieu de paroisse, blotti autour de son église. Il existe aussi des hameaux : la Ferme du val, le Val-Renoux, les Bocquets et La cour à Monnier.

 

Sotteville-sous-le-val... de la côte Moulinière ? 

Or, la fiche Wikipédia de la commune, atteste que c’est depuis au moins 1757 que l’on accole la mention “sous le val” et non “à côté du val”. On ne traite pas de Sotteville-ès-val, près-val ou jouxte-val comme l’on disait Saint-Aubin-jouxte-Boulleng avant de dire Saint-Aubin-lès-Elbeuf.

La mention “sous le val” est-elle tout simplement une référence à la côte Moulinière qui passe dans un vallon derrière l’église et la mairie de Sotteville ? 

Nous en doutons car ce val n’est pas très lisible, bien qu’il existe. À ce titre, bien des villages devraient s’appeler Les Damps-sous-le-val, Igoville-sous-le-val, Connelles-sous-le-val… Même le Val-Renoux a besoin d’un nom d’homme pour qu’on le distingue et donc le retienne. 

 

Sotteville-sous-le-val... des Authieux ? Ou l’ancienne paroisse étendue. 

C’est en faisant des recherches sur Ymare que nous avons pris connaissance d’un plan terrier du XVIIIe siècle de la paroisse de Sotteville : celui-ci nous a mis la puce à l’oreille. À côté du plan terrier de Sotteville et ses hameaux valléens, il existe un plan de la paroisse de Sotteville... sur le plateau des Authieux. Cela n’est guère étonnant quand on songe que la commune est aujourd’hui en partie assise sur les hauteurs, du côté des Pointes des Authieux. Songez aussi au nouveau cimetière communal.

Mais ce plan, reproduit ci-dessous, nous apprend que les terres sottevillaises allaient par le fond des vallons jusqu’au pied des paroisses de Saint-Aubin-Celloville, alors dénommée Saint-Aubin-la-campagne, et d’Ymare. Si les bois lui échappaient, la paroisse allait jusqu’à leur lisière si bien que l’ensemble du val des Authieux (la route principale entre Igoville et Gouy) était sottevillais. On mesure aussi, mais c’est un autre sujet, que la ferme de la Folie et le Précantuit étaient igovillais.

Nous pouvons donc former l’hypothèse que “le val” dont il est question dans le nom de la commune désigne ou, plutôt, désignait cette bonne moitié de la paroisse autant accessible par Sotteville que par le Port-Saint-Ouen et qui devait être convoitée. On peut supposer que des fermes y existassent, à l’exemple de la ferme de la Folie, et que des paysans y travaillassent régulièrement. L’archéologie et l’observation aérienne y répondront peut-être un jour, si ce n’est déjà fait. 

Il est étonnant, dans le découpage des terres paroissiales, que le bas de ce val ait été attribué à Igoville et le haut à Sotteville. Ce découpage est sûrement le résultat d’une prise de pouvoir par quelque seigneur local ou par l’abbaye Saint-Ouen de Rouen, grand propriétaire foncier de la région comme l’indique toujours le nom du Port-Saint-Ouen.

On pourrait m’objecter que c’est surtout la paroisse d’Igoville qui est sise “sous le val” des Authieux. C’est géographiquement vrai. Mais toponymiquement il n’existe qu’un seul Igoville, nettement identifiable donc, alors qu’il existe bien des Sottevilles.

 

Conservé aux Archives départementales de Seine-Maritime sous la cote 12Fi106 et accessible par le site http://www.archivesdepartementales76.net, ce plan montre la partie haute de la paroisse de Sotteville-sous-le-val, le nom est donné. Ce plan terrier n'est pas daté mais date du XVIIIe siècle (capture d'écran du 12 septembre 2020).

Conservé aux Archives départementales de Seine-Maritime sous la cote 12Fi106 et accessible par le site http://www.archivesdepartementales76.net, ce plan montre la partie haute de la paroisse de Sotteville-sous-le-val, le nom est donné. Ce plan terrier n'est pas daté mais date du XVIIIe siècle (capture d'écran du 12 septembre 2020).

Détails du plan ci-dessus (captures d'écran du 12 septembre 2020).
Détails du plan ci-dessus (captures d'écran du 12 septembre 2020).

Détails du plan ci-dessus (captures d'écran du 12 septembre 2020).

 

Le val des Authieux et sa particularité.

Nous avançons un autre argument expliquant, selon nous, la référence au val des Authieux comme élément distinguant la paroisse sottevillaise. Le val des Authieux n’est pas un vallon en eau issu d’une érosion des coteaux de Seine. Il provient d’un ancien méandre de Seine asséché puis coupé du lit principal du fleuve. C’est Jérôme Chaïb, écologue et directeur de l'Agence régionale de l'environnement de Haute-Normandie, qui nous renseigne bien ici. Par des dessins très pédagogiques reproduits ci-dessous, il montre quelques phases de l’évolution du méandre de Seine qui nous intéresse. En retenant les leçons de Charles Darwin qui, dans L’Origine des espèces, nous invite à réfléchir à l’échelle géologique, bien plus vaste donc, on mesure combien le fleuve a creusé la roche et a pu modifier son cours. Ceci d’autant plus que le fleuve a été plus impétueux à certaines périodes de son histoire. On mesure donc que le val entre Igoville et le Port-Saint-Ouen mais aussi le Val-Renoux sont le vestige d’un ancien lit de la Seine. C’est un val qui se situe tout de même entre 70 et 80 mètres au-dessus de la Seine et qui descend de deux côtés vers le fleuve séquane… Ils ont été parcourus ensuite et vraisemblablement par quelques rus qui les ont creusés un peu plus surtout à leur connexion avec la vallée de la Seine actuelle. Nous songeons aux vallons descendant de Saint-Aubin-Celloville et Ymare, ce dernier semblant avoir eu un ru plongeant ensuite vers Igoville.

Dessins de Jérôme Chaïb, de l’AREHN, issu de la page 31 de La Seine en Normandie, ouvrage collectif publié en février 2012 et dirigé par Céline Dégremont et Christian Lévêque sous l’égide du GIP Seine-Aval. Nous en avons consulté la version numérique déposée dans Issuu à l’adresse suivante : https://issuu.com/seineaval/docs/la_seine_en_normandie. On voit ici que le val des Authieux est un méandre fossile. C’est donc un val particulier qui a dû compter dans la précision donnée à la paroisse de Sotteville-sous-le-val ; ce val étant pour moitié dans ladite paroisse. (capture d'écran du 12 septembre 2020).

Dessins de Jérôme Chaïb, de l’AREHN, issu de la page 31 de La Seine en Normandie, ouvrage collectif publié en février 2012 et dirigé par Céline Dégremont et Christian Lévêque sous l’égide du GIP Seine-Aval. Nous en avons consulté la version numérique déposée dans Issuu à l’adresse suivante : https://issuu.com/seineaval/docs/la_seine_en_normandie. On voit ici que le val des Authieux est un méandre fossile. C’est donc un val particulier qui a dû compter dans la précision donnée à la paroisse de Sotteville-sous-le-val ; ce val étant pour moitié dans ladite paroisse. (capture d'écran du 12 septembre 2020).

À la sortie d'Ymare, au-dessus de la mare Bouet. On voit se dessiner ici le val des Authieux, ancien lit de la Seine d'un méandre fossile. La paroisse de Sotteville-sous-le-val venait jusqu'à la lisière du bois où fut prise cette photographie (cliché d'Armand Launay, aout 2020).

À la sortie d'Ymare, au-dessus de la mare Bouet. On voit se dessiner ici le val des Authieux, ancien lit de la Seine d'un méandre fossile. La paroisse de Sotteville-sous-le-val venait jusqu'à la lisière du bois où fut prise cette photographie (cliché d'Armand Launay, aout 2020).

 

Pour conclure, la paroisse de Sotteville-sous-le val était bien plus étendue que la commune qui lui a succédé à partir de 1790. Elle occupait une partie du val des Authieux, ancien méandre de Seine. Il semble donc que Sotteville-sous-le-val désigne ce val particulier et non les vallons directs du coteau tels que le Val-Renoux et la côte de la Moulinière.    

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0

  • : Pont de l'Arche et sa région histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Contactez-moi afin d'étudier ensemble, plus avant, l'histoire et donc de progresser vers la connaissance. Bonne lecture ! armand.launay@gmail.com
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages) ;

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages) ;

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages) ;

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au cœur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages) ;

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages) ;

- Mieux connaitre Pont-de-l'Arche à travers 150 noms de rues et de lieux ! (Autoédité avec Frédéric Ménissier, 2019, 64 pages) ; 

- Les Trésors de Terres-de-Bord : promenade à Tostes, ses hameaux, Écrosville, La Vallée et Montaure (édité par la mairie de Terres-de-Bord, à paraitre en 2022).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis enseignant à Mayotte.

Accédez aux articles par Google maps