Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 20:44

Si je n’ai pas eu – ou pris – le temps de lire les archives d’Igoville, on m’a souvent questionné sur le « château » de La Sahatte qui hante les cartes postales de 1910 et qui, manifestement, a disparu depuis.

Je rassemble donc quelques éléments, notamment ces fameuses cartes postales de 1910, afin de donner un début de réponse aux curieux. Ces éléments sont parfois le fruit d’entretiens réalisés avec nos anciens depuis 2002. 

L’observation des cartes postales, ci-dessous, laisse entrevoir qu’il s’agit d’une maison bourgeoise de la première moitié du XIXe siècle. En effet, une étude de Guy Arbellot (voir les sources) nous apprend que 4 personnes habitaient le « château de la Sahatte » en 1847.

Munie de deux tours de part et d’autre de la façade, et richement décorée, cette demeure se voulait un « château ».

Le nom de Sahatte nous échappe, a-t-il préexisté ? Provient-il du nom d’un propriétaire ?

Le « château » a été occupé durant la Seconde guerre mondiale. L’armée allemande l’occupait en aout 1944 quand les Canadiens libéraient notre région. Il semble que trois soldats canadiens aient été tués par des Allemands en approchant La Sahatte.

Yves Fache, habitant des Authieux-sur-le-Port-saint-Ouen, a publié un article dans le journal Paris-Normandie du 26 aout 1988. On y apprend que La Sahatte a appartenu à la famille Nibelle, député de Rouen en 1914 et qu'il y accueillit de jeunes réfugiés serbes. Yves Fache continue : "Une de ses magnifiques allées de hêtres avait été vendue pendant la dernière guerre pour l'industrie de la chaussure à Pont-de-l'Arche avec des semelles articulées en bois ! Lors de la Libération, le château avait bien pris deux ou trois obus, tirés de la forêt de Bord par les Canadiens. Il ne fut jamais réparé. Au contraire, il fut pillé..."  

En effet, des gens de la région récupérèrent peu à peu ses pierres, comme il advint à la maison Becq de Fouquières, aux Damps. Aujourd’hui, seules ses fondations sont encore visibles, au milieu d’un bois privé à droite de la rue des Canadiens – juste hommage – sur la route des Authieux-sur-le-Port-saint-Ouen. Des écuries en ruine sont visibles à l’orée du bois qui borde cette rue.

La légende raconte qu’une galerie souterraine partait non loin de ce château et arrivait à l’ancienne abbaye de Bonport en passant sous la Seine et par la maladrerie d’Igoville. D’après des riverains, une zone située à 50 mètres des dernières maisons serait souvent dégagée par temps brumeux ce qui serait l’indicatif du passage d’un souterrain. 

  

Sources

- Arbellot Guy, Dictionnaire des lieux habités de l'Eure, pages 9-247, « Annales de Normandie », 50e année, n° 1, 2000, cf. page 191. 

- Site de la commune d’Igoville : www.ville-igoville.com/INFORMATIONS-BLASON-53.htm

 

A lire aussi

Le Pont-de-l'Arche souterrain 

Le Château d'Igoville

 

 

P1090372

 

Carte-postale-d-Igoville-17-

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

 

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 17:13

Annuaire des cinq départements de la Normandie, publié par l’Association normande et les Assises de Caumont, 1951-1952, Caen, 1953, p. 23-24.    

 

A. Lefebvre, Instituteur Honoraire (1949) 

 

II. – LES CAVES ET SOUTERRAINS DE LOUVIERS

 

Dans son livre si captivant sur les Manants du Roy, Jean de La Varende nous rappelle que, dans son pays d’Ouche, il y avait jadis plus de routes sous terre que dessus, que tous les châteaux-forts de cette région frontière, entre la Haute et Basse-Normandie étaient reliés entr’eux par des souterrains, et que des " cartes noires " en avaient même été dressées vers la fin de l’Ancien-Régime et avaient utilement servi aux bandes des chouans dans leurs luttes désespérées contre les armées républicaines. Et à ce propos il nous raconte l’histoire d’un chien des Jonquerets de Livet qui tomba dans une marnière abandonnée et qui fut retrouvé trois jours plus tard dans une autre marnière, près de Landeperente, à une bonne lieue de là.

 

Ne pourrait-on pas en dire autant de toutes les villes fortifiées d’autrefois ? À Louviers même, n’a-t-on pas retrouvé un certain nombre de ces souterrains destinés, soit à emmagasiner des provisions, des armes et du matériel de guerre, soit à s’échapper facilement loin de la ville en cas de siège ? Ne serait-il pas intéressant de pouvoir établir le plan souterrain de notre bonne ville si souvent attaquée au cours des Guerres de Cent Ans et de la Sainte-Ligue ? Feu l’abbé Delamare en a déjà dressé une liste dans son ouvrage si intéressant sur les Rues de Louviers.

 

1° En 1859, on a découvert un souterrain dont l’entrée était située en arrière du maître-autel de Notre-Dame et qui se dirigeait vers le château de Saint-Hilaire et le couvent de Sainte-Barbe.

 

2° Un autre couloir s’en va sous la Rue Tatin, vers l’ancienne citadelle, peut-être. C’est celui qui a été remis à jour en 1948.

 

3° Une excavation produite rue des Pompiers, en 1888, a montré un souterrain qui se trouve sous la Mairie actuelle (ancien couvent de Saint-Louis).

 

4° Sous le théâtre, on en a retrouvé un autre, qui se dirige vers l’ancienne Porte de Rouen.

 

5° En 1894, un affaissement de terrains a révélé le superbe souterrain qui passe sous le Marché aux Œufs, en face le n° 11, dans le voisinage de l’ancienne Maison des Templiers.

 

6° Enfin, le fameux souterrain du Puits-Crosnier, qui a son ouverture dans le Bois du Défends près du cimetière, se dirigeant vers la Citadelle et le châtel des archevêques, et permettait aux combattants de s’échapper facilement en cas de grand danger. Suivant la tradition locale une branche de ce souterrain aurait son issue dans l’église Saint-Germain. C’est dans ce puits Crosnier que fut jeté, comme à la voirie, le corps du curé de Mesnil-Jourdain, Mathurin Picard, très compromis dans le célèbre procès des Possédées de Louviers, en 1647.

 

Signalons, à notre tour, qu’au n° 22 de la rue Dupont de l’Eure existe une cave rendue visible par le bombardement de 1940, et dont la voûte descend d’une marche en même temps que l’escalier qui y conduit. Elle ressemble à celles que nous avons visitées il y a une soixantaine d’années, aux abbayes du Bec-Hellouin et de Jumièges.

 

Le Châtel du Manoir des Archevêques de Rouen, détruit en 1435, ne fut jamais réédifié. C’est sur son emplacement que fut construit le pâté de maisons compris entre la rue du Châtel et la rue aux Mouches (rue Bertinot actuelle). De ce quartier il ne reste malheureusement plus rien depuis le bombardement de 1940, sauf les caves à deux étages d’une solidité à toute épreuve, dont les voûtes en plein cintre étaient soutenues par des arceaux en pierre. Dans quelques-unes de ces cuves, on descendait par un escalier à vis également en pierre.

 

À Rouen même, toutes les maisons situées sur le côté méridional de la rue aux Ours, sont bâties sur un très long souterrain faisant communiquer la cathédrale avec la tour Saint-André. De solides grilles en fer délimitent les parties servant de caves à chaque habitation.

 

Ne serait-il pas utile, pour notre ville de Louviers, de dresser un plan de tous ces anciens souterrains, ainsi que de ceux à découvrir au cours des travaux de la Reconstruction ?

 

 

A lire aussi... 

Le Pont-de-l'Arche souterrain

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 15:40

Pendant plusieurs mois, en 2010, Eric Gibert et Armand Launay ont joué les détectives en visitant plusieurs caves de Pont-de-l’Arche. Pour ces deux Sherlock Holmes il s’agissait d’en savoir un peu plus sur ces légendes racontant qu’au Moyen Âge de nombreux souterrains permettaient de circuler sous la ville...

 

Lampe-torche, appareil photo, stylos… Nos visites souterraines auront été très enrichissantes et nous auront permis de constater que de nombreuses caves sont munies de doubles fermetures quand elles sont reliées à l’extérieur. En effet, grâce à des trappes situées sous les trottoirs actuels, des escaliers reliaient directement les caves à la rue médiévale. Cela permettait de faciliter les livraisons de bois, de grains… En effet, en plus de la trappe donnant sous la rue, une porte verrouillait l’accès à l’escalier depuis la cave [1] (photo 1).

 

Photo-1 

Cette double fermeture atteste que la crainte du vol est ancestrale. Comment penser, par conséquent, que toutes les caves médiévales étaient reliées afin de permettre une libre circulation notamment en cas d’urgence ? Quel intérêt auraient eu les anciens Archépontains de mettre leurs réserves à la disposition des visiteurs souterrains ? Ce que nous avons vérifié, c’est la séparation de caves en plusieurs compartiments suite à des divisions de propriétés qui ont nécessité, au XIXe siècle, la construction de murets et de portes en bois fermées à double tour (photo 2).

 

Photo-2 

 

Ce sont précisément ces passages entre les caves qui ont dû alimenter les légendes faisant du sous-sol de Pont-de-l’Arche un réseau de circulation. Nous avons même souvent entendu que les souterrains de la ville étaient suffisamment vastes pour que circulent deux cavaliers de front. C’est dire la confusion entre cave et passage souterrain car si deux personnes pourraient monter à cheval sans trop de peine, dans certaines caves, cela ne faisait pas de ces espaces de stockage des voies publiques souterraines. En revanche, ces mauvaises interprétations ne tordent pas le cou à l’existence de vrais souterrains remontant à une période plus ancienne. Rien ne nous dit, d’un point de vue technique tout comme utilitaire, que de tels passages n’aient pas existé. Attention tout de même à ne pas confondre non plus les carrières souterraines avec de longs tunnels. La Maison de la Dame Blanche, aux Damps, est réputée avoir son tunnel qui la relie à notre ville puis l’ancienne abbaye de Bonport. Mais les personnes qui répètent ces propos ont-elles visité la carrière qui se trouve juste à coté de la plus ancienne demeure dampsoise située… rue des Carrières ? D’un point de vue architectural, les caves observées sont constituées d’un seul vaisseau en plein cintre. Certaines présentent de belles pierres de taille sans aucune autre espèce de décorations. D’autres, plus soignées, présentent un décor composé d’arcs doubleaux en pierres calcaires chanfreinées de même type que ceux de la Salle d’Armes (mais de moindre dimension, voir photo 3).

 

Photo-3 

 

Ces caves sont constituées de moellons calcaires de petit appareil. Eugène Viollet-le-Duc [2] attache ce type d’arcs, pour les bâtiments civils, aux XIIe et XIIe siècle. A ces arcs doubleaux, on peut rattacher les voutes de portes d’escaliers observés dont une seule des deux arêtes est taillée. Une cave présente même une série de trois voutes d’entrée très bien conservées et très harmonieuses (photo 4).

 

Photo-4 

 

Des soupiraux sont encore présents même s’ils sont trop souvent bouchés, ce qui limite considérablement l’évacuation de l’humidité. Nos visites nous ont aussi amenés à redécouvrir le four d’une ancienne boulangerie de la rue André-Antoine (photo 5).

 

Photo-5 

 

Deux des caves visitées présentent des séries de cellules latérales de part et d’autre du vaisseau principal. Ces cellules offraient de multiples espaces de stockage et ce sans mettre en danger la résistance des caves les plus profondes. Les caves à cellules latérales sont caractéristiques de l’architecture francilienne du XIVe siècle. Les légendes que nous avons entendues font des cellules de ces caves des cachots ou des départs de souterrains (photo 6).

 

Photo-6 

 

Enfin, cette étude nous aura permis de déterminer ce qui alimente la légende, c’est-à-dire une interprétation abusive des éléments qui composent les caves médiévales. Mais l’étude a toujours ses limites : les murs rejointoyés ou à moitié écroulés que nous avons observés dans certaines caves sont-ils des tentatives d’anciens propriétaires pour fermer des passages reliant leur cave à quelque passage, quelque tunnel (photo 7) ?

 

Photo-7 

 

Le témoignage d’une personne présente lors de la démolition de l’usine Nion (Jeambin) est très clair : un long tunnel orienté Nord-sud faisait au moins 4 mètres de profondeur sur 4 de large a été mis au jour avant d’être bétonné deux jours plus tard. Les témoignages concordent aussi sur le passage du fond de la Salle d’Armes. Bouché lorsque cette cave est devenue un lieu culturel municipal, un passage très bas donnait accès à une galerie descendant vers l’église. Des Archépontains alors enfants ont pu s’y aventurer un peu avec des torches improvisées durant la Seconde Guerre mondiale. La rêverie est permise tant que l’étude ne peut être poussée à son terme. En attendant, ces visites nous auront permis de mettre la main sur un trésor : le patrimoine architectural médiéval souterrain et la sympathie des différents propriétaires qui nous ont ouvert leurs portes (et leurs trappes !). Nous les en remercions chaleureusement et précisons que nous sommes toujours disponibles pour visiter d’autres caves:)

 

 

Notes

[1] Nettement identifiable grâce aux arêtes taillés dans la pierre et aux passages des gonds.

 [2] Célèbre architecte du XIXe siècle, auteur du Dictionnaire raisonné d’architecture.

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Contactez-moi afin d'étudier ensemble, plus avant, l'histoire et donc de progresser vers la connaissance. Bonne lecture ! armand.launay@gmail.com
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au cœur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

- Mieux connaitre Pont-de-l'Arche à travers 150 noms de rues et de lieux ! (Autoédité, 2019, 64 pages). 

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte.

Accédez aux articles par Google maps