Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2019 7 20 /01 /janvier /2019 15:41
"Les lavandières et le peintre à Pont-de-l'Arche", huile sur toile (90 x 130) par Émile-Louis MINET (1841-1923). La toile originale n'est pas localisée, pas plus qu'elle n'est datée. Nous l'estimons cependant de la toute fin du XIXe siècle. Ce peintre normand s'est passionné pour le travail quotidien, notamment du textile à Elbeuf. Ici sa représentation est un peu idéalisée, sous un temps parfait et de belles tenues de gentes dames prenant la pose et une pause, pour deux d'entre elles. La réalité était pourtant autre, comme le montrent les documents ci-dessous. .

"Les lavandières et le peintre à Pont-de-l'Arche", huile sur toile (90 x 130) par Émile-Louis MINET (1841-1923). La toile originale n'est pas localisée, pas plus qu'elle n'est datée. Nous l'estimons cependant de la toute fin du XIXe siècle. Ce peintre normand s'est passionné pour le travail quotidien, notamment du textile à Elbeuf. Ici sa représentation est un peu idéalisée, sous un temps parfait et de belles tenues de gentes dames prenant la pose et une pause, pour deux d'entre elles. La réalité était pourtant autre, comme le montrent les documents ci-dessous. .

De nombreuses personnes se plaignent, dans les conversations présentes, de la dureté de la vie. Elles l'opposent à un passé plus agréable, simple et authentique. Cette plainte a sûrement un fondement, mais il serait dommage d'idéaliser à ce point le passé. Une activité quotidienne telle que celle des lavandières nous en fournit une piqûre de rappel. 

Afin de garder propre le linge de maison et les vêtements de la famille, nos ancêtres recouraient à des lavoirs improvisés, sur une roche d'une mare, d'un torrent, d'une rivière, d'un fleuve. Certaines bénéficiaient de lavoirs aménagés, à l'abri de la pluie. Le linge était lavé et bouilli dans de grandes cuves, à la maison, au moins une fois par semaine. Cette cuve servait aussi de bain pour laver les gens de la famille ! Mais quant au rinçage, il exigeait le déplacement vers une grande quantité d'eau propre... 

Cette activité nous fait songer rapidement aux douleurs permanentes causées par la froidure des eaux, le plus clair de l'année, la lourdeur des brouettes et charrettes à bras, servant à amener le linge au bord de l'eau et, surtout, à ramener à la maison le linge mouillé... après l'avoir battu et rincé. Douleurs aux lombaires et aux articulations, grimaces en coin de bouche, fatigues incroyables... on est loin d'un détail de la vie quotidienne. Nous nous proposons ainsi un petit commentaire de documents, le plus souvent illustrés, afin de ne pas oublier les modes de vie de nos ancêtres et les raisons pour lesquelles nombre d'entre eux se sont politiquement battus pour en finir avec un quotidien de douleurs et d'exploitation.

Les lavandières à Pont-de-l'Arche : balade en images autour d'un labeur révolu.

Ce document est signé de l'aquarelliste et peintre anglais John Gendall (1789-1865). C'est lui qui dessina le document et c'est un certain T. Sutherland qui le sculpta pour imprimer des lithographies. L'original se trouve aux archives départementales de l'Eure sous la cote 1Fi 835. Il mesure 27,8 cm x 20,8 cm. Alors qu'il se passionne pour l'ancien pont aux moulins de Pont-de-l'Arche, John Gendall accorde son premier plan aux lavandières tout comme il le donna aux haleurs devant le pont de Poissy, dans une vue analogue datée de 1821. Nous ne doutons pas que la vue de Pont-de-l'Arche date du même voyage et donc de la même année.

Sans connaitre l'artiste, nous le voyons soucieux de belles couleurs, de paysages de l'Ancien régime et de petites gens reproduisant les gestes ancestraux, rudes et toujours pas mécanisés. On ne sait si on doit rêver des temps anciens ou regretter que ces gens ne connussent déjà de machines pour les délivrer de leur labeur. Proches de quelques pierres de taille tombées des ruines du fort de Limaie, les lavandières se trouvent le long de la berge igovillaise de la Seine, actuelle zone du Fort. L'une d'entre elles travaille, les autres semblent discuter. Une autre, assise, semble se réchauffer ou, tout du moins, prendre une pause. Quelques vêtements sèchent, accrochés sur un arbre.  

Les lavandières à Pont-de-l'Arche : balade en images autour d'un labeur révolu.

Nous allons désormais bâtir notre commentaire sur l'observation d'une série d'illustrations datant des années 1890-1910. La première, sûrement la plus belle d'entre elles, montre les lavandières de Pont-de-l'Arche dans un des lieux les plus propices à cette activité, si "propice" est un terme acceptable. On se croirait dans une photographie de Paul Faugas, photographe lovérien né en 1840 et décédé en 1905. Il a immortalisé bon nombre de paysages alentours de Louviers, le plus souvent animés de personnages. Le lieu de ce cliché se situe le long de l'actuel Quai-de-Verdun, en bas de la côte d'Amour, en amont du pont vers Les Damps. On y voit des lavandières, par beau temps, dans un lieu où l'eau de Seine (avant qu'en 1938 ce bras ne soit dévolu à l'Eure) est peu profonde et où la pente autorise à se pencher moins fort. Quelques enfants, dont la sécurité incombe aux mères, jouent un peu plus haut sur la berge. Nul doute qu'ils devaient porter, entre le domicile et l'eau, les quelques outils de bois et les seaux servant au rinçage du linge. Les enfants plus âgés participent au nettoyage. Une brouette a servi de moyen de transport pour le linge. 

Les lavandières à Pont-de-l'Arche : balade en images autour d'un labeur révolu.

Voici presque la même vue et le même sujet que sur la photographie précédente. Ce cliché a été imprimé sur une carte postale. La participation des enfants au nettoyage y est ici plus nette. Le petit bésot jouant en haut de la berge avec un seau est tout mignon ! Au second plan, la famille Poupardin, louant de petites embarcations de pêche à partir de leur péniche mi-coupée, regarde le photographe.   

Les lavandières à Pont-de-l'Arche : balade en images autour d'un labeur révolu.

Voici une des cartes postales illustrées les plus connues de Pont-de-l'Arche. La présence nombreuse des enfants en ce lieu est sûrement à relier à l'activité de leurs mères, lavandières de nombreuses et dures heures, à quelques pas d'ici. Apprécions la touchante bienveillance des grandes sœurs à l'égard de leurs petits frères et petites sœurs ; sortes de secondes mamans qui veillent sur les petits et déchargent les vraies mamans. 

Les lavandières à Pont-de-l'Arche : balade en images autour d'un labeur révolu.

Plate vue sur la berge vers Les Damps ? Pas du tout, celle-ci montre les rangées d'arbres, des acacias, servant à étendre un fil à sécher ; précieux adjuvant des lavandières. On y aperçoit quelques linges blancs. 

Les lavandières à Pont-de-l'Arche : balade en images autour d'un labeur révolu.

Ici on aperçoit des dames tendre un vaste drap afin de le suspendre sur un fil, à moins qu'elles ne le retirassent sous les yeux du photographe, trouvant la scène appréciable. Une autre dame, assise au pied d'un acacia (connaissez-vous l'acacia ?), semble repriser un linge ou procéder à un tri. Un peu plus loin que le drap étendu sèchent des draps à même le sol, un jour de soleil le permettant. Sur la gauche, des lavandières s'exécutent. Des mômes s'égaillent dans les herbes. 

Plus loin apparaissent les chemins de terre dessinés par le va-et-vient permanent des lavandières et leurs brouettes, là où la pente se fait la plus douce. Plus loin encore sèche sur un fil le linge des Poupardins de la péniche. 

Les lavandières à Pont-de-l'Arche : balade en images autour d'un labeur révolu.

Autre lieu de travail des lavandières, peut-être pour de moindres quantités de linge ou afin de laisser de l'espace à chacune ; un espace physique et, peut-être aussi, relationnel selon les inimitiés existantes dans les familles et le voisinage. 

Les lavandières à Pont-de-l'Arche : balade en images autour d'un labeur révolu.

Les lavandières, venant de toute la ville, s'activaient tout le long de la berge même si certains emplacements étaient privilégiés pour des raisons dont certaines ont été abordées ci-dessus. Ici on voit une dame laver son linge depuis une barque de pêcheur du côté de la tour de Crosne. Moins facile d'accès et exigeant de courber plus l'échine, il doit s'agir-là d'un emplacement ponctuel, permettant de laver quelques vêtements, pas plus. 

Les lavandières à Pont-de-l'Arche : balade en images autour d'un labeur révolu.

Sur un cliché que nous daterions de 1895, étant donné son aspect et la mention "95", une "laveuse" selon la description connexe descend de la rue des Carrières (actuelle rue Henry-Prieur) avec sa robuste brouette. On aperçoit, au fond à droite, la silhouette tutélaire de la tour de Crosne, permettant de localiser la Seine et donc la scène. La "laveuse" était peut-être l'appellation locale de la lavandière, nous n'avons pas de certitude. C'est toutefois plausible étant donnée la simplicité plus évocatrice de ce nom. Notre "laveuse" n'est pas toute jeune ici et oppose à la dureté de son travail un sourire. On imagine, peut-être avec exagération, une blague railleuse en sortir à l'intention du photographe : "bein man gô, t'as qu'cha à fai' que d' prend' des phôtos, tai ? Viens-donc putôt m' donnai un coup de main pou' laver l' linch, tu t' rendrâs pu z'utile, tiens !"

 

Not' bonne dame ? A-t-elle connu le lavoir municipal de Pont-de-l'Arche

Celui-ci fut bâti plus haut, dans l'actuel square de la tour de Crosne, à l'encoignure de la sente des Plâtriers, que l'on devrait appeler "escaliers ou venelle des Plâtriers", et de la rue Henry-Prieur. Ce lavoir fut bâti en 1931. Il était abreuvé par un système d'adduction d'eau, impulsé par un puits artésien, foré en 1904 et renforcé en 1931. Nous n'avons retrouvé aucune illustration de cet équipement municipal. C'est bien là l'un des seuls lieux publics qui nous échappe visuellement. Merci aux bonnes âmes de nous aider à pallier cette lacune ! Peut-être est-ce le signe que ce lieu paraissait bien anodin, inintéressant car seulement fonctionnel et occupé par "les bonnes femmes" ? Il a pourtant soulagé les Archépontaines jusque dans les années 1960. Outre un aménagement assurément plus soucieux de leurs lombaires, ce lavoir épargnait aux femmes la descente vers le fleuve, sa remontée surtout, et sûrement les averses intempestives. On imagine les enfants user leurs fonds de culotte sur la pente en contrebas, sorte de toboggan de terre dont on voit toujours le sillon. C'est en 1960 que le conseil municipal, mesurant la désaffection du lieu, vota sa démolition. Il en reste depuis cet espace planté d'arbres, sorte de chainon manquant entre, d'une part, le square offrant une belle perspective sur l'Eure, la vallée de la Seine et la tour de Crosne et, d'autre part, des toilettes canines improvisées par des maitres négligeants. 

C'est en ce temps que les ménages s'équipèrent de machines à laver. La publicité montra alors à la télévision, en 1972, une lavandière de Normandie : la mère Denis. Cette dame fut une des dernières lavandières reconnues. Elle fit la réclame pour la machine à laver "Vedette" et resta nationalement et longtemps célèbre. 

Curieux paradoxe que ces temps anciens éveillent la nostalgie de nos quarts d'heures oisifs, alors que l'espoir de bénéficier de quarts d'heures oisifs devait justement soulager un peu les heures de labeur de ces dames ! Disputons-les à l'oubli, eût dit Hyacinthe Langlois !

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

 

 

      

Partager cet article
Repost0

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Contactez-moi afin d'étudier ensemble, plus avant, l'histoire et donc de progresser vers la connaissance. Bonne lecture ! armand.launay@gmail.com
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au cœur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

- Mieux connaitre Pont-de-l'Arche à travers 150 noms de rues et de lieux ! (Autoédité, 2019, 64 pages). 

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte.

Accédez aux articles par Google maps