Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 18:05

Pont-de-l'Arche accueille l'un des trois leaders mondiaux de l'optique médicale : Luneau technology operation. Ceci est dû au rachat en 2010 de la société Briot qui s'installa à Pont-de-l'Arche en 1983 après un passage à Elbeuf et, surtout, une création à Louviers. C'est ce que nous retraçons dans cet article en plus d'une présentation des activités contemporaines de Luneau.

A Pont-de-l'Arche, le groupe Luneau conçoit, fabrique et distribue des machines optiques médicales, notamment de la marque Briot (crédit photographique : Luneau technology operation).

A Pont-de-l'Arche, le groupe Luneau conçoit, fabrique et distribue des machines optiques médicales, notamment de la marque Briot (crédit photographique : Luneau technology operation).

De Joseph Briot à Luneau technology operation

En 1936, le lovérien d’adoption Joseph Briot monta une meuleuse semi-automatique qu’il appela « L’universelle ». Elle permettait de dégrossir les verres de lunettes à partir de gabarits et ce avant une finition manuelle. C’est la première machine – connue – capable de ce genre de travail.

Comme sa femme Jeanne Hasquenoph, Joseph Briot était originaire d’une région réputé pour son horlogerie : la Franche-Comté. Lui naquit le 3 février 1888 à Auxelles-Haut (Territoire de Belfort). Elle naquit le 28 aout 1888 à Auxelles-bas. Ils eurent d’abord un fils, Maxime, né en 1910, qui fut horloger puis mécanicien. Puis, il semble que la famille Briot se soit installée dans l’Eure car en 1913 leur deuxième enfant, Suzanne, naquit à « la Guéroult » ce qui doit être La Guéroulde. Leur troisième enfant, Madeleine, naquit à Acquigny en 1919 avant que la famille Briot ne s’établisse à Louviers en 1921 ou 1922.

Les Briot ouvrirent une boutique d’horlogerie au n° 58 de la rue Grande (rue Foch). Puis ils s'installèrent dans la rue du Matrey au n° 15 ou 21. A partir de 1942 au moins, Joseph Briot était « opticien » ou « marchand lunetier ». Le 25 avril 1944, il fut autorisé à joindre à ses fabrications de machines celle de lunetterie.

Après son décès à Louviers le 26 aout 1960, sa boutique fut reprise par un magasin d'optique peut-être en lieu et place d'Optic 2000 de nos jours. On lit ici le glissement de Joseph Briot de l’horlogerie vers l’optique. Cependant, on ne perçoit pas bien l’émergence du concepteur de machines à tailler des verres. Maxime Briot, le fils ainé, nous fournit un élément lui qui était réputé horloger et qui devint mécanicien. C’est peut-être lui qui dirigea un atelier de fabrication de machines dans un autre lieu et sous la houlette paternelle.

Quoi qu’il en soit, Joseph Briot mit au point "L’universelle" ce qui lui permit de fonder une entreprise qui prospéra et qui misa sur l’innovation technique. En 1946, elle comptait 20 salariés. Après le décès de son fondateur l’entreprise passa en 1961 entre les mains de Robert Asselin. Cet ingénieur électromécanicien délocalisa Briot à Elbeuf. Briot-Asselin continua à innover et s’internationalisa. En 1971, Briot créa une meuleuse automatique (la B2000). En 1976, la R2000 était en mesure de reproduire automatiquement une paire de lunettes. En 1980, la société fut reprise par le Belge Jacky Buchmann, fabricant de verres optiques.

En 1983, à la recherche de locaux industriels plus grands, Briot-Buchmann s’installa à Pont-de-l’Arche à la place de Cheesborough pond’s. Les nouveaux locaux, bâtis au XIXe siècle pour l’usine de chaussures d’Henry Prieur, permettent depuis le développement de l’entreprise dans la rue Roger-Bonnet. En 1987, le palpage des lunettes fut aussi automatisé. En 1996, la Accura rassembla dans une machine toutes les opérations nécessaires à la prise de forme d’une monture, le centrage, le blocage et le meulage de son verre. En 2002, Briot acheta Weco optik, entreprise allemande fondée en 1914. En 2010, Briot fut acquise par le groupe Luneau technology operations qui conserve depuis cette marque.

 

Sources

- Archives municipales de Louviers, avec nos remerciements à Mme Lamy et MM. Bodinier et Lombard ;

- Devaux Simone, Rachline Michel, Le meulage du verre, une technique au service de la vision, Paris, Vilo, 2003, 95 pages.  

"L'universelle", première meuleuse semi-automatique de l'histoire. Elle fut conçu par Joseph Briot en 1936 à Louviers.

"L'universelle", première meuleuse semi-automatique de l'histoire. Elle fut conçu par Joseph Briot en 1936 à Louviers.

Briot et Luneau technology operations aujourd'hui

Qui sait que les vastes locaux en brique de la rue Roger-Bonnet sont occupés par un des trois leaders mondiaux de l’optique médicale : Luneau technology operations ?

Cette société conçoit, fabrique et distribue des machines usinant les verres optiques et des appareils capables de réaliser un diagnostic visuel. En clair, elle destine ses produits aux opticiens et aux ophtalmologues. Quand nous commandons nos lunettes, l’opticien doit tailler les verres afin qu’ils se montent parfaitement dans la monture. Luneau crée la machine qui reconnait les dimensions de la monture, mesure les lentilles et, enfin, taille les verres. Chez l’ophtalmologue, quand vous posez le menton sur l’appareil déterminant les caractéristiques des verres correcteurs que vous devez porter, il y a des chances que ce soit un appareil de chez Luneau et, plus précisément, de la société israélienne Visionix qui a acheté Luneau en 2003.

Auparavant, Luneau était une société française fondée en 1928. Elle renforça sa stature mondiale en 2010 en achetant au Belge Buchmann optical holding (BOH) la société Briot international basée à Pont-de-l’Arche (voir notre historique). Aujourd’hui, le site de Pont-de-l’Arche regroupe 105 des 395 salariés de Luneau et produit les marques Briot et Weco, une entreprise allemande datant de 1914 et achetée par Briot.

Le site de Pont-de-l’Arche accueille un bureau d’étude de 20 personnes qui fait de Luneau un groupe très innovant représentant aujourd’hui près de 30 % du marché mondial des opticiens. A titre d’exemple, en 2012 la gamme de machines « Alta – Briot » a été élue produit de l’année par les opticiens français participant au concours du magazine Inform’optique. Le gros du site archépontain est composé de la chaine de montage où les professionnels assemblent entre 800 à 900 pièces par machine. Ces pièces étant fournies par près de 150 fournisseurs, principalement Français. Car c’est une fierté, chez Luneau, de pouvoir estampiller ses produits du label « Origine France garantie » décernée par l’association ProFrance.

A Pont-de-l’Arche aussi se trouvent les responsables des ventes aux filiales du groupe Luneau et aux 70 distributeurs répartis sur le globe. Le groupe Luneau a une forte activité internationale : près de 80 % de la production est exportée vers les filiales de Luneau en Europe et en Amérique du nord. Face à ses deux principaux concurrents – le Français Essilor et le japonais Nidek – Luneau cherche à accélérer son développement dans les zones de forte croissance économique. A ce titre, Luneau vient d’acheter une société de distribution aux Etats-Unis et de signer un partenariat avec une société leader sur le marché de l’optique chinois, où la lunette se démocratise.

 

Merci à Jean-Jacques Videcoq, directeur général adjoint, et à Patricia Peley, responsable de communication.

 

Luneau technology operations

2, rue Roger-Bonnet / 02 32 98 91 32 / www.luneau.fr

Des meuleuses de marque Briot (crédit photographique : Luneau technology operation).

Des meuleuses de marque Briot (crédit photographique : Luneau technology operation).

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

christ 26/10/2016 18:16

merci pour cet historique de m Briot.....mais connaissant bien louviers , je me permets de vous signaler une erreur. il y a bien un opticien rue du Matrey, à Louviers ...mais au 15 , pas au 21 comme stipulé dans votre article et ce , depuis plus de 40 ans....il serais bon de vérifier vos sources....

Armand Launay 26/10/2016 19:11

Bonjour et merci de votre petite pierre !

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...