Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 19:07
Extrait de photographie représentant Simone Sauteur vers ses 20 ans (avec nos remerciements à Alain Corblin).

Extrait de photographie représentant Simone Sauteur vers ses 20 ans (avec nos remerciements à Alain Corblin).

Edité cet été, Au cœur du Vièvre avec le maquis Surcouf est un ouvrage d’Alain Corblin qui publie, commente et annote les mémoires de Simone Sauteur, secrétaire du plus grand réseau de Résistance de l’Eure et aussi archépontaine regrettée depuis 2012. Hommage et émotion…

Avant tout, Simone Sauteur est chez nous une attachante personnalité arrivée à Pont-de-l’Arche afin d’y exercer son métier : institutrice puis professeure au collège. Ceux qui l’ont connue se rappellent sa vivacité, sa gentillesse et sa capacité à partager son indignation quand une injustice l’agaçait ! Une dame entière, en un deux mots. On se rappelle aussi, au fond de l’impasse des Avettes, celle qui parlait à ses fleurs et ses chats avec un sourire angélique que jamais elle ne perdit. On se rappelle aussi son salon, ses livres, ses icônes chrétiennes reliés par les sauts quasi incessants de leur propriétaire. On se rappelle son attachement profond au monde de la culture, de la poésie qui la mena à saluer la mémoire d’Hyacinthe Langlois au point de contribuer, avec Anita Patin, à donner le nom de cet artiste archépontain au collège. Elle anima aussi l’association nommée Chemin Hyacinthe d’artistique aventure (le CHAA).

Ce que l’on savait moins, c’est que la menue silhouette de Simone Sauteur était celle d’une résistante du maquis Surcouf puis lieutenant de l’armée de libération, connue sous le nom de code “Puce”, en référence à sa taille mais aussi, sûrement, à son nom de famille. C’est cette action en faveur de la France républicaine qui fut déjà mise au jour et en valeur quand, en 2009, Richard Jacquet fit de Simone Sauteur une citoyenne d’honneur. Un article fut alors publié afin de faire connaitre la lumineuse action de notre résistante locale et de disputer ses mérites aux automnes de l’oubli.

Cet été, un nouveau souffle a soulevé les feuilles des automnes passés et rouvert le livre de notre histoire nationale à des pages datant de 1943 à 1944. Ce souffle provient d’Alain Corblin, secrétaire de la Société historique de Lisieux et archiviste passionné. Fils de Marceau Corblin, passé membre du maquis Surcouf, Alain Corblin avait déjà publié en 2014 le journal de Robert Leblanc, chef du maquis Surcouf.

Alain Corblin publie les notes de Simone Sauteur ; notes qu’elle a retravaillées après-guerre en vue d’une première publication fin 1956. Ce projet de publication fut controversée parmi les vétérans de la résistance et resta lettre morte. Les 526 pages (avec annexes) nées de longues recherches nous font pénétrer dans le quotidien du réseau de résistance : ses indignations, ses coups d’éclats (destructions, attaques armées, sauvetages de soldats alliés, assassinat de collaborateurs…), ses blessures inconsolables qu’elles soient physiques ou affectives (morts au combat, victimes des représailles allemandes, déportations), son organisation quotidienne sans laquelle rien n’eut été. On y lit la force de la jeunesse prête à se sacrifier pour un idéal indépassable : la liberté, qui prend forme dans un projet collectif appelé la France ! On y trouve André Antoine, résistant dampsois qui a été commémoré à Pont-de-l’Arche par une plaque dans la rue autrefois appelée rue de l’église.

Cette lecture est précieuse qui permet de mettre de la chair autour de dates ou de faits historiques trop théoriques car nous ne les avons pas vécus. Dans leur décor normand, et sous des traits qui pourraient parfaitement être ceux de membres de nos familles, le témoignage de Simone Sauteur permet de saisir l’histoire mieux que par le simple intellect mais aussi par l’attachement sentimental, ce qui est bien l’indicatif de la Simone que nous connaissions...

 

Préfaces de Jean Quellien, professeur d’histoire honoraire de l’université de Caen-Normandie, et de Richard Jacquet, maire de Pont-de-l’Arche.

 

Disponible sur commande (19 € + 5,6 € de port) :

02 31 64 21 80 – corblin.alain@neuf.fr

Société Historique de Lisieux : 1, rue Paul-Banaston, Tour Saint Laurent, 14100 Lisieux.

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 21:49

Le 24 aout 2014 cela a fait 70 ans que Pont-de-l'Arche a été libéré de l'occupant nazi. Après notre étude sur la bataille de Pont-de-l'Arche de juin 1940, nous avons étudié cette partie poignante de l'histoire de la ville.

 

La population sous terre

Depuis le Débarquement en Normandie, le 6 juin, les habitants de Pont-de-l’Arche entendent s’approcher les Alliés et les combats qu’ils mènent contre l’armée d’occupation. Les bombardements se sont intensifiés partout en Normandie. Le pont ferroviaire du Manoir et pont provisoire en bois de Pont-de-l'Arche sont devenus des cibles de choix pour l’aviation Alliée. Le pont de la ville est devenu inutilisable depuis le 31 mai. On compte quelques morts et de nombreux sinistrés archépontains. En aout, pendant plus de deux semaines, des centaines d’habitants résident jour et nuit dans les caves et les carrières souterraines situées à Pont-de-l’Arche et aux Damps. Sur terre, les convois allemands fuyant les Alliés deviennent nombreux, fournis et de plus en plus désordonnés. Ils convergent vers Poses afin de franchir la Seine. La future rue Général-de-Gaulle se garnit en permanence de trois colonnes d’hommes et de véhicules. La peur est à son paroxysme.

 

Prise d’otages sur la place Aristide-Briand

Comme à Criquebeuf et dans maintes communes, Pont-de-l’Arche a évité de justesse une exécution de civils par l’armée allemande. Le 24 aout, un officier allemand arrête son camion sur la place Aristide-Briand. Il est 9h, il descend la rue de Paris pour voir si la Seine est franchissable. Pendant ce temps, deux jeunes Archépontains tentent de voler les roues de son véhicule. Des soldats allemands s’en rendent compte et ouvrent le feu. Les convois allemands passant ici prennent peur. Un soldat sur la tourelle d’un char voit une fenêtre d’entrouvrir et craint pour ses jours. Il dégoupille une grenade, la lance vers la fenêtre ouverte par Alphonse Samain, huissier et résistant attiré par les tirs sur la place. Il meurt sur le coup. Les voleurs archépontains s’enfuirent. Les Allemands, sur le qui-vive, tiennent en joug les civils. Des officiers somment les gendarmes de réquisitionner 60 otages à fusiller. Les gendarmes obtempèrent. Ils réunissent une dizaine d’Archépontains dans leur cellule. C’est à ce moment que les premiers obus des Canadiens, vraisemblablement prévenus par la résistance, tombent sur la place Aristide-Briand. Les Allemands abandonnent les lieux et les otages sont saufs. Cependant les obus canadiens laissent un mort sur la place. Une femme, Gisèle Lapeyre, est grièvement blessée. Le résistant Charles Cacheleux, sur ordre du chef de son réseau, la transporte vers l’hôpital d’Elbeuf. Cependant sa voiture est mitraillée à Martot. Il meurt ainsi que Jean Prieur et Gabriel Briavoine.

Le 23 aout 1944, sur les berges de l’Eure, les Allemands abandonnent leur matériel pour traverser le fleuve. De jeunes Archépontains y jouent peu après…  (photo famille Duretz).

Le 23 aout 1944, sur les berges de l’Eure, les Allemands abandonnent leur matériel pour traverser le fleuve. De jeunes Archépontains y jouent peu après… (photo famille Duretz).

La Ville se libère le 25 aout !

Le 25 aout, les derniers Allemands quittent la ville et concentrent leurs forces de l’autre côté de la Seine. Les drapeaux français sont hissés et la Résistance assure la direction de la ville. Le registre des délibérations du Conseil municipal en témoigne : « Le Vendredi 25 août 1944 à 13h45 les Forces Françaises de l'Intérieur [FFI] se sont emparées de la ville de Pont-de-l'Arche […]. A 19 heures le Conseil d'Administration de la ville a pris possession de la Mairie de Pont-de-l'Arche. Le magnifique résultat a été obtenu sans pertes inutiles, grâce à l'étroite collaboration entre les forces de Police et les [FFI] […]. Dans la nuit du 25 au 26 les patrouilles des [FFI] ont poussé leurs reconnaissances jusqu'au Vaudreuil et dans les forêts de Louviers et de Bord et ont pu constater qu'il ne restait aucun noyau de résistance dans un secteur de 6 kilomètres. Le lendemain 26, entre 10 et 12 heures les troupes canadiennes entrent dans la Ville libérée et reçoivent l'accueil enthousiaste de la population.

Pont-de-l'Arche le 26 Août 1944.

Le chef des Forces Françaises de l'Intérieur. Loze Maurice.

Le président du Conseil d'Administration de la ville de Pont-de-l'Arche. Tardy Roger. »

 

Les Canadiens arrivent !

Le départ de l’occupant n’est pas synonyme de paix. L’artillerie ennemie fait pleuvoir sur la ville des obus tirés notamment depuis le château de la Sahatte, sur les hauteurs d’Igoville. Pont-de-l’Arche connait alors plus de victimes civiles que durant le reste de la guerre. Cependant, la ville échappe au pire car le mauvais temps semble avoir dissuadé l’aviation alliée de raser la région de Pont-de-l’Arche aux écluses d’Amfreville. L’armée canadienne installe des canons notamment dans ce qui est devenu le Centre de loisirs et à la tour de Crosne. Il faut attendre encore quelques jours pour que Pont-de-l’Arche sorte de la zone de combats et qu’arrive le gros de l’armée canadienne, par la route de Tostes. Dans l’allégresse générale, les Archépontains voient alors passer d’incessants convois canadiens pendant plus d’une semaine, bientôt renforcés par ceux des autres armées alliées. Les gens sont sur leurs pas de porte et échangent des œufs aux soldats, qui en sont très friands, contre du chocolat, des cigarettes, des pâtes de fruit… Les Canadiens jettent le pont d’Arromanches sur l’Eure et la Seine.

Fin aout 1944, l’arrivée des premiers éléments de l’armée canadienne (route de Tostes) dans une ville libérée (photo famille Jouvin).

Fin aout 1944, l’arrivée des premiers éléments de l’armée canadienne (route de Tostes) dans une ville libérée (photo famille Jouvin).

La fin des combats

La Libération est synonyme de joie mais pas d’opulence. Le rationnement des denrées est maintenu, beaucoup d’habitants sont sinistrés et occupent des baraquements provisoires, notamment dans la rue Charles-Michels. Les familles attendent le retour de soldats français emprisonnés, de résistants engagés dans l’armée ou de déportés. Enfin, malgré l’interdiction lancée par le Conseil provisoire issu de la Résistance, Pont-de-l’Arche n’échappe pas aux représailles. Quelques Archépontaines sont rasées pour leurs relations avec des Allemands, même quand il s’est agi de liens amoureux à l’origine de familles et de retrouvailles après guerre.

Visite du général de Gaulle à Pont-de-l’Arche le 8 octobre 1944 (ici rue… Général-de-Gaulle) (photo famille Azuara y Oro).

Visite du général de Gaulle à Pont-de-l’Arche le 8 octobre 1944 (ici rue… Général-de-Gaulle) (photo famille Azuara y Oro).

Le pont d’Arromanches est composé d’un ponton du port artificiel bâti par les Alliés à Arromanches en juin 1944 et amené à Pont-de-l’Arche en 1946 (cliché Armand Launay).

Le pont d’Arromanches est composé d’un ponton du port artificiel bâti par les Alliés à Arromanches en juin 1944 et amené à Pont-de-l’Arche en 1946 (cliché Armand Launay).

Sources

Archives départementales de l’Eure, fonds FFI.

Mémoires de l’abbé Desdouits

Archives familiales

 

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 17:09

Roger Bonnet est né le 17 septembre 1917 au Petit-Quevilly et mort fusillé le 14 avril 1942 à la prison d'Evreux. Il fut tout d’abord comptable chez Jupiter, à Rouen. Installé à Pont-de-l’Arche avec sa jeune épouse, Augusta Demare, il était gérant d’un magasin des Coopérateurs de Normandie. Cet établissement était situé au n° 8 de la rue Président-Roosevelt. Il fit son service militaire chez les Spahis en Syrie.

Au début de la Seconde guerre mondiale, il distribua des tracts de la Résistance communiste en lien avec André Benet, syndicaliste de la chaussure et futur maire de Pont-de-l’Arche. Cependant, Roger Bonnet fut identifié par la gendarmerie à cause d'un délateur. Un matin de novembre 1941, il partit en vélo muni d’une remorque à la place du Vieux marché (Rouen) et ce afin de ravitailler son magasin en fruits et légumes. Il y rencontra sa nièce Mireille, avertie par son épouse, enceinte, qu’il était recherché par la gendarmerie.

Arrêté, il fut condamné par la Cour spéciale de Rouen à deux ans de prison pour distribution de tracts. A la demande de l’occupant, il fut condamné à mort et déporté à Auschwitz. Il ne rentra en Normandie pour que pour être fusillé à la prison d’Evreux et ce certainement en représailles d’actions de la Résistance. Il fit le chemin assis sur son cercueil. Sa fille Mauricette naquit la semaine où il fut assassiné. Le 7 mars 1942, dans cette même prison d’Evreux, c’est Pierre Semard qui fut fusillé pour son implication dans le PCF et dans la Résistance. Son corps fut sorti de la fosse commune à la Libération.

Le 6 juillet 1945, sous la présidence d’André Benet, maire, l’ancien chemin du Neubourg, aussi appelé route de Tostes, fut baptisé Roger Bonnet par le Conseil municipal.

Photographie montrant Roger Bonnet, au milieu, portant un gilet, parmi ses amis de jeunesse (cliché de la famille Bonnet).

Photographie montrant Roger Bonnet, au milieu, portant un gilet, parmi ses amis de jeunesse (cliché de la famille Bonnet).

Plaque commémorative posée le 8 mai 2015 dans la rue Président-Roosevelt en remplacement d'une plaque depuis longtemps disparue. Initiative d'Alain Picard et sa femme Mauricette Lavauquet, fille de Roger Bonnet, réalisée par la municipalité représentée par Richard Jacquet (cliché Armand Launay, juillet 2015).

Plaque commémorative posée le 8 mai 2015 dans la rue Président-Roosevelt en remplacement d'une plaque depuis longtemps disparue. Initiative d'Alain Picard et sa femme Mauricette Lavauquet, fille de Roger Bonnet, réalisée par la municipalité représentée par Richard Jacquet (cliché Armand Launay, juillet 2015).

Sources

Avec l’aide d’Alain Picard et d'après les souvenirs de Mireille Demare, épouse Picard.

Sources FFI des Archives départementales de l’Eure.

Délibérations du Conseil municipal de Pont-de-l’Arche.

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Plaque de rue sur le mur de l'ancienne usine d'Henry Prieur (cliché Armand Launay, mars 2014).

Plaque de rue sur le mur de l'ancienne usine d'Henry Prieur (cliché Armand Launay, mars 2014).

Repost 0
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 20:06

Raoul Sergent naquit le 21 novembre 1894 à Pont-de-l’Arche et décéda au Petit-Quevilly le 31 octobre 1973. D’un père chaussonnier et d’une mère couturière, il dut sa réussite professionnelle à ses brillantes études. Après son certificat d’études, il devint employé à l’étude notariale de Pont-de-l’Arche. Mobilisé en 1914, il fut médaillé de la Croix de guerre. Fait prisonnier, il rentra en France en 1918. En 1923, il obtint une licence de Droit à l’université de Caen grâce à des cours par correspondance. Cela lui valut de devenir clerc de notaire à l’étude Lerebours, de Pont-de-l'Arche. En 1937, il était huissier à Rouen. En 1923, il était président de la section des vétérans de guerre. En 1926, il était directeur de « Au Groupe amical », société de trompettes et clairons.

 

Raoul-Sergent-copie-1.JPGRaoul Sergent fit ses premières armes professionnelles à l'étude notariale de M. Lerebours, étude dont on voit le nouveau bâtiment, à droite de cette carte postale des années 1930, érigé par les frères Laquerrière, d'Elbeuf, dans un style néonormand. Ils sont aussi auteurs du groupe scolaire Maxime-Marchand.      

 

L'élu municipal

Raoul Sergent devint conseiller municipal dans l'équipe républicaine modérée (droite) d'Anthime Ferrandier, maire de 1919 à 1923. Il devint conseiller municipal d’opposition suite au scrutin du 17 mai 1925 qui vit la victoire des radicaux-socialistes autour de Maurice Delamare. Raoul Sergent fut réélu en aout 1930 dans la majorité républicaine modérée autour de Patrice Girard puis en octobre 1930 dans l’équipe de Charles Morel. Ce parcours sans faute se poursuivit aux élections de mai 1935 où Raoul Sergent fit montre d'une grande popularité en rassemblant 279 suffrages qui le classèrent en quatrième position des élus, juste avant Charles Morel. Ce dernier devint maire par 12 voix sur 16 élus. Raoul Sergent devint premier adjoint et bras droit de Charles Morel. En toute logique, c'est lui qui prit la place de maire laissée vacante par Charles Morel en juillet 1936.

 

L'élu local

En 1928, Raoul Sergent fut élu conseiller d’arrondissement (fonction supprimée à l'échelon national en 1940. Le 20 septembre 1930, sous l'étiquette de l'Union des républicains démocrates (URD) Raoul Sergent battit le radical-socialiste Paul Nion, industriel de la chaussure archépontain (1296 voix contre 1022). Le 24 octobre 1931, il fut réélu avec près de 500 voix d’avance. Il fut encore réélu en 1935. Les cantonales de 1937 lui furent fatales face au député radical-socialiste Pierre Mendès France. Raoul Sergent émargeait toujours à l'URD et était soutenu par le Parti social français (PSF). Le 16 octobre, le Conseiller sortant obtint 1175 voix face à Mendès France  qui en eut 1320. Le revers était aussi net à Pont-de-l'Arche : 237 voix face à 266. Le 23 octobre, Raoul Sergent s'inclina avec 1094 voix face à 1485 suffrages pour Pierre Mendès France qui bénéficia du report des voix communistes.

 

Réalisations

En tant que maire, Raoul Sergent s'occupa de la création d'une garderie (1937), de la construction d’égouts (1941-43), de l'agrandissement du cimetière (1939), du classement aux Monuments historiques de parties des remparts (tour et porte de Crosne (1939)), du goudronnage de nombreuses rues (1939) : Henry-Prieur, Maurice-Hervey, Docteur-Sorel, Emile-Lenoble, Olivier-des-Bordeaux, place du Souvenir, place Aristide-Briand, boulevard de la Marne, rue Julien-Blin, rue Fichet, Jean-Prieur. C'est d'ailleurs lui qui fit officiellement baptiser certaines voies de la ville dont le rue Olivier-des-Bordeaux, la rue Henry-Prieur et la rue Marie-Morel-Billet. En tant qu'élu local, il participa aux négociations ayant eu lieu entre les patrons de la chaussures et les ouvriers en grève en 1932. Suite à la rupture du barrage de Martot (1938), il dut faire pression auprès des autorités afin que les habitants de la région puissent s'alimenter en eau, le niveau de la Seine étant désormais à sec. Le 5 aout 1939, il demanda aux autorités la création d'un syndicat intercommunal de défense des intérêts des habitants. C'est durant son mandat que le pont de la ville connut un agrandissement de ses arches au-dessus de la Seine.

 

Aout 1944 : une chute sans appel

L'implication de Raoul Sergent dans la vie publique fut pleine et son ascension rapide. A la lecture des archives, il semblait destiné à être le leader de la droite locale pour plusieurs décennies. Cependant, il se perdit dans le contexte par trop troublé de la Seconde guerre mondiale. En tant que maire, il s'occupa avec son équipe du ravitaillement de la population, de l'entretien des abris antiaériens, destransports et des contactsavec l'occupant. Il alla plus loin. Une délibération du Conseil municipal du 31 octobre 1942 fait état de louanges au maréchal Philippe Pétain, qui semblent avoir valu à la Ville de Pont-de-l'Arche la venuedu chef de l'Etat pour ytenir un conseil des maires normands. Le compte rendu de la séance du Conseil municipal du 2 avril 1943 se présente tout la forme d'une pleine page ornée de mentions « Etat français » dont le contenu retranscrit la bénédiction de la nouvelle cloche de Notre-Dame-des-arts en présence du chef de l'Etat. La dernière délibération signée par Raoul Sergent date du 3 juin 1944. La délibération qui suit, datée du 26 aout, est signée par la Résistance locale, représentée par Maurice Loze et Roger Tardy, qui utilise une tournure habille ne livrant personne en pâture :« Pour remplacer le Conseil Municipal, qui a démontré sa carence, et dont certains membres ont affiché une collusion notoire avec l'ennemi ; à dater de ce jour, un Conseil d'Administration désigné par la Résistance, gèrera, provisoirement, la Ville de Pont-de-l'Arche... »

 

Raoul Sergent

La tombe de Raoul Sergent dans cimetière communal (2012)

 

Sources

L’Industriel de Louviers (notamment le 2 octobre 1937)

Délibérations du Conseil municipal

 

A lire aussi...

Les maires de Pont-de-l'Arche

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 22:57

GOHAREL ANDRE

MORT

AU CHAMP D’HONNEUR

 

Six mots démontrent une envie de mémoire au n° 12 de la rue Julien Blin. Six mots qui survivent peu à peu à la génération qui a connu André Goharel mais sans transmettre qui fut cet homme.

André Goharel

 

Fernand André Goharel est né le 20 juin 1919 à Pont-Audemer. Ouvrier en chaussures, domicilié au boulevard de la Marne, il devint résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI) sous le nom de code « Alifax ». Les archives des FFI précisent qu’il fut tué dans cette rue lors d'une mission de liaison entre le PC et un groupe en patrouille. C'était le 28 aout 1944.

Sa tombe se trouve dans le cimetière communal.

Andre-Goharel--tombe-.JPG

  

Sources

Archives départementales de l’Eure, fonds FFI 78.

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

 

Repost 0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 22:43

Après nos études sur des os dans un mur de terre et sur l’hôtel Alexandre Delafleurière qui accueille la mairie, nous revenons dans la rue des Soupirs. Celle-ci porte encore des stigmates de la Seconde Guerre mondiale…

En effet, des impacts d’obus sont visibles sur certains murs en moellon calcaire en face du parc de la mairie.

Des archives de la famille* Anneau, propriétaire de l’hôtel Alexandre Delafleurière, donnent des précisions sur ces impacts.

Dans un dossier de demande de réparation pour dommages de guerre, Robert Gautreau, préparateur en pharmacie, atteste que Robert Anneau, habitant au 19 de la rue Maurice Delamare, a été blessé « lors du bombardement du 8 aout 1944 ».

Un second témoin, Raymonde Dumontier, secrétaire aux Ponts et chaussées (navigation), attestent que Robert Anneau « a subi (…) une destruction totale par un bombardement aérien par forteresses-volantes le 8 août 1944 ». Les archives citent, plus précisément, la maison sise entre le boulevard des Marronniers et la rue Maurice-Delamare.

Il ne s’agit donc pas des bombardements visant le pont de bois, celui-ci ayant été ruiné par les bombardements des 30 mai et 7 juin 1944. Il doit sagir des retombées de tirs d'artillerie allemande résistant à l'aviation alliée.    

 

* Archives départementales de Seine-Maritime : J 472 (1 et 2)

 

 

P1190226

Un impact qui disparaitra dans les semaines à venir à l’occasion de la construction de la résidence Lucie-et-Raymond Aubrac.

 

 Stigmates de la rue des Soupirs

Un autre impact, plus haut dans la rue. 

 

A lire aussi... 

La rue des Soupirs et la Côte d'amour

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 20:44

Si je n’ai pas eu – ou pris – le temps de lire les archives d’Igoville, on m’a souvent questionné sur le « château » de La Sahatte qui hante les cartes postales de 1910 et qui, manifestement, a disparu depuis.

Je rassemble donc quelques éléments, notamment ces fameuses cartes postales de 1910, afin de donner un début de réponse aux curieux. Ces éléments sont parfois le fruit d’entretiens réalisés avec nos anciens depuis 2002. 

L’observation des cartes postales, ci-dessous, laisse entrevoir qu’il s’agit d’une maison bourgeoise de la première moitié du XIXe siècle. En effet, une étude de Guy Arbellot (voir les sources) nous apprend que 4 personnes habitaient le « château de la Sahatte » en 1847.

Munie de deux tours de part et d’autre de la façade, et richement décorée, cette demeure se voulait un « château ».

Le nom de Sahatte nous échappe, a-t-il préexisté ? Provient-il du nom d’un propriétaire ?

Le « château » a été occupé durant la Seconde guerre mondiale. L’armée allemande l’occupait en aout 1944 quand les Canadiens libéraient notre région. Il semble que trois soldats canadiens aient été tués par des Allemands en approchant La Sahatte.

Yves Fache, habitant des Authieux-sur-le-Port-saint-Ouen, a publié un article dans le journal Paris-Normandie du 26 aout 1988. On y apprend que La Sahatte a appartenu à la famille Nibelle, député de Rouen en 1914 et qu'il y accueillit de jeunes réfugiés serbes. Yves Fache continue : "Une de ses magnifiques allées de hêtres avait été vendue pendant la dernière guerre pour l'industrie de la chaussure à Pont-de-l'Arche avec des semelles articulées en bois ! Lors de la Libération, le château avait bien pris deux ou trois obus, tirés de la forêt de Bord par les Canadiens. Il ne fut jamais réparé. Au contraire, il fut pillé..."  

En effet, des gens de la région récupérèrent peu à peu ses pierres, comme il advint à la maison Becq de Fouquières, aux Damps. Aujourd’hui, seules ses fondations sont encore visibles, au milieu d’un bois privé à droite de la rue des Canadiens – juste hommage – sur la route des Authieux-sur-le-Port-saint-Ouen. Des écuries en ruine sont visibles à l’orée du bois qui borde cette rue.

La légende raconte qu’une galerie souterraine partait non loin de ce château et arrivait à l’ancienne abbaye de Bonport en passant sous la Seine et par la maladrerie d’Igoville. D’après des riverains, une zone située à 50 mètres des dernières maisons serait souvent dégagée par temps brumeux ce qui serait l’indicatif du passage d’un souterrain. 

  

Sources

- Arbellot Guy, Dictionnaire des lieux habités de l'Eure, pages 9-247, « Annales de Normandie », 50e année, n° 1, 2000, cf. page 191. 

- Site de la commune d’Igoville : www.ville-igoville.com/INFORMATIONS-BLASON-53.htm

 

A lire aussi

Le Pont-de-l'Arche souterrain 

Le Château d'Igoville

 

 

P1090372

 

Carte-postale-d-Igoville-17-

 

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

 

Repost 0
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 22:07

Publié dans Pont-de-l'Arche magazine n° 17 en hommage à Simone Sauteur. 

 

Par ailleurs, Au coeur du Vièvre, mémoires de Simone Sauteur sur le maquis Surcouf

 

Simone-Sauteur.JPG

Simone Sauteur en 2009 (photo André Roques)

 

Simone Sauteur est née le 19 juin 1921 à La Vieille Lyre (Eure) et décédée le 26 mai 2012. Elle était amie de Robert Leblanc, futur chef du maquis Surcouf. Elle qui voulait s’engager dans la Résistance suivit les conseils de son ami et demanda une affectation à La Haye-de-Routot en tant qu’institutrice et, en ce temps, secrétaire de mairie. A 19 ans, elle qui venait de sortir de l’école normale d’instituteurs, avait pour mission de fabriquer de faux-papiers et d’envoyer des messages radiotélégraphiés pour renseigner le maquis.

Le réseau Surcouf fut fondé à Saint-Georges-du-Vièvre en 1942 par Robert Leblanc dit « Parrain » (1910-1956), épicier, le Père Meulant, curé, et Robert Sanson, charpentier. Ces hommes commencèrent par cacher des réfractaires au Service du travail obligatoire puis composèrent un maquis. Comme le disait Simone Sauteur : « A 19 ans, on voulait faucher les armes aux Allemands et qu’ils rentrent chez eux. C’était tout simple dans nos jeunes esprits ». À partir de septembre 1943, les résistants de Surcouf réalisèrent leurs premiers sabotages. Ce réseau prit de l’ampleur et devint le plus actif de la Normandie. Il œuvrait dans un triangle entre Pont-Audemer, Bernay et Rouen. Ils abattirent notamment Violette Morris, célèbre collaboratrice de la Gestapo. À l’été 1944, de 80 à 250 hommes composaient ce maquis qui déplora beaucoup de morts dans ses rangs. Surcouf forma le cœur du Premier bataillon de marche de Normandie, le 8 octobre 1944, pour combattre l’ennemi jusqu’au cœur du Reich. Dans un discours le 15 avril 1956, le général de Gaulle salua la mémoire du maquis Surcouf, « fer de lance de la Résistance normande ».

Simone Sauteur joua un rôle dans la fabrication de faux papiers, dans la transcription de textes des messages. Elle effectua de nombreuses liaisons (voir le témoignage ci-dessous) et risqua sa vie longtemps. Alertée par des Gendarmes de Rouen, elle dut notamment quitter La-Haye-de-Routot en 1944 suite à l’arrestation de trois résistants par des miliciens français. Elle se réfugia alors dans la région de Pont-Audemer, la région du maquis Surcouf. Elle servit de secrétaire à Robert Leblanc et parcourut des centaines de kilomètres à vélo en tant qu’agent de liaison. C’est ici qu’elle prit le pseudonyme de « Puce » afin de masquer son identité à l’occupant.

Le témoignage qui suit a été enregistré le 17 avril 2004 lors d’un entretien de Simone Sauteur avec Armand Launay à propos d’André Antoine (1920-1944), figure de la Résistance locale – et martyr – dont le nom a été donné à la rue de l’église en 1945.

 

« C’est le 10 janvier 1944, Parrain [1] m’envoie en mission de liaison à la gare de Rouen avec Robert Catalan [2]. Je dois réceptionner un coli des mains d’un monsieur, je n’imaginais alors pas que c’était André Antoine et je m’en moquais bien car l’anonymat le plus complet était la norme dans la Résistance. Toujours est-il que cet homme venait de Paris pour nous apporter quelque chose. Je me revois sur le quai de la gare, seule – Robert Catalan étant resté en retrait – m’avancer vers cet inconnu qui me remet, à l’arrière du train, un coli très lourd en me disant : « on vous expliquera comment s’en servir ». J’étais morte de trouille.

Puis nous nous sommes rendus avec Robert dans un bar, au boulevard des Belges, tenu par une dame qui était avec nous [3]. C’est là que Robert a déballé le pain de plastic, les fils... Il m’a montré comment on branchait tout cela afin que je l’explique à mon tour aux gars de Pont-Audemer.

Mais il fallait encore je rentre à Pont-Audemer en car. En ce temps, c’était les Allemands qui montaient les premiers dans les cars. Quand je monte dans le car avec mon imposant coli, un soldat allemand me fait signe de m’aider à le mettre dans les porte-bagages. Alors je lui fais signe, plutôt, de m’ouvrir un strapontin. On a fait toute la route côte à côte et je me suis préparée pour sortir très rapidement du car une fois arrivée à Pont-Audemer. De là, j’ai récupéré mon vélo, mis le coli sur le porte-bagages et j’ai rejoint le maquis à Saint-Etienne-l’Allier. »

 

Ce témoignage n’étonnera pas ceux qui ont connu Simone Sauteur, son énergie, sa rigueur et sa haute opinion de la France. Il pourra étonner ceux qui ont retenu de Simone sa douceur et sa générosité. Cependant, malgré les atrocités qu’elle a connues, elle n’a jamais eu de haine pour l’ancien ennemi. Profondément catholique, elle aimait son prochain. De cet amour, il nous reste ses écrits et le souvenir de la silhouette menue de Simone, au bout de l’impasse des Avettes où s’épanouissaient les chats et les fleurs qui comptaient tant pour elle et ceux qui l’aiment... 

 

Réalisé avec l’aide de Pierre Lercier, maire de La Haye-de-Routot,

qui fut élève de Simone Sauteur.

 

Notes

[1] Pseudonyme de Robert Leblanc, chef du réseau Surcouf.

[2] Résistant envoyé par Londres.

[3] Dans la Résistance. 

 

A lire aussi... 

Charles Cacheleux

André Goharel

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 16:51

Pont d'Arromanches

 

Spéciale dédicace à Guy Murvil

 

Arromanches est une ville normande où les Alliés construisirent un port artificiel en juin 1944 suite au Débarquement de Normandie.

Les Archépontains ont donné ce nom au pont enjambant l’Eure car il est fait avec un ponton issu du démantèlement du port d’Arromanches.

Puisque le pont de la ville avait été bombardé, les Canadiens qui ont pénétré dans le Pont-de-l’Arche libéré de ses ennemis et contrôlé par la Résistance ont dû construire très rapidement, vers aout, un pont pour passer l’Eure et la Seine. La partie franchissant la Seine fut supportée par des barges flottantes.

Cependant le système de barges rendait difficile la navigation fluviale. Les barges du milieu du fleuve furent remplacées en octobre 1944 par un bac motorisé. Ce pont au-dessus de la Seine fut remplacé en 1946 par un ouvrage métallique construit sous la direction des ingénieurs des Ponts & chaussées Jacques Lizée, Albert Long-Depaquit et Roger Tardy. Ils réemployèrent 503 pieux du pont de bois construit à Pont-de-l’Arche durant la guerre, les passerelles centrales furent récupérées sur l’ancien pont de barges canadien[1]et les passerelles latérales furent réalisées avec des voies flottantes du port d’Arromanches, appelée Whales (baleines) à cause de leur forme en fuseau.

Ces pontons métalliques furent conçus par M. Beckett. Ils étaient longs de 24 m et pesaient 28 tonnes. Ils reposaient sur des flotteurs en béton de 19 tonnes. Près de 180 pontons Whales, aussi connus sous le nom de ponts d’Arromanches, furent réemployées après la guerre pour remplacer des ponts détruits. Citons par exemple Saint-Denis-de-Méré (Calvados), Manicamp (Aisne), Horbourg-Wihr (Haut-Rhin), Vacherauville (Meuse), Cattenom (Moselle), Foussemagne (Territoire de Belfort), Vierville-sur-Mer (Calvados)...

Pour revenir à Pont-de-l’Arche, la partie du pont surplombant la Seine fut démontée après 1955 quand l’actuel pont de la ville fut ouvert à la circulation. Le 5 janvier 1955, le Conseil municipal demanda à l’Etat le maintien du « pont provisoire » sur l'Eure pour l’accès aux jardins ouvriers, à la décharge et pour le confort des pêcheurs. Il s’engagea à l’entretenir par la suite, mais la suite ne vint pas... 

Derrière deux chars abandonnés durant la débâcle allemande, le pont d'Arromanches vraisemblablement vers aout 1944 (photo famille Jouvin).

Derrière deux chars abandonnés durant la débâcle allemande, le pont d'Arromanches vraisemblablement vers aout 1944 (photo famille Jouvin).

Source

Brisson, Charles, Hostalier, A., « Le sixième pont de Pont-de-l’Arche – II.– Quatre ponts en cent ans », 11 mars 1952, 1 p., archives d’Elbeuf : Fonds Brisson, dossier 188 C 329.

 

A lire aussi...

Les 14 ponts qui ont fait l'histoire de Pont-de-l'Arche

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 22:51

 Diaporama accessible sur Slideshare en cliquant sur l'image... 

 

12 héros

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Repost 0

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...