Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2021 2 20 /04 /avril /2021 11:58
Carte postale illustrée des années 1910 conservée aux Archives de l'Eure (cote : 8 Fi 623-3).

Carte postale illustrée des années 1910 conservée aux Archives de l'Eure (cote : 8 Fi 623-3).

 

Ce que révèle le paysage

Avec Crasville, Surtauville occupe un point culminant du plateau du Neubourg du haut de ses 160 mètres d’altitude en moyenne. Ici se dégage une vue impressionnante vers les hauteurs de Rouen. Cette altitude se prolonge ensuite vers le nord-ouest, vers Tourville-la-campagne et le bois de la Boissière. On bascule peu à peu vers le pays de Rouen, autrement dit le Roumois. Surtauville surplombe Montaure et La Haye-Malherbe, commune dans laquelle se trouve l’imposant moulin de Beauregard (XVe siècle, semble-t-il), bien exposé, qui semble s’être appelé autrefois Heurtevent, celui qui brise les vents ou qui est heurté par les vents. C’est d’ailleurs le nom de la ferme la plus proche de ce moulin, de nos jours, et qui se situe au nord de Surtauville et ses 488 âmes en 2018. 

Surtauville, comme Crasville, n’est le lieu de départ d’aucun vallon (talweg), ce qui est singulier dans la région. En effet, que ce soit à Vraiville, La Haye-Malherbe, Surville, Quatremare et Daubeuf, toutes les paroisses locales ont des talwegs amorçant les vallons qui, autrefois, déversaient leurs eaux sous formes d’affluents mineurs de l’Iton, l’Oison, l’Eure ou la Seine. Depuis l’anthropisation des espaces, ces petites rivières courent surtout dans le sous-sol où les hommes puisent leurs eaux masquées. Ainsi Surtauville présente un paysage plus sobre qu'aux alentours. Ici l’on ne voit pas de manoirs, de clos-masures comme à Quatremare (Le Hazé, Le Coudray) ou La Haye-Malherbe (Les Hoguettes, Le Défend, Le Mont-Honnier) et Montaure où le paysage confinait au bocage avec ses fermes éparses.  Surtauville semble plus modeste, parmi ses champs ouverts, et l’agglomération a pris la forme d’un village-rue semblant aligner quelques fermes, quelques modestes maisons de journaliers et d’artisans. Il ressort cependant un centre-village autour de sa mare et du clocher de l’église Notre-Dame, un carrefour entre Elbeuf et l’Iton et entre Le Neubourg et Louviers. 

 

Comparaison de deux vues aériennes accessibles sur le site Géoportail (2018 et les années 1950).
Comparaison de deux vues aériennes accessibles sur le site Géoportail (2018 et les années 1950).

Comparaison de deux vues aériennes accessibles sur le site Géoportail (2018 et les années 1950).

Surtauville est un des rares villages de la région archépontaine (relatif à Pont-de-l'Arche) à n'être situé ni en vallée ni près de la naissance d'un vallon, c'est-à-dire un lieu d'émergence des eaux. Il en découle un besoin de creuser des puits comme doit en témoigner cette carte postale illustrée des années 1910 où il est question d'un important puits public.

Surtauville est un des rares villages de la région archépontaine (relatif à Pont-de-l'Arche) à n'être situé ni en vallée ni près de la naissance d'un vallon, c'est-à-dire un lieu d'émergence des eaux. Il en découle un besoin de creuser des puits comme doit en témoigner cette carte postale illustrée des années 1910 où il est question d'un important puits public.

 

Ce que révèlent les plans anciens

Les terres alentour, parcourues de chemins en tous sens, semblent avoir été exploitées plus diversement que de nos jours, ainsi qu’en témoigne la toponymie lisible sur le plan cadastral de 1823 et conservé aux Archives de l’Eure. En effet, les champs ouverts portent toujours des noms permettant de les identifier grâce à des éléments du paysage le plus souvent disparus. Ainsi, La Haye, Les Longues Raies (haie en normand) et Le Tremblay démontrent que les parcelles étaient plus souvent délimitées par des arbres, des arbustes, pour le plus grand bien des espaces animales, du régime des pluies et de l’usage de bois de construction ou de chauffage. Les Marettes, Les Marettes de Daubeuf, La mare du Tremblay témoignent de la nécessité d’entretenir des mares afin d’abreuver le bétail d’élevage ou de labour. Le plan d’état-major des années 1840 (accessible par le site Géoportail) montre aussi une plus vaste présence des vergers autour du village permettant à la fois d’augmenter la production alimentaire mais aussi de couper le vent. Plus rigolo, La fosse aux chats et Le trou au chat (à Daubeuf) sont de proches espaces au nom mystérieux. Étonnant, un chemin des vignes se trouve dans la Section D, dite du Bout de Lignon, du plan cadastral, au sud du chemin de Daubeuf à Louviers. Le chemin de Montfort, à l’ouest du village, semble désigner Montfort-sur-Risle. Enfin, comme dans tous les villages du plateau, ou presque, “Les forrières de Daubeuf” montrent la pratique du forage de marnières dans le sol afin d’alimenter en marne les terres cultivées. 

 

Détails de la carte d'état major de 1840 (accessible sur le site Géoportail) et du plan cadastral accessible sur le site des Archives de l'Eure (la section D, dite du "chemin des vignes").Détails de la carte d'état major de 1840 (accessible sur le site Géoportail) et du plan cadastral accessible sur le site des Archives de l'Eure (la section D, dite du "chemin des vignes").

Détails de la carte d'état major de 1840 (accessible sur le site Géoportail) et du plan cadastral accessible sur le site des Archives de l'Eure (la section D, dite du "chemin des vignes").

 

Un nom bien normand

Le nom de la localité est attesté sous les formes Supertoovilla (latinisation de Surtovilla) et Sortovilla au début du XIIIe siècle. C’est ce que retrace avec précision la fiche Wikipédia de la commune. Le suffixe en villa désigne, en langue romane, un domaine rural. Le radical, comme très souvent en Normandie, est le nom d’un homme, le seigneur des lieux. Il s’agit souvent du nom d’un Scandinave qui s’est vu remettre des terres après la constitution du duché de Normandie, donc après 911. Des toponymes identiques existent mais uniquement en Normandie, dans La Manche : Sortosville-Bocage et Sortosville-en-Beaumont. Des étymologistes y voient l'anthroponyme “Svarthofdi” signifiant “(celui qui à la) tête noire”. Le nom de Surtauville, retrouvé dans des archives plus récentes de 200 ans, aura donc subi une déformation. Cette thèse est crédible étant donné le nombre important de toponymes scandinaves dans la région, jusques et y compris dans cette portion du plateau du Neubourg. 

 

Diverses cartes postales illustrées des années 1910 montrant les ruelles surtauvillaises. Diverses cartes postales illustrées des années 1910 montrant les ruelles surtauvillaises.
Diverses cartes postales illustrées des années 1910 montrant les ruelles surtauvillaises. Diverses cartes postales illustrées des années 1910 montrant les ruelles surtauvillaises. Diverses cartes postales illustrées des années 1910 montrant les ruelles surtauvillaises.
Diverses cartes postales illustrées des années 1910 montrant les ruelles surtauvillaises. Diverses cartes postales illustrées des années 1910 montrant les ruelles surtauvillaises.

Diverses cartes postales illustrées des années 1910 montrant les ruelles surtauvillaises.

 

Ce que révèlent les archives écrites

Les publications traitant de l’histoire de Surtauville sont rares. Elles témoignent d’une communauté humaine de taille modeste qui apparait dans les textes au Moyen Âge. Si des vestiges gallo-romains ou francs existent assurément dans la commune, ils n’ont pas été fouillés. Prenant la suite des Mémoires et notes d’Auguste Le Prévost, MM. Charpillon et Caresme publièrent le tome II du Dictionnaire historique de toutes les communes de l’Eure en 1879. Il y est question, à la page 889, de Surtauville. Nous publions ici l’intégralité des lignes dévolues à la commune qui nous intéresse. 

On y apprend que Surtauville dépendait de la baronnie de Quatremare, paroisse plus peuplée et plus ancienne où se situait le seigneur. À Quatremare aussi nous notons l’existence de manoirs de différentes familles nobles, ce qui ne se lit pas dans le paysage surtauvillais où seules semblent avoir existé des fermes, plus modestes. La fiche Mérimée de l’église Notre-Dame nous apprend que c’était le seigneur qui avait le droit de nommer le curé. Surtauville, comme Crasville, Surville et Damneville, semble donc bien avoir été une dépendance de Quatremare.  

Les auteurs s’étonnent de l’éclatement des fiefs, c’est-à-dire des redevances dues à des nobles par des tenanciers d’exploitations rurales. Cela semble indiquer que les bénéficiaires ne résidaient pas à Surtauville mais se contentaient de percevoir des rentes. Un résumé en ligne d’un document des archives de l’Eure (cote G271) témoigne de cela : “Sentence de la vicomte de Quatremare rendue entre les chanoines de la Saussaye, d'une part, Robert et Antoine Ferrant, de la paroisse de Surtauville, d'autre part, pour régler les conditions de payement des fermages dus par ces derniers au chapitre.” Il s’agit du chapitre collégial de la Saussaye.

Notons cependant que l’église, plutôt achevée et bien dotée en mobilier, démontre que des dons ont été faits qui témoignent de périodes prospères. Notons aussi que Surtauville s’est plus développée que sa voisine Crasville comme en témoignent son église et mobilier et, plus récemment ses commerces et patentés. C’est ce que montrent les cartes postales des années 1910, éditées par des commerces surtauvillais alors qu’il n’en existe pas, jusqu’à plus ample informé, à Crasville. 

 

L'article concernant Surtauville dans le tome II du Dictionnaire historique de toutes les communes de l'Eure, de MM. Charpillon et Caresme, édité en 1879. Cliquez sur la diapositive car il y a quatre vues en tout.
L'article concernant Surtauville dans le tome II du Dictionnaire historique de toutes les communes de l'Eure, de MM. Charpillon et Caresme, édité en 1879. Cliquez sur la diapositive car il y a quatre vues en tout.
L'article concernant Surtauville dans le tome II du Dictionnaire historique de toutes les communes de l'Eure, de MM. Charpillon et Caresme, édité en 1879. Cliquez sur la diapositive car il y a quatre vues en tout.
L'article concernant Surtauville dans le tome II du Dictionnaire historique de toutes les communes de l'Eure, de MM. Charpillon et Caresme, édité en 1879. Cliquez sur la diapositive car il y a quatre vues en tout.

L'article concernant Surtauville dans le tome II du Dictionnaire historique de toutes les communes de l'Eure, de MM. Charpillon et Caresme, édité en 1879. Cliquez sur la diapositive car il y a quatre vues en tout.

Vues extérieures de Notre-Dame de Surtauville (photographies d'Armand Launay, novembre 2013).Vues extérieures de Notre-Dame de Surtauville (photographies d'Armand Launay, novembre 2013).

Vues extérieures de Notre-Dame de Surtauville (photographies d'Armand Launay, novembre 2013).

 

Notre-Dame et sa tour clocher du XIIIe siècle

Comme le nom de la paroisse, l’église Notre-Dame semble avoir émergé au début du XIIIe siècle. C’est ce dont témoignent son imposante tour-clocher et son chœur, datés de ce siècle. Il est vrai qu’on a ici une impression de transition entre l’art roman, déjà dépassé, et le gothique. La tour est massive avec ses contreforts, le clocher est carré avec des ouvertures en tiers-point mais couronnées d’arc en plein cintre, quelques modillons sous la ligne de toit (avec quelques visages sculptés) rappellent les habitudes romanes. Le clocher est coiffé par une flèche de charpente en bois qui confère à l’édifice une harmonie et une visibilité appréciables.   

Les murs montrent un élégant petit appareil de moellon calcaire et de pierre de taille. Ils sont percés de lancettes. La nef et la chapelle sud sont datées de la première moitié du XVIe siècle. La fiche Mérimée précise que des réparations eurent lieu en 1703 et que la façade ouest fut reprise au XVIIIe siècle, la “voûte de la nef (fut) plâtrée en 1874”, la “charpente du clocher (fut) refaite en 1968”. Un proche en brique, semble-t-il du début du XIXe siècle, protège l’entrée de l’édifice.

 

Notre-Dame de Surtauville par Gabriel Bretocq, vers 1950, dans la banque de données en ligne des Archives de l'Eure.

Notre-Dame de Surtauville par Gabriel Bretocq, vers 1950, dans la banque de données en ligne des Archives de l'Eure.

 

Des éléments paysagers protégés

Le premier site classé à Surtauville est le calvaire et les six tilleuls qui l’entouraient avant 2014 où ils durent être abattus. Il s’agit du calvaire de l’intersection des routes du Neubourg à Pont-de-l’Arche et de Montfort à Louviers. Le classement fut entériné le 11 février 1942. 

La croix de cimetière, dite aussi croix hosannière, se trouve dans l’enclos paroissial, autour de l’église Notre-Dame donc. Daté des XVIe et XVIIe siècles, il fut classé aux Monuments historiques le 6 juin 1977. Ce site est rehaussé par une magnifique demeure à pans de bois qui offre un arrière-plan très normand. Une fenêtre à meneau, bouchée depuis, se voit tout de même parfaitement qui rattache le bâtiment au moins au début du XVIe siècle.  

Citons aussi le Monuments aux enfants de la commune morts pour la France. Approuvé par la délibération du 22 décembre 1920 du Conseil municipal présidé par M. Dumontier, maire, il s’agit d’un travail en pierre de Lorraine d’Ernest Duprey, marbrier à Surville, complété par des grilles et chaines de Gaston Huet, de Louviers.

 

Dans l'enclos paroissial se trouvent le Monument aux Morts (ici un document des Archives de l'Eure en ligne (cote : 140 T 22 623) et une croix hosannière du XVIe ou XVIIe siècles, classée monument historique, d'après une photographie d'Armand Launay (novembre 2013). Dans l'enclos paroissial se trouvent le Monument aux Morts (ici un document des Archives de l'Eure en ligne (cote : 140 T 22 623) et une croix hosannière du XVIe ou XVIIe siècles, classée monument historique, d'après une photographie d'Armand Launay (novembre 2013).

Dans l'enclos paroissial se trouvent le Monument aux Morts (ici un document des Archives de l'Eure en ligne (cote : 140 T 22 623) et une croix hosannière du XVIe ou XVIIe siècles, classée monument historique, d'après une photographie d'Armand Launay (novembre 2013).

 

Le mobilier de Notre-Dame

Notre-Dame est le coffre-fort d’un riche patrimoine. Près de 25 objets liturgiques, pour l’essentiel des statues du XVIe siècle et du mobilier en bois du XIXe siècle, ont été recensés par la conservation régionale des Monuments historiques. Ces objets sont décrits dans la base Mérimée accessible par la Plateforme ouverte du patrimoine aux côtés de photographies de Gabriel Bretocq et Philippe Des Forts. 

Parmi les œuvres les plus notables se trouve la Vierge à l’Enfant-Jésus allaitant ce qui n’est pas étonnant dans un temple dédié à Notre-Dame. Il s’agit d’une statue sculptée dans du calcaire au XVe siècle et ayant conservé sa polychromie. Elle fut classée Monument historique au titre d’objet le 15 mai 1938 en même temps qu’une statue de Saint-Barbe du XVIe siècle où est représenté, en miniature, le donateur des fonds nécessaires à la réalisation de cette œuvre. Autre œuvre classée ce jour-là, le lutrin en bois sculpté du XVIIIe siècle représentant un aigle, celui de Saint-Jean et sa révélation l’Apocalypse). Deux autres œuvres méritent d’être citées : le couronnement de la Vierge par Jésus, groupe sculpté en bois du XVe siècle et une statue en bois en ronde-bosse du Christ gisant, datée du XVIe siècle. Elle est en cours de rénovation en ce moment grâce à l’Agglomération Seine-Eure et ce par les bons soins de Delphine Butelet, chargée de la conservation et valorisation du patrimoine culturel.

Le Christ gisant, œuvre du XVIe siècle, photographiée par Gabriel Bretocq avant 1961. Document accessible sur la base POP du Ministère de la culture.

Le Christ gisant, œuvre du XVIe siècle, photographiée par Gabriel Bretocq avant 1961. Document accessible sur la base POP du Ministère de la culture.

La statue du Christ au tombeau, même œuvre que sur l'image précédente, par Philippe Des Forts avant 1940. Document accessible sur la base POP du Ministère de la culture.

La statue du Christ au tombeau, même œuvre que sur l'image précédente, par Philippe Des Forts avant 1940. Document accessible sur la base POP du Ministère de la culture.

Le Couronnement de la Vierge par le Christ, groupe sculpté sur bois, photographié par Philippe Des Forts. Document accessible sur la base POP du Ministère de la culture.

Le Couronnement de la Vierge par le Christ, groupe sculpté sur bois, photographié par Philippe Des Forts. Document accessible sur la base POP du Ministère de la culture.

N'oubliez pas, durant votre balade, de boire un coup au Bistrot du village (photographie de france.tv.fr) !

N'oubliez pas, durant votre balade, de boire un coup au Bistrot du village (photographie de france.tv.fr) !

 

Que conclure ? L’histoire est plus riche que notre curiosité. Celle de Surtauville reste à écrire. Nous n’avons fait qu’une petite balade parmi les reliefs du Net et de nos souvenirs. Mais nous reviendrons dans la ruelle de l’église, le long de la mare centrale et quelque part assis au sein du café L’bistrot, tant il est agréable d’y siroter un jus, notamment quand passent les tracteurs des moissons dans la lumière estivale où les brins de paille virevoltent dans la touffeur. 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Pont de l'Arche et sa région histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Contactez-moi afin d'étudier ensemble, plus avant, l'histoire et donc de progresser vers la connaissance. Bonne lecture ! armand.launay@gmail.com
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages) ;

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages) ;

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages) ;

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au cœur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages) ;

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages) ;

- Mieux connaitre Pont-de-l'Arche à travers 150 noms de rues et de lieux ! (Autoédité avec Frédéric Ménissier, 2019, 64 pages) ; 

- Les Trésors de Terres-de-Bord : promenade à Tostes, ses hameaux, Écrosville, La Vallée et Montaure (édité par la mairie de Terres-de-Bord, à paraitre en 2022).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis enseignant à Mayotte.

Accédez aux articles par Google maps