Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 10:57

Alizay (14)

 

Qui aurait cru que les terrains actuellement occupés par l’usine m-real avaient connu, sous l’Ancien régime, des activités très diverses et  parfois étonnantes pour nous contemporains ?  

Quelques anciens parchemins conservés aux archives de la mairie des Damps nous apprennent l’existence d’un bac entre le village des Damps et la rive droite de la Seine. Mais où se trouvait ce bac ? La réponse est assez simple : l’usine m-real est à peu près située entre le cœur historique des villages d’Alizay et des Damps et, dans cette dernière commune, un bac existait encore dans les années 1930 à peu près à ce niveau (mais uniquement sur l’Eure). Le bac d’origine se trouvait donc entre les deux villages mais aussi dans la lignée du château de Rouville.  

Or, ce bac ne reliait pas Les Damps à une rive droite qui aurait été totalement délaissée par les hommes. D’anciennes chartes[1] nous apprennent que ce bac menait à une hôtellerie, appelée La Maison Rouge , et qui appartenait au seigneur de Rouville. Cette hôtellerie, outre des activités agricoles,  devait principalement accueillir les mariniers et les voyageurs qui empruntaient le cours de la Seine. Effectivement , le passage du pertuis[2] de Poses étant difficile, il nécessitait une journée de travail pour faire passer une embarcation chargée. C’est pourquoi les haltes nocturnes étaient fréquentes avant et après le franchissement de cette difficulté naturelle.  

Enfin, nous ne pouvons évidemment pas passer sous silence des siècles et des siècles d’exploitation agricole. Alors, sans nous attarder sur les cultures les plus élémentaires et les plus courantes, nous parlerons rapidement de l’exploitation du chanvre. Cette plante, servant à la confection de tissus rudimentaires, était cultivée dans cette portion de territoire comme l’atteste encore le nom d’une parcelle de terrain appelée "le port au chanvre". Non seulement ce nom nous apprend la présence de cette culture dans la localité mais il nous renseigne aussi sur une activité portuaire et fluviale sous l’Ancien régime.  

Nous aurons donc vu, malgré la difficulté d’analyser une seule parcelle de la commune d’Alizay, que les activités économiques furent importantes et même variées sur le terrain qu’occupe actuellement m-real. Nous pouvons alors conclure que cette portion de Normandie était industrieuse… avant d’être industrielle…


 

[1] Dictionnaire Historique de toutes les Communes de l’Eure, Charpillon L.E., Caresme A.   

[2] C’est à dire une perte d’altitude de la Seine à cet endroit qui accroît le courant et qui fait tourbillonner les eaux, rendant ainsi hasardeuse la navigation.


Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Vos commentaires et messages sont aussi les bienvenus ! Pour utiliser mes travaux, contactez-moi;-)
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Compte LinkedIn.

Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au coeur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte. Gege wanazioni wangu !

Réflexion

Le temps n'est pas. Il n'y a qu'une règle graduée portant les marques "hier, aujourd'hui et demain" ; c'est-à-dire quelques traits issus de la faculté des Hommes à compter le passage des astres ; beautés et mesures à la fois, par Odin !

C'est avec cette règle que les Hommes tentent de mesurer les phénomènes les plus apparents. Ils se donnent des repères parmi l'érosion, véritable mère de la prise de conscience : "ce qui est rare à du prix" écrivait Chateaubriand. 

Il s'agit alors de prendre conscience de l'interdépendance entre tous les phénomènes, leur âme, et leur manière de s'attacher à notre âme. Pont-de-l'Arche où la terre natale... 

Ces phénomènes alimentent notre bonheur : sens du savoir, comment se crée notre notion du bienêtre, d'où vient notre conscience de ce qui est bon, quelles en sont les limites ? 

Bonheur, sens et quête du savoir ; horizon qui donne une orientation à notre cheminement ; orientation vers la naissance de la lumière quelle que soit la saison ; sève de notre arbre généalogique ; doute qui permet de poser peut-être les bonnes questions...

Rabelais quoi qu'il en soit... entre vins, livres et mets sapides : conscience du savoir s'il sait sucrer le faste palais du quotidien et donc là où se rassemblent les gens... érudition en entrée, curiosité en plat principal et conscience en dessert... et inversement, même si c'est moins agréable, pour un étudiant. 

Enfin, n'oubliez pas de poursuivre l'observation dans un verre à dégustation rempli de Calvados du bon bocage normand ! Au-delà des ténèbres de la Genèse, vous y verrez luire les étoiles de l'esprit et des plaisirs...