Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 15:45
Automne, Pont-de-l'Arche, œuvre impressionniste de Clarence Gagnon peinte aux Damps. Perspective sur le pont de Pont-de-l'Arche et les coteaux de Freneuse (Muséum national des beaux-arts du Québec, 1905, détail de l'œuvre).

Automne, Pont-de-l'Arche, œuvre impressionniste de Clarence Gagnon peinte aux Damps. Perspective sur le pont de Pont-de-l'Arche et les coteaux de Freneuse (Muséum national des beaux-arts du Québec, 1905, détail de l'œuvre).

 

Cela fait bien des années que le Muséum national des beaux-arts du Québec a proposé en ligne les œuvres de Clarence Gagnon (1881-1942), au moins depuis 2005, notamment celles que ce peintre québécois a réalisées sur Pont-de-l’Arche, ville de Normandie. Mais le Muséum a récemment renouvelé son site Internet et proposé de meilleures reproductions d’œuvres conservées dans ses collections. Nous devons à Philippe Bourghart ‒ sûrement le plus Archépontain des Québécois, avec son frère Jean-Pierre ‒ d’avoir attiré notre attention sur ce fait qui nous permet de proposer ce modeste article au grand public. Nous l'avons complété avec des découvertes d'œuvres du même artiste passim sur le Net.

 

Qui était l’auteur ? 

Clarence Gagnon (1881-1942) fait l’objet d’études biographiques sur le site du Muséum national des beaux-arts du Québec et sur une fiche Wikipédia qui semble reposer principalement sur l’ouvrage d’Hélène Sicotte et Michèle Grandbois, Clarence Gagnon, rêver le paysage, édité à Montréal, aux éditions de l'Homme, en 2006. Nous y apprenons que Clarence Gagnon s’est installé à Paris en 1904 pour parachever sa formation de peintre et dessinateur. Il y conserva à partir de 1907 un atelier de peinture à Montparnasse. Il a cependant la réputation de préférer la peinture in situ, c’est-à-dire dans les lieux, et non en atelier, à la manière des impressionnistes donc. Comme ces derniers, Clarence Gagnon se promèna dans les environs de Paris, en Normandie et en Bretagne pour y trouver les paysages, les scènes qui l’animaient, qui l’inspiraient, c’est-à-dire le paysannat, l’artisanat, la campagne. Il voyagea aussi en Espagne, au Maroc et en Italie. Il s’attachait beaucoup aux paysages et aux traditions populaires. En ce sens, il se refusait aux courants artistiques qui se détachaient de plus en plus du classicisme et se voulaient révolutionnaires.

 

Clarence Gagnon, artiste québécois, et Pont-de-l’Arche, Les Damps et Criquebeuf-sur-Seine, en France.

 

“Rue Haute” à Pont-de-l'Arche (1906) 

La première œuvre s’intitule “Rue Haute”. L’auteur l’a située à Pont-de-l’Arche et l’a datée de 1906. Sous sa signature, son logotype presque, se trouve la mention “Pont de l'Arche 03”. Deux autres œuvres ou versions de celle-ci, au moins, doivent être issues de la main de Clarence Gagnon. Elles échappent à nos recherches sur le Net, hormis un dessin au crayon reproduit plus bas. 

Deux notices en ligne permettent de voir “Rue Haute”, avec zoom surtout, en cliquant ici et . Il semble s’agir de deux reproductions de la même œuvre. Celle qui apparait plus nette au premier coup d'œil ne peut pas être agrandie. C’est sûrement la version la plus ancienne qui était déjà lisible en 2005. L'œuvre originale est une eau-forte en brun sur papier japon. L’eau-forte est une technique qui consiste à peindre avec de l’acide une plaque de métal. Le métal se détériore. Il faut ensuite plaquer un papier et l’encre se dépose là où il reste de la matière, c’est-à-dire là où l’acide n’a pas été déposée. Son support mesure 25 x 20 cm et le dessin 21 x 14,1 cm. Elle a été achetée en 1909 par le Musée des beaux-arts du Canada (n° 197).

Quant au sujet représenté, il s’agit de la cour du Lion d’or, de nos jours, qui était alors une rue : la rue aux Rois, ou rue Haute, comme l’auteur l’a noté. Le document original du muséum est lui-même une reproduction inversée du dessin de l’auteur. En effet, c’est ce que démontre la comparaison avec une carte postale des années 1910, reproduite ici, et la lecture de l’enseigne au centre du dessin où, sans pouvoir lire quoi que ce soit, permet de mesurer que les lettres latines sont inversées.

Outre ce défaut technique, le contenu est réaliste. On y voit des dames en tenue habituelle. La dame au second plan descend son seau de nuit, son “Jules” comme on l’appelait, vers la rue Abbaye-sans-toile. La lumière montre qu’il s’agit d’un début d’après-midi. Une œuvre ci-dessous intitulée “automne, Pont-de-l’Arche” indiquerait la saison, d’autant plus qu’une cheminée en usage démontre que la fraicheur était tombée sur la ville, malgré l’ensoleillement. 

 

Rue Haute, détails de l'œuvre et carte postale illustrée des années 1910.
Rue Haute, détails de l'œuvre et carte postale illustrée des années 1910.
Rue Haute, détails de l'œuvre et carte postale illustrée des années 1910.

Rue Haute, détails de l'œuvre et carte postale illustrée des années 1910.

 

Clair de lune à Pont-de-l'Arche (1909)  

Cette œuvre, dans la lignée de la première, date pourtant d’un second séjour puisqu’elle porte la date de 1909 sous la signature de l’auteur. Il faut dire que Pont-de-l’Arche avait une station ferroviaire sur la voie Paris-Le Havre. Elle était donc accessible aux artistes. On connait, à ce titre, des toiles de Camille Pissarro dans la cour d’Octave Mirbeau, aux Damps, à un kilomètre du sujet traité ici. 

Le site du Muséum propose deux notices en ligne, accessibles en cliquant et ici. C’est aussi une eau-forte en brun mais sur papier vergé mesurant 21,9 x 16,8 cm. Le dessin mesure 15,7 x 12,4 cm. Il fut acheté en 1926 par le Musée des beaux-arts du Canada (n° 3469). 

 

Clarence Gagnon, artiste québécois, et Pont-de-l’Arche, Les Damps et Criquebeuf-sur-Seine, en France.

 

Le sujet est la maison à pans de bois du coiffeur J. Gouyé, de nuit, et une dame jetant son pot de chambre. Cette maison se trouve déjà dans la première vue, au centre de la perspective. L’auteur prend plaisir à reproduire l’ambiance créée par le contraste entre la lumière lunaire et artificielle (le lampadaire de la rue Abbaye-sans-toile). Ici est notable le traitement des ombres sur les façades de torchis et les distorsions des pans de bois, surtout sur les pigeards et les sablières en encorbellement. L’auteur montre son attachement à l’architecture traditionnelle, déjà pittoresque en ce temps. Il faut dire que cet édifice, datant vraisemblablement d’avant le début du XVIe siècle, fut démoli juste dans l’année qui suivit de dessin. Comme l'œuvre précédente, cette reproduction est inversée. C’est ce que démontre la comparaison avec une carte postale des années 1910 reproduite ici. La rue principale, la rue Alphonse-Samain, devrait être à gauche et la rue Abbaye-sans-toile, qui descend vers les berges de la Seine (en ce temps), devrait être à gauche. On peut imaginer le peintre, sorti d’un hôtel des rues archépontaines, se poser dans la fraicheur du soir pour dresser un dessin rapide mais précis, avant de regagner sa chambre, bien au chaud.

Clarence Gagnon est réputé, dans sa biographie, pour travailler ses œuvres in situ. Ici, il est clair que l'œuvre a été aussi travaillée après sa reproduction puisque le nom du coiffeur est lisible alors que la vue est inversée. 

De ces deux eaux-fortes de Pont-de-l’Arche, il ressort que l’artiste a campé des paysages déjà pittoresques dans les mentalités. Ce sont des vues que les libraires et cafetiers locaux avaient largement fait photographier et imprimer sur des cartes postales, alors très en vogue. Clarence Gagnon ne s’est absolument pas voulu original dans ce traitement. Il accentue peut-être la ruralité, l'ancienneté de modes de vie qu'il sait appelés à disparaitre. Ou bien seules ces vues, alors considérées comme pittoresques, ont été reproduites par l’auteur et les amateurs ce qui a assuré leur communication jusqu’à nous.

 

Clair de lune, Pont-de-l'Arche. Détails de l'œuvre et carte postale illustrée des années 1910.
Clair de lune, Pont-de-l'Arche. Détails de l'œuvre et carte postale illustrée des années 1910.
Clair de lune, Pont-de-l'Arche. Détails de l'œuvre et carte postale illustrée des années 1910.

Clair de lune, Pont-de-l'Arche. Détails de l'œuvre et carte postale illustrée des années 1910.

 

Le coiffeur J. Gouyé (1908)

ne autre vue, reproduite ci-dessous, existe sur le Net à propos du même sujet. Nous l'avons retrouvée sur le site eterart.com. Il s'agit d'un dessin crayonné en 1908 et vendu par l'"atelier Gagnon". Celui-ci est bien à l'endroit et démontre deux choses :

- l'auteur a commercialisé dans sa boutique parisienne ce genre de vues rurales, anciennes, authentiques qui devaient rencontrer leur public et payer l'artiste ;

- les inversions des deux vues du Muséum proviennent du passage à l'eau-forte.

 

 

 

Clarence Gagnon, artiste québécois, et Pont-de-l’Arche, Les Damps et Criquebeuf-sur-Seine, en France.

 

Automne, Pont-de-l’Arche (1905)

Il s’agit ici d'une huile sur toile datée de 1905 et donnée au Musée des beaux-arts de Montréal par James Morgan en 1909. Elle date donc du premier séjour connu de Clarence Gagnon à Pont-de-l’Arche.

 

Clarence Gagnon, artiste québécois, et Pont-de-l’Arche, Les Damps et Criquebeuf-sur-Seine, en France.

Sur cette œuvre, accessible ici et mesurant 65,4 sur 92,3 cm, on voit une dame cueillant vraisemblablement des champignons. En arrière-plan, éclairé par la lumière des rayons matinaux, se voit un des ponts de l’histoire de Pont-de-l’Arche : celui construit sous la direction de MM. Méry et Saint-Yves en 1857. L’auteur s’est promené le long de la rue Morel-Billet, où résida Octave Mirbeau justement. Aux Damps, il a passé le Val qu’on appelait alors les Quatre-vents et a, semble-t-il, grimpé la petite côte du chemin des Haies. De là, il s’est arrêté en haut du coteau d’où il a immortalisé cette scène quotidienne. Derrière le pont se voient les très reconnaissables coteaux de Freneuse, perdant de l'altitude à mesure qu’il s’approchent de Saint-Aubin-lès-Elbeuf. Quelques bouleaux, avec leurs troncs blancs, renforcent la touche ensoleillée de ce paysage. Nul doute qu’ils rappelaient à leur auteur son Québec natal et ses automnes que l’on dit brefs.

 

Brume matinale - Pont-de-l'Arche (1909)

Une autre vue existe dans le traitement du pont de Pont-de-l'Arche par Clarence Gagnon. Il s'agit d'une huile sur toile de 1909 intitulée "Brume matinale - Pont-de-l'Arche". Cette œuvre, très impressionniste, se trouve dans les collection du Muséum du Nouveau-Brunswick. On y voit le chevet de Notre-Dame-des-arts et le pont de 1857 se refléter dans l'eau.

Clarence Gagnon, artiste québécois, et Pont-de-l’Arche, Les Damps et Criquebeuf-sur-Seine, en France.

Pont-de-l'Arche, scène de rue (1909)

Une autre très belle vue est signée de Clarence Gagnon sur Pont-de-l'Arche. C'est une aquarelle de 1909 intitulée "Pont-de-l'Arche, scène de rue". Nous l'avons trouvée sur le site mutalart.com.  Elle présente la rue Sainte-Marie, vue depuis l'est vers la rue Président-Roosevelt. On y voit une maison de la place Rouville. Surtout, se trouvent les femmes cousant sur le pas de porte, assises sur des chaises selon la pratique de l'époque. Quelques années auparavant, elles cousaient des chaussons de lisière qu'un fabriquant récupérait régulièrement. Très émouvant, sur la droite, on devine une grande sœur faisant des papouilles à un bébé.  

Clarence Gagnon, artiste québécois, et Pont-de-l’Arche, Les Damps et Criquebeuf-sur-Seine, en France.
Clarence Gagnon, artiste québécois, et Pont-de-l’Arche, Les Damps et Criquebeuf-sur-Seine, en France.
Le même lieu de nos jours (cliché de Frédéric Ménissier, janvier 2021).

Le même lieu de nos jours (cliché de Frédéric Ménissier, janvier 2021).


Criquebeuf-sur-Seine (1907)

Il s’agit ici d’une huile sur toile datée de 1907 dont les dimensions sont 54,2 x 80,9 cm. Sa notice sur le site du Muséum est accessible ici. L’original est entré dans ses collections par un “don de la succession de l'honorable Maurice Duplessis”.

Clarence Gagnon, artiste québécois, et Pont-de-l’Arche, Les Damps et Criquebeuf-sur-Seine, en France.

 

On y voit Criquebeuf-sur-Seine, commune à 3 kilomètres de Pont-de-l’Arche, vers l’est. Le peintre s’est positionné de l’autre côté du bras de Seine longeant le village. Il est sur la berge de l’ile Launy, juste en amont d’un passage entre cette ile et l’ile de Quatre-âges vers le cours principal de la Seine. On retrouve, timidement mais sûrement, la présence d’une dame, une travailleuse avec sa coiffe traditionnelle. Elle semble reprendre sur son épaule du linge rincé dans le fleuve et remonter vers son foyer, non loin de l’église Notre-Dame. Nous sommes avec l’artiste dans l’ombre alors que le ciel est plutôt clair. Le coteau au-dessus de Freneuse, au loin, est quant à lui sous la lumière de la seconde moitié de l’après-midi. L’ile de Quatre-âge, pourtant proche, est elle aussi illuminée ce qui achève de démontrer que le peintre a voulu mettre en valeur le contraste entre sombreur et clarté. On se retrouve seul, un peu intimidé par cette solitude dans la nature, au bord de l’eau, au bout d’un petit sentier de pêcheurs, alors que le regard est porté par la lumière vers le voyage, la découverte… Mais cet ailleurs qui fait rêver est aussi ce qui crée l’envie de profiter de l’intimité d’un clocher, d’une nature timide mais authentique. De ce contraste ressort l’eau claire du bras de Seine dont les remous sont nets et attirent le regard vers la perspective de l’aval et sa lumière.   




 

Criquebeuf-sur-Seine, détail de l'œuvre.

Criquebeuf-sur-Seine, détail de l'œuvre.

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article

Repost0

  • : Pont de l'Arche histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Contactez-moi afin d'étudier ensemble, plus avant, l'histoire et donc de progresser vers la connaissance. Bonne lecture ! armand.launay@gmail.com
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages)

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages)

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages)

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au cœur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages).

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages).

- Mieux connaitre Pont-de-l'Arche à travers 150 noms de rues et de lieux ! (Autoédité, 2019, 64 pages). 

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis professeur de philosophie à Mayotte.

Accédez aux articles par Google maps