Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2021 6 04 /09 /septembre /2021 10:39

Pour beaucoup, Igoville est une simple étape sur la route départementale 6015, une voie vers Rouen. Pour les 1 742 Igovillais, en 2018, leur commune est aussi ‒ et plutôt ‒ un agréable lieu de résidence, avec maints services et située, en effet grâce à la route, près des bassins d’emploi de Rouen, de Val-de-Reuil, voire de Paris. Nous proposons ici une balade afin de ne pas passer à côté de cette charmante localité, ses paysages et quelques éléments de son histoire.

Igoville près Pont-de-l'Arche. Vue générale. Carte postale des années 1910 conservée aux Archives de l'Eure sous la cote 8 Fi 345-1 et consultable en ligne.

Igoville près Pont-de-l'Arche. Vue générale. Carte postale des années 1910 conservée aux Archives de l'Eure sous la cote 8 Fi 345-1 et consultable en ligne.

Nomades du fond de vallée

Avec Alizay, Igoville recouvre un des plus riches espaces archéologiquement étudiés ces dernières décennies dans la partie nord-ouest de la France, ceci grâce à la vigilance du Service archéologique de la DRAC et aux multiples exploitations de sablières fournissant l’explosion immobilière depuis la Seconde guerre. En effet, en 2007 et 2008, des fouilles préventives furent entreprises le long de la Seine près du hameau appelé Le Fort et principalement dans le territoire alizéen. Nous ne distinguerons pas, ici, dans quelle commune les découvertes ont été réalisées car cela n’aurait guère de sens. Un article très précis a été publié par Bruno Aubry (et alii) : “Une occupation du Tardiglaciaire Alizay-Igoville (Eure)” dans une publication faisant suite aux Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010. L’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives), a ainsi pu étudier en profondeur les lieux entre 2011 et 2013 et ce avant l’exploitation d’une nouvelle sablière. Les archéologues ont ainsi mis au jour des traces d’occupation humaine dans le fond de la vallée depuis le paléolithique, c’est-à-dire la dernière glaciation (il y a 12 000 ans). Ils ont montré une utilisation humaine régulière des lieux, qui se présentaient alors sous forme de chenaux peu profonds, où les hommes pêchaient et chassaient du petit gibier, notamment grâce à deux passages à gué entre les iles. Des trous de poteaux ont montré que des constructions étaient occupées dès que les eaux le permettaient. De très nombreuses découvertes, inédites dans l’ouest de la France et sur une aussi longue période, font des fouilles d’Alizay et Igoville une référence en matière de datation et d’identification de vestiges. Les auteurs de l’article cité notent que les preuves de la présence humaine se sont raréfiées à partir de l’âge du fer (vers - 800 ans avant notre ère). Nous pensons que la relative disparition des traces humaines en ce lieu s’explique par l’ensablement et l’envasement dus aux alluvions plus nombreuses. En effet, avec la révolution de l’agriculture, à partir de laquelle on définit le Néolithique, les terres déboisées des plateaux durent rapidement s’éroder et encombrer le fond de la vallée de la Seine. Les chenaux peu profonds et variés durent devenir des marécages puis être convertis en terres cultivables à mesure qu’ils s’asséchèrent une grande partie de l’année. C’est ce que l’on peut observer sur une carte topographique actuelle où l’on voit un ancien bras de Seine partant du Manoir et longeant sûrement Alizay, Igoville puis Sotteville. Désormais asséché dans ces communes, il ne subsiste qu’à Freneuse. Il est possible d’imaginer un premier chenal de Seine près du centre actuel d’Igoville dont le Nigard, espace marécageux existant encore au début du XXe siècle, semble constituer le dernier vestige. 

Tombes médiévales mises au jour au pied du rempart de Limaie durant la campagne de fouilles de 2011 à 2013 photographie de l'INRAP).

Tombes médiévales mises au jour au pied du rempart de Limaie durant la campagne de fouilles de 2011 à 2013 photographie de l'INRAP).

 

Une sédentarisation dans la vallée et, surtout, le long du coteau

Un rapport de diagnostic établi sous la direction de Miguel Biard et intitulé Rue de Lyons, Le Bout de la ville, Igoville (Eure) a été édité par l’INRAP en 2017. Le site fouillé semble situé près des écoles. Le scientifique fait état d’un diagnostic portant sur 11 000 m². La fouille “a livré une petite concentration de silex taillés. Découverts à une profondeur de 1,50 m dans un contexte stratigraphique alluvial, des tessons centimétriques de céramique orientent l'attribution chronologique vers le Néolithique.” Le Néolithique précède l’âge du bronze, c’est-à-dire avant 2200 ans avant notre ère d’après le site de l’INRAP. Autre diagnostic, celui présenté dans le rapport de Charles Lourdeau édité par l’INRAP en 2021 et intitulé Route de Paris, Impasse Bellevue, Igoville, (Eure). Au pied du coteau, un peu en surplomb du rondpoint, les archéologues ont mis au jour des vestiges datant vraisemblablement de 900 à 700 ans avant notre ère car leur ancienneté est estimée de “la toute fin de l’âge du Bronze (Ha B2-B3) ou du tout début de la période hallstattienne (Ha C)”. “Neuf fosses de grande dimension et quelques trous de poteaux” ont été identifiés plutôt au sud du chantier. Charles Lourdeau précise l’intérêt de la céramique retrouvée afin de “compléter la vision de l’occupation de ce secteur au cours de la Protohistoire ancienne et également de développer les corpus encore restreints sur ces périodes en basse vallée de Seine normande.” 

Quant au fond de la vallée, il a été exploité de longue date, comme nous l’avons vu, mais semble être devenu moins propice à l’habitat, même provisoire. C’est ce que semble montrer, à moins de trois kilomètres de là, le chantier de la zone industrielle du Clos-pré, à Alizay conduit par Cyril Marcigny. Mené d’avril à novembre 2017, il fait l’objet d’un rapport succinct sur le site Internet de l’INRAP sous le nom de Des traces de pas millénaires en Normandie. Les découvertes s’étalent du Néolithique ancien (début du Ve millénaire) au tout début du premier âge du Fer (vers 800 avant notre ère). Les archéologues tentent de retracer trois phases pendant lesquelles abondent les découvertes : la première, située autour de 2100 à 1900 avant notre ère, présente un ou deux bâtiments bâtis sur une légère motte au milieu de chenaux. Des palissades, des quais, des ponts et des passages à gué ont été mis au jour ainsi que des activités de combustion, “des aires de débitage de silex et de traitement des céréales. Au-delà de la zone habitée, la vallée est utilisée pour le pacage des animaux.” La seconde période, sur près de 1000 ans, est celle d’un vide humain après, semble-t-il, un combat comme l’indiquerait la présence de balles de frondes parmi des traces de pas. Puis, les scientifiques notent une nouvelle habitation entre 900 et 800. Cette habitation préfigure-t-elle les petites fermes du fond de vallée telles qu’on en voit au Moyen Âge à La Maison rouge (Alizay), Limaie (Igoville) et à Houlgate (Sotteville-sous-le-val) ? 

Il est possible que les hommes habitassent le fond de la vallée à la bonne saison et qu’ils remontassent au pied du coteau lors des hautes eaux. On mesure que la sédentarisation des hommes s’est faite au pied des monts mais n’a pas rompu, loin de là, le lien des habitants au fleuve, ses eaux potables et poissonneuses et ses iles propices au pâturage.

Igoville dans un extrait de la carte topographique de l'IGN et accessible sur le site Géoportail. On peut localiser ici les lieux-dits cités dans notre texte et mesurer l'isoplèthe (la courbe de niveau) des 10 mètres d'altitude au-delà desquels, plutôt à l'abri des crues, les habitations se sont concentrées au fil des siècles.

Igoville dans un extrait de la carte topographique de l'IGN et accessible sur le site Géoportail. On peut localiser ici les lieux-dits cités dans notre texte et mesurer l'isoplèthe (la courbe de niveau) des 10 mètres d'altitude au-delà desquels, plutôt à l'abri des crues, les habitations se sont concentrées au fil des siècles.

Des vestiges gallo-romains et francs

Une ambitieuse thèse a été soutenue quant à la présence gauloise à Igoville. En effet, un certain M. Ragon affirma, lors de la séance du 16 avril 1874 de la Société des antiquaires de l’ouest, que le toponyme Igoville dérivait du mot gaulois “Ingrande”, signifiant “la limite” et que l’on pouvait le rattacher au toponyme Uggade. C’est ce qu’il expose dans un article intitulé “Note sur l’emplacement d’Uggade, station sur la voie romaine de Paris à Rouen par Évreux et détermination du sens qu’il faut attacher à ce nom d’Uggade” paru dans le tome XIV des Bulletins de la Société des Antiquaires de l'ouest en 1877. La ville d’Uggade a depuis été rattachée au site de Caudebec-lès-Elbeuf où les vestiges gallo-romains sont légion, si l’on ose dire ainsi, comme l’expose avec clarté Frédéric Kliesch dans un article disponible en ligne et intitulé "L'antique Uggade (Caudebec-lès-Elbeuf, Seine-Maritime) et sa périphérie".  

La commune d’Igoville bénéficie d’un autre rapport de diagnostic archéologique. Il s’agit de celui d’Érik Gallouin et de Villa Valentina intitulé Les Sablons, Igoville, (Eure) et édité par l’INRAP en 2014. Dans ce qui est aujourd’hui la rue des Sablons, là où la société Marceau investissement fit construire un lotissement, les archéologues ont mis au jour “un dépôt monétaire très certainement éparpillé lors des labours successifs des terres. Il est constitué de plus d'une centaine de pièces de monnaies gallo-romaines…” mélangées avec de la céramique. On peut donc raisonnablement penser qu’une villa, sans v majuscule, existait en ce lieu. Il faut imaginer la villa comme la demeure principale d’un domaine agricole avec, assurément, des bâtiments annexes en bois et torchis pour l’exploitation des lieux et l’habitation de familles de paysans. 

Enfin, si le fait n’est pas rare dans la région, on peut signaler la découverte de plusieurs tombes franques dans l’emprise foncière igovillaise. C’est ce qu’on retrouve sous la plume de Dominique Cliquet dans le tome eurois de la Carte archéologique de la Gaule ; pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de Michel Provost. Édité en 1993, la page 221 de cet ouvrage fait état de découvertes réalisées par Dominique Halbout-Bertin en 1990, aux Beaux-sites, soit : “deux sarcophages mérovingiens monolithiques, en calcaire tendre. La réutilisation semble attestée par la présence de deux squelettes dans chaque sarcophage.” Du mobilier a été trouvé : deux poinçons en fer et une imitation de monnaie de Tétricus. Il est aussi écrit que “Sur le versant nord de la vallée de la Seine, M. Brialy signale, en 1969, la présence d’ossements, de fragments d’un sarcophage en plâtre et de tessons de céramique mérovingienne.” De plus et enfin, la page citée mentionne l’infatigable Léon Coutil qui trouva au Camp-blanc des sarcophages formés de blocs de moellons ou de silex. Nous en déduisons que le territoire d’Igoville devait être parsemé de fermes régulièrement exploitées, notamment à La Pelaisière (le quartier près et au-dessus de la station-essence) et le vallon montant vers Les Authieux et Ymare, beau lieu s’il en est qui offre une douce transition entre le plateau de Boos et Rouen, d’un côté, et Pont-de-l’Arche et la voie vers Évreux, de l’autre côté. On imagine ici un vignoble, sans preuve jusqu’à présent, ainsi que du pâturage dans un petit bocage comme le montre toujours un peu le paysage autour de la ferme de La Folie et du Pré-Cantui. 

Extrait de "Chasteau du Pont de l'Arche" par Jacques Gomboust, extrait de l'ouvrage du cartographe Matthäus Merian (vers 1593-1650) intitulé Topographiae Galliae et publié en 1657.

Extrait de "Chasteau du Pont de l'Arche" par Jacques Gomboust, extrait de l'ouvrage du cartographe Matthäus Merian (vers 1593-1650) intitulé Topographiae Galliae et publié en 1657.

 

Étape fortifiée sur la Seine et faubourg de Pont-de-l’Arche

Plus haut dans cet article, nous avons vu, çà et là, que la plaine alluviale fut peu à peu abandonnée par l’habitat des hommes. Au Moyen Âge, on retrouve à peine et semble-t-il une ferme de Houlgate à Sotteville-sous-le-val et la Maison-rouge à Alizay, avec un bac vers Les Damps. Sur son territoire paroissial Igoville avait aussi son exception, de taille, avec la naissance du fort de Limaie. Nous développons cela dans un article intitulé Le fort de Limaie : un châtelet sur la Seine à Pont-de-l’Arche sur notre blog. Ici nous nous contentons de résumer ce fait qui a compté dans l’histoire de France. Charles II le Chauve réunit les grands de son royaume afin d’ériger un imposant système défensif sur la Seine et ce dans la finalité de barrer la voie, ou au moins ralentir, les envahisseurs scandinaves attaquant Paris et les grandes villes du royaume. C’était en 862, date où le roi fit venir ses barons dans le palais de son domaine de Pîtres. La finalité était de faire construire un pont avec un fort de chaque côté de la Seine. Étant donné les moyens techniques d’alors, ce pont ne put être érigé plus en aval. C’est donc un peu en aval de Pîtres, protégeant les confluents de l’Eure (voie vers Chartres) et de l’Andelle (voie vers Beauvais), qu’un ouvrage fortifié fut bâti entre 862 et 879. De lui, naquit la ville fortifiée du pont de l’arche, l’arche désignant, semble-t-il, la forteresse de l’autre côté du pont : le fort de Limaie qui fait partie de l'histoire igovillaise. Si cet ensemble n’a pas empêché les hommes du nord de devenir maitres de la Normandie, il a constitué un lieu de franchissement et de contrôle de toute cette partie sud de Rouen. Une ferme se trouvait en ces lieux qui est aujourd’hui partiellement occupée par l’Auberge du pressoir, restaurant qui propose une cuisine française de qualité.

A la fin du XVIIIe où a été réalisée la carte de Cassini (voici ici un extrait de Géoportail), Igoville apparait comme un village unique avec son clocher paroissial. Il est difficile d'imaginer qu'autrefois se trouvaient des fermes-hameaux éparses avant que n'émerge un chef-lieu central.

A la fin du XVIIIe où a été réalisée la carte de Cassini (voici ici un extrait de Géoportail), Igoville apparait comme un village unique avec son clocher paroissial. Il est difficile d'imaginer qu'autrefois se trouvaient des fermes-hameaux éparses avant que n'émerge un chef-lieu central.

L’émergence d’une paroisse dans un chef-lieu nommé Igoville

Nous l’avons montré, malgré d’immenses lacunes : l’habitat était mouvant, épars, mais continu à Igoville (comme partout ailleurs). L’émergence d’une paroisse et d’un chef-lieu autour de son église est une étape importante et éclairante de l’histoire locale. Selon Louis-Étienne Charpillon et Anatole  Caresme, auteurs du Dictionnaire historique de toutes les communes de l’Eure, dont le tome II est paru en 1879 : “La paroisse dédiée à saint Pierre a été formée au moyen d’un démembrement de celle de Pîtres.” Il s’agit d‘une supposition car Pîtres formait un vicus, un bourg gallo-romain, qui constitua ensuite une partie du domaine royal avant la naissance de la Normandie en 911. Le pont de Pont-de-l’Arche a été dénommé “pont de Pîtres” car il se trouvait sur le domaine royal. Cela indique sûrement que les hameaux d’Igoville et d’Alizay étaient réunis à la paroisse de Pîtres. 

L’implantation normande a, semble-t-il, modifié la donne. Le nom d’Igoville signifie le “domaine de Wigaut”. Wigaut est un nom d’origine norroise, autrement dit viking, et provient assurément d’un homme qui rendit service à Rollon ou à un de ses successeurs. Il fut gratifié d’un domaine agricole afin d’assurer sa subsistance ainsi que des revenus. Son nom est resté dans les mémoires et a été donné au fief principal, sûrement près de l’actuelle église Saint-Pierre. Un manoir seigneurial exista sans que nous ne puissions le localiser. 

Les amoureux de toponymie apprécieront de savoir, grâce à François de Beaurepaire à la page 130 de son précieux ouvrage intitulé Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, que le nom d’Igoville est attesté sous la forme Vigovilla vers 1240, puis sous la forme actuelle dès 1340. La page Wikipédia d’Igoville note qu’on a affaire ici à une déformation courante en Normandie où les v et w initiaux s’évanouissent dans leur usage oral comme dans Incarville, Illeville et Ymare, par exemple. C’est ce qu’il advint pour Ingouville, quartier de l’abbé Cochet désormais inclus dans l’agglomération du Havre, et qui constitue le toponyme le plus proche d’Igoville. Igoville serait donc, parmi les noms de lieux, un hapax, c’est-à-dire qu’il n’apparait qu’une seule fois. Par ailleurs, nous nous demandons si l’ancien saint patron de Pont-de-l’Arche, Saint-Vigor, évêque de Bayeux, ne serait pas un jeu de mots avec la sonorité de Witgaut, seigneur local.

Revenons à la localisation du centre-bourg d’Igoville. L’emplacement du centre-village d’Igoville peut expliquer en partie la plus grande densité humaine parmi les hameaux locaux. Nous sommes ici au début de la partie insubmersible de la vallée mais proches des chenaux et donc des ressources de la Seine. De plus, nous sommes à l’entrée de la vallée, rue de la Ravine, montant vers Les Authieux, Gouy et surtout Rouen. Cette vallée doit son origine, outre le ravinement des eaux, à un ancien méandre de Seine fossilisé que nous abordons dans un de nos articles consacrés à Sotteville-sous-le-val. L’église Saint-Pierre se trouve à un carrefour, sous la ravine issue de “La vallée”, c’est son nom cadastral, et près du chemin longeant le coteau entre Pîtres et Freneuse, notamment. Qui plus est, nous soulignons un lien, sans savoir s’il a pleinement un sens, entre le nom de Saint-Pierre et l’entrée vers la vallée. En effet, saint Pierre est le guide de la religion chrétienne, fondateur de l’Église en tant qu’institution et autorité. Il est aussi celui qui détient les clés de l’entrée du Paradis. Or, Igoville a été un lieu de passage et un domaine ecclésiastique.

Igoville, dans la vallée de la Seine, se trouve au débouché d'un vallon rendant plus aisé l'accès au plateau de Boos, par Ymare, et offrant un raccourci entre Pont-de-l'Arche et Rouen (photographies d'Armand Launay, 2014).
Igoville, dans la vallée de la Seine, se trouve au débouché d'un vallon rendant plus aisé l'accès au plateau de Boos, par Ymare, et offrant un raccourci entre Pont-de-l'Arche et Rouen (photographies d'Armand Launay, 2014).

Igoville, dans la vallée de la Seine, se trouve au débouché d'un vallon rendant plus aisé l'accès au plateau de Boos, par Ymare, et offrant un raccourci entre Pont-de-l'Arche et Rouen (photographies d'Armand Launay, 2014).

La paroisse dans la mouvance de l'archevêché de Rouen

L’archiviste Charles de Robillard fit paraitre, en 1868, L’inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790. Ce document est depuis numérisé et accessible en ligne. Dans la série des documents ecclésiastiques (série G, n° 1 à 1566), l’archiviste note que la paroisse d’Igoville, comme celle d’Alizay, dépendait de l’archevêché de Rouen. Il y est question, au XVIIIe siècle, de la présentation à la cure, c’est-à-dire de la nomination du curé : “Présentations à la cure de Saint-Pierre d'Igoville par les grands trésoriers de la cathédrale de Rouen : Claude Champagne de Séricourt, Jean-Baptiste de La Rue, docteur en Sorbonne. – Présentés : Jean Dujardin, curé d'Appeville ; – Antoine d'Ormesnil, Charles-Augustin Grenier.” L’archevêché percevait donc des droits sur la dime paroissiale. En 1748, “à Saint-Pierre d’Igoville, quinze corps de bâtiment [furent] consumés par le feu le 16 février (...) ; sept familles [furent] réduites à la mendicité.” Cette mention doit préciser que ces familles furent exemptées de dime pour cette année-là. Il y est aussi question, en 1747, de la “bénédiction par M. Esmangard, vicaire général de Mgr de Saulx-Tavannes, d'une chapelle au manoir de Claude-François Esmangard, à Igoville.” Il s’agit du château qui abrite aujourd’hui la mairie sur laquelle nous revenons ci-dessous.  

Du même travail de Charles de Robillard, mais dans le tome IV paru en 1887 et consacré aux liasses n° 4821 à 6220 de la série G, nous apprenons que Jean Dujardin, curé d’Igoville, ne percevait que le tiers de la dime, le reste revenant au trésorier de la cathédrale de Rouen. Le curé ne recevait aucune aide pour venir en aide aux pauvres de la paroisse en 1728. Un certain François Vallet était curé vers 1750.

Nous nous étonnons d’un lien, peut-être fortuit, dans ce patronage igovillais. En 862, Charles le Chauve confia la responsabilité du chantier du Pont-de-l’Arche à l’archevêque de Rouen, son bras droit, appelé Hincmar. Il passe aussi pour avoir doté cette grande abbaye, sûrement en dédommagement des dégâts subis lors des invasions scandinaves. Or, les paroisses d’Igoville et Alizay se trouvaient dans la mouvance de l’archevêché de Rouen au Moyen Âge. Est-ce là un hasard ou le résultat d’une attribution de revenus par le roi Charles le Chauve ? Toujours est-il que la chapelle Saint-Étienne, dans le château de Limaie, était une dépendance de la paroisse d’Igoville, selon MM. Charpillon et Caresme (dans leur article portant sur Pont-de-l’Arche). C’est donc par continuité géographique et administrative que ce faubourg de Pont-de-l’Arche, Le Fort, a été inclus dans la commune d’Igoville à la Révolution.  

L'église abbatiale Saint-Ouen de Rouen sur un beau cliché trouvé sur Wikipédia. Une partie de la richesse de cette abbaye provint des terres igovillaises.

L'église abbatiale Saint-Ouen de Rouen sur un beau cliché trouvé sur Wikipédia. Une partie de la richesse de cette abbaye provint des terres igovillaises.

L’abbaye Saint-Ouen de Rouen

L’abbaye Saint-Ouen de Rouen était l’un des plus grands établissements religieux de la Normandie orientale et ce depuis le temps des ducs. L’on peut toujours admirer l’église Saint-Ouen, ses jardins devenus publics et une partie de ses locaux conventuels qui accueillent l’hôtel de Ville. Les moines de Saint-Ouen possédaient énormément de terres sur le plateau de Boos et la presqu’ile de Freneuse. Igoville n’était pas en reste. Nous apprenons, dans la somme de MM. Charpillon et Caresme, que “Le 17 juillet 1198, Richard Cœur de Lion étant au château Gaillard, donne aux moines de Saint-Ouen, le village de Poses, en échange de Limaie, près Pont-de-l’Arche, l’étang de Martainville et la dîme des moulins de Rouen.” C’est une preuve indirecte de la présence des moines audoniens (adjectif de Saint-Ouen), avant 1198 et au moins à Limaie, dans la paroisse igovillaise. 

De cette propriété de Limaie, il semble que les moines aient conservé des droits sur un des trois moulins du pont de Pont-de-l’Arche. C’est ce que confirme le Répertoire numérique des archives départementales antérieures à 1790 rédigé par l’archiviste P. Le Cacheux. Consultable en ligne, le tome IV portant sur la série H, fait état des droits de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen. La liasse 14 H 1191 porte sur la banalité du moulin. En 1407, la baronnie de Saint-Ouen obligea les “habitants d'Igoville à la corvée de charriage pour le moulin”. D’autres liasses rapportent des sentences de la baronnie de Saint-Ouen obligeant diverses personnes à la banalité du moulin, c’est-à-dire à payer une redevance même sans utiliser ses services. Une archive du 25 novembre 1493 montre que Jean Bitot, contre 2 sous et 6 deniers de redevance par acre, est autorisé à exploiter “une pièce de terre à Igoville, nommée le Val Varsolle, d’une autre pièce de terre au lieu dit le Brequentuit et d’un petit jardin à Igoville.” Par ailleurs, le Brequentuit est l’ancienne forme du Pré-Cantui de nos jours. La fiche Wikipédia d’Igoville cite, d’après cette même archive, “les essars de Brescantuit”. Faut-il y lire une étymologie norroise ? D’aucuns l’ont affirmé mais nous en doutons à la lecture de Un censier normand du XIIIe siècle : le Livre des jurés de Saint-Ouen de Rouen. Édité sous la direction d'Henri Dubois en 2001, il fait état des tous les droits de l’abbaye sur les terres et les gens redevables de céréales, taxes et services en nature entre 1262 et 1317. Les auteurs ont relevé 49 domaines audoniens essentiellement en Normandie. Dans chacun d’eux, des jurés devaient faire la somme des terres, des hommes et des redevances. De la page 138 à 144, il est question d’Ygoville, avec un y, ce qui en fait un des plus grands domaines. Les domaines sont cités, certains évoquent encore le caractère aquatique de cette partie de la vallée : le veet (gué), le port d’Ygoville, la noë (prairie inondable), les mares d’Ygoville, Langue dune… Quant au Pré-Cantui, il apparait sous la forme de Brequentel (page 144) et est cité à côté de la vente de Ricart le Bret. L’origine norroise n’est pas établie. Quoi qu’il en soit, l’abbaye Saint-Ouen était le plus grand seigneur possessionné dans la paroisse igovillaise. Un de ses plus grands domaines est devenu emblématique de la commune actuelle : le château-mairie.   

Le château-mairie d'Igoville selon un travail du dessinateur et éditeur de cartes postales Yves Ducourtioux.

Le château-mairie d'Igoville selon un travail du dessinateur et éditeur de cartes postales Yves Ducourtioux.

La place de la mairie en 2011 selon un cliché d'Armand Launay.

La place de la mairie en 2011 selon un cliché d'Armand Launay.

Le château-mairie, autrefois propriété de Saint-Ouen

La série H des archives de Seine-Maritime, citée ci-dessus, comporte la liasse 14 H 402. Celle-ci montre, dans une archive du 6 mai 1625, le père de l’abbaye Saint-Ouen agissant en seigneur d’une terre sur laquelle il autorise Louis de la Faye à construire un colombier “à charge de payer chaque année deux douzaines de pigeonneaux à la recette de Quièvreville et une douzaine au Trésor.” Quévreville était, en effet, le siège d’une des quatre baronnies audoniennes dans la région de Boos, une baronnie étant une sorte de chef-lieu sur plusieurs paroisses durant l’Ancien Régime. Puis, Jean, Jacques, Nicolas, David et Pierre de la Faye sont cités jusqu’en 1691. Sur cette terre se trouvait donc une demeure seigneuriale, assurément entourée d’une exploitation agricole. Il s’agit de la propriété où se trouve le château d’Igoville, aujourd’hui siège de la mairie, et le vaste parc alentour. Si le colombier a disparu après 1928 où nous retrouvons de dernières photographies le montrant, un beau et vaste manoir y fut érigé peu avant 1747. Nous lui avons consacré un article où nous reprenons quelques éléments de cette étude en citant ses différents propriétaires. Le fait le plus manquant est l’année 1990 où les élus, autour du maire Gérard Saillot, achetèrent le “château”, en piteux état, pour y aménager des logements et surtout la mairie, puis la bibliothèque… Il impose aujourd’hui à la place centrale une harmonie classique et donne à la municipalité igovillaise une aura étonnante par rapport à la taille de la commune. Celle-ci s’en sert dans son logotype qui reprend le château comme élément central. En effet, ce genre de communes, encore récemment rurales, possèdent généralement une école-mairie en brique de la fin du XIXe siècle. Celle d’Igoville se trouve dans le centre, près de l’église, et date de 1884. Une salle de classe lui fut adjointe dans la rue de la Ravine où se trouve aujourd’hui le Mini-réseau, voie ferrée miniature animée par une association de cheminots retraités. 

 

Photographies du colombier du "château d'Igoville" prises en 1928 par Marcel Maillard (1899-1977). Elles sont conservées à la Bibliothèque municipale du Havre et disponibles sur Gallica, partie numérique de la Bibliothèque nationale de France. Photographies du colombier du "château d'Igoville" prises en 1928 par Marcel Maillard (1899-1977). Elles sont conservées à la Bibliothèque municipale du Havre et disponibles sur Gallica, partie numérique de la Bibliothèque nationale de France.

Photographies du colombier du "château d'Igoville" prises en 1928 par Marcel Maillard (1899-1977). Elles sont conservées à la Bibliothèque municipale du Havre et disponibles sur Gallica, partie numérique de la Bibliothèque nationale de France.

En face de la mairie se trouve le Monument aux morts. Peint dans un bleu qui fut criard au début de ce siècle, il fait idéalement face à la maison commune. Sur son riche site qui répertorie par la photographie les Monuments aux morts, Serge Philippe Lecourt nous apprend qu’il s’agit d’un “modèle de série réalisé par le sculpteur Étienne Camus (1867-1955)” et créé dans la “fonderie Edmond Guichard” avant d’être “inauguré en 1921”.

Le poilu du Monument aux morts d'Igoville (photographie d'Armand Launay, 2006).

Le poilu du Monument aux morts d'Igoville (photographie d'Armand Launay, 2006).

La mystérieuse maladrerie

Près des Sablons, le long de la RD 79 à cheval entre Igoville et Sotteville-sous-le-val, se trouve une propriété appelée La Maladrerie. Un édifice datant de la première moitié du XVIIIe siècle s’y trouve entouré d’un mur en moellon calcaire. Ce mystérieux enclos est-il le vestige d’un ancien asile pour malades ? 

La page 97 de l’ouvrage de Pierre Langlois, édité en 1851 sous le titre de Histoire du prieuré du Mont-aux-malades-lès-Rouen, nous apporte des éléments intéressants. En 1289, le prieuré du Mont-aux-Malades, dans les hauteurs de Rouen, donna en échange à Laurent le Chambellan un fief de haubert entre Sotteville et Igoville appelé le “Fief aux malades.” Laurent le Chambellan, seigneur de Gouy, était doté d’une charge royale, panetier, qui consistait à fournir le pain à la table de son seigneur. Cela lui valait des droits sur certains moulins et sur la circulation des grains sur la Seine vers Rouen, comme nous l’avons abordé dans un article consacré à Gouy. Il fonda un hôpital, au Port-Saint-Ouen, appelé la Madeleine que nous abordons dans notre article sur Les Authieux-sur-le-Port-Saint-Ouen. Ce fut donc en tant que seigneur local et, semble-t-il bon chrétien soucieux de son prochain, qu’il se trouva lié au prieuré des hauteurs de Rouen qui a partiellement donné son nom à la commune de Mont-Saint-Aignan. La maladrerie igovillaise désigne donc le manoir du fief du prieuré dénommé Mont-aux-malades et non un asile pour lépreux ou autres personnes infortunées. MM. Charpillon et Caresme relatent, dans un article que nous avons reproduit sur ce blog, que ce fief fut vendu “le 27 mai 1621 à Jean Le Cornu, esc., seigneur de Bimorel, conseiller au Parlement de Rouen et commissionnaire aux requêtes du palais. Laurent Le Cornu, deuxième fils de Jean, sieur d’Igoville, trésorier de France à Rouen, donna tant à l’hôpital qu’à l’Hôtel-dieu et à d’autres maisons pieuses, plus de 100,000 écus, en sorte qu’il est regardé à Rouen comme le père des pauvres ; il vendit le fief aux Malades à Barthélemy Boivin, sieur de Bonnetot, conseiller aux comptes.” Nous voyons qu’il s’agissait d’un fief noble au même titre que les autres et que certains nobles continuaient à pratiquer la charité. 

Joseph Mallord William Turner, artiste anglais, visita la Normandie. Ici, sur les hauteurs d'Igoville, il a immortalisé cette vue plongeante où la visibilité sur Igoville et sa région est faible. La poussière de la voiture, les blanches lumières d'une radieuse journée font perdre en qualités documentaires ce qu'elles apportent en impression, en sensation. On s'imagine, harassés, prendre un temps de repos à l'ombre des deux arbres, avec ces voyageurs, près de la borne qui marque une étape du chemin entre Rouen et Paris. L'impressionnisme était là avant ses promoteurs officiels. Cette œuvre a, semble-t-il, été réalisée en 1833. On y lit tout de même la ligne droite vers le clocher d'Igoville puis le pont de Pont-de-l'Arche et la brèche, en forêt, par où file la voie.

Joseph Mallord William Turner, artiste anglais, visita la Normandie. Ici, sur les hauteurs d'Igoville, il a immortalisé cette vue plongeante où la visibilité sur Igoville et sa région est faible. La poussière de la voiture, les blanches lumières d'une radieuse journée font perdre en qualités documentaires ce qu'elles apportent en impression, en sensation. On s'imagine, harassés, prendre un temps de repos à l'ombre des deux arbres, avec ces voyageurs, près de la borne qui marque une étape du chemin entre Rouen et Paris. L'impressionnisme était là avant ses promoteurs officiels. Cette œuvre a, semble-t-il, été réalisée en 1833. On y lit tout de même la ligne droite vers le clocher d'Igoville puis le pont de Pont-de-l'Arche et la brèche, en forêt, par où file la voie.

La question de la voie royale : chronique de ses métamorphoses

Les auteurs s’intéressant au réseau de voies gauloises et, surtout, gallo-romaines, citent souvent la voie entre les villes de Caudebec-lès-Elbeuf, alors appelée Uggade, et de Radepont, alors dénommé Ritumagus. Il s’agirait d’une voie secondaire et bien mâlin serait celui qui établirait, avec certitude donc, le lieu de franchissement de la Seine. Sont pourtant cités, passim, Martot, Criquebeuf ou Bonport. Avec ironie, nous pourrions étendre la liste des actuelles communes riveraines en citant, Les Damps puis Poses… Ce qui semble plus certain est l’ouverture du fort de Limaie sur la voie en direction du Manoir puis vers l’Andelle. Cette ouverture vers le nord-est démontre que, après la réalisation du pont de Pont-de-l’Arche après 862, la majorité du franchissement de la Seine a dû se faire entre Pont-de-l’Arche et Igoville, les autres trajets se faisant toujours par des bacs disposés régulièrement le long de l’iau, nom populaire de la Seine. 

La voie partant de Pont-de-l’Arche vers Rouen est plus difficile à dater. Elle revêtit pourtant un enjeu dans la maitrise de la région qu’il serait dommage de taire. Pont-de-l’Arche constitua un nouveau franchissement de la Seine entre la voie du Vexin et celle de la rive gauche de la Seine par la forêt du Rouvray. À trois lieues de Rouen, la place-forte de Pont-de-l’Arche et celle de Limaie, à Igoville, faisaient partie de la première enceinte vers Rouen et ne devaient en aucun cas devenir une base arrière pour une armée ennemie ou des ligues rebelles. C’est ainsi qu’une voie semble avoir été créée dans le fond de la vallée, au nord immédiat du fort de Limaie et ce sur une série d’arches. Les arches actuelles se lisent toujours dans le paysage et nous leur avons consacré une étude où nous les datons, dans leur architecture, des années 1840. Ce sont les arches du Diguet, mot qui évoque toujours la digue, c’est-à-dire la levée de terre rendant la voie insubmersible. 

Il serait tentant de voir dans cette digue un vestige de fortifications complémentaires à celles de Charles le Chauve à Pont-de-l’Arche, fortifications permettant de faire obstacle à des pilotes souhaitant contourner le pont et le fort de Limaie et ce par des chenaux non encore comblés, surtout en temps de crues. 

Quoi qu’il en soit, et de manière plus certaine, cette voie sur digue était nécessaire pour assurer la continuité de la desserte sur ce qui est devenu une voie royale reliant Paris au Havre en passant par Rouen. Il était inconcevable que la desserte postale fût interrompue lors de crues entre la poste de Pont-de-l’Arche (à la cour du Cerf) et celle des Authieux. La voie contournait alors Igoville en passant au nord de la rue de Lyons, près de la station-essence, au nord de l’actuelle école et gagnait ensuite les hauts de l’église Saint-Pierre, la rue du Huit-Mai-1945, avant de gravir la côte des Authieux. La tentative d’évitement de toute zone inondable est nette et l’on peut même voir, dans la belle ligne droite entre Igoville et Alizay, la jonction entre ces arches insubmersibles et le pied du coteau sec en tout temps.

Cet extrait de la carte de Trudaine, datée de 1759, symbolise les digues qui nous intéressent entre Limaie et Igoville.

Cet extrait de la carte de Trudaine, datée de 1759, symbolise les digues qui nous intéressent entre Limaie et Igoville.

La voie sur digue entre Limaie et Igoville démontre l'intérêt majeur de la voie royale qui ne devait pas être coupée, même pas fortes crues. Les arches actuelles sont assez récentes puisqu'elles datent des années 1840. (cliché d'Armand Launay, 2006).

La voie sur digue entre Limaie et Igoville démontre l'intérêt majeur de la voie royale qui ne devait pas être coupée, même pas fortes crues. Les arches actuelles sont assez récentes puisqu'elles datent des années 1840. (cliché d'Armand Launay, 2006).

Igoville était naguère une étape de la voie Paris-Le Havre, juste avant Rouen. C’est ce dont témoigne une belle toile, déjà impressionniste, de William Turner, artiste anglais voyageant vers Paris. C’est ce dont témoigne, itou, une scène du film Les Grandes vacances, film de Jean Giraud daté de 1967, avec Louis de Funès dans le rôle principal. Sur la route du Havre, un personnage se fait prendre en stop devant un bar appelé Le Tonneau, dans la rue du Huit-Mai-1945, près du bar actuel : Le Sublim’s. C’est ce que l’on retrouve sur une page du site lieuxtournage.fr.

La rue du Huit-Mai-1945 dans le film Les Grandes vacances, tourné en 1967 (capture d'écran d'une page du site lieuxtournage.fr).

La rue du Huit-Mai-1945 dans le film Les Grandes vacances, tourné en 1967 (capture d'écran d'une page du site lieuxtournage.fr).

Entre temps, à la fin du XIXe siècle semble-t-il, Igoville bénéficia ou subit un deuxième contournement. La route nationale 6015 délaissa la rude côte des Authieux et prit une courbe dans l’actuelle rue de Rouen. Une carte postale des années 1910 témoigne de ce changement qui traite sobrement de “l’ancienne côte”. Cette voie se dirige depuis vers le nord en direction de Gouy par une pente, plus longue mais plus douce que celle des Authieux (la rue des Canadiens). C’est ce que l’on voit par une photographie aérienne des années 1950. Peu après, une voie de shunt permit de contourner le centre-village par une entaille dans le coteau calcaire entre la station-essence et le carrefour reliant le centre-bourg à la nouvelle route de Rouen. Cette entaille permet de voir des failles dans la roche calcaire qui témoignent d’anciennes exploitations de carrières. 

Comparaison de deux cartes postales, l'une des années 1910, et l'autre vraisemblablement des années 1950. Cette comparaison fait clairement apparaitre la désaffection de la route des Authieux, ancienne voie royale, au profit de la route de Rouen. On mesure aussi que le Monument aux morts de la commune a été déplacé.aquelle
Comparaison de deux cartes postales, l'une des années 1910, et l'autre vraisemblablement des années 1950. Cette comparaison fait clairement apparaitre la désaffection de la route des Authieux, ancienne voie royale, au profit de la route de Rouen. On mesure aussi que le Monument aux morts de la commune a été déplacé.aquelle

Comparaison de deux cartes postales, l'une des années 1910, et l'autre vraisemblablement des années 1950. Cette comparaison fait clairement apparaitre la désaffection de la route des Authieux, ancienne voie royale, au profit de la route de Rouen. On mesure aussi que le Monument aux morts de la commune a été déplacé.aquelle

Entre route et résidence

Un autre contournement, bien qu’indirect, existe depuis 1967 et l’ouverture de l’autoroute A13 dite de Normandie. Il n’a pas ôté le caractère routier d’une partie de la commune : le long de la route départementale 6015. Cette voie est de plus en plus empruntée, voire encombrée, ce qui a permis le développement d’une zone d’activités autour du véhicule (stations-essence, garages), de l’alimentation (l’hypermarché U) et de petits commerces qui ont fui le centre-village devenu purement résidentiel à mesure que la circulation en était détournée. La gare de Pont-de-l’Arche-Alizay a perdu une partie de son activité au profit de la route. Sa voie ferrée coupe toujours la commune d’Igoville entre, d’un côté, les habitations et, de l’autre côté, une plaine alluviale ponctuée d’étangs issus des sablières. Le hameau de Limaie a conservé lui aussi ce côté commercial, voire industriel, avec une zone d’activités comprenant notamment des carrières de sables et gravats. C’est aussi en ce lieu que se trouvèrent la première usine électrique de Pont-de-l’Arche, des écluses, un chantier naval et où la faïencerie Lambert produit toujours de l’artisanat de qualité. 

Citons aussi, près de la gare de Pont-de-l’Arche-Alizay les locaux de l’ancienne usine de chaussures de Charles puis Jacques Morel. Extension de cette industrie principalement localisée à Pont-de-l’Arche, il est très probable que l’usine Morel fut installée ici pour profiter d’une main-d'œuvre locale utilisant le train matin et soir par la gare contigüe, ou presque. Aujourd’hui, les locaux de l’usine Morel sont utilisés par Intervet où sont réalisés des produits pharmaceutiques à usage vétérinaire. Avec quelques autres usines, le secteur industriel apporte toujours un emploi local non négligeable. ​​​​​​​

Deux cartes postales des années 1910 vers et à Limaie, appelé zone du Fort aujourd'hui, et une photographie montrant l'Auberge du pressoir, restaurant de qualité en activité de nos jours (cliché d'Armand Launay, 2011).
Deux cartes postales des années 1910 vers et à Limaie, appelé zone du Fort aujourd'hui, et une photographie montrant l'Auberge du pressoir, restaurant de qualité en activité de nos jours (cliché d'Armand Launay, 2011). Deux cartes postales des années 1910 vers et à Limaie, appelé zone du Fort aujourd'hui, et une photographie montrant l'Auberge du pressoir, restaurant de qualité en activité de nos jours (cliché d'Armand Launay, 2011).

Deux cartes postales des années 1910 vers et à Limaie, appelé zone du Fort aujourd'hui, et une photographie montrant l'Auberge du pressoir, restaurant de qualité en activité de nos jours (cliché d'Armand Launay, 2011).

L'église Saint-Pierre sur une carte postale des années 1910.

L'église Saint-Pierre sur une carte postale des années 1910.

Saint-Pierre, l’église d’Igoville

L’église paroissiale Saint-Pierre se trouve dans la discrétion des ruelles du centre-bourg, c’est-à-dire un peu cachée ‒ et éloignée surtout ‒ du passage des contemporains. Bien que peu ancienne, elle a le charme des églises rurales de la région avec son petit clocher en flèche de charpente couvert d’essentes en ardoise, sa nef à deux pans et son moellon calcaire. Les voutes de ses baies témoignent de restaurations du XVIIIe comme le montre un millésime de 1790 et du XIXe siècle, ce que l’on voit à l’emploi de la brique, comme pour la sacristie (1881) et le porche du pignon est. Le chœur est un peu plus bas que la nef et est percé par une porte des morts, murée, par laquelle on accompagnait la dépouille du défunt après l’office funèbre.

Vues de 2014 sur l'église Saint-Pierre d'Igoville et son calvaire (photographies d'Armand Launa).
Vues de 2014 sur l'église Saint-Pierre d'Igoville et son calvaire (photographies d'Armand Launa).
Vues de 2014 sur l'église Saint-Pierre d'Igoville et son calvaire (photographies d'Armand Launa).

Vues de 2014 sur l'église Saint-Pierre d'Igoville et son calvaire (photographies d'Armand Launa).

Un calvaire dont le socle date du XVIe siècle constitue, avec des parties de muret, le dernier vestige de l’enclos paroissial où se trouvait le cimetière avant sa translation, rue de Porrentruy. Quel est le lien entre Porrentruy, commune du Jura suisse, et Igoville ? L’église donne un premier indice. En effet, et comme le rapporte la Plateforme ouverte du patrimoine (POP), proposée par le Ministère de la culture, l’église est enrichie d’un vitrail du maitre-verrier François Décorchemont, originaire de Conches-en-Ouche. Datant de 1992, il montre, comme le décrit la notice du ministère, “au premier plan, le Christ et saint Pierre se [faisant] face. Ils sont suivis des autres apôtres. Décor de palmiers. En arrière-plan, l'église de Porrentruy, en Suisse.” Le vitrail porte le texte suivant : “Offert par la paroisse de Porrentruy — 1948 — Tu es le Christ — Le fils du Dieu vivant.” Un blason de la ville de Porrentruy figure également comportant un sanglier. Quant au lien avec Igoville, au-delà de la religion, c’est un article de Paris-Normandie du mercredi 16 janvier 2008 qui nous renseigne. Plus précisément, un enfant du pays passionné d’histoire, Claude Bourgeaux, a mené son enquête. À la Libération, le maire d’Igoville, Henry Boillot, se servit de ses origines suisses pour demander de l’aide. Au-delà de colis et de dons pécuniaires, les habitants de Porrentruy ont proposé d’accueillir des enfants de familles nécessiteuses. C’est ainsi que 24 élèves igovillais séjounèrent un mois en Suisse en 1947 accompagnés par le maire et l’instituteur communal Léon Mautor. Les paroissiens de Porrentruy dotèrent l’église d’un vitrail qui, assurément, avait subi les combats. En remerciement, les édiles baptisèrent une artère de la commune du nom de Porrentruy, en présence d’élus de la municipalité jurassienne. 

Photographie du vitrail du maitre-verrier François Décorchemont offert par des habitants de Porrentruy, en Suisse, à la paroisse d'Igoville (base POP).

Photographie du vitrail du maitre-verrier François Décorchemont offert par des habitants de Porrentruy, en Suisse, à la paroisse d'Igoville (base POP).

 

Les combats de 1940

Proche d’un point de franchissement de la Seine, des forces armées se sont concentrées sur Igoville qui subit des dommages collatéraux. Nous avons consacré un article à ce qu’on a appelé le combat de Pont-de-l’Arche où les forces françaises du capitaine François Huet et quelques éléments britanniques opposèrent une belle résistance, les 8 et 9 juin 1940, aux panzers d’Erwin Rommel. Ce combat rendit plus difficile encore l’exode des civils, notamment rouennais. On déplore des décès parmi les troupes anglaise et française, au sein de laquelle des Sénégalais dont un nom de rue a été donné à Igoville. Le passage de la Seine a encore ralenti et endurci les combats à la Libération où l’on déplore à Igoville le décès de soldats canadiens, près du château de la Sahatte. C’est ce qui explique que la côte des Authieux ait été rebaptisée rue des Canadiens. 

 

Comparaison entre deux vues aériennes (vers 1950 et vers 2018, extraites du site Géoportail) qui montre l'urbanisation de la vallée de la Seine et donc l'accroissement du nombre des sablières afin de fournir une partie du matériau de construction.
Comparaison entre deux vues aériennes (vers 1950 et vers 2018, extraites du site Géoportail) qui montre l'urbanisation de la vallée de la Seine et donc l'accroissement du nombre des sablières afin de fournir une partie du matériau de construction.

Comparaison entre deux vues aériennes (vers 1950 et vers 2018, extraites du site Géoportail) qui montre l'urbanisation de la vallée de la Seine et donc l'accroissement du nombre des sablières afin de fournir une partie du matériau de construction.

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 08:22

 

Gouy est une charmante commune seinomarine de 879 habitants en 2018. Elle s’étend depuis le rebord du plateau de Boos jusqu’à la rive droite de la Seine. Cette commune regroupe, outre Gouy, une petite partie du Port-Saint-Ouen, La ferme de l’Essart, Les Foumares, Les Petits-Friés et le Bois-Varin. Elle se trouve au nord du méandre fossile des Authieux, ancien lit de la Seine qui culmine entre 70 et 80 mètres au lieu des 140 à 155 mètres du plateau. C’est d’ailleurs ce méandre ancien qui dessine le coteau d’Ymare, entre Saint-Aubin-Celloville et Igoville. Gouy se trouve donc à une altitude intermédiaire entre la vallée et le plateau. 

Quant à la toponymie, chose assez rare, elle semble claire. Gouy, comme ses homophones de l’Aisne, de l’Oise et du Pas-de-Calais, serait issu du nom d’un propriétaire dénommé Gaudius, signifiant “le joyeux”. Gouy est la forme normanno-picarde qui équivaut à Jouy comme on le retrouve, près d’ici, à Jouy-sur-Eure, et qui a la même origine. On appelle ses habitants les Gauvassiens, retrouvant dans le “v” la même évolution que le terme de jovial.

 

Vue sur Gouy par Dumée, illustration extraite d'ouvrage du marquis de Belbeuf : L’histoire des grands panetiers de Normandie et du franc-fief de la grande paneterie (1856).

Vue sur Gouy par Dumée, illustration extraite d'ouvrage du marquis de Belbeuf : L’histoire des grands panetiers de Normandie et du franc-fief de la grande paneterie (1856).

La grotte de Gouy ou “du cheval”

Un site Internet dévolu à la préhistoire est proposé par l’université de Liège qui diffuse des informations assez brèves mais précises sur la grotte de Gouy. Ce site, appelé Europreart, a été alimenté par Pierre Noiret et Veerle Rots, du laboratoire de Tracéologie qui se consacre à l’étude des comportements humains à travers l’analyse des traces préhistoriques en pierre, principalement du paléolithique et dans toute l’Europe. Les chercheurs nous apprennent que la grotte de Gouy a tout d’abord été visitée en 1881 puis découverte pour son intérêt historique en 1956 par Yves Martin qui la dégagea de ses éboulis. Des fouilles et plusieurs études furent alors entreprises jusque vers 1973, semble-t-il. Cette grotte est située le long de la route départementale 6015 et a été raccourcie en 1935 par les travaux de voirie. Son entrée se fait par un aménagement où une porte donne dans un étrange mur couvert de calcaire.

Entrée de la grotte de Gouy le long de la route nationale 6015 (Wikimédia).

Entrée de la grotte de Gouy le long de la route nationale 6015 (Wikimédia).

Son intérêt réside dans ses gravures rupestres datant, vraisemblablement,  de 10 000 ans avant Jésus-Christ. Une autre petite grotte était gravée à Port-Saint-Ouen avant d’être démolie pour laisser place au nouveau rondpoint et sa voie de shunt. Une seule autre grotte est comparable à celle de Gouy : la grotte d’Orival. Toutes deux constituent, pour l’heure et semble-t-il, les seuls lieux où des gravures rupestres ont été retrouvées au nord de la France. La grotte gauvassienne est riche des représentations de 18 animaux dont 7 cornus et 7 chevaux, 8 vulves et peut-être un homme. Nous voyons ici, semble-t-il, l’évocation de la vie qui se régénère comme on le désire, que ce soit par la sexualité, la reproduction mais aussi par l’abondance du gibier. Bien que cette grotte soit une propriété de l’État et malgré un classement aux Monuments historiques le 11 mai 1959, le site a été modifié et semble en péril d’après Yves Martin, lui-même, qui a publié un article au moins dans le numéro 23 bis (de décembre 2009) du bulletin municipal intitulé Le Gauvassien et accessible en ligne. Notons, par ailleurs, le souci pédagogique des élus locaux qui ont baptisé l’école communale “Préhistoval”.

L'emblématique cheval de la grotte de Gouy (capture d'écran du Gauvassien n° 23).

L'emblématique cheval de la grotte de Gouy (capture d'écran du Gauvassien n° 23).

 

Châteaux et seigneurs “grands panetiers” de Gouy

Le village de Gouy s’étale ‒ avec notamment de belles demeures datant du XVIIIe siècle ‒ le long d’un axe est-ouest. Il repose sur un sol argileux propice, semble-t-il, aux mares et donc au travail rural. Le bout du village de Gouy se trouve sur un éperon qui se dessine et domine à mesure que se creusent deux vallons partant vers la Seine : la vallée Moïse et le Fossé de la Vigne. Une voie menant à cet espace élevé porte toujours le nom de “clos Catelier”. Le clos désigne une délimitation avec obstacles comme un fossé, un talus, voire un rideau d’arbres. Le catelier est le mot normand équivalant à châtelet. Il n’est pas douteux qu’une fortification médiévale, peut-être sur une motte, protégeât le lieu avant qu’un château résidentiel ne le remplaçât à la fin du Moyen Âge, voire à la Renaissance. On peut imaginer que le compagnon de Guillaume le Conquérant, réputé “seigneur de Gouy” et qui combattit au côté de son duc à Hastings en 1066, résidait en ce lieu protégé. Qui plus est, la demeure nobiliaire actuelle, datée de 1755, est réputée construite sur une cave du XIVe siècle ayant soutenu l’ancien château.

Le fossé de la Vigne est un des deux vallons encaissés qui forment un éperon sur lequel des fortifications ont été érigées au Moyen Âge à Gouy. Son nom rappelle une culture autrefois répandue dans les boucles de Seine de la région de Pont-de-l'Arche, notamment (photographie de Frédéric Ménissier, aout 2020, merci l'ami !).

Le fossé de la Vigne est un des deux vallons encaissés qui forment un éperon sur lequel des fortifications ont été érigées au Moyen Âge à Gouy. Son nom rappelle une culture autrefois répandue dans les boucles de Seine de la région de Pont-de-l'Arche, notamment (photographie de Frédéric Ménissier, aout 2020, merci l'ami !).

 

Mais, pour en savoir plus, Gouy a la chance de disposer d’un ouvrage traitant de ses anciens seigneurs et de leurs droits. Il s’agit de L’histoire des grands panetiers de Normandie et du franc-fief de la grande paneterie, rédigé dans un beau style en 1856 par Antoine Louis Godart, marquis de Belbeuf (1791-1872). Ce livre est disponible sur Gallica et aussi, semble-t-il, en mairie. Bel ouvrage, précis, exposant largement ses sources, il propose une conclusion assez philosophique de la part d’un noble dont les pouvoirs ont été largement déchus par la Révolution de 1789.

Le marquis de Belbeuf s’intéresse à un privilège singulier ayant appartenu aux seigneurs de Gouy : la paneterie, c’est-à-dire la charge de fournir du pain. Le grand panetier de Normandie était chargé d’approvisionner la table du duc et avait ainsi des droits sur les boulangers de Rouen et sa banlieue ainsi que sur les moulins. Le blason gauvassien le rappelle depuis 1952 qui porte trois pains. 

Le marquis de Belbeuf retrace patiemment l’origine probable de cette charge et son évolution depuis Odon de Malpalu, bailli de Rouen, premier grand panetier, connu vers 1170, au côté d’Henri II, duc de Normandie et roi d’Angleterre. Cette charge resta chez les Malpalu qui bénéficiaient, en sus, du droit de franc bateau pour le transport gratuit de leurs cargaisons sur la Seine, entre Gouy et Rouen. L’auteur narre aussi qu’en 1204 où le roi de France Philippe Auguste devint maitre de la Normandie, le grand panetier devait être le chambellan qui était alors Brice Duplessis, châtelain du Pont-Saint-Pierre et de Gouy. Il est possible que le nom de “du plessis” désignât la haie fortifiée autour du château de Gouy. Quoi qu’il en soit, la charge de chambellan supplanta le nom de Duplessis et en 1256 on obtient la certitude que Laurent Chambellan, seigneur de Gouy, était grand panetier de Normandie. Nous ne retraçons pas tous les méandres du droit d’Ancien Régime mais cette charge est peu à peu devenue symbolique. En effet, un grand panetier du roi de France existait. Cette charge s’est transformée en droits divers pour se fournir dans les forêts de Rouvray et Roumare.

 

 

Le marquis de Belbeuf, très précis, nomme les différents seigneurs qui se succédèrent, parmi lesquels : les Duhamel, les Croixmare, un certain Beuve d'Auray, qui accueillit et aida et Henri IV dans la prise de Rouen, les Dumoucel, les Hellenvilliers, le sieur de Renneville qui vendit sa propriété en 1753 Jean Pierre Prosper Godart, marquis de Belbeuf, procureur général du parlement de Rouen. Celui-ci fit construire la demeure actuelle en 1755 comme rendez-vous de chasse. Il reste de l’ancienne propriété le colombier du XVIe siècle et des bâtiments des XVIIe et XVIIIe siècles. Le château de Gouy, comme on le nomme, fait l’objet d’une description à la page 26 du bel ouvrage de Clément Damé édité en 2010 par l’agglomération de Rouen et intitulé Promenade historique entre Seine et plateau Gouy et Saint-Aubin-Celloville. Il est accessible en ligne et présente une photographie, page 27, dudit château. 

 

L'église Saint-Pierre de Gouy et son if multiséculaire sur une carte postale illustrée des années 1910.

L'église Saint-Pierre de Gouy et son if multiséculaire sur une carte postale illustrée des années 1910.

 

L’église Saint-Pierre

Belle église rurale située aux confins de la commune, Saint-Pierre est à deux pas du château, ce qui suggère sûrement en bonne partie l’origine seigneuriale de ses dons et sa place dans le domaine ducal. Le marquis de Belbeuf écrivit que c’est le duc Richard II qui dota l’abbaye de Jumièges de la chapelle de Gouy. Cela explique peut-être l’implantation de la vigne, près d’ici, sur les versants de la Fosse à la Vigne ; les moines étant friands du vin de messe. La fiche de l’église Saint-Pierre de la base Mérimée recensant le patrimoine français avance qu’une chapelle précéda l’église Saint-Pierre, ce qui est probable. En effet, on apprend qu’en 1147, le pape Eugène III confirma la possession de Saint-Pierre de Gouy par les moines de Jumièges.

Saint-Pierre n’est pas protégée par le service des Monuments historiques. Cet édifice, composé d’un seul vaisseau allongé et orienté, présente pourtant un beau portail avec nef du XIIe siècle, remarquable à ses petites baies voutées en tiers-point, et remaniée aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le transept, non saillant, est couronné par une flèche polygonale couverte d’ardoise, caractéristique des clochers du pays. Le porche à pans de bois date du XVIe siècle. Le chœur et la sacristie portent le millésime de 1885 avec emploi de la brique dans les contreforts et le mur-bahut, du moellon calcaire scié en remplissage et de grandes baies néogothiques. Enfin, Saint-Pierre est sertie dans un bel espace verdoyant, avec notamment un if, peut-être huit fois séculaire, classé parmi les arbres remarquables en 1932. Citons aussi une belle croix hosannière du XVIIe siècle.

L’église de Gouy ne possède que deux œuvres classées par les Monuments historiques au titre d’objets. Il s’agit d’une statue de la Vierge à l’Enfant-Jésus en bois taillé, doré et peint, classée le 21 février 1951. La seconde œuvre est une plaque funéraire, dite de “Robert Perrenot”. Cette sculpture sur pierre, datée de 1514, fut classée le 20 octobre 1913.

 

Vues diverses sur Saint-Pierre de Gouy et son if par Armand Launay, en aout 2020, souvenirs d'une rayonnante journée d'été.
Vues diverses sur Saint-Pierre de Gouy et son if par Armand Launay, en aout 2020, souvenirs d'une rayonnante journée d'été.Vues diverses sur Saint-Pierre de Gouy et son if par Armand Launay, en aout 2020, souvenirs d'une rayonnante journée d'été.
Vues diverses sur Saint-Pierre de Gouy et son if par Armand Launay, en aout 2020, souvenirs d'une rayonnante journée d'été.Vues diverses sur Saint-Pierre de Gouy et son if par Armand Launay, en aout 2020, souvenirs d'une rayonnante journée d'été.Vues diverses sur Saint-Pierre de Gouy et son if par Armand Launay, en aout 2020, souvenirs d'une rayonnante journée d'été.

Vues diverses sur Saint-Pierre de Gouy et son if par Armand Launay, en aout 2020, souvenirs d'une rayonnante journée d'été.

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 13:52

 

Avec ses 1008 habitants en 2018, Quévreville-la-poterie est un modeste village accolé aux bois qui démarquent la Seine-Maritime de l’Eure, en bordure du plateau de Boos. Avec La Forge, Le Fresnay et la zone pavillonnaire des Caillets, Quévreville est une commune qui, nous le pensons, est principalement connue de l’extérieur pour sa vaste bouquinerie appelée DTR.

 

Le clocher de Notre-Dame de Quévreville émergeant des champs ensoleillés, oui c'est possible, de mai 2021 par Frédéric Ménissier.

Le clocher de Notre-Dame de Quévreville émergeant des champs ensoleillés, oui c'est possible, de mai 2021 par Frédéric Ménissier.

Vue sur le rondpont de la Forge, aux confins de Quévreville-la-poterie et Ymare, par Frédéric Ménissier (février 2021).

Vue sur le rondpont de la Forge, aux confins de Quévreville-la-poterie et Ymare, par Frédéric Ménissier (février 2021).

Vues aériennes sur Quévreville permettant de mesurer l'urbanisation entre les années 1950 et 2018 (captures d'écran issues du site Géoportail).  Vues aériennes sur Quévreville permettant de mesurer l'urbanisation entre les années 1950 et 2018 (captures d'écran issues du site Géoportail).

Vues aériennes sur Quévreville permettant de mesurer l'urbanisation entre les années 1950 et 2018 (captures d'écran issues du site Géoportail).

 

Quévreville… la poterie ? 

Quévreville est un nom rare mais pas unique. Il existe un étrange Queffreville, autrefois Quévreville, près de Caudebec-en-Caux à Carville-la-Folletière. Il existe surtout, plus près, un Quévreville-la-milon à Saint-Jacques-sur-Darnétal. Il est possible qu’on ait voulu les distinguer en leur donnant chacun un qualificatif. La milon peut désigner la mi-longueur, l’équidistance, entre Saint-Jacques et Roncherolles-sur-le-vivier. La poterie révèle, quant à elle, une activité bien réelle de la commune qui nous intéresse ici. En effet, en sus des limons du plateau propices à l’agriculture, le sol de Quévreville est entaillé par la vallée de la Galantine, qui débouche sur Pîtres et la vallée de la Seine. Cette entaille révèle des filons de calcaire coniacien (comme nos falaises de Seine), des argiles résiduelles à silex et, surtout en matière de poterie, des sables, calcaires et micacés. Ce filon se trouve près du cimetière actuel, entre Quévreville et Le Fresnay. Est-ce rare dans la région ? Non, comme le prouve le proche filon de Saint-Aubin, Incarville et Celloville. Mais cela a suffit, semble-t-il, à distinguer nos deux Quévrevilles locaux. À ce propos, en 1879 Joseph Prudent Bunel nota dans sa Géographie du département de la Seine-Inférieure : Arrondissement de Rouen, que Quévreville connaissait une activité de “poterie grossière.”

 

La ville de la chèvre ou le domaine de Kever ? 

Quévreville, curieux nom ! La quèv(re) en normand désigne la chèvre et le blason quévrevillais comporte ainsi trois chèvres. Mais, en Normandie le terme de ville provient généralement du roman “villa” qui désigne le domaine rural, le fief. Le radical des noms en -ville désigne le nom du propriétaire noble du VIIIe au XIe siècles. Il s’agit, le plus souvent, de noms latins, germaniques puis scandinaves. Le linguiste Raymond Schmittlein a développé un argumentaire en ce sens dans un article intitulé “L’anthroponyme germanique employé d’une façon absolue en fonction toponymique (suite), IV, les faux amis” et paru dans La Revue internationale d'onomastique en 1961. Selon l’auteur, Quévreville, mais aussi les Chèvrevilles de La Manche et de l’Oise, dériveraient d’un nom germanique Kever, voire Kiefer (page 119), comme la ville belge de Quiévrain. Les formes anciennes de “Capravilla” seraient des latinisations fantaisistes de Kevervilla. Même si nous ne sommes pas en mesure de trancher pour l’une ou l’autre thèse, l’idée est convaincante d’autant plus qu’une présence franque a été attestée dans ce lieu, ou juste à côté.

Le blason de Quévreville (disponible dans Wikipédia) est fondé sur la toponymie. Ainsi, il porte une poterie et des chèvres. Ce deuxième élément est discutable.

Le blason de Quévreville (disponible dans Wikipédia) est fondé sur la toponymie. Ainsi, il porte une poterie et des chèvres. Ce deuxième élément est discutable.

 

Une présence franque

En 1871, le célèbre curé-archéologue havrais Jean-Benoît-Désiré Cochet, dit l’abbé Cochet, publia quelques lignes sur Quévreville dans le Répertoire archéologique de la France : Département de la Seine-Inférieure. Dans le premier volume, il fit état des découvertes archéologiques réalisées “dans un taillis appelé la vente de Thémare, vers la fin de 1863, par les ouvriers du service vicinal traçant (la départementale) 13 de Grand-Couronne à Forges.” Des sépultures de la période franque furent mises au jour ainsi que des vases. L’abbé Cochet procéda ensuite, en mars 1864, à des fouilles avec M. de Girancourt, le propriétaire semble-t-il. Ils identifièrent au total une vingtaine de squelettes, dont deux avec des vases francs aux pieds et, sur un autre, “deux fibules ansées en bronze liées par une chainette de même métal”. De plus, un squelette accompagné par un grand bronze de Postume (IIIe siècle) fut trouvé sur la colline qui fait face à la vente de Thémare. Enfin, un quinaire en or d’Anastase fut trouvé en 1867 et recueilli par le musée de Rouen. 

Le volume 2 des Procès-verbaux de la Commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure de l’année 1867 comporte quelques précisions et différences aussi aux pages 265 et 266. Il est question d’un vase entier, remis par M. Fouché, constitué de terre blanchâtre et passé au feu. Les fouilles de M. Girancourt ont donné deux vases cerclés en terre et “un scramasaxe avec quatre rainures bien conservées.” 

Que retenir de ces informations ? Il y eut sûrement une continuité de peuplement de ce vallon entre la fin de l’Antiquité et le haut Moyen Âge. Ces vestiges sont humbles tout comme les découvertes de cette période en général. Peut-être sont-elles à relier à Pîtres, vicus gallo-romain qui resta habité au haut Moyen Âge et situé en aval de la vallée Galantine qui, elle, constituait un axe de circulation à faible déclivité vers Boos puis Rouen.

 

Détail de l'article des Procès verbaux de la Commission des antiquités de la Seine inférieure. On y voit une représentation des vases et des fibules franques découvertes à Quévreville.

Détail de l'article des Procès verbaux de la Commission des antiquités de la Seine inférieure. On y voit une représentation des vases et des fibules franques découvertes à Quévreville.

 

Le Quévreville du Moyen Âge : église et grange dimière de Saint-Ouen

Les quelques lignes de l’abbé Cochet sont restées la principale référence des quelques textes actuels sur l’histoire de Quévreville, notamment sur Wikipédia. Celui-ci nous apprend que l’église Notre-Dame fut bâtie au XIe siècle et avance que “au midi du chœur est une chapelle que l‘on croit être celle des moines de Saint-Ouen, dont la ferme voisine passe pour avoir été l’ancien prieuré.” Il est vrai que le registre des visites d’Eudes Rigaud, le franciscain archevêque de Rouen de 1248 à 1275, mentionne une douzaine de fois Capravilla, Quévreville, et rappelle les possessions de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen en ce lieu. Cela fait penser que cette immense abbaye, bras droit administratif du pouvoir normand puis français, avait installé un prieuré, sorte de dépendance religieuse rurale avec des hommes y résidant en permanence. Cependant, Eudes Rigaud écrit n’avoir été reçu que par le fermier des moines de Saint-Ouen. Il n’est pas certain qu’il existât un prieuré mais, en revanche, Saint-Ouen percevait bien des dimes sur la région, surtout à Ymare, Sotteville et Les Authieux.
Dans son introduction au Répertoire numérique des archives départementales antérieures à 1790, du moins celui de la série ecclésiastique, le conservateur Alain Roquelet présente la construction administrative de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen. De la page 7 à la page 9, il montra que les biens fonciers audoniens se répartissaient, essentiellement, en cinq baronnies : celle de Grâce, au sud de Gaillon, celles de Quicampoix, de Perriers-sur-Andelle et de Saint-Ouen, à proprement parler, entre Rouen et Pont-de-l’Arche. De manière ambigüe, le conservateur semble faire de Quévreville une sous-baronnie regroupant “les paroisses suivantes : Les Authieux, Amfreville-la-Mivoie, Celloville, Cléon, Franquevillette, Le Manoir-sur-Seine, Igoville, Gouy, Orival, Port-Saint-Ouen, Saint-Aubin-la-Campagne, Sotteville-sous-le-Val, Tourville et Ymare. La modestie actuelle de Quévreville ne traduit pas cette importance passée, mais l’on comprend mieux la présence d’une grange dimière aussi importante en ce lieu.

Le plan terrier du XVIIIe siècle montre, ici sur un détail, l'église et le fief Saint-Ouen, idéalement situé entre les terres agricoles et les vergers (document disponible sur le site des archives de Seine-Maritime sous la cote 12Fi101).

Le plan terrier du XVIIIe siècle montre, ici sur un détail, l'église et le fief Saint-Ouen, idéalement situé entre les terres agricoles et les vergers (document disponible sur le site des archives de Seine-Maritime sous la cote 12Fi101).

 

L’église Notre-Dame se trouve toujours au côté d’une belle grange dimière connue, mais non protégée, par la Conservation régionale des Monuments historiques comme le prouve une belle série de photographies datant de 1985, environ, et signée par Michel Miguet. L’élément le plus notable est le mur pignon nord, ses pierres de taille, son contrefort et sa meurtrière d’aération près du faîte du toit. Il s’agit, à n’en pas douter, d’une grange aux dimes remontant au moins au XIVe siècle, voire au XIIIe siècle. Un manoir et un colombier existaient aussi en 1287, d’après la fiche de la base Mérimée. Le colombier se voit encore sur le plan terrier du XVIIIe siècle conservé aux Archives de Seine-Maritime. Notons que l’église est admirablement située entre les limons du plateau, propices aux céréales, et le début de descente vers la vallée, propice aux vergers et à l’élevage. Enfin, ce lieu de naissance des vallons est le signe de la résurgence des eaux du plateau et donc d’une installation plus aisée des hommes.   

 

Vue sur l'entrée de la propriété où se trouve la grange dimière, au chevet de l'église (cliché d'Armand Launay, aout 2020).

Vue sur l'entrée de la propriété où se trouve la grange dimière, au chevet de l'église (cliché d'Armand Launay, aout 2020).

La grange dimière selon une série de photographies datant de 1985, environ, et signée par Michel Miguet (base Mérimée du Ministère de la culture, disponible par la Plateforme ouverte du patrimoine).
La grange dimière selon une série de photographies datant de 1985, environ, et signée par Michel Miguet (base Mérimée du Ministère de la culture, disponible par la Plateforme ouverte du patrimoine). La grange dimière selon une série de photographies datant de 1985, environ, et signée par Michel Miguet (base Mérimée du Ministère de la culture, disponible par la Plateforme ouverte du patrimoine).
La grange dimière selon une série de photographies datant de 1985, environ, et signée par Michel Miguet (base Mérimée du Ministère de la culture, disponible par la Plateforme ouverte du patrimoine).

La grange dimière selon une série de photographies datant de 1985, environ, et signée par Michel Miguet (base Mérimée du Ministère de la culture, disponible par la Plateforme ouverte du patrimoine).

 

Notre-Dame de Quévreville

L’église a été “complètement défigurée aux XVIe et XVIIe siècles” affirma l’abbé Cochet. C’est vrai si on la compare au type d’églises rurales de la région avec petit clocher en flèche de charpente. Les murs du chœur, en appareil mixte, ont été mieux conservés. Quant à ses ouvertures en plein cintre, elles semblent témoigner des remaniements cités et datés par l’abbé Cochet des XVIe siècle et XVIIe siècles. De ce siècle date aussi la chapelle sud couverte par des pans distincts de ceux du chœur. L’imposant clocher carré, couvert d’ardoise, et couronnant le transept non saillant fut reconstruit, ou érigé, entre 1830 et 1831. L’abbé Cochet indique que le mur sud de la nef, vaisseau unique, fut refait en 1874. Le mur nord, la façade occidentale et la sacristie furent refaits en brique en 1890 qui achevèrent d’arracher Notre-Dame à ses origines médiévales. Le cimetière sur le parvis fut désaffecté et laisse place aujourd’hui à une vue pittoresque sur Notre-Dame, une belle maison à pans de bois qui servait de cellier et le Monument aux morts agréablement peint et entretenu. Si Notre-Dame n’est pas classée aux Monuments historiques, plusieurs de ses éléments mobiliers sont inscrits au titre d’objets sur la liste supplémentaire des Monuments historiques. Ils l’ont été tardivement et d’un seul geste le 10 juin 1988 :

- une statue d’un saint évêque, sculpture sur pierre, dorée, du XVIe siècle ;

- le maitre-autel, son retable, son gradin, son tabernacle, l'exposition et trois statues (deux Vierges-à-l'Enfant et Saint-Sébastien), œuvres en bois datant de la seconde moitié du XVIIe siècle et de première moitié du XIXe siècle ;

- une statuette de la Vierge-à-l’Enfant, sculpture sur bois, de la seconde moitié du XVIIe siècle ;

- une peinture à l’huile sur toile représentant la Remise du Rosaire à Saint-Dominique et datant de la seconde moitié du XVIIe siècle ; 

- une peinture à l’huile sur toile représentant Saint-Jean-Baptiste et datant de la seconde moitié du XVIIe siècle.

 

Le plan de l'église Notre-Dame de Quévreville. Cliché sur verre d'Robert Eudes conservé aux archives de Seine-Maritime (cote 11Fi1625).

Le plan de l'église Notre-Dame de Quévreville. Cliché sur verre d'Robert Eudes conservé aux archives de Seine-Maritime (cote 11Fi1625).

L'église Notre-Dame en septembre 1957 (sic) d'après un cliché sur verre de Robert Eudes conservé aux archives de Seine-Maritime sous la cote 11Fi1627.

L'église Notre-Dame en septembre 1957 (sic) d'après un cliché sur verre de Robert Eudes conservé aux archives de Seine-Maritime sous la cote 11Fi1627.

Le chœur de l'église Notre-Dame en septembre 1947 (sic) d'après un cliché sur verre de Robert Eudes consultable sur le site des archives de Seine-Maritime sous la cote 11Fi1628.

Le chœur de l'église Notre-Dame en septembre 1947 (sic) d'après un cliché sur verre de Robert Eudes consultable sur le site des archives de Seine-Maritime sous la cote 11Fi1628.

L'église Notre-Dame en aout 2020 (clichés d'Armand Launay). L'église Notre-Dame en aout 2020 (clichés d'Armand Launay).

L'église Notre-Dame en aout 2020 (clichés d'Armand Launay).

 

Le mystérieux Champ de pierre

Au nord du Fresnay, qui semble avoir été un fief nobiliaire avec manoir et colombier selon le plan terrier, se trouve un curieux Champ de pierre. En effet, des pierres jonchent la prairie aujourd’hui et la carte d’état major de 1840 dénomme ce lieu le “château de pierre”... De plus, Joseph Prudent Bunel affirma dans un article référencé ci-après qu’il y avait des “débris d’armes au camp des pierres.” Cependant, nous sommes en peine d’affirmer quoi que ce soit. En effet, ce champ était référencé à la fin du XVIIIe siècle sur la carte de Cassini qui n’y reconnait qu’un champ et non un château. De plus, Xavier Hénaff entreprit des fouilles diagnostiques en 2011 sur une surface de 13 400 m². Sans que nous sachions précisément de quelle surface il s’agit, nous rapportons les propos de l’archéologue “ Une parcelle archéologiquement stérile”. Enfin, nous n’avons pas de sources écrites sur ce lieu. Nous sommes déjà limitrophes de la commune de Boos et d’un étonnant éperon boisé au-dessus du val Armand (quel beau nom !). Cet éperon laisse l’apparence d’un enclos d’après la vue aérienne contemporaine. Ce débouché de la vallée Galantine était-il fortifié il y a longtemps ? Le mystère perdure.

 

Vue proche du Champ de pierre d'après un cliché de Frédéric Ménissier de février 2021.

Vue proche du Champ de pierre d'après un cliché de Frédéric Ménissier de février 2021.

 

La légende du méchant seigneur

Nous sortons de l’histoire pour les histoires avec Joseph Prudent Bunel qui publia en 1879 la Géographie du département de la Seine-Inférieure : Arrondissement de Rouen. À la page 125, l’auteur narre l’histoire suivante : “Vers le temps des croisades, raconte la tradition locale, le seigneur de Quévreville ayant tué sa femme d’un coup de clé dans un accès de colère, donna en expiation tout son fief aux moines de Saint-Ouen. On croit que l’église actuelle était la chapelle des religieux. Le vieux manoir seigneurial existe encore, mais vient d’être entièrement transformé. Il est habité par les marquis de Cairon qui descendent des premiers possesseurs.” Espérons que l’auteur était en bon terme avec les marquis de Cairon.  

 

Cadre furtif d’un roman

En 1901 parut le roman d’Abel Hermant, Le cavalier Miserey. À la page 224, Quévreville constitue le cadre de l’histoire avec, en sus, une illustration fantaisiste d’un clocher censé être celui de la paroisse : “... un clocher revêtu d’ardoises regardait par dessus le mur : le clocher de Quévreville-la-Poterie, village si pauvre, si déshérité, que le curé, mort depuis quatre mois, n’avait pas encore de successeur, et que les habitants allaient entendre la messe à Ymare, à plus d’un kilomètre de là. Le premier escadron occupait Ymare, le deuxième s’était installé tant bien que mal dans les quatre fermes de Quévreville, où les chevaux avaient trouvé des hangars, des étables mais où il n’y avait pour les hommes que des fours et de la paille.” S’il est vrai que les campagnes n’ont jamais apporté le grand luxe aux paysans, on appréciera la modération de l’auteur dans sa description misérabiliste de la contrée. 

 

Cartes postales illustrées des années 1910 retrouvées sur le Net. Cartes postales illustrées des années 1910 retrouvées sur le Net.
Cartes postales illustrées des années 1910 retrouvées sur le Net. Cartes postales illustrées des années 1910 retrouvées sur le Net.

Cartes postales illustrées des années 1910 retrouvées sur le Net.

Détails du plan terrier du XVIIIe siècle d'après des captures d'écran réalisées sur le site des archives de Seine-Maritime (cote 12Fi101). La première vue concerne le sud de l'église. La deuxième concerne l'église et le fief Saint-Ouen. La troisième représente la hameau de La Forge et la quatrième illustre Le Fresnay. Détails du plan terrier du XVIIIe siècle d'après des captures d'écran réalisées sur le site des archives de Seine-Maritime (cote 12Fi101). La première vue concerne le sud de l'église. La deuxième concerne l'église et le fief Saint-Ouen. La troisième représente la hameau de La Forge et la quatrième illustre Le Fresnay.
Détails du plan terrier du XVIIIe siècle d'après des captures d'écran réalisées sur le site des archives de Seine-Maritime (cote 12Fi101). La première vue concerne le sud de l'église. La deuxième concerne l'église et le fief Saint-Ouen. La troisième représente la hameau de La Forge et la quatrième illustre Le Fresnay. Détails du plan terrier du XVIIIe siècle d'après des captures d'écran réalisées sur le site des archives de Seine-Maritime (cote 12Fi101). La première vue concerne le sud de l'église. La deuxième concerne l'église et le fief Saint-Ouen. La troisième représente la hameau de La Forge et la quatrième illustre Le Fresnay.

Détails du plan terrier du XVIIIe siècle d'après des captures d'écran réalisées sur le site des archives de Seine-Maritime (cote 12Fi101). La première vue concerne le sud de l'église. La deuxième concerne l'église et le fief Saint-Ouen. La troisième représente la hameau de La Forge et la quatrième illustre Le Fresnay.

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2020 6 24 /10 /octobre /2020 15:24
Extrait d'un plan des Archives départementales de Seine-Maritime (coté : 12Fi532) et intitulé "Paroisse d'Ymare, plans des bois de l'abbaye de Saint-Ouen."

Extrait d'un plan des Archives départementales de Seine-Maritime (coté : 12Fi532) et intitulé "Paroisse d'Ymare, plans des bois de l'abbaye de Saint-Ouen."

 

Le cœur d’Ymare, près de sa mairie, est un parc qui nous invite à la promenade. 

D’un côté, côté bois, l’on y retrouve les feuillus qui habillent avec pudeur les courbes des monts et des vallées. C’est ainsi qu’on entre à Ymare, par la route des Authieux, depuis un ancien méandre de Seine fossilisé et culminant tout de même à 75 mètres d’altitude, en moyenne, entre Igoville et Le Port-Saint-Ouen. 

De l’autre côté, côté champs, Ymare s’ouvre sur le plateau de Boos, ses champs ouverts et sa ruralité toujours vivante, voire odoriférante. Les sentiers sont ici riches qui nous offrent des sensations variées. La ferme de Bel-évent, exposée au vent, se trouve dans une partie du village d’antan, celui du hameau de la Forge et ses vergers en direction de Quèvreville-la-Poterie. On entend dans ces noms l’âpre et patiente exploitation des richesses du sol qui par ses minéraux de la forge qui par l’argile des poteries. 

C’est cette argile qui a sûrement servi à la construction des bâtiments constituant le “Clos de la ferme”, au cœur d’Ymare. Ancienne propriété noble dont le château a disparu dans les années 1970, le Clos comporte un four à pain du XIXe siècle récemment restauré et, surtout, un ensemble patrimonial essentiellement du XVIIIe siècle, en partie en brique de pays : vaste logis, colombier, écuries, mur d’enceinte... ainsi qu’un très bel alignement d’arbres au sud de la propriété donnant vers les champs ouverts des hauteurs d’Alizay. Au loin se profilent les hauteurs de Vironvay. 

Face à cette propriété aristocratique, qui appartint peut-être un temps au poète de renommée nationale Pierre de Marbeuf (1596-1645), se trouve une allée d’arbres conduisant à la charmante et modeste église rurale Saint-Aubin du XVIIe siècle. L’édifice est très bas et dépasse à peine des champs, vue du nord, malgré sa flèche de charpente pointue et couverte d’ardoise. Un socle de calvaire du XVIe siècle et des gravures sur certaines pierres de façade complètent ce beau tableau notamment immortalisé par Yves Ducourtioux. 

La mare d’Ymare est proche, mare fondatrice de son nom, semble-t-il, puisqu’Ymare serait d’origine scandinave et signifierait la “mare de Le blanc ou Le fort.” Ce propriétaire dut choisir ce domaine pour la proximité d’une source, visiblement près de l’église et qui devait alimenter jadis la mare centrale du village. Une petite rivière devait couler le long de la Grand rue et creuser un petit vallon vers Les Authieux, puis vers le Pré-cantui et Igoville. 

C’est là, côté bois, que se trouve le second – ou premier – hameau d’Ymare, où des longères à pans de bois cohabitent près du calvaire datant de 1791. Ce hameau se trouve en direction des anciens terrains communaux, aujourd’hui lotis de riches demeures, qui étaient des terres dévolues aux plus pauvres personnes qui pouvaient y laisser paitre leurs animaux et récupérer du bois mort avant 1789. Des marnières ont aussi créé un relief torturé, en ce lieu, pour alimenter les champs avoisinants. Au milieu de ces champs d’ailleurs, se trouve un “dolmen”, encore appelé “Tombe du druide”. Des érudits y ont vu un mégalithe christianisé puisqu’une croix est gravée sur une pierre. Un culte lui était rendu avant guerre car on lui prêtait des vertus curatives. Il s’agit, semble-t-il, d’un reste de table de prière d’une ancienne croix de chemin

Mais que de patrimoine naturel et historique dans une commune que l’on connait souvent assez peu ou, alors, par l’implantation de l’entreprise de télécommunication Thales et son énigmatique boule blanche, non loin de l’aéroport de Boos.

 

Cartes postales des années 1910 : l'église Saint-Aubin d'Ymare vue depuis sa belle allée d'arbres et une scène de la vie paysanne.
Cartes postales des années 1910 : l'église Saint-Aubin d'Ymare vue depuis sa belle allée d'arbres et une scène de la vie paysanne.

Cartes postales des années 1910 : l'église Saint-Aubin d'Ymare vue depuis sa belle allée d'arbres et une scène de la vie paysanne.

Vues ymaroises par un beau jour d'été : le mur du Clos de la ferme et la mare centrale (clichés d'Armand Launay, aout 2020).
Vues ymaroises par un beau jour d'été : le mur du Clos de la ferme et la mare centrale (clichés d'Armand Launay, aout 2020).

Vues ymaroises par un beau jour d'été : le mur du Clos de la ferme et la mare centrale (clichés d'Armand Launay, aout 2020).

Vues ymaroises par une belle éclaircie de mai 2021 et à travers le regard de Frédéric Ménissier.
Vues ymaroises par une belle éclaircie de mai 2021 et à travers le regard de Frédéric Ménissier.

Vues ymaroises par une belle éclaircie de mai 2021 et à travers le regard de Frédéric Ménissier.

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2020 7 13 /09 /septembre /2020 08:43

 

Que signifie Sotteville ? 

Le toponyme de Sotteville-sous-le-val a été interrogé sous l’angle normand, c’est-à-dire la recherche des traces des northmen, les hommes du nord : en somme les vikings. L’on s’est plu à répéter que Sotteville provient de “Sóti”, du vieux danois, qui désigne “celui qui est noir comme de la suie”. L’on traite donc d’une personne à la peau mate et aux cheveux noirs, à moins que ce soit un sobriquet hérité d’une anecdote ou d’une blague potache. On rapproche ce mot de l’anglais “soot”, la suie. Le suffixe “ville” vient du roman “villa” qui désigne, non une ville ou une somptueuse villa romaine, mais un domaine rural. Ce suffixe permet donc de transformer le nom “Le Noir” en “Domaine du Noir”. 

 

Mais à quoi bon préciser “sous le val” ? 

Mais nous nous intéressons ici à la précision “sous le val” accolé au nom d’origine scandinave. À l’évidence, il s’est agi de distinguer notre Sotteville de Sotteville-lès-Rouen, située aussi le long du cours de la Seine. Mais pourquoi ne pas appeler cette paroisse Sotteville-sous-les-monts comme, à près de 13 km par la route, Amfreville-sous-les-monts ? Après tout, il existe bien une ligne de coteaux assez pentus descendant régulièrement vers Saint-Aubin-lès-Elbeuf. 

 

Sotteville-sous-le-val désigne le chef-lieu de paroisse, puis de commune, mais aussi l'ensemble du territoire communal. Il n'est donc pas sûr que la précision "sous le val" désigne le val de la Moulinière au-dessus du chef-lieu (cliché d'Armand Launay, aout 2019).

Sotteville-sous-le-val désigne le chef-lieu de paroisse, puis de commune, mais aussi l'ensemble du territoire communal. Il n'est donc pas sûr que la précision "sous le val" désigne le val de la Moulinière au-dessus du chef-lieu (cliché d'Armand Launay, aout 2019).

 

Sotteville-sous-le-val… Renoux ?

Nous avions pensé, il y a longtemps, que “le val” précisant le nom de la commune était celui du Val-Renoux, vous savez, celui par lequel passe l’autoroute 13, là où se trouve la merveilleuse sculpture “Sur la trace des vikings”, de Georges Saulterre. Cette hypothèse a, depuis, été wikipédiatisée dans la fiche dévolue à la commune sottevillaise. 

Après tout, cette hypothèse parait assez logique car le Val-Renoux se dessine nettement depuis la vallée de Seine où circulent les passants, notamment sur l’eau. 

 

Que désigne Sotteville ? 

Mais Sotteville désigne depuis 1790 tout l’espace d’une commune et, auparavant, donnait son nom à l’étendue de la paroisse accolé au nom de son saint patron : Saint-Baudile-de-Sotteville. Par conséquent Sotteville est, à l’origine, un nom de lieu mais pas d’espace. Sotteville désignait le village, chef-lieu de paroisse, blotti autour de son église. Il existe aussi des hameaux : la Ferme du val, le Val-Renoux, les Bocquets et La cour à Monnier.

 

Sotteville-sous-le-val... de la côte Moulinière ? 

Or, la fiche Wikipédia de la commune, atteste que c’est depuis au moins 1757 que l’on accole la mention “sous le val” et non “à côté du val”. On ne traite pas de Sotteville-ès-val, près-val ou jouxte-val comme l’on disait Saint-Aubin-jouxte-Boulleng avant de dire Saint-Aubin-lès-Elbeuf.

La mention “sous le val” est-elle tout simplement une référence à la côte Moulinière qui passe dans un vallon derrière l’église et la mairie de Sotteville ? 

Nous en doutons car ce val n’est pas très lisible, bien qu’il existe. À ce titre, bien des villages devraient s’appeler Les Damps-sous-le-val, Igoville-sous-le-val, Connelles-sous-le-val… Même le Val-Renoux a besoin d’un nom d’homme pour qu’on le distingue et donc le retienne. 

 

Sotteville-sous-le-val... des Authieux ? Ou l’ancienne paroisse étendue. 

C’est en faisant des recherches sur Ymare que nous avons pris connaissance d’un plan terrier du XVIIIe siècle de la paroisse de Sotteville : celui-ci nous a mis la puce à l’oreille. À côté du plan terrier de Sotteville et ses hameaux valléens, il existe un plan de la paroisse de Sotteville... sur le plateau des Authieux. Cela n’est guère étonnant quand on songe que la commune est aujourd’hui en partie assise sur les hauteurs, du côté des Pointes des Authieux. Songez aussi au nouveau cimetière communal.

Mais ce plan, reproduit ci-dessous, nous apprend que les terres sottevillaises allaient par le fond des vallons jusqu’au pied des paroisses de Saint-Aubin-Celloville, alors dénommée Saint-Aubin-la-campagne, et d’Ymare. Si les bois lui échappaient, la paroisse allait jusqu’à leur lisière si bien que l’ensemble du val des Authieux (la route principale entre Igoville et Gouy) était sottevillais. On mesure aussi, mais c’est un autre sujet, que la ferme de la Folie et le Précantuit étaient igovillais.

Nous pouvons donc former l’hypothèse que “le val” dont il est question dans le nom de la commune désigne ou, plutôt, désignait cette bonne moitié de la paroisse autant accessible par Sotteville que par le Port-Saint-Ouen et qui devait être convoitée. On peut supposer que des fermes y existassent, à l’exemple de la ferme de la Folie, et que des paysans y travaillassent régulièrement. L’archéologie et l’observation aérienne y répondront peut-être un jour, si ce n’est déjà fait. 

Il est étonnant, dans le découpage des terres paroissiales, que le bas de ce val ait été attribué à Igoville et le haut à Sotteville. Ce découpage est sûrement le résultat d’une prise de pouvoir par quelque seigneur local ou par l’abbaye Saint-Ouen de Rouen, grand propriétaire foncier de la région comme l’indique toujours le nom du Port-Saint-Ouen.

On pourrait m’objecter que c’est surtout la paroisse d’Igoville qui est sise “sous le val” des Authieux. C’est géographiquement vrai. Mais toponymiquement il n’existe qu’un seul Igoville, nettement identifiable donc, alors qu’il existe bien des Sottevilles.

 

Conservé aux Archives départementales de Seine-Maritime sous la cote 12Fi106 et accessible par le site http://www.archivesdepartementales76.net, ce plan montre la partie haute de la paroisse de Sotteville-sous-le-val, le nom est donné. Ce plan terrier n'est pas daté mais date du XVIIIe siècle (capture d'écran du 12 septembre 2020).

Conservé aux Archives départementales de Seine-Maritime sous la cote 12Fi106 et accessible par le site http://www.archivesdepartementales76.net, ce plan montre la partie haute de la paroisse de Sotteville-sous-le-val, le nom est donné. Ce plan terrier n'est pas daté mais date du XVIIIe siècle (capture d'écran du 12 septembre 2020).

Détails du plan ci-dessus (captures d'écran du 12 septembre 2020).
Détails du plan ci-dessus (captures d'écran du 12 septembre 2020).

Détails du plan ci-dessus (captures d'écran du 12 septembre 2020).

 

Le val des Authieux et sa particularité.

Nous avançons un autre argument expliquant, selon nous, la référence au val des Authieux comme élément distinguant la paroisse sottevillaise. Le val des Authieux n’est pas un vallon en eau issu d’une érosion des coteaux de Seine. Il provient d’un ancien méandre de Seine asséché puis coupé du lit principal du fleuve. C’est Jérôme Chaïb, écologue et directeur de l'Agence régionale de l'environnement de Haute-Normandie, qui nous renseigne bien ici. Par des dessins très pédagogiques reproduits ci-dessous, il montre quelques phases de l’évolution du méandre de Seine qui nous intéresse. En retenant les leçons de Charles Darwin qui, dans L’Origine des espèces, nous invite à réfléchir à l’échelle géologique, bien plus vaste donc, on mesure combien le fleuve a creusé la roche et a pu modifier son cours. Ceci d’autant plus que le fleuve a été plus impétueux à certaines périodes de son histoire. On mesure donc que le val entre Igoville et le Port-Saint-Ouen mais aussi le Val-Renoux sont le vestige d’un ancien lit de la Seine. C’est un val qui se situe tout de même entre 70 et 80 mètres au-dessus de la Seine et qui descend de deux côtés vers le fleuve séquane… Ils ont été parcourus ensuite et vraisemblablement par quelques rus qui les ont creusés un peu plus surtout à leur connexion avec la vallée de la Seine actuelle. Nous songeons aux vallons descendant de Saint-Aubin-Celloville et Ymare, ce dernier semblant avoir eu un ru plongeant ensuite vers Igoville.

Dessins de Jérôme Chaïb, de l’AREHN, issu de la page 31 de La Seine en Normandie, ouvrage collectif publié en février 2012 et dirigé par Céline Dégremont et Christian Lévêque sous l’égide du GIP Seine-Aval. Nous en avons consulté la version numérique déposée dans Issuu à l’adresse suivante : https://issuu.com/seineaval/docs/la_seine_en_normandie. On voit ici que le val des Authieux est un méandre fossile. C’est donc un val particulier qui a dû compter dans la précision donnée à la paroisse de Sotteville-sous-le-val ; ce val étant pour moitié dans ladite paroisse. (capture d'écran du 12 septembre 2020).

Dessins de Jérôme Chaïb, de l’AREHN, issu de la page 31 de La Seine en Normandie, ouvrage collectif publié en février 2012 et dirigé par Céline Dégremont et Christian Lévêque sous l’égide du GIP Seine-Aval. Nous en avons consulté la version numérique déposée dans Issuu à l’adresse suivante : https://issuu.com/seineaval/docs/la_seine_en_normandie. On voit ici que le val des Authieux est un méandre fossile. C’est donc un val particulier qui a dû compter dans la précision donnée à la paroisse de Sotteville-sous-le-val ; ce val étant pour moitié dans ladite paroisse. (capture d'écran du 12 septembre 2020).

À la sortie d'Ymare, au-dessus de la mare Bouet. On voit se dessiner ici le val des Authieux, ancien lit de la Seine d'un méandre fossile. La paroisse de Sotteville-sous-le-val venait jusqu'à la lisière du bois où fut prise cette photographie (cliché d'Armand Launay, aout 2020).

À la sortie d'Ymare, au-dessus de la mare Bouet. On voit se dessiner ici le val des Authieux, ancien lit de la Seine d'un méandre fossile. La paroisse de Sotteville-sous-le-val venait jusqu'à la lisière du bois où fut prise cette photographie (cliché d'Armand Launay, aout 2020).

 

Pour conclure, la paroisse de Sotteville-sous-le val était bien plus étendue que la commune qui lui a succédé à partir de 1790. Elle occupait une partie du val des Authieux, ancien méandre de Seine. Il semble donc que Sotteville-sous-le-val désigne ce val particulier et non les vallons directs du coteau tels que le Val-Renoux et la côte de la Moulinière.    

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2020 7 06 /09 /septembre /2020 18:49
Wimara, tel est le nom du groupe scolaire depuis 2018. Il plonge aux racines du nom de la commune, un nom qui appelle à s'interroger sur l'histoire plus qu'il n'y répond (clichés de Paris-Normandie).

Wimara, tel est le nom du groupe scolaire depuis 2018. Il plonge aux racines du nom de la commune, un nom qui appelle à s'interroger sur l'histoire plus qu'il n'y répond (clichés de Paris-Normandie).

 

“Wimara”, tel est le nom du groupe élémentaire de la commune d’Ymare depuis 2018 où les élus ont laissé le choix du nom aux enfants. C’est ce que nous apprend un article de Paris-Normandie en date du 19 aout 2018. Ceux-ci auront été préalablement informés de la plus lointaine trace écrite du nom de ce village : en effet Wimara apparait sur la courte fiche Wikipédia de la commune et ce grâce à la bienveillance d’un internaute ayant, de plus, laissé ses sources dans des notes de bas de page. Il s’agit de renvoi vers des cotes d’archives conservées par le département. 

Le contributeur wikipédien montre ensuite la relative permanence de ce nom jusqu’à la période contemporaine : “Le nom de la localité est attesté sous les formes Wimara vers 1240 ; Iglise d'Ymare en 1291 ; Ymare en 1319 ; Vimara en 1337 ; Imare en 1431 ; Saint Aubin d'Ymare en 1462 et 1464 ; Ecclesie Sancti Albini de Imare en 1638 ; d'Imare en 1707 ; d'Ymare en 1772 ; Ymard en 1648 ; Imare entre 1704 et 1738 (Pouillé) ; Imares en 1715 (Frémont), en 1757 (Cassini) ; d'Ymare en 1787.” Les sources de ces informations sont aussi cotées aux archives départementales de Seine-Maritime. 

Le “a” final de Wimare est une latinisation caractéristique de l’écriture des chartes médiévales. Comme bien des noms médiévaux, le son germanique “w” s’est déformé dans le langage oral en “v” ou a disparu. On retrouve ainsi cette évolution dans d’autres toponymes locaux tels que Igoville, Incarville…

 

Que signifie Wimara ?  

Ce toponyme est unique en Normandie et donc en France puisqu’il semble qu’Ymare soit un nom d’origine scandinave. 

Selon François de Beaurepaire, la forme Wimara retrouvée vers 1240 vient de l'adjectif norrois viðr “large” ou hvítr “blanc” et du vieux norrois marr “mare”. Pour les amoureux des racines scandinaves de la Normandie, ces mots sont romantiques et pleins de sens. Mais, avouons-le, ils nous sont étrangers et l’on peine à les prononcer. On peut les apparenter aux termes anglais, leurs cousins germaniques, wide et white, déjà plus clairs (surtout le second) pour les anciens collégiens que nous sommes. 

Cela donnerait à Ymare le sens de “grande mare” ou “blanche mare”. S’il est aisé d’imaginer une mare autour de laquelle les hommes et les animaux trouvaient de quoi vivre, on ne voit pas très bien quelle serait cette grandeur, ou blancheur, qui distinguerait le lieu d’Ymare des autres lieux avoisinants. De plus, n’y aurait-il qu’une seule grande mare en Normandie ? Qui plus est, si une mare pouvait être blanchâtre, n’y en aurait-il aucune autre que celle de la commune qui nous intéresse ? Enfin, même argument mais appliqué à Blacquetuit, hameau jouxtant Montaure : en quoi celui-ci serait un essart noir et non pas l’essart d’un certain Le Noir ?  

C’est pourquoi nous rejoignons le jugement de François de Beaurepaire, auteur de Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, qui voit dans ce type de toponyme un anthroponyme, c’est-à-dire un nom de personne : Wido ou Witto. Son argumentation repose sur la fréquence de ce toponyme qu’il retrouve dans Quittebeuf (attesté sous la forme de Witeboe en 1205), Yville-sur-Seine (Witvillam, vers 1025), Ymare donc (Wimara, vers 1240) et Iville / Vitot (Witot 1035 - 1047). On pourrait suggérer aussi, peut-être, Yport. 

Le nom d’homme Wido-Witto peut se traduire par Le Grand, voire Le Large donc Le Costaud, ou Le Blanc. Ymare signifierait donc la “mare de Le Blanc” ou la “mare de Le Grand”.

 

 

Ymare, la mare blanche, la grande mare, ou la mare de Le Blanc, de Le Grand, voire du Costaud ? La toponymie est un champ d'hypothèse, un champ très fertile même (cliché d'Armand Launay, aout 2020).

Ymare, la mare blanche, la grande mare, ou la mare de Le Blanc, de Le Grand, voire du Costaud ? La toponymie est un champ d'hypothèse, un champ très fertile même (cliché d'Armand Launay, aout 2020).

 

Mais le spécialiste sur lequel le Net se repose pour commenter ce toponyme, François de Beaurepaire, avance aussi la possibilité que l’anthroponyme soit d’origine anglo-saxonne sous la forme “Hwita. Ceci car il semble que les Scandinaves établis dans le Pays de Caux et la vallée de la Seine fussent des colons danois auparavant installés en Angleterre. Des Anglo-saxons les ont sûrement suivis et peut-être influencés en Neustrie, devenue la Normandie. 

Cependant le toponyme Ymare fait écho à Yville et Yport, termes scandinaves et le suffixe proprement anglo-saxon de mare est mer comme dans Mortemer et Blingemer. 

 

Que nous apprend ce toponyme ? 

Il semble qu’une partie d’Ymare ait été donnée en tant que propriété à un Scandinave, ou Anglo-scandinave, et les siens. Peut-être s’agit-il d’un homme, dénommé “Le Blanc” ou “Le Grand” qui se rendit utile à Rollon et fut ainsi remercié par ce don de terre déjà organisée en propriété. Fut-il possessionné près de la mare actuelle ? C’est possible car le Clos de la ferme, vaste et bel espace proche de la mare, constitue une propriété noble qui doit être la lointaine héritière d’un fief seigneurial englobant l’église et la mare centrale donc. Il est donc évident qu’une source d’eau devait ressurgir en ce lieu qui le rendait propice à l’habitation et l’exploitation des ressources naturelles.  

Des maisons à pans de bois ont sûrement existé de part et d’autre de ce fief englobant la mare et l’église. Elles durent être occupées par des Neustriens et par des colons scandinaves de la suite de Le Blanc ou Le Grand. Avec leur matériau naturel, elles ont entièrement disparu et ont été remplacées par de nouvelles habitations.. 

Les habitants d’Ymare étaient-ils des Neustriens parlant roman ou des colons dano-saxons ? Les études toponymiques montrent qu’Ymare est à la limite intérieure de l’espace considéré comme densément peuplé par le colon scandinave. C’est ce que montre une cartographie de l’article “Colonisation de la Normandie” sur Wikipédia et qui se fonde sur les toponymes. 

Près d’Ymare, plusieurs lieux-dits semblent d’origine scandinave, même s’ils sont discutables. Certains semblent être aussi des noms de propriétaires comme Sotteville (la ferme de Soti), Tourville (la ferme de Tor), Amfreville (la ferme d’Asfridr)... 

Surtout, des noms de lieux seraient des mots proprement norrois.

 

 

La ferme de la Folie, à côté du champ du Précantuit, à Igoville : un des noms possiblement scandinaves de la région d'Ymare (cliché d'Armand Launay, aout 2020).

La ferme de la Folie, à côté du champ du Précantuit, à Igoville : un des noms possiblement scandinaves de la région d'Ymare (cliché d'Armand Launay, aout 2020).

 

Selon l’article Wikipédia de la commune d’Igoville, le Pré-cantui(t) serait une déformation de Brescantuit. Ce toponyme daterait de 1453 mais la fiche Wikipédia est muette sur la source de cette information. On y retrouve le terme de thuit qui désignait un essart et qui proviendrait du vieux norrois thveit (à vos souhaits). Si ce terme désigne un champ, de nos jours, mais ce champ a pu désigner une ferme. La ferme désaffectée “la Folie” en est peut-être la lointaine héritière. Le préfixe pourrait aussi être scandinave. On le retrouve dans Bretot, attesté vers 1040 selon François de Beaurepaire, et qui proviendrait de l'adjectif breiðr “grand, large”, ou de brestir, le fossé, qu’on retrouve dans Bertelonde “le bois du fossé”. Quid du radical “can” du Brescantuit ? 

Une autre terme scandinave existe sûrement dans le “Bois Bouclon”, à Saint-Aubin-Celloville et dans “Bouquelon” à Boos. C’est le même terme que celui d’une commune de l’Eure qui viendrait du scandinave bóka-lundr, “bois de hêtres”. Un doute demeure sur le “Bois Bouclon” car il jouxte un espace appelé “Le Bosc-long”, c’est-à-dire le “long bois”. Lequel des deux aurait influencé l’autre ? Aurions-nous affaire à une déformation fautive et donc à une étymologie erronée ?  

Enfin, des termes se trouvent dans la vallée ou le rebord des falaises comme la Houle à Sotteville-sous-le-val, l’ile L’Homme au Vaudreuil, le Becdal à Acquigny, Daubeuf, Vatteville, Belbeuf, Criquebeuf, Martot... 

 

En guise de conclusion, Ymare semble être un témoin de la colonisation scandinave dans la région de Pont-de-l’Arche. Ce serait la mare de Le Blanc ou Le Grand, voire Le Costaud, nom de personnage. Il semble attester qu’il existait une propriété noble autour de la mare et de ce qu’on appelle actuellement le Clos de la ferme. Chose étonnante, si Ymare signifie la mare de Le Blanc, Saint-Aubin, le nom du patron de son église, provient d’Albinus qui signifie Le Blanc... en latin. 

 

A lire sur ce blog, un petit aperçu de l'histoire d'Ymare.

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

 

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2020 7 06 /09 /septembre /2020 13:23
La Croix de Rouville, ses vestiges du moins, par une belle journée d'aout 2020 (cliché d'Armand Launay).

La Croix de Rouville, ses vestiges du moins, par une belle journée d'aout 2020 (cliché d'Armand Launay).

 

Il suscite l’interrogation, quelque part entre Ymare et les hauteurs d’Alizay, cet ancien monument aux formes dolméniques qu’on appelle la Tombe du druide. Il est réputé propice à la santé et porte, gravée, une croix liturgique. Est-ce un vestige préceltique comme l’affirme sa fiche de la base Mérimée, recensant le patrimoine français, ou bien une tombe chrétienne ?   

 

La Tombe du druide dans la littérature... 

Jusqu’à plus ample informé, c’est l’abbé Jean Benoit Désiré Cochet, érudit havrais, qui a le premier écrit sur le monument qui nous intéresse. En 1871, il publia la notice que nous reproduisons ci-dessous. Ymare y semble posséder comme meilleur élément patrimonial une “table de pierre posée sur deux autres”. L’auteur ni ne la nomme ni ne la date. Il la situe à la limite d’Ymare et... de Pîtres, ce qui est partiellement erroné. En bon pâtre, meneur d’âmes, il accorde une importance aux croyances populaires affirmant que le fait de passer sous la table de pierre guérit de la fièvre et de la morsure des chiens enragés. Il suppose que cette table a remplacé un ancien monument, sans plus de précision. 

Quelle est cette “Tombe du druide” à Ymare ? Dolmen ou calvaire ?

 

Nous ne savons s’il y a un lien de cause à effet mais, 8 ans plus tard, les abbés Joseph Bunel et Albert Tougard mirent leurs pas dans ceux de l’abbé Cochet. Les auteurs de la Géographie du département de la Seine-inférieure inclurent dans le patrimoine d’Ymare cette “table de pierre” située près d’un carrefour. En 1879, ce monument était désormais une curiosité ymaroise. Les auteurs entérinèrent l’hypothèse de l’abbé Cochet qui ne demandait qu’à être formulée : ce monument témoigne de temps plus anciens. S’ils n’osèrent écrire que cette table de pierre était druidique, ce sont les rites populaires autour de la guérison de la fièvre et de la rage qui, selon eux, provenaient de “superstitions gauloises ou druidiques”. On appréciera la distinction, byzantine, entre ces adjectifs.   

 

Huit ans plus tard, de nouveau, c’est l’érudit normand Léon Coutil qui reprit la recherche et osa une interprétation allant dans le sens des abbés Bunel et Tougard mais en plus précis. Dans le Bulletin de la Société normande d'études préhistoriques, publié en 1897, Léon Coutil accorda une page de texte et un dessin à “La croix de Rouville ou Croix d’Ymare”. Lui donnant enfin son vrai nom, La Croix de Rouville, il se trompa toutefois en affirmant que ce monument était au carrefour de quatre communes dont Pîtres, comme le fit l’abbé Cochet. Il avança, de plus, que cette table de pierre était un dolmen christianisé. Ceci à cause de sa forme générale, son matériau et sa croix gravée, vraisemblablement plus récente. Mesurant tout de même la petitesse du dolmen, il affirma que ses pierres avaient été “aplanies et amincies”. C’est une interprétation qui lui permit d’ajouter un monument supplémentaire à son recensement des menhirs et dolmens de Seine-Maritime. L’érudit ne s’intéressa pas aux légendes populaires mais seulement à l’objet et ses dimensions. Voici la copie des texte et dessin de Léon Coutil. 

 

Illustrations de l'article de Léon Coutil ci-dessus avec, en sus, des exemples de mégalithes christianisés, selon lui, dans la région. Nous pouvons douter de cette affirmation et penser qu'il s'agit, pour certains, de calvaires originaux avec table de prière, voire autel pour les Rogations ou autres processions.
Illustrations de l'article de Léon Coutil ci-dessus avec, en sus, des exemples de mégalithes christianisés, selon lui, dans la région. Nous pouvons douter de cette affirmation et penser qu'il s'agit, pour certains, de calvaires originaux avec table de prière, voire autel pour les Rogations ou autres processions.
Illustrations de l'article de Léon Coutil ci-dessus avec, en sus, des exemples de mégalithes christianisés, selon lui, dans la région. Nous pouvons douter de cette affirmation et penser qu'il s'agit, pour certains, de calvaires originaux avec table de prière, voire autel pour les Rogations ou autres processions.

Illustrations de l'article de Léon Coutil ci-dessus avec, en sus, des exemples de mégalithes christianisés, selon lui, dans la région. Nous pouvons douter de cette affirmation et penser qu'il s'agit, pour certains, de calvaires originaux avec table de prière, voire autel pour les Rogations ou autres processions.

Puis, au Vingtième et Vingt-et-unième siècles on retrouve dans la littérature régionale, qu’elle soit imprimée ou sur le Net, des articles qui reprennent les mêmes interprétations que ci-dessus sans les critiquer et en se cachant derrière le mystère afin de ne pas avoir à en proposer une étude rationnelle.  

Nous citons pour l’exemple cet article du Petit Manchot, La Croix d’Ymare, qui a le mérite de mettre en valeur ce monument et ses légendes. Il cite Léon de Vesly qui est l’auteur de la meilleure étude parue sur la Croix d’Ymare et que nous aborderons plus bas. Le Petit Manchot cite une autre légende attachée à la Croix d’Ymare : celle avançant que celui qui touche cette pierre est assuré de mourir dans son pays natal. Mais l’auteur du blog n’exploite pas la matière de l’article de Léon de Vesly. D’ailleurs, il cite l’article de Léon Coutil alors qu’il s’inspire et cite celui de Léon de Vesly. Le Petit Manchot n’a pas pris le sujet à bras-le-corps. 

 

Léon de Vesly avait pourtant bien écrit et pensé au sujet de la Croix de Rouville et mérite d’être lu. Son article, intitulé “Légendes, superstitions et vieilles coutumes”, a été publié en 1895 dans le Bulletin de la Société libre d'émulation du commerce et de l'industrie de la Seine-Inférieure. On le lit grâce à la numérisation proposée par Gallica (voir notre bibliographie). 

Illustration de Léon de Vesly issu de son article traité ci-dessus et référencé dans la bibliographie.

Illustration de Léon de Vesly issu de son article traité ci-dessus et référencé dans la bibliographie.

 

Léon de Vesly narra une anecdote d’ouvriers des chemins de fer ayant déposé la table au sol et peinant à la remettre sur les autres pierres, ceci après un pari bien arrosé. C’est un bien curieux mégalithe... portatif, que voilà. Il narra surtout son témoignage sur la vivacité d’une croyance et pratique ymaroise et alentour : toucher la pierre offrirait de finir ses jours au pays. Or, il vit écrits dans la neige tombée sur la table de pierre les noms de deux navires de guerre français affectés dans la colonie de Madagascar. Des soldats ou les membres de leur famille les avaient sûrement écrits en ce lieu dans l’espoir que la vie soit plus forte que la mort. Le passage est à lire directement dans le texte de Léon de Vesly. 

L’auteur écrit avoir cru un temps que la Croix de Rouville était un dolmen. Il l’a même fait figurer sur une carte des dolmens du département. Mais il est revenu de cette croyance qu’il dit avoir hérité de savants “qui ne sont même pas venus dans les lieux”. On apprécie la ruade. L’auteur affirma que ce monument est une “table de justice”, là où les seigneurs de Rouville, du nom du fief sis à Alizay, rendaient leur jugement en cas de litige. L’auteur nous apprend aussi que ce monument était appelé “la grosse pierre” par les Ymarois et que des érudits avaient émis l’hypothèse qu’il constituait un vestige de thermes antiques… 

 

Les différentes interprétations quant à la fonction de ce monument nous laissaient sceptiques depuis longtemps et nous rejoignons les propos de Léon de Vesly. Cet auteur use d’humour lorsqu’il ironise sur la croyance selon laquelle la Croix de Rouville guérit aussi les rhumatismes lombaires si le souffrant passe sous la table… Quelle scène en effet que de faire cette gymnastique dans cet état de santé… Mais l’auteur n’a pas creusé plus loin son analyse rationnelle et nous a laissé sur notre faim de connaissance. Nous avons adopté une autre méthode pour mieux connaitre cette “grosse pierre”, ou ces trois pierres : la visualisation de cartes disponibles sur le site Géoportail.

 

Que nous apprennent les cartes actuelles et anciennes ?

Nous avons consulté les plans cadastraux de la commune mais ceux-ci sont rongés à l’endroit qui nous intéresse. Les parcellaires d’Ancien Régime disponibles sur le site des Archives départementales ne montrent pas cet espace. 

 

La carte IGN actuelle montre que La Croix de Rouville désigne, de nos jours, un champ situé sur la commune d’Alizay. Le monument qui nous intéresse est appelé “Tombe du druide”. Il est rehaussé par le symbole indiquant les dolmens. On voit, au nord-ouest, un début de chemin du village dénommé “Croix de Rouville” et qui finit rapidement en impasse.

 

Carte IGN actuelle de l'espace qui nous intéresse (capture d'écran du site Géoportail).

Carte IGN actuelle de l'espace qui nous intéresse (capture d'écran du site Géoportail).

 

La vue aérienne des années 1950-1960 montre un espace de champs ouverts qui permet de retrouver les limites communales que l’on voit dans la carte IGN actuelle. On voit aussi quelques arbres épars et même un alignement d’arbres le long du chemin de la Croix de Rouville. La “grosse pierre” se confond avec eux. Il semble qu’il y ait un arbre derrière elle, vers l’ouest. La trace d’un ancien chemin allant de l’impasse de la Croix de Rouville en direction de la vallée Galantine, et donc de Pîtres, se lit ça-et-là par une teinte parfois plus sombre parfois plus claire à travers les champs.

 

Vue aérienne des années 1950-1960 de l'espace de la Croix de Rouville (capture d'écran du site Géoportail).

Vue aérienne des années 1950-1960 de l'espace de la Croix de Rouville (capture d'écran du site Géoportail).

 

Puis, la carte d’état major de 1866 montre un petit carré au sud du chemin de la Croix de Rouville représentant assurément ladite Croix ou, tout du moins, ce qu'il en restait. Il n’était question ni de tombe ni de dolmen. C'est à partir de ce point notable du territoire que l'altitude fut prise et rapportée : 134 m. Notons qu'en ce temps la délimitation entre Alizay et Ymare était encore nette et que le monument qui nous intéresse était ymarois.

 

La Croix de Rouville sur la carte d'état major en 1866 (capture d'écran du site Géoportail).

La Croix de Rouville sur la carte d'état major en 1866 (capture d'écran du site Géoportail).

Enfin, la carte de Cassini, datant de 1780 environ, atteste l’existence d’une “Croix d’Ymare” au sud du village symbolisée par un rond au-dessus du “m” du mot “Imare”. Il rend d’ailleurs moins lisible le nom de la paroisse qui apparait comme “Limares”. Nous avons eu des doutes car les noms des lieux se tassent sur ce précieux document. Néanmoins, un symbole de village est dénommé Quévreville. Un autre est dénommé la Poterie entre Quévreville et Ymare. Il ne s'agit donc pas d'une Croix d'Ymare qui aurait désigné le précédent calvaire du rondpoint du château-d'eau. Le nom de Croix d'Ymare, par élimination, ne peut désigner que ce rond qui jouxte le "m" d'Ymare.

Extrait de la carte de Cassini (vers 1780) sur Ymare et sa proche région (capture d'écran du site Géoportail).

Extrait de la carte de Cassini (vers 1780) sur Ymare et sa proche région (capture d'écran du site Géoportail).

Était-ce une croix de carrefour ? 

À la lecture des documents cartographiques, nous trouvons que ce monument a plusieurs caractéristiques des croix de carrefour, c’est-à-dire des calvaires que l’on trouve nombreux au bord des routes, surtout celles des régions encore (récemment) attachées au catholicisme. 

Outre le rappel de la foi et ses valeurs morales, ces croix servent à orienter les voyageurs. C’est ainsi qu’on la retrouve nettement indiquée dans la carte de Cassini. Ces croix annonçaient aussi souvent la limite de paroisses. On peut ainsi citer le calvaire d’Ymare, redressé en 1791 à l’ouest de la paroisse et l’emplacement du calvaire près de la pharmacie de Quévreville-la-poterie. Celle de Rouville était à la limite entre les paroisses d’Ymare et d’Alizay dont faisait partie la proche ferme du Solitaire. Or, les terres de la paroisse d’Alizay sont devenues au Moyen Âge la propriété des seigneurs de Rouville, du nom du château situé près de l’usine Double A de nos jours. Cette mainmise seigneuriale sur les terres alizéennes se lit dans l’article “Alizay” écrit par Louis-Étienne Charpillon et l’abbé Anatole Caresme dans leur imposant Dictionnaire des communes de l’Eure. Les seigneurs de Rouville ont dû prendre possession de la ferme du Solitaire, comme le prouve les noms de lieux : le Bois de Rouville et la Croix de Rouville. La croix en question se trouve à la limite intérieure de la paroisse d’Ymare. Elle n’a peut-être pas été la propriété des Rouville mais elle se trouvait en direction des terres rouvillaises. Ce sont les habitants d’Ymare, proches et nombreux, qui ont dû forger ce toponyme. 

Quoi qu’il en soit, ces délimitations d’Ancien Régime ont servi de trame à la constitution des territoires communaux en 1790. 

 

Un calvaire presque déchristianisé ? 

Ce qui était auparavant dénommé croix est devenue, dans les consciences, une tombe ou un mégalithe. Nous pensons que cela est dû à la déchristianisation. Celle-ci peut se lire dans l’érosion de monuments religieux et leur manque d’entretien. Une croix en bois ici n’a peut-être pas été remplacée d’autant plus que le chemin a été de moins en moins fréquenté. Puis, la Révolution française a connu un mouvement antireligieux où des calvaires ont été démolis comme celui de Pont-de-l’Arche par exemple. Les délibérations du conseil municipal ymarois contiennent peut-être la réponse. 

La Croix de Rouville a cependant survécu par ses trois pierres, contrairement à d’autres croix qui ont pleinement disparu comme la “croix Maurice” aux Damps. S’il est difficile d’imaginer quelle forme avait le calvaire, il est possible d’affirmer que ces pierres n’en sont que des restes. Il suffit de les voir pour réaliser que les rebords de la table sont cassés, que celle-ci est déséquilibrée et que les deux assises sont somme toute petites même si je ne les porterai pas, même après un pari bien arrosé. On est loin d’un mégalithe ou, tout simplement, d’un portail en pierre dont la région est, ou était, coutumière comme le montre notre illustration portant sur une propriété de Montaure. De même, Léon Coutil a dessiné des autels qui, adjoints à un calvaire, montrent que ce type d’édifice existait même sous des formes assez peu dégrossies. 

Avions-nous ici affaire à un calvaire original, avec un autel-table devant une croix, propice à la prière agenouillée ? Était-ce une croix-reposoir comme la croix de La Villeneuve-les-Convers, notamment, qu’on voir sur le net grâce au cliché d’un certain Michel Foucher ? La table servait-elle, non à poser des cercueils, comme ont servi certaines tables-reposoirs, mais d’autel à office lors des Rogations, ces prières collectives prononcées trois jours avant l’Ascension et ce dans l’espoir d’avoir de belles récoltes ? La table servait-elle de pause lors de processions et de pose de la statue du saint vénéré localement ?

Nous ne pouvons rien prouver. Il serait intéressant de trouver des autels ruraux ou des preuves de leur existence passée. L’origine de noms de communes, principalement normandes, laisserait alors entendre qu’ils ont existé. Nous songeons aux Authieux dont la thèse étymologique principale est les “autels”. 

Ces pierres sont-elles plus simplement des restes de paliers formant une assise pyramidale couronnées d’une croix de bois ? Nous ne pouvons pas plus le prouver. 

Ce trilithe, c’est-à-dire ces trois pierres, avec une croix liturgique gravée sur sa table, semble être une recomposition de fortune visant à prolonger la présence chrétienne en ce carrefour déclassé. Les calvaires entretenus en priorité ont, selon toute vraisemblance, été ceux des axes amenés à être les plus empruntés. Or, les croyances populaires associées à ce calvaire montrent qu’ici les rituels ont été plus nombreux qu’ailleurs, autrefois. Cette survivance des croyances, avec le besoin de délimitation spatiale, a sûrement contribué à sauver ce vestige de calvaire. 

 

Ces piliers de portail de la rue des Forrières, à Montaure, montrent que des mégalithes ("grandes pierres", en grec de salon) plus imposants que ceux de la Croix d'Ymare ont pu être utilisés par nos ancêtres bien après la préhistoire (cliché d'Armand Launay en mai 2013).

Ces piliers de portail de la rue des Forrières, à Montaure, montrent que des mégalithes ("grandes pierres", en grec de salon) plus imposants que ceux de la Croix d'Ymare ont pu être utilisés par nos ancêtres bien après la préhistoire (cliché d'Armand Launay en mai 2013).

 

Conclusion

La Croix de Rouville fut un calvaire de carrefour. On a oublié jusqu’à son nom et sa fonction, y compris les hommes de foi du XIXe siècle en quête d’exotisme. Les trois pierres actuelles, connues sous le nom de “Tombe du druide”, sont des vestiges d’un monde révolu : celui de chemins de campagne nombreux et variés ; de petits champs familiaux ; de haies et de bouquets d’arbres épars… Elles évoquent un monde parcouru quotidiennement par une foule de voyageurs de Poses et Pîtres à Boos et Rouen mais aussi, peut-être surtout, de cultivateurs et d’éleveurs de la paroisse. Ici le calvaire d’Ymare servait de repère aux passants et de support autant que de rappel aux prières catholiques. On peut imaginer les cultivateurs priant ici un instant pour l’Angélus. Il reste de ces prières des légendes assez récentes, c’est-à-dire de la fin du XIXe siècle, évoquant l’espoir de guérison et de vie bonne ressenti par nos ancêtres. C’est à peine si nous les comprenons aujourd’hui, nous qui cherchons des dolmens, des résurgences païennes à tous les carrefours, ou presque. Si l’on cherche des mégalithes, notre contrée n’en manque pas. Si l’on regrette la disparition de ces croyances catholiques populaires à l’endroit de la Croix de Rouville, il suffit d’aller dans les églises où s’expriment les vœux de ceux qu’on appelle les petites gens ; vœux adressés au divin par sainte Rita, Saint Expédit, la Vierge Marie...

Quel fut ce calvaire précisément ? Nous ne pouvons que conjecturer un autel-table ou un piédestal à paliers. Les trois pierres actuelles sont-elles des fragments d’un ancien dolmen ou, plus largement, d’une allée couverte ? Peut-être mais dans quel lieu furent ces mégalithes ? Rien n’indique qu’il y ait eu une telle construction. Rien ne l’exclut non plus mais ces trois restes de pierre n’attestent rien et ne prennent sens que dans la délimitation foncière médiévale entre les paroisses d’Ymare et d’Alizay. 

Nous avons donc étudié un espace tellement changé que le fil permettant d’en comprendre son usage a été rompu. L’avons-nous rattaché ? 


 

Orientations bibliographiques

- Bunel et Tougard, Géographie du département de la Seine-inférieure, 1879, voir la page 130, consulté sur Google livres le 3 septembre 2020 ;

- Léon Coutil, “Inventaire des menhirs et dolmens du département de la Seine-Inférieure”, voir la page 124 et après, in Bulletin de la Société normande d'études préhistoriques, publié en 1897. Consulté sur Gallica le 3 septembre 2020, ark:/12148/bpt6k54417513 ;

- Léon de Vesly, “Légendes, superstitions et vieilles coutumes”, Bulletin de la Société libre d'émulation du commerce et de l'industrie de la Seine-Inférieure, voir les pages 100 à 106, publié en 1895. Consulté sur Gallica le 3 septembre 2020, ark:/12148/bpt6k5725972c/f104.image.r=Ymare.

 

Armand Launay

Pont-de-l'Arche ma ville

http://pontdelarche.over-blog.com

Bando 13x9 (1)

 

Partager cet article
Repost0

  • : Pont de l'Arche et sa région histoire, patrimoine et tourisme
  • : Bienvenue sur ce blog perso consacré à Pont-de-l'Arche et sa région (Normandie, Eure). Contactez-moi afin d'étudier ensemble, plus avant, l'histoire et donc de progresser vers la connaissance. Bonne lecture ! armand.launay@gmail.com
  • Contact

Mes activités

Armand Launay. Né à Pont-de-l'Arche en 1980, j'ai étudié l'histoire et la sociologie à l'université du Havre (Licence) avant d'obtenir un DUT information-communication qui m'a permis de devenir agent des bibliothèques. J'ai ainsi été formateur en recherche documentaire et en rédaction de littérature scientifique. Depuis 2002, je mets en valeur le patrimoine et l'histoire de Pont-de-l'Arche à travers :

- des visites commentées de la ville depuis 2004 ;

- la publication de 20 numéros de La Fouine magazine (2003-2007) et d'articles : "Conviviale et médiévale, Pont-de-l'Arche vous accueille", Patrimoine normand n° 75 ; "Pont-de-l'Arche, berceau de l'infanterie française ?", Patrimoine normand n° 76 ; "Bonport : l'ancienne abbaye dévoile son histoire", Patrimoine normand n° 79 ; "Chaussures Marco : deux siècles de savoir-plaire normand !", Pays de Normandie n° 75.

Bibliographie

- L'Histoire des Damps et des prémices de Pont-de-l'Arche (éditions Charles-Corlet, 2007, 240 pages) ;

- Pont-de-l'Arche (éditions Alan-Sutton, collection "Mémoire en images", 2008, 117 pages) ;

- Pont-de-l'Arche, cité de la chaussure : étude sur un patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle (mairie de Pont-de-l'Arche, 2009, 52 pages) ;

- Pont-de-l'Arche, un joyau médiéval au cœur de la Normandie : guide touristique et patrimonial (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 40 pages) ;

- Pont-de-l'Arche 1911 I 2011 : l'évolution urbaine en 62 photographies (mairie de Pont-de-l'Arche, 2010, 32 pages) ;

- Mieux connaitre Pont-de-l'Arche à travers 150 noms de rues et de lieux ! (Autoédité avec Frédéric Ménissier, 2019, 64 pages) ; 

- Les Trésors de Terres-de-Bord : promenade à Tostes, ses hameaux, Écrosville, La Vallée et Montaure (édité par la mairie de Terres-de-Bord, à paraitre en 2022).

De 2008 à 2014, j'ai été conseiller municipal délégué à la communication et rédacteur en chef de "Pont-de-l'Arche magazine".

Depuis 2014, je suis enseignant à Mayotte.

Accédez aux articles par Google maps